Ouvrir le menu principal

Gare de Villepatour-Presles

gare française

Villepatour-Presles
Image illustrative de l’article Gare de Villepatour-Presles
Localisation
Pays France
Commune Presles-en-Brie
Coordonnées géographiques 48° 41′ 50″ nord, 2° 44′ 34″ est
Gestion et exploitation
Exploitant Fermée
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Est à Mulhouse-Ville
Altitude 84 m
Historique
Mise en service
Fermeture fermée (années 1970)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Villepatour-Presles

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Villepatour-Presles

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

(Voir situation sur carte : Seine-et-Marne)
Villepatour-Presles

La gare de Villepatour-Presles est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville, située sur le territoire de la commune de Presles-en-Brie, dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France. La date de fermeture de la gare au service des voyageurs est inconnue.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 84 m d'altitude, la gare de Villepatour-Presles est située au point kilométrique (PK) 43,925 de la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville, entre les gares de Gretz-Armainvilliers et d'Ozouer-le-Voulgis (fermée).

HistoireModifier

 
Une rame inox de banlieue (RIB), vue ici à Presles-en-Brie, assure une relation de Provins à Paris-Est.
 
La LGV Interconnexion Est passe à Presles-en-Brie, non loin de l'ancienne gare.

La Compagnie des chemins de fer de l'Est met en service la station lors de l'ouverture au service commercial, le 25 avril 1857[1], de la section de Nogent - Le Perreux à Nangis. La famille De Mackau, « bienfaitrice de la commune », possédant le château de Villepatour, fait construire, tout près de celui-ci, cette gare afin de faciliter ses voyages vers la capitale[2]. Celle-ci est aujourd'hui détruite. Toutefois, la gare possédait un handicap important du fait de son implantation à un emplacement éloigné du centre de la commune, ce qui ne rendait pas facile son utilisation.

La ligne de Paris à Mulhouse traverse tout le territoire communal sur une distance de plus de sept kilomètres. La gare est desservie par cinq trains de voyageurs montants et cinq trains descendants et est établie sur le territoire de la commune, au hameau de Villepatour, à deux kilomètres du village.

En 1866[3], le prix des places pour Paris au départ de la station est de 4,30 fr en première classe, 3,15 fr en deuxième classe et 2,25 fr en troisième classe. En 1877, les tarifs passent à 4,70 fr en première classe, 3,45 fr en deuxième classe et 2,43 fr en troisième classe pour une distance de 44 km de la capitale. Il y avait un service d'omnibus qui partait de la gare vers Coubert[4].

La gare s'appelait à l'origine Villepatour-Coubert. Mais la commune de Coubert eut sa propre gare sur la ligne de Vincennes, ce qui expliqua son renommage[5].

En 1932, un important accident ferroviaire fit au moins 15 blessés. En effet, les rames d'un train sautèrent hors des rails. Une des rames alla même jusqu'au bâtiment voyageurs et l'endommagea[6]. En 1936[7], la gare est desservie par un service de banlieue dont le dernier arrêt est la gare de Longueville. Durant la période d'hiver, à Nangis, il y a sept allers-retours chaque jour ouvrable.

La date de fermeture de la gare au service des voyageurs n'est pas connue. On peut situer celle-ci entre 1937 et 1990 ; en effet, il est fait mention d'un chef de gare en 1937, Monsieur Larchée[8]. Cependant en 1990, dans le livre de René-Charles Plancke, « Histoire du Chemin de Fer de Seine-et-Marne », il est indiqué que celle-ci était fermée depuis plusieurs années. En 1960, la gare est encore en activité malgré l'important développement de l'automobile dans la commune[9]. Elle ferma finalement dans les années 1970[2].

Notes et référencesModifier

  1. René-Charles Plancke, 1991, p. 157.
  2. a et b Fiche sur le château de Villepatour, à Presles-en-Brie sur fr.topic-topos.com. Consulté le 30 mai 2012.
  3. René-Charles Plancke, 1991, p. 161.
  4. René-Charles Plancke, 1991, p. 465.
  5. René-Charles Plancke, 1991, p. 159.
  6. René-Charles Plancke, 1991, p. 199.
  7. René-Charles Plancke, 1991, p. 159
  8. René-Charles Plancke, 1991, p. 197.
  9. Historique de Presles-en-Brie

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • René-Charles Plancke, « Petite histoire de la ligne Paris - Belfort - Mulhouse », dans Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne : tome I de la vapeur au TGV, édition Amatteis, Le Mée-sur-Seine, 1991 (ISBN 2-86849-105-7).

Articles connexesModifier