Gare de Neuilly - Porte Maillot

gare ferroviaire française

Neuilly - Porte Maillot
Palais des Congrès
Image illustrative de l’article Gare de Neuilly - Porte Maillot
Le bâtiment voyageurs et son entrée, en 2019.
Localisation
Pays France
Commune Paris
Arrondissement 17e
Adresse 82, avenue de la Grande-Armée
75017 Paris
Coordonnées géographiques 48° 52′ 40″ nord, 2° 16′ 54″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Code UIC 87381020
Site Internet La gare de Neuilly - Porte Maillot, sur le site de la SNCF
RER (RER)(C)
Caractéristiques
Ligne(s) Ermont - Eaubonne à Champ-de-Mars (VMI)
Voies 2
Quais 1 (central)
Transit annuel 6 436 800 voyageurs (2014)
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Altitude 34 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Métro (M)(1) (Porte Maillot)
Bus RATP (BUS)RATP437382PC244274
Desserte de l'aéroport de Beauvais-Tillé Navette officielle par autocar
Noctilien (BUS)NoctilienN11N24N151N153

La gare de Neuilly - Porte Maillot est une gare ferroviaire française de la ligne d'Ermont - Eaubonne à Champ-de-Mars (VMI), située dans le 17e arrondissement de Paris. Elle est desservie par les trains de la ligne C du RER.

Elle se trouve à la limite est de Neuilly-sur-Seine, sur le bord nord-est de la place de la Porte-Maillot dont elle tient son nom. Elle est implantée entre les deux voies du boulevard Pereire, à l'est du boulevard Gouvion-Saint-Cyr et du palais des Congrès.

D'ici 2024, elle devrait être en correspondance avec la ligne E du RER.

Situation ferroviaireModifier

Cette gare est située au point kilométrique 6,356[1] de la ligne d'Ermont - Eaubonne à Champ-de-Mars (VMI). Son altitude est de 34 m.

La ligne ne se voit guère car elle a été construite en tranchée, longeant les boulevards des Maréchaux, et largement recouverte. Elle constitue, depuis 1988, un tronçon du RER C.

HistoireModifier

La gare de la ligne d'Auteuil et de la Petite CeintureModifier

 
Les portes Maillot et des Ternes en 1919
(gare, fortifs et luna-park).

La ligne d'Auteuil et ses gares ont été construites à l'initiative des frères Pereire, fondateurs de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain ; elles sont mises en service le [2]. La gare était l'une des sept stations de la ligne, longue de huit kilomètres, allant de la gare de Pont-Cardinet à celle d'Auteuil-Boulogne, également dénommée ligne d'Auteuil[3].

Le succès fut immédiat car, pour la première Exposition universelle de 1855 (qui eut lieu entre Étoile et Concorde du au ), nombreux furent les visiteurs qui s'y rendirent en chemin de fer jusqu'à la station « Neuilly-Maillot », à quelques centaines de mètres de cette superbe « Fête des Arts et de l'Industrie ». En 1855, la ligne passe sous le contrôle de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest et voit son trafic progresser d'année en année. Le nombre de voyageurs, gare Saint-Lazare non comprise, passe de 1 836 612 en 1859 à 2 438 768 en 1866[4].

En 1867, elle est incorporée dans la ligne de Petite Ceinture[5].

La gare initiale était optimisée pour une desserte urbaine fréquente avec des quais hauts pour un accès plus rapide aux trains en réduisant l'emmarchement ; la ligne ne présente aucune traversée des voies par les voyageurs, avec des accès aux quais bien dimensionnés dont les flux sont séparés. Les trains bondés, qui venaient de Saint-Lazare par Pont-Cardinet, circulaient à gauche. L'embarcadère était à droite et le débarcadère à gauche sur le double boulevard, au nom des frères Pereire, qui longe la nouvelle ligne. La rue dite du Débarcadère côté 17e conserve la trace de cette organisation, et se situe donc naturellement à l'ouest du boulevard Pereire-Sud. Les quais étaient également accessibles par le nord au niveau des nos 216 et 249 du boulevard Péreire[6].

Les locomotives-tender évitent par ailleurs les manœuvres aux extrémités de la ligne. Le trajet dure une vingtaine de minutes, à raison d'un train toutes les trente minutes. Deux ou trois rames d'une dizaine de voitures desservent la ligne en semaine, les compositions étant plus longues les dimanches et fêtes ainsi qu'en été, avec des marches détendues et des stationnements de deux minutes pour faire face à l'affluence[4].

Le bâtiment voyageurs de la gare, initialement identique à celui de la gare de l'avenue Henri-Martin[réf. nécessaire], est détruit en 1871 par les Versaillais, lors de la Commune de Paris. Reconstruite la même année dans le style de la gare de Courcelles - Levallois[réf. nécessaire], elle est à nouveau reconstruite dans un style prestigieux pour l’Exposition universelle de 1900 par l’architecte Juste Lisch, également auteur de la gare Saint-Lazare et de la gare des Invalides. Le bâtiment, du moins ce qui en est visible en surface, semble n'avoir pas changé depuis plus de 100 ans. La façade sur la place a toutefois été simplifiée et l'auvent originel a disparu[Quand ?].

Le 1er avril 1918, durant la Première Guerre mondiale, la gare est touchée lors d'un raid effectué par des avions allemands[7].

Du projet VMI (Vallée de Montmorency - Invalides) au RER CModifier

Le projet VMI, mis au point en 1977, prévoit de réunir deux lignes à l'histoire spécifique : la ligne d'Auteuil, devenue partie intégrante de la ligne de Petite Ceinture dans Paris intra-muros, et la ligne Ermont - Eaubonne - Plaine - Gare du Nord via Gennevilliers au nord, dite ligne La Plaine - Ermont-Eaubonne encore appelée ligne des Grésillons.

Cette ligne ferme le 6 janvier 1985 pour permettre sa transformation partielle et constituer l'une des branches du RER C.

La gare de Neuilly - Porte Maillot rouvre dans ce nouveau contexte le 25 septembre 1988.

Service des voyageursModifier

DesserteModifier

La gare est desservie par les trains de la ligne C du RER d'Île-de-France. En 2004, le nombre de voyageurs quotidiens se situait entre 7 500 et 15 000[8]. En 2014, la fréquentation selon les estimations de la SNCF est de 6 436 800 voyageurs soit 17 635 par jour en moyenne[9].

IntermodalitéModifier

La gare est en correspondance par de longs couloirs avec la station Porte Maillot de la ligne 1 du métro.

En outre, elle est desservie par les lignes de bus 43, 73, 82, PC, 244 et 274 (depuis l’arrêt Porte des Ternes pour cette dernière ligne) du réseau de bus RATP et, la nuit, par les lignes N11, N24, N151 et N153 du réseau de bus Noctilien. Enfin, elle est à l'origine d'une liaison par cars vers l'aéroport de Beauvais-Tillé.

ProjetsModifier

Prolongement de la ligne E du RERModifier

Dans le cadre du prolongement de la ligne E du RER d'Île-de-France à l'ouest, dont les travaux sont en cours, une augmentation du nombre de voyageurs est prévue. Lors de la mise en service du prolongement, en 2024[10], le trafic voyageurs de la gare de Neuilly - Porte Maillot devrait passer à 23 000 usagers[11].

La ligne C du RER et la ligne 1 du métro seront en correspondance facile avec le RER E, Neuilly - Porte Maillot devenant un point nodal important pour le trafic de voyageurs dans l'ouest de Paris. Le RER E donnera également la possibilité de se rendre plus facilement au pôle Gare du Nord / Gare de l'Est et dans le quartier de Saint-Lazare. Cette nouvelle desserte confortera la forte vocation touristique et d'affaires du quartier de la porte Maillot, avec son centre de congrès, ses nombreux hôtels et la desserte d'un aéroport (autocars pour l'aéroport de Beauvais-Tillé)[12].

La future gare du RER E devrait être creusée sous l'actuel terre-plein central, entre le parking souterrain du Palais des congrès et le tunnel du métro (ligne 1). Les quais du RER E devraient être quasiment aussi proches que ceux du métro et sans passage obligé par des escaliers (des escalators et des ascenseurs sont prévus). La gare du RER E devrait utiliser les entrées actuelles du métro pour son propre accès, ainsi que d'autres nouvelles, notamment un accès sur l'avenue de la Grande-Armée, côté 17e arrondissement, à proximité de la future station de la ligne T3b du tramway [13]. Cette nouvelle gare est prise en compte dans les projets pour redynamiser l'axe « Avenue de la Grande-ArméePorte MaillotAvenue Charles-de-Gaulle »[14].

La gare et le tunnel foré (6,1 km de long) seront réalisés par Bouygues Travaux Publics, en groupement avec DTP Terrassement, Razel-Bec, Sefi-Intrafor, Eiffage TP, Eiffage TP Fondations, pour un montant de 460 millions d'euros[15].

En 2018, le chantier, bien qu'engagé, est modifié en concordance avec les projets urbains et la modification du tracé du tramway T3 : l'entrée principale est modifiée pour libérer de l'espace de correspondance et une entrée secondaire est ajoutée[16]. La libération des emprises, très importantes sur la place, est prévue en 2023[17].

Prolongement de la ligne 3b du tramwayModifier

Du 18 janvier au 21 février 2016, le syndicat des transports d'Île-de-France a mené une première phase de concertation en vue de prolonger la ligne T3b à l'ouest de la porte d'Asnières jusqu'à Porte Maillot, voire au-delà jusqu'à la porte Dauphine[18]. Le tracé est ensuite modifié, impactant les travaux de la gare RER.

La station de tramway se situe à côté du bâtiment voyageurs historique de la gare du RER C et de l'entrée principale de la gare du RER E[19].

Les travaux de l'extension sont lancés en 2019[20], pour une pose des voies débutée et achevée en 2022 dans le secteur[21],[22].

RemarquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 207.
  2. André Jacquot, 130 ans de trains sur la ligne d'Auteuil, p. 18.
  3. André Jacquot, 130 ans de trains sur la ligne d'Auteuil, p. 25
  4. a et b André Jacquot, La ligne C du RER, p. 62.
  5. Livre : La saga de la petite ceinture par Bruno Carrière, éditions La vie du rail, 1991. (ISBN 2-902 808-36-4).
  6. Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe), plan 65e quartier Ternes, 109e feuille, échelle 1/500, côte PP/11765/C
  7. Excelsior du 8 janvier 1919 : Carte et liste officielles des bombes d'avions et de zeppelins lancées sur Paris et la banlieue et numérotées suivant leur ordre et leur date de chute.
  8. Stif - Atlas des transports publics en Île-de-France
  9. « Fréquentation en gares en 2014 », SNCF Open Data (consulté le )
  10. « « EOLE » : La mise en service du RER E jusqu'à Nanterre décalée à juin 2024 », sur CNews.fr,
  11. Les grandes étapes sur le site officiel du projet de prolongement du RER E
  12. « une gare creusée Porte Maillot », sur le Parisien, (consulté le ).
  13. Présentation sur le site officiel du prolongement à l'ouest, consulté le 26 décembre 2014.
  14. Site Internet de l'axe Étoile, Neuilly, Défense, dit « Axe Majeur », consulté le 26 juin 2012
  15. « Prolongement d’Eole : Vinci, Bouygues et Eiffage attributaires du marché de génie civil », sur Le Journal du Grand Paris (consulté le ).
  16. Nathalie Moutarde, « Les travaux de la première phase d’Eole s’achèveront en juin 2023 », Xavier Gruz, directeur du projet Eole-NexTEO (SNCF Réseau) », (consulté le )
  17. « Les Défis Eole : la reprogrammation de la Porte Maillot - un défi d'agilité » [vidéo] (consulté le ).
  18. Site officiel du projet de prolongement du T3b à l'ouest.
  19. Louise Pillegand, « Porte Maillot - T3 Le tracé », sur tramway.paris.fr, (consulté le ).
  20. « Cap à l'ouest : les travaux commencent », sur tramway.paris.fr, (consulté le ).
  21. « Porte Maillot, Boulevard de l'Amiral-Bruix : Travaux pour l'installation des voies du tramway », sur tramway.paris.fr, (consulté le ).
  22. « PORTE MAILLOT, BOULEVARD DE L’AMIRAL-BRUIX - Travaux pour l’installation des voies du tramway » [PDF], (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Montigny - Beauchamp
ou Pontoise
Pereire - Levallois     Avenue Foch Pont-de-Rungis - Aéroport d'Orly
ou Massy - Palaiseau
Montigny - Beauchamp Pereire - Levallois     Avenue Foch Dourdan
ou Brétigny