Ouvrir le menu principal

Gare de Saverne

gare ferroviaire française

Saverne
Photo diurne (par temps ensoleillé) de la façade de la gare.
Le bâtiment voyageurs,
vu depuis la place de la Gare.
Localisation
Pays France
Commune Saverne
Adresse Place de la Gare
67700 Saverne
Coordonnées géographiques 48° 44′ 41″ nord, 7° 21′ 43″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV inOui
TER
Caractéristiques
Ligne(s) Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville
Sélestat à Saverne (en partie HS)
Voies 4 (dont 1 en impasse) + voies de service
Quais 2
Transit annuel 1 204 206 voyageurs (2017)
Altitude 187 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Autocar voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saverne

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Saverne

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

(Voir situation sur carte : Bas-Rhin)
Saverne

La gare de Saverne est une gare ferroviaire française de la ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville (dite aussi ligne de Paris à Strasbourg), située sur le territoire de la commune de Saverne, dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Elle est mise en service en 1851, par la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle, qui assure alors l'exploitation de la section de Strasbourg à Sarrebourg à la demande de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), du réseau TER Grand Est, desservie par des TGV et des trains express régionaux.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 187 mètres d'altitude, la gare de Saverne est située au point kilométrique (PK) 458,011 de la ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville, entre les gares fermées de Stambach et de Zornhoff-Monswiller[1]. Les gares ouvertes au service des voyageurs situées de part et d'autre sont Lutzelbourg et Steinbourg.

Ancienne gare de bifurcation, elle était l'aboutissement, au PK 64,840 de la ligne de Sélestat à Saverne[2], déclassée et déposée entre les gares de Molsheim et de Saverne.

À quatre kilomètres en direction de Strasbourg, la gare de Steinbourg constituait l'origine d'une transversale reliant Saverne à Rastatt.

La gare dessert deux installations terminales embranchées (ITE)[3]. L'une d'elles est celle de la société Kuhn, la seconde est une courte portion subsistante de l'ancienne ligne vers Molsheim.

HistoireModifier

La « station de Saverne » est mise en service le 29 mai 1851 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg, lorsqu'elle ouvre officiellement, avec son personnel et son matériel, l'exploitation de la section de Strasbourg à Sarrebourg de la future ligne de Paris à Strasbourg. L'inauguration de cette section a eu lieu le  ; cependant, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg, qui manque de cheminots formés, confie l'exploitation à la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle, qui a de l'expérience[4]. Le 21 janvier 1854, la Compagnie des chemins de fer de l'Est succède à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg.

En 1871, la gare entre dans le réseau de la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (EL), à la suite de la défaite française lors de la guerre franco-allemande de 1870 (et le traité de Francfort qui s'ensuivit). Elle est renommée « Zabern ». Le bâtiment voyageurs d'origine est agrandi à plusieurs reprises durant la période allemande[5]. En 1877, la ligne vers Molsheim est ouverte[6].

Le , la gare entre dans le réseau de l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine (AL), à la suite de la victoire française lors de la Première Guerre mondiale. Puis, le , cette administration d'État forme, avec les autres grandes compagnies, la SNCF, qui devient concessionnaire des installations ferroviaires de Saverne. Cependant, après l'annexion allemande de l'Alsace-Lorraine, c'est la Deutsche Reichsbahn qui gère la gare pendant la Seconde Guerre mondiale, du jusqu'à la Libération (en 1944 – 1945).

Saverne comportait également un dépôt de locomotives. Dans les années 1950, les effectifs de ce dépôt étaient de 15 engins dont des 141 TB et des 050 B[7]. La rotonde du dépôt est démolie entre 1958 et 1963[8] et remplacée par une simple remise à une seule voie qui subsiste encore de nos jours.

En mars 1969, le service voyageurs ferroviaire est fermé en direction de Molsheim[9].

La gare de Saverne est desservie par le TGV, depuis le 28 août 2006 (circulations alors réalisées uniquement sur la ligne classique Paris – Strasbourg). La première phase de la LGV Est européenne est mise en service le 10 juin 2007, ramenant ainsi le meilleur temps de parcours vers Paris à un peu moins de h. Celui-ci était réalisé sur des liaisons sans arrêt intermédiaire[10]. Cependant, l'arrivée du TGV entraine la suppression des trains Corail qui circulaient sur la ligne classique. Avec la mise en service de la deuxième phase de ladite LGV le 3 juillet 2016, seule la desserte via Nancy et Sarrebourg est conservée, avec un temps de parcours de l'ordre de h 35 min pour rallier la capitale.

Un pôle d'échanges, comportant un parking souterrain et une gare routière, est inauguré le [11]. Cette nouvelle infrastructure prend place sur l'emprise de l'ancienne halle à marchandises[12].

L'EuroCity Iris, qui reliait Bâle à Bruxelles via Colmar, Strasbourg, Saverne, Metz et Luxembourg, est supprimé le 3 avril 2016 (dernier jour de circulation le ), en prévision de la mise en service du second tronçon de la LGV Est. Les TER 200 reliant Nancy ou Luxembourg à Bâle sont supprimés à cette même date. À partir du de la même année, l'Intercités 100% Éco, reliant Paris-Est à Strasbourg via la ligne classique, dessert également Saverne. Ce train est néanmoins supprimé en mai 2019 (dernier jour de circulation le 19)[13].

En 2017, la SNCF estime la fréquentation annuelle de cette gare à 1 204 206 voyageurs, contre 1 184 339 en 2016[14].

Depuis le , un aller-retour TER quotidien vers Paris est créé en semaine. Ce train express régional est assuré par du matériel Corail et emprunte la ligne classique.

Service des voyageursModifier

 
Le bâtiment voyageurs et la place de la Gare.

AccueilModifier

Gare de la SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. Des aménagements, équipements et services sont à la disposition des personnes à la mobilité réduite. Un magasin « Hubiz » est présent en gare[15]. Un passage souterrain permet la traversée des voies.

DesserteModifier

  • TER Grand Est :
    • ligne Paris-Est – Nancy-Ville – Lunéville – Sarrebourg  – Saverne – Strasbourg ;
    • ligne Metz-Ville – Saverne – Strasbourg-Ville ;
    • ligne Nancy-Ville – Sarrebourg – Saverne – Strasbourg-Ville ;
    • ligne Strasbourg-Ville – Saverne – Sarrebourg.

IntermodalitéModifier

La gare routière, située à côté du bâtiment voyageurs, est desservie par des autocars TER Grand Est et ceux du Réseau 67, pour le compte du conseil régional.

Un parc pour les vélos et des parkings sont aménagés aux abords de la gare[15].

Au cinéma et à la télévisionModifier

L'une des scènes finales de l'épisode Les Mystères de la foi de la série Capitaine Marleau est tournée sur le parvis de la gare ; on y voit la mère Louise (Victoria Abril) se faire raccompagner par le capitaine Marleau (Corinne Masiero), avant qu'elle ne se dirige sur le quai jouxtant le bâtiment voyageurs pour monter dans une rame TGV 2N2 allant à Strasbourg. D'autres lieux savernois, notamment le cloître des Récollets, ont aussi été utilisés fin 2015 par la production[16].

En février de la même année, la gare a également accueilli le tournage du court métrage Un éléphant me regarde, réalisé par Frank Beauvais[16].

Notes et référencesModifier

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 238 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « (070/5) Sarrebourg - Strasbourg », p. 53.
  2. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 238 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « (111) Sélestat - Molsheim - Saverne », p. 64.
  3. DRR – Horaire de service 2017, sur le site de SNCF Réseau.
  4. François et Maguy Palau, Le rail en France : les 80 premières lignes 1828 - 1851, Paris, Palau, (ISBN 2-950-9421-0-5), « 3.52 Sarrebourg-Strasbourg 71 kilomètres) », p. 198-201.
  5. « Saverne : 67 - Bas-Rhin - Cartes postales anciennes sur CPArama », sur www.cparama.com (consulté le 11 janvier 2019)
  6. Ligne Wasselonne - Saverne sur le site d'Étienne Biellmann.
  7. EC 64, « Re: Liste (exhaustive) des dépôts Est et AL », sur lrpresse.com, (consulté le 2 mai 2016).
  8. La rotonde est encore visible sur une prise de vue datée du 1er mai 1958 sur le site Géoportail, elle a en revanche disparu sur une prise du vue datant du 30 juillet 1963.
  9. « Une ligne regrettée », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du .
  10. Document vidéo : (en) / (fr) « Strasbourg to Paris Driver's eye view », parcours en cabine de conduite de la rame TGV Réseau 511, assurant le train 2424 ; publié par Video 125 en 2011.
  11. « Inauguration du pôle d'échange multimodal », archive des Dernières Nouvelles d'Alsace du (consultée le .
  12. D'après ce comparatif de photographies aériennes (1958 / 2015) de l'IGN. Site consulté le .
  13. X.T., « L’Intercité Strasbourg-Paris supprimé », sur dna.fr, (consulté le 14 mai 2019).
  14. « Fréquentation en gares : Saverne », sur SNCF Open Data, traitement du [cf. l'onglet des informations] (consulté le 22 mars 2019).
  15. a et b « Gare Saverne », sur ter.sncf.com/grand-est (consulté le 18 octobre 2017).
  16. a et b Emmanuel Viau, « Le Capitaine Marleau enquête dans la cité des Rohan », sur republicain-lorrain.fr, (consulté le 17 octobre 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Paris-Est Sarrebourg TGV inOui Strasbourg-Ville Strasbourg-Ville
Paris-Est Sarrebourg TER Grand Est Strasbourg-Ville Strasbourg-Ville
Nancy-Ville Sarrebourg TER Grand Est Brumath Strasbourg-Ville
Nancy-Ville Lutzelbourg TER Grand Est Strasbourg-Ville Strasbourg-Ville
Metz-Ville Lutzelbourg TER Grand Est Brumath Strasbourg-Ville
Sarrebourg
ou Terminus
Lutzelbourg
ou Terminus
TER Grand Est Steinbourg Strasbourg-Ville