Ouvrir le menu principal

Gare des Mazes - Le Crès

gare française

Les Mazes - Le Crès
Vue des quais, avec le passage à niveau au milieu.
Voies et quais de la halte SNCF fermée en 2011.
Localisation
Pays France
Commune Le Crès
Adresse Chemin de Doscare
34920 Le Crès
Coordonnées géographiques 43° 38′ 21″ nord, 3° 56′ 21″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Tarascon à Sète-Ville
Mas-des-Gardies aux Mazes-le-Crès
Voies 2
Quais 2
Altitude 34 m
Historique
Mise en service 9 janvier 1845
Fermeture 11 décembre 2011

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Les Mazes - Le Crès

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Les Mazes - Le Crès

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Les Mazes - Le Crès

La gare des Mazes - Le Crès est une gare ferroviaire française (fermée) de la ligne de Tarascon à Sète-Ville, située sur le territoire de la commune du Crès, près du domaine des Mazes (commune de Saint-Aunès)[1], dans le département de l'Hérault, en région Occitanie.

Construite par l'État, elle est mise en service en 1845 par la Compagnie fermière du chemin de fer de Montpellier à Nîmes, avant d'être reprise par la Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée (PLM) en 1857. Elle devient une gare de bifurcation en 1882, lors de l'ouverture de la ligne de Mas-des-Gardies aux Mazes-le-Crès.

C'est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) du réseau TER Languedoc-Roussillon, desservie par des trains express régionaux avant sa fermeture à la fin de l'année 2011.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 34 mètres d'altitude, la gare des Mazes - Le Crès est située au point kilométrique (PK) 70,413 de la ligne de Tarascon à Sète-Ville, entre les gares ouvertes de Saint-Aunès et de Montpellier-Saint-Roch (s'intercale celle détruite de Castelnau-le-Lez)[2].

Ancienne gare de bifurcation, elle est l'aboutissement, au PK 746,505, de la ligne de Mas-des-Gardies aux Mazes-le-Crès (fermée), après la gare de Vendargues (fermée).

La gare dispose de deux voies de passage (parcourables à 160 km/h), chacune étant desservie par un quai latéral.

HistoireModifier

La « station des Mazes » est mise en service le 9 janvier 1845 par la Compagnie d'exploitation du chemin de fer de Montpellier à Nimes lorsqu'elle ouvre à l'exploitation sa ligne[3]. L'État, qui a construit ce chemin de fer, a livré l'infrastructure le 31 décembre à cette compagnie adjudicataire de l'exploitation. C'est l'une des trois stations (les deux autres sont « Castelneau ou le mas de Bongue » et « Saint-Aunès »), très rapprochées, provisoirement installées entre Montpellier et Lunel pour éventuellement être réunies en une seule, en un lieu à choisir à partir des différences de leur fréquentation[4].

En 1852, la compagnie d'exploitation en difficulté est fusionnée avec d'autres pour former la Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée qui reprend donc l'exploitation de la station[5] et en 1857 elle entre dans le réseau de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) lors d'une nouvelle fusion de compagnies, à l'initiative de Paulin Talabot[6].

Lors de sa séance du 13 avril 1878, le conseil général du département adopte le vœu, déjà émis par la commune, de renommer la station « Les Mazes » en « Les-Mazes-le-Crès ». Cette décision est argumenté par le fait que la station est située sur la commune du Crès et que le nom de « Les Mazes » provient de l'influence auprès de la compagnie des propriétaires d'une propriété portant le nom de « Les Mazes » située sur la commune de Saint-Aunès située à une distance similaire à celle du village du Crès[7].

En août 1882, l'ingénieur en chef du contrôle indique au conseil général de l'Hérault que les travaux de construction d'un abri de quai ont commencé[8]. Cette même année, elle devient une gare de bifurcation le 30 octobre, lors de l'ouverture de l'exploitation de la dernière section, depuis Sommières, de la ligne de Mas-des-Gardies aux Mazes-le-Crès qui permet des relations avec Alès[9].

La « gare des Mazes-Le-Crès » figure dans la nomenclature 1911 des gares, stations et haltes, de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée[10]. C'est une gare des lignes : de « Tarascon à Cette », située entre les gares de Saint-Aunès et de Montpellier[11] et d'« Alais à Montpellier par Sommières », entre les gares de Vendargues et de Montpellier[12]. Gare, pouvant expédier et recevoir des dépêches privées[13], ouverte uniquement au service complet de la « Grande Vitesse » (voyageurs), à l'exclusion des voitures, chevaux et bestiaux, il n'y a pas de service petite vitesse (marchandises)[14].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le 19 août 1944, un groupe de trois avions Alliés mitraillent et font sauter un train allemand, chargé de munitions et de chars, stationné dans la gare[15].

La gare disposait de deux voies en impasse (en plus de celles de passage)[16], destinées au trafic fret (pour le transbordement).

 
L'ancien bâtiment voyageurs et le passage à niveau.

Elle fut une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains TER Languedoc-Roussillon[17] effectuant des missions entre les gares de Nîmes et de Narbonne, jusqu'à sa fermeture à tout trafic intervenue le [18]. Ladite fermeture est motivée par la configuration particulière des quais, où se trouve en leur milieu un passage à niveau routier (PN 38[19]), ainsi que la présence de la ligne 2 du tramway de Montpellier à proximité[18] (la station Aube Rouge est située à environ 1,5 kilomètre de la gare[20]), le tout dans le cadre du cadencement des horaires[18].

Service des voyageursModifier

Gare fermée depuis 2011.

Patrimoine ferroviaireModifier

L'ancien bâtiment voyageurs situé au passage à niveau no 38, fermé au service ferroviaire[21].

Lieu de tournage de vidéosModifier

En 2008, la gare a été utilisée pour le tournage de la vidéo Rocky is back de Rémi Gaillard[22].

En 2012, elle a de nouveau été utilisée pour la réalisation d'une autre vidéo de Rémi Gaillard, Radar[23].

Notes et référencesModifier

  1. « Environs de la gare des Mazes - Le Crès » sur Géoportail (consulté le 2 novembre 2014).
  2. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [810] Tarascon - Sète », p. 139.
  3. François et Maguy Palau, Le rail en France : Les 80 premières lignes 1828-1851, Palau, , 217 p. (ISBN 2-950-9421-0-5), « 3.8 Montpellier-Nimes (52 kilomètres) », p. 112.
  4. « Montpellier, 4 janvier », Journal de Toulouse, no 5,‎ , p. 2 (lire en ligne [PDF]).
  5. A. de Laveleye, Histoire financière des chemins de fer français, (lire en ligne), chap. 40 (« Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée »), p. 43.
  6. Alain Frerejean, 'La Grande aventure des chemins de fer, éditions Flammarion, (ISBN 9782081233935, lire en ligne), p. 129
  7. Conseil général du département de l'Hérault, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Séance du 13 avril », p. 157.
  8. Rapports et délibérations - Hérault, Conseil général – Session d'août 1882. – Chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée. Rapport de l'ingénieur en chef disponible sur Gallica ; lire la p. 1 (consultée le 4 novembre 2014).
  9. « Gare des Mazes - Le Crès (Hérault) », sur AAATV30 (consulté le 4 novembre 2014)
  10. PLM, 1911 : Nomenclature des gares, stations et haltes, par ordre alphabétique, p. 26
  11. PLM, 1911 : Nomenclature des gares, stations et haltes, par ordre topographique, p. 128
  12. PLM, 1911 : Nomenclature des gares, stations et haltes, par ordre topographique, p. 130
  13. PLM, 1911 : Nota, p. 5
  14. PLM, 1911 : Explication des renvois, p. 50
  15. Jean Robin, « Historique de la ville du Crès : Révisons notre histoire : La gare du Crès en 1944 », sur Le Crès (consulté le 4 novembre 2014).
  16. D'après la p. 21 des Plans de gares Midi [PDF], document visible en ligne sur le site Index of /~bersano (consulté le 5 novembre 2014).
  17. « Halte ferroviaire de Les-Mazes-le-Crès », sur ter-sncf.com région Languedoc-Roussillon (archive consultée le 2 novembre 2014).
  18. a b et c Commentaire officiel de Claudine Vilaceque à l'article « Les horaires du service 2012 sont disponibles ! », sur maligne-ter.com/nimes-narbonne (consulté le 2 novembre 2014).
  19. H. A., « Collision auto / TGV près de Montpellier : une Lunelloise meurt sur le coup », sur midilibre.fr, (consulté le 5 février 2016) : « passage à niveau n° 38, au Crès ».
  20. D'après le « Plan interactif », sur tam-voyages.com (consulté le 2 novembre 2014).
  21. « 4 Chemin de Doscare, Le Crès, Languedoc-Roussillon », sur Street View, (consulté le 4 novembre 2014)
  22. Rémi Gaillard, « Rocky is back - Eye of the Kangaroo (Rémi GAILLARD) », sur youtube.com, (consulté le 3 novembre 2014) ; vidéo où l'on reconnaît la gare entre min 30 s et min 45 s, soit pendant une durée de 15 s. Le passage à niveau est le même que dans cette vue zoomée Street View prise en septembre 2012 : « 6 Chemin de Doscare – Le Crès, Languedoc-Roussillon » (1), sur google.fr/maps (consulté le 3 novembre 2014).
  23. Rémi Gaillard, « Radar (Rémi Gaillard) », sur youtube.com, (consulté le 3 novembre 2014) ; vidéo où l'on reconnaît la gare entre min 6 s et min 12 s, soit pendant une durée de s. Les quais et autres infrastructures ferroviaires sont les mêmes que dans cette vue zoomée Street View prise en septembre 2012 : « 6 Chemin de Doscare – Le Crès, Languedoc-Roussillon » (2), sur google.fr/maps (consulté le 3 novembre 2014).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :