Gare de Niversac

gare ferroviaire française

Niversac
Image illustrative de l’article Gare de Niversac
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Saint-Laurent-sur-Manoire
Lieu dit Niversac
Adresse Route départementale 6089
24330 Saint-Laurent-sur-Manoire
Coordonnées géographiques 45° 08′ 18″ nord, 0° 48′ 30″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Nouvelle-Aquitaine
Caractéristiques
Ligne(s) Coutras à Tulle
Niversac à Agen
Voies 2 (+ voies de service)
Quais 2
Altitude 115 m
Historique
Mise en service 17 septembre 1860
Architecte Compagnie du PO
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Niversac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Niversac
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
(Voir situation sur carte : Dordogne)
Niversac

La gare de Niversac est une gare ferroviaire française de la ligne de Coutras à Tulle, située au lieu-dit Niversac sur le territoire de la commune de Saint-Laurent-sur-Manoire, dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est mise en service en 1860 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) et devient une gare de bifurcation en 1863 avec l'ouverture de la Ligne de Niversac à Agen.

C'est une gare voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), du réseau TER Nouvelle-Aquitaine, desservie par des trains express régionaux.

Situation ferroviaireModifier

 
Les signaux de la bifurcation.

Établie à 115 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Niversac est située au point kilométrique (PK) 86,391 de la ligne de Coutras à Tulle, entre les gares de Périgueux-Saint-Georges et de Saint-Pierre-de-Chignac[1].

Elle est également l'origine de la ligne de Niversac à Agen, avant la gare des Versannes[2].

Pour signaler la bifurcation aux trains, des signaux sont installés à la sortie de la gare.

HistoireModifier

La « station de Niversac » est mise en service le 17 septembre 1860, par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Périgueux à Brive[3]. Première des neuf gares ou stations intermédiaires, elle est située à environ 10 kilomètres de Périgueux. Dès le 2 juin 1860, la double voie est opérationnelle entre la gare d'origine et Niversac[4]. Au cours de cette même année 1860 débutent les travaux de la section de Périgueux à Agen d'une ligne de Limoges à Agen[5]. La bifurcation, située à la sortie de la gare de Niversac, marque le début de la nouvelle ligne à voie unique, de Niversac à Agen, mise en service le 3 août 1863 par la compagnie du PO[6].

 
La gare vers 1900

En 1867, c'est la 63e station depuis Paris qui est à 510 km. Située à 11 km de Périgueux et 141 km d'Agen, elle a une situation isolée le long de la route nationale 89, à près de deux kilomètres au sud-est du bourg de la commune de Saint-Laurent-sur-Manoire[7] qui compte 527 habitants au recensement de 1866[8].

La recette annuelle de la station est de 16 786 francs en 1877[9], de 15 164 francs en 1881 et de 20 757 francs en 1882[10].

En 1901, on installe un appareil à pétards et un mat sémaphorique à proximité du poste de Niversac[11].

En 1922, les voies sont modifiées pour « rendre indépendants les mouvements Périgueux-Brive et Agen-Périgueux ». Le poste B est déplacé[12].

En 2014, c'est une gare voyageurs d'intérêt local (catégorie C : moins de 100 000 voyageurs par an de 2010 à 2011), qui dispose de deux quais, un abri et une traversée de voie à niveau par le public (TVP)[13].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

 
Intérieur de la gare

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs ouvert[14], et un abri sur le quai opposé[13].

Un passage à niveau planchéié permet la traversée des voies et l'accès aux quais[13].

DesserteModifier

C'est également une gare du réseau TER Nouvelle-Aquitaine, desservie par des trains express régionaux des relations Bordeaux-Saint-Jean - Brive-la-Gaillarde (ligne 25)[15] et Périgueux - Agen (ligne 48)[16].

IntermodalitéModifier

Le stationnement des véhicules est possible à proximité[17].

Patrimoine ferroviaireModifier

Le site de la gare comporte plusieurs édifices intéressants : le bâtiment voyageurs, qui a perdu trois travées depuis les années 1900, mais qui offre la particularité d'être le bâtiment provisoire d'origine, démontable, à ossature bois et comblements en briques[18] ; un abri de quai également du modèle provisoire[19] ; une ancienne halle à marchandises[20] ; et un ancien château d'eau utilisé du temps des locomotives à vapeur, qui peut avoir pour origine un dessin de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France[21].

Notes et référencesModifier

  1. Douté, 2011 : [621/2] Périgueux - Tulle, p. 34
  2. Douté, 2011 : [631/1] Périgueux (Niversac) - Siorac, p. 37
  3. Palau, 2001, 5.12 Périgueux-Brive : 17 septembre 1860, p. 113
  4. Palau, 2001, 5.12 Périgueux-Brive : 17 septembre 1860, p. 114
  5. Palau, 2001, 6.17 Périgueux (Niversac)-Agen : 3 août 1863, p. 199
  6. Palau, 2001, 6.17 Périgueux (Niversac)-Agen : 3 août 1863, p. 200
  7. Célestin Port, De Paris à Agen, par Vierzon, Chateauroux, Limoges et Périgueux : Itinéraire descriptif et historique, Paris, Librairie de L. Hachette, coll. « Collection des guides-Joanne », (lire en ligne), « Quatrième section : de Périgueux à Agen », p. 322-323.
  8. Ldh/EHESS/Cassini, Notice communale de Saint-Laurent-sur-Manoire sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui.
  9. Conseil général de Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « II Rapport de l'inspecteur général des ponts et chaussées chargé de la direction du service du contrôle du chemin de fer d'Orléans », p. 158.
  10. Conseil général de Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemins de fer », p. 26.
  11. Conseil général de Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemin de fer », p. 43.
  12. Conseil général de Dordogne, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « II 2- Travaux approuvés en cours d'exécution : gare de Niversac », p. 38.
  13. a b et c SNCF, « Document de référence des gares de voyageurs révisé pour l'horaire de service 2014 : Version 6 au 9 mars 2014 » [PDF], sur Gares & Connexions, (consulté le 4 octobre 2014).
  14. SNCF, « Services & Gares / Gare Niversac », sur http://www.ter.sncf.com/, (consulté le 4 octobre 2014).
  15. SNCF, « ligne 25 Bordeaux-Périgueux-Brive 06 juil au 13 déc 2014 » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 4 octobre 2014).
  16. SNCF, « ligne 48 Agen-Périgueux 06 juil au 13 déc 2014 » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 4 octobre 2014).
  17. « D6089, Saint-Laurent-sur-Manoire, Aquitaine », sur Street View, (consulté le 4 octobre 2014).
  18. « Gare intégrée dans un nœud ferroviaire : Niversac », sur www.massifcentralferroviaire.com, (consulté le 5 octobre 2014).
  19. « Abri de quai de Niversac », sur www.massifcentralferroviaire.com, (consulté le 5 octobre 2014)
  20. « Halle à marchandises de Niversac », sur www.massifcentralferroviaire.com, (consulté le 5 octobre 2014)
  21. « Château d'eau de Niversac », sur www.massifcentralferroviaire.com, (consulté le 5 octobre 2014)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Palau, , 221 p. (ISBN 2-950-942-12-1), p. 113-114 et 201-202.
  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), p. 34 et 38.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Bordeaux-Saint-Jean Périgueux TER Nouvelle-Aquitaine Condat - Le Lardin Brive-la-Gaillarde
Périgueux Périgueux TER Nouvelle-Aquitaine Saint-Pierre-de-Chignac
ou Thenon
Brive-la-Gaillarde
Périgueux Périgueux TER Nouvelle-Aquitaine Les Versannes
ou Les Eyzies
ou Terminus
Agen
ou Monsempron-Libos
ou Le Buisson
ou Terminus