Gare de Saint-Jean-Pied-de-Port

Txik Txak - station le Train

Saint-Jean-Pied-de-Port
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Jean-Pied-de-Port
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare (2013).
Localisation
Pays France
Commune Saint-Jean-Pied-de-Port
Adresse Avenue Renaud
64220 Saint-Jean-Pied-de-Port
Coordonnées géographiques 43° 10′ 04″ nord, 1° 14′ 15″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Nouvelle-Aquitaine
Caractéristiques
Ligne(s) Bayonne à Saint-Jean-Pied-de-Port
Voies 2 (+ voies de service)
Quais 2
Transit annuel 36 144 voyageurs (2014)
Altitude 158 m
Historique
Mise en service
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Saint-Jean-Pied-de-Port
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Saint-Jean-Pied-de-Port

La gare de Saint-Jean-Pied-de-Port est une gare ferroviaire française terminus de la ligne de Bayonne à Saint-Jean-Pied-de-Port, située sur le territoire de la commune de Saint-Jean-Pied-de-Port, en contrebas du centre, à proximité des communes d'Ispoure et d'Uhart-Cize, dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est mise en service en 1891 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne (Midi).

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains du réseau TER Nouvelle-Aquitaine.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 158 mètres d'altitude, la gare terminus de Saint-Jean-Pied-de-Port est située au point kilométrique (PK) 249,553 de la ligne de Bayonne à Saint-Jean-Pied-de-Port, après la gare d'Ossès - Saint-Martin-d'Arrossa. Les butoirs marquant la fin de la ligne sont au PK 249,664[1].

HistoireModifier

La station terminus de Saint-Jean-Pied-de-Port est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne (Midi), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section d'Ossès à Saint-Jean-Pied-de-Port[2]. Le premier train arrive en gare à h devant plus de 500 habitants enthousiastes, venus pour accueillir les premiers voyageurs[3].

 
La rue de la gare vers 1910.

Cette arrivée nécessite l'aménagement d'une nouvelle rue à travers champs, ouverte en 1910 (c'est la partie comprise entre l'école et la gare au bas de la rue Renaud). Elle est immédiatement fréquentée par un important trafic comprenant des véhicules divers : omnibus hippomobile des hôtels, charrettes, camions et voitures. Des son ouverture des parcelles dans les prairies sont achetées pour construire des habitations transformant le lieu en un quartier résidentiel qui attire dans les années 1920 de riches Basques revenant d'Amérique et des commerçants ayant réussi leurs affaires. Ils y construisent d'importantes demeures. La citation de la commune dans des guides touristiques incite les édiles locales à s'intéresser à la protection du patrimoine vanté dans les brochures. L'arrivée par la gare de nombreux touristes dynamise l'activité économique. Quatre hôtels se répartissent la clientèle et une trentaine de cafés ouvrent en ville[3].

La fréquentation de la gare est évaluée entre 37 592 voyageurs[4] et 15 486[5], suivant les sources, en 2006.

En 2014, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare était de 36 144 voyageurs[6].

Service des voyageursModifier

 
Départ d'un TER X 73500 (2013).

AccueilModifier

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours[7].

DesserteModifier

Depuis l'automne 2013, la gare est reliée à Bayonne par quatre allers-retours quotidiens (du lundi au samedi), ainsi qu'un aller-retour supplémentaire le dimanche, par TER Nouvelle-Aquitaine[8],[9].

IntermodalitéModifier

Un parking pour les véhicules y est aménagé[7].

Patrimoine ferroviaireModifier

Le bâtiment voyageurs d'origine, à trois ouvertures et un étage sous une toiture à double pente, toujours utilisé pour le service ferroviaire.

Notes et référencesModifier

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, Paris, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [660] Bayonne - St-Jean-pied-de-Port », p. 52.
  2. Rapports et délibérations - Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, année 1899/08, page 61.
  3. a et b « XIX-XX siècles : une époque de changements », sur Saint-Jean-Pied-de-Port (consulté le 8 janvier 2016).
  4. L'atlas 2010 de l'aire urbaine de Bayonne et de ses territoires d'influence, L'offre de transports en commun juin 2010
  5. Schéma Régional d’Infrastructures et de Transports Pays Basque – éléments de diagnostic, 2007, page 13, consulté le 15 février 2010.
  6. « Fréquentation en gares en 2014 – Saint-Jean-Pied-de-Port », sur SNCF Open Data, traitement du 26 avril 2016 (onglet informations) (consulté le 3 novembre 2016).
  7. a et b « Services & Gares / Gare St-Jean-Pied-de-Port », sur http://www.ter.sncf.com/, (consulté le 8 mars 2015)
  8. Fiche horaire du 26 août 2013 au 14 décembre 2013, ligne TER Aquitaine 62 Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port, consulté le 9 octobre 2013.
  9. « Fiche horaires du 13 décembre 2015 au 02 juillet 2016 », sur http://www.ter.sncf.com/aquitaine/, (consulté le 4 décembre 2015)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier



Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Bayonne Ossès-Saint-Martin-d'Arrossa TER Nouvelle-Aquitaine Terminus Terminus