Gare de Siorac-en-Périgord

gare française

Siorac-en-Périgord
Image illustrative de l’article Gare de Siorac-en-Périgord
L'ancien bâtiment voyageurs agrandi en 1883
et l'entrée de la halte voyageurs SNCF.
Localisation
Pays France
Commune Siorac-en-Périgord
Adresse Rue de la Gare
24170 Siorac-en-Périgord
Coordonnées géographiques 44° 49′ 11″ nord, 0° 59′ 03″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Nouvelle-Aquitaine
Caractéristiques
Ligne(s) Niversac à Agen
Siorac-en-Périgord à Cazoulès
Voies 2
Quais 2
Transit annuel en diminution 5 375 voyageurs (2016)
Altitude 74 m
Historique
Mise en service 3 août 1863
Architecte Compagnie du PO
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Siorac-en-Périgord
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Siorac-en-Périgord
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
(Voir situation sur carte : Dordogne)
Siorac-en-Périgord

La gare de Siorac-en-Périgord (anciennement gare de Siorac-de-Belvès) est une gare ferroviaire française de la ligne de Niversac à Agen, située sur le territoire de la commune de Siorac-en-Périgord, dans le département de la Dordogne en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est mise en service en 1863 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO). Elle devient une gare de bifurcation en 1882 avec l'ouverture de la ligne pour Sarlat, première section de la ligne de Siorac-en-Périgord à Cazoulès.

C'est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) du réseau TER Nouvelle-Aquitaine, desservie par des trains express régionaux.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 74 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Siorac-en-Périgord est située au point kilométrique (PK) 564,439 de la ligne de Niversac à Agen, entre les gares du Buisson[1] et de Belvès, sur une section à deux voies qui va de la bifurcation du Buisson à celle de Siorac-en-Périgord[2].

Elle est également l'origine de la ligne de Siorac-en-Périgord à Cazoulès, avant la gare de Saint-Cyprien. Cette ligne est déclassée, au PK 590,985, après la gare de Sarlat qui en est devenue le terminus[3].

HistoireModifier

La « station de Siorac » est mise en service le par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la ligne à voie unique de Niversac à Agen[4].

En 1878 la recette annuelle de la station de « Siorac » est de 73 225 francs[5] et de 143 339 francs en 1881[6].

La ligne de Sarlat et sa bifurcation sont mises en service le [7], c'est la première section de la ligne de Siorac-en-Périgord à Cazoulès.

La recette annuelle de la gare est de 107 200 francs en 1882[6]

 
L'avenue de la gare de « Siorac-de-Belvès » et la halle à marchandises vers 1900.

Le , le préfet est informé par le ministre du prochain examen d'un projet d'agrandissement du bâtiment voyageurs car il ne comprend actuellement que deux ouvertures et c'est le vestibule qui est utilisé comme salle d'attente[8]. Cet agrandissement, nécessité par le surplus de trafic dû à l'ouverture de la ligne de Sarlat, est terminé avant le mois d'août. La gare dispose également d'une deuxième voie qui a été posée entre Le Buisson et Siorac[9].

La recette annuelle de la gare est de 41 721 francs en 1886[10].

Le , le conseil municipal de la commune de « Siorac-et-Fongauffier », dans le canton de Belvès, constate que la commune est également souvent nommée « Siorac-de-Belvès » et que cela provoque d'importants retards dans l'acheminement des correspondances du fait de confusions. Il demande que le nom de la commune soit changé en « Siorac-en-Périgord ». Dans sa séance du , le conseil général de la Dordogne adopte cette proposition suite à l'avis favorable du directeur des Postes et Télégraphes et du Préfet[11],[12]. Le , la commune de « Siorac-et-Fongauffier » est autorisée par décret à modifier son nom pour prendre celui de « Siorac-en-Périgord »[13] et cette même année la gare est renommée « gare de Siorac-en-Périgord »[14].

En 1925, des travaux sont effectués pour modifier la bifurcation de Sarlat[15].

La halte voyageurs est modernisée en 2007, avec la création d'un abri pour les vélos, l'amélioration des équipements de quais, notamment de l'abri, et des accès voyageurs[16]. Le coût des travaux est de 71 000 euros, pris en charge à 50 % par la région Aquitaine[17].

En 2014, c'est une gare voyageurs d'intérêt local (catégorie C : moins de 100 000 voyageurs par an de 2010 à 2011), qui dispose de deux quais, le « quai X » dispose d'une longueur totale de 251 m pour la « voie 1 » et le « quai Y » d'une longueur totale de 294 m pour la « voie 2 », deux abris et une traversée de voie à niveau par le public (TVP)[18].

En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare était de 5 375 voyageurs[19] soit 15 voyageurs quotidiens.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Halte SNCF , c'est un point d'arrêt non géré (PANG) à entrée libre[20].

Un passage à niveau planchéié permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre[18].

DesserteModifier

Siorac-en-Périgord est une halte voyageurs du réseau TER Nouvelle-Aquitaine, desservie par des trains express régionaux des relations : Bordeaux-Saint-Jean - Sarlat (Ligne 26)[21] et Périgueux - Agen (ligne 48)[22].

IntermodalitéModifier

Un parc pour les vélos[20] et un parking pour les véhicules y sont aménagés[23].

Patrimoine ferroviaireModifier

Le bâtiment voyageurs d'origine à deux ouvertures, agrandi en 1883 avec un allongement pour l'ajout d'une ouverture, est d'un modèle type de la compagnie du PO pour la ligne, il est caractérisé par une base rectangulaire un étage et une toiture à deux pans couverte en ardoises[24] et l'ancienne halle à marchandises[25].

Notes et référencesModifier

  1. Douté, 2011, [631/1] (Périgueux) Niversac - Siorac, p. 37
  2. Douté, 2011, [631/2] Siorac - Agen, p. 38
  3. Douté, 2011, [628] Siorac - Sarlat - Cazoulès (Souillac), p. 35
  4. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Palau, , 221 p. (ISBN 2-950-942-12-1), « 6.17 Périgueux (Niversac)-Agen : 3 août 1863 », p. 201-202
  5. Conseil général de Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chapitre II », p. 32.
  6. a et b Conseil général de Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemins de fer », p. 26.
  7. « Gare SNCF de Brive - La Gaillarde : Historique », sur Christophe Lachenal (consulté le 6 octobre 2014).
  8. Marcel Escat, Siorac en Périgord : des origines à 1900, Roc de Bourzac, (lire en ligne), p. 177
  9. Conseil général de la Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), chap. III (« Travaux neufs et grosses réparations : Ligne de Niversac à Agen »), p. 23-24.
  10. Conseil général de Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Trafic », p. 22.
  11. Conseil général de la Dordogne, « Rapports et délibérations », (consulté le 6 octobre 2014), p. 131-132
  12. Conseil général de la Dordogne, « Rapports et délibérations », (consulté le 6 octobre 2014)
  13. France, Bulletin des lois, vol. 15, Imprimerie Royale, (lire en ligne), p. 3455
  14. Roger Vidal, Le Périgord et le rail : La Dordogne et le Paris-Orléans, t. 1, Périgueux, Éd. à compte d'auteur, , chap. 4 (« Ligne de Périgueux à Agen »), p. 450
  15. Conseil général de Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Travaux approuvés en cours d'exécution, ligne de limoges à Agen : Gare de Siorac », p. 41.
  16. « Comité de ligne Agen -Périgueux du 27 mai 2014 » [PDF], sur www.aquitaine.fr, (consulté le 9 octobre 2014), p. 8.
  17. « Comité de ligne Bordeaux - Bergerac - Sarlat : Modernisation des gares et haltes » [PDF], sur aquitaine.fr, (consulté le 22 octobre 2014), p. 4
  18. a et b SNCF, « Document de référence des gares de voyageurs révisé pour l'horaire de service 2014 : Version 6 au 9 mars 2014 » [PDF], sur Gares & Connexions, (consulté le 6 octobre 2014).
  19. SNCF Open Data
  20. a et b SNCF, « Services & Gares / Halte ferroviaire Siorac-en-Périgord », sur http://www.ter.sncf.com/, (consulté le 6 octobre 2014).
  21. SNCF, « ligne 26 Bordeaux-Bergerac-Sarlat 06 juil au 13 déc 2014 » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 5 octobre 2014).
  22. SNCF, « ligne 48 Agen-Périgueux 06 juil au 13 déc 2014 » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 5 octobre 2014).
  23. « Allée du Hameau de la Fontaine, Siorac-en-Périgord, Aquitaine », sur Street View, (consulté le 6 octobre 2014).
  24. « Gare intégrée dans un nœud ferroviaire : Siorac en Périgord », sur www.massifcentralferroviaire.com, (consulté le 6 octobre 2014).
  25. « Halle à marchandises de Siorac en Périgord », sur www.massifcentralferroviaire.com, (consulté le 6 octobre 2014).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), p. 35 et 37-38.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier



Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Périgueux Le Buisson TER Nouvelle-Aquitaine Belvès Agen
ou Monsempron-Libos
Bordeaux-Saint-Jean
ou Bergerac
Le Buisson TER Nouvelle-Aquitaine Saint-Cyprien Sarlat