Ouvrir le menu principal

Gare de Pons

gare française

Pons
Photo montrant la façade du bâtiment voyageurs de la gare
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Pons
Adresse 7 place Pierre-Semard
17800 Pons
Coordonnées géographiques 45° 34′ 41″ nord, 0° 32′ 20″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Nouvelle-Aquitaine
Caractéristiques
Ligne(s) Chartres à Bordeaux-Saint-Jean
Pons à Saujon
Voies 2
Quais 2
Altitude 21 m
Historique
Mise en service

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pons

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Pons

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Pons

La gare de Pons est une gare ferroviaire française de la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean, située sur le territoire de la commune de Pons, dans le département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains régionaux du réseau TER Nouvelle-Aquitaine.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 21 mètres d'altitude, la gare de Pons est située au point kilométrique (PK) 515,687 de la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean, entre les gares ouvertes de Beillant et de Clion-sur-Seugne. Elle est séparée de Beillant par les gares fermées de Montils - Colombiers et de Saint-Seurin - Lijardière et de Clion-sur-Seugne par celles fermées de Fléac-sur-Seugne et de Mosnac-sur-Seugne[1].

Ancienne gare de bifurcation, elle est l'origine de la ligne de Pons à Saujon, déclassée entre Pons et Gémozac, via Jazennes - Tanzac[2]

HistoireModifier

Une des plus anciennes gares de SaintongeModifier

Sous l'impulsion de la Compagnie des Charentes, société à capitaux privés désireuse de désenclaver une région alors en pleine expansion économique, la ville de Pons est desservie par la voie ferrée vers la fin de l'année 1868 mais celle-ci ne sera ouverte à l'exploitation que quelques mois plus tard après l'ouverture de la gare de Pons en [3].

 
Bâtiment voyageurs, quais et voies, en regardant vers Saintes.

Implantée sur la rive droite de la Seugne, la gare est établie le long d'une voie ferrée qui longe la rivière sur sa rive droite depuis son entrée dans la petite commune de Fléac-sur-Seugne et, ce, jusqu'à Saintes. Les bâtiments de la toute nouvelle station ferroviaire sont achevés en quelques mois et c'est un édifice flambant neuf qui accueille les premiers passagers lors de l'ouverture de la ligne Saint-Sever-de-Saintonge - Pons (depuis la gare de Beillant) le [4].

Dès lors, la commune de Pons peut être reliée de façon régulière à la ville voisine de Saintes, où sont concentrés les principaux services administratifs, les commerces et les entreprises.

Le 26 janvier 1870, la ligne est prolongée jusqu'à Jonzac, qui grâce à sa gare lui permet dorénavant de desservir ce petit centre économique et administratif du sud du département. Elle atteindra Bordeaux ultérieurement, permettant ainsi un accroissement du trafic des voyageurs généré par le tourisme balnéaire et une plus grande diversification de l'économie départementale.

Un des principaux carrefours ferroviaires de la Charente-InférieureModifier

Après la période fastueuse du Second Empire où la ville a développé un nouveau quartier autour de sa nouvelle gare, Pons devient un actif carrefour ferroviaire pendant la IIIe République.

Une nouvelle voie ferrée la relie directement à Royan en 1875[5] alors que la principale ligne de chemin de fer, construite depuis Saintes, a été prolongée en direction de Bordeaux à partir d'octobre 1874[6].

Pons développe rapidement une importante activité de transit autant pour les voyageurs que pour les marchandises. Pour répondre aux besoins de plus en plus nombreux, la gare reçoit de nombreux équipements, dont des ateliers techniques pour l'entretien des locomotives, une prise d'eau et un réservoir pour les machines à vapeur. Les emprises ferroviaires au sol sont assez considérables, Pons étant une importante gare de triage qui reçoit de nombreux trains en provenance de Paris et de Bordeaux, ainsi que de Royan[7].

À partir de 1890, une nouvelle voie ferrée, construite par la Compagnie des chemins de fer économiques relie Pons à Barbezieux via Archiac, ce qui accroît notablement le rôle de carrefour ferroviaire de la ville et en fait un pôle économique particulièrement attractif en Saintonge.

Puis, toujours au début des années 1890, une autre ligne est construite par la même compagnie régionale reliant Pons à Mirambeau via Saint-Genis-de-Saintonge.

Avant la fin du XIXe siècle, Pons est au cœur d'une étoile ferroviaire à cinq branches dont les directions sont Saintes, Barbezieux, Bordeaux, Mirambeau et Royan.

Le déclin de la fonction ferroviaire au XXe siècleModifier

C'est à partir des années 1930 où la Charente-Inférieure possède alors la plus grande extension de son réseau ferroviaire que commence inexorablement le déclin ferroviaire de nombreuses gares dont celle de Pons.

Concurrencées de plus en plus durement par la route dont le développement du réseau et du trafic automobile s'accroit rapidement, les voies ferrées du département, surtout celles qui sont gérées par les petites compagnies, vont être successivement abandonnées, puis déposées.

Le trafic ferroviaire des voyageurs a commencé à décliner assez rapidement à la fin des années 1920 où les lignes de chemin de fer reliant Pons à Mirambeau et à Barbezieux ont été les premières à avoir été abandonnées, puis démantelées. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le rôle de carrefour ferroviaire de Pons avait pratiquement disparu et le "coup de grâce" est venu avec la fermeture de la section de voie ferrée entre Gémozac et Pons le 26 septembre 1976[8]. La suppression de cette voie ferrée a sonné le glas des activités ferroviaires de la gare de Pons qui n'est plus aujourd'hui qu'une modeste station sur la ligne Nantes-Bordeaux.

ArchitectureModifier

La gare de Pons est un bâtiment relativement modeste, constitué d'un pavillon central à un étage, flanqué de deux ailes qui accueillent les services administratifs et, autrefois, un buffet-restaurant. Un auvent métallique couvre une partie des quais, protégeant les voyageurs des intempéries[9].

Incendie de février 2016Modifier

Le 12 février 2016 vers 11 h 30, le hall d'accueil de la gare a été ravagé par un incendie dû à l'explosion d'un radiateur électrique. L'agent du guichet, alors seul présent, a subi quelques inhalations de fumées. Le sinistre a provoqué d'importants dégâts, notamment aux installations électriques, entrainant la nécessité de fermer l'un des deux passages à niveau automatiques au nord de la gare et de faire garder l'autre en permanence. Les trains passent et s'arrêtent en gare mais des perturbations sont prévisibles durant trois semaines, en raison du défaut de fonctionnement des signaux. Les voyageurs peuvent acheter leur titre de transport dans le train sans frais supplémentaires[10].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Un guichetier de la SNCF assure l'accueil de la clientèle dans le bâtiment voyageurs, du mardi au samedi, de 10 h à 13 h et de 14 h 40 à 18 h 15. En outre, un distributeur automatique permettant l'achat des titres de transport est disponible[11].

DesserteModifier

Aujourd'hui, la gare de Pons accueille des trains TER Nouvelle-Aquitaine sur la ligne Bordeaux - Saintes, permettant la desserte de l'agglomération pontoise et des communes rurales des alentours.

De plus, la gare de Pons est desservie par le TER "Angoulême-Jonzac-Pons" qui se fait uniquement par autocars avec tarification SNCF. Cette liaison routière qui est établie depuis la gare d'Angoulême jusqu'à celle de Pons permet la desserte des petites villes de Barbezieux-Saint-Hilaire en Charente et de Jonzac en Charente-Maritime[12].

Notes et référencesModifier

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [500/7] Saintes - Bordeaux », p. 175.
  2. « Ligne de Pons à Saujon », sur Histoire de lignes oubliées..., (consulté le 11 juin 2016).
  3. Y. LE DRET, Le train en Poitou-Charentes, Tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p.64
  4. Y. LE DRET, Le train en Poitou-Charentes, Tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p.62
  5. Y. LE DRET, Le train en Poitou-Charentes, Tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p.105
  6. Y. LE DRET, Le train en Poitou-Charentes, Tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p.70
  7. Y. LE DRET, Le train en Poitou-Charentes, Tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur, p.65
  8. G. BLIER, Histoire des transports en Charente-Maritime, Éditions Le Croît vif, Collection Documentaires, 2003, p. 139
  9. in Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, page 607
  10. Antoine Beneytou, « Charente-Maritime : la gare de Pons a pris feu, le trafic des trains perturbé », sur sudouest.fr, (consulté le 15 février 2016).
  11. « Gare Pons », sur ter.sncf.com/poitou-charentes (consulté le 12 février 2016).
  12. Consulter le Site officiel SNCF / TER Poitou-Charentes au chapitre Se déplacer en TER puis rubrique Carte du réseau TER

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • G. BLIER, Histoire des transports en Charente-Maritime, Éditions Le Croît vif, Collection Documentaires, 2003.
  • Y. LE DRET, Le train en Poitou-Charentes, Tome 1, Les Chemins de la Mémoire Éditeur.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
La Rochelle-Ville Saintes TER Nouvelle-Aquitaine Jonzac Bordeaux-Saint-Jean
Saintes Saintes TER Nouvelle-Aquitaine Clion-sur-Seugne
ou Jonzac
Bordeaux-Saint-Jean
Saintes Saintes TER Nouvelle-Aquitaine Clion-sur-Seugne Saint-Mariens - Saint-Yzan