Ouvrir le menu principal

Gare de Lutzelbourg

gare française
Ne doit pas être confondu avec Gare de Lutzelhouse.

Lutzelbourg
Image illustrative de l’article Gare de Lutzelbourg
Le bâtiment voyageurs.
Localisation
Pays France
Commune Lutzelbourg
Adresse 1 rue de la Gare
57820 Lutzelbourg
Coordonnées géographiques 48° 43′ 48″ nord, 7° 15′ 06″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER
Caractéristiques
Ligne(s) Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville
Lutzelbourg à Drulingen (HS)
Voies 3 (+ voies de service)
Quais 2 (1 central et 1 latéral)
Transit annuel 62 677 voyageurs (2017)
Altitude 227 m
Historique
Mise en service 1851
Correspondances
Autocar voir à Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lutzelbourg

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Lutzelbourg

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Lutzelbourg

La gare de Lutzelbourg est une gare ferroviaire française de la ligne Paris – Strasbourg, située sur le territoire de la commune de Lutzelbourg, dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Elle est mise en service en 1851, par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), du réseau TER Grand Est, desservie par des trains express régionaux.

Situation ferroviaireModifier

 
La gare, le tunnel et le château.

Établie à 227 mètres d'altitude, la gare de Lutzelbourg est située au point kilométrique (PK) 447,983 de la ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville — dite ligne de Paris-Est à Strasbourg-Ville —, entre les gares fermées d'Arzviller et de Stambach, le tout s'intercalant entre les gares ouvertes de Réding et de Saverne. Elle était aussi l'origine de la ligne à voie métrique de Lutzelbourg à Drulingen (via Phalsbourg), aujourd'hui déclassée et déposée.

Sa vitesse limite de traversée est de 120 km/h, dans les deux sens[1].

La gare est implantée juste avant le portail sud-ouest du tunnel de Lutzelbourg (dont la longueur est de 439 mètres), dans la trouée de Saverne (massif des Vosges).

La longueur totale du quai 1 (latéral, contigu au bâtiment voyageurs), desservant la voie 2, est de 173 mètres ; celle du quai 2 (central, disposant d'un abri), desservant la voie 1 et une troisième voie — non utilisée en service commercial —, est de 239 mètres. Ces deux quais ne sont pas aux normes d'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite[2].

HistoireModifier

 
Vue de la gare, dans les années 1930.

La gare de Lutzelbourg est mise en service (avec un bâtiment voyageurs provisoire) par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg en mai 1851, lors de l'inauguration de la section de Strasbourg à Sarrebourg. L'ouverture de l'actuel bâtiment voyageurs est intervenue en 1852. Les travaux des infrastructures de la gare ont coûté un total de 86 235 francs. Elle catalyse dès lors une forte croissance économique ainsi que démographique dans la commune[3].

Le 21 janvier 1854, la Compagnie des chemins de fer de l'Est succède à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg. En 1858, les quais et les voies de garage sont agrandis pour pallier l'augmentation des trafics de voyageurs et de marchandises[3]. Entre 1862 et 1863, la gare de Lutzelbourg accueille 11 238 voyageurs. Sur la même période, le trafic des marchandises représente 88 869 tonnes pour la grande vitesse et 21 417 780 tonnes pour la petite vitesse.

En 1871, la gare entre dans le réseau de la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (EL) à la suite de la défaite française lors de la guerre franco-allemande de 1870 (et le traité de Francfort qui s'ensuivit). Le , le chemin de fer secondaire à voie métrique reliant Lutzelbourg à Phalsbourg est mis en service.

Le , la gare entre dans le réseau de l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine (AL), à la suite de la victoire française lors de la Première Guerre mondiale. Puis, le , cette administration d'État forme avec les autres grandes compagnies la SNCF, qui devient concessionnaire des installations ferroviaires de Lutzelbourg. Cependant, après l'annexion allemande de l'Alsace-Lorraine, c'est la Deutsche Reichsbahn qui gère la gare pendant la Seconde Guerre mondiale, du jusqu'à la Libération (en 1944 – 1945).

Elle perd définitivement son statut de gare de transbordement — entre deux lignes d'écartements différents — le , lors de la fermeture de la dernière section de Lutzelbourg à Phalsbourg de la ligne vers Drulingen. En 1962, la gare dispose de plusieurs voies de service et d'un quai militaire[4].

En 1966, un Trans-Europ-Express reliant Bâle à Bruxelles prend feu à 400 mètres de la gare de Lutzelbourg. Les voyageurs sont évacués et acheminés à Sarrebourg par autocars. L'incendie est finalement maîtrisé par les pompiers de Lutzelbourg et de la base aérienne de Phalsbourg-Bourscheid. Le 8 avril 1992, un train de marchandises déraille juste devant le tunnel de Lutzelbourg, en raison d'un problème d'essieux.

En juillet 2006, les murs extérieurs du bâtiment voyageurs sont ravalés. En outre, l'ancien quai militaire subsiste[5]. En 2011, un agent circulation est présent en gare, et dispose d'un tableau de contrôle optique (permettant la surveillance et la gestion du trafic)[6].

Lutzelbourg est, en 2015, une gare de catégorie C, c'est-à-dire une gare d'intérêt local dont la fréquentation annuelle est inférieure à 100 000 voyageurs[2]. Pour 2017, la SNCF estime plus précisément ce nombre à 62 677[7].

Les TER 200 (faisant alors partie du réseau TER Alsace), reliant Luxembourg (ancien EuroCity « Jean Monnet » ; uniquement le train no 299 pour la desserte de Lutzelbourg), Metz ou Nancy à Strasbourg sont supprimés au nouveau service horaire du 3 avril 2016.

Le bâtiment voyageursModifier

Le bâtiment voyageurs, de style néo-classique, date de l'ouverture de la ligne. À l'origine, il comportait vraisemblablement un corps central de trois travées sous toiture à deux croupes, ainsi que deux ailes latérales d'une travée et d'un seul étage à toiture à deux pans ; cela correspond aux bâtiments de type 5 dans la nomenclature de la Compagnie des chemins de fer de l'Est.

Ses courtes ailes d'origine semblent avoir été, par la suite, surhaussées d'un étage afin de les intégrer au corps central, tandis que les deux ailes actuelles (une à toit plat d'une travée et une à toit sous bâtière de deux travées) ont été construites de part et d'autre.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

La gare dispose d'un bâtiment voyageurs[8], ouvert au public en tant que salle d'attente. Un passage souterrain permet la traversée des voies.

DesserteModifier

 
Un TER arrivant en gare.

Lutzelbourg est desservie par des trains régionaux du réseau TER Grand Est, sur les lignes commerciales suivantes[9] :

IntermodalitéModifier

Un parking est aménagé à proximité du bâtiment voyageurs[8].

En complément, la gare est desservie par des autocars TER Grand Est, grâce à un arrêt situé en contrebas (dans la rue Koeberlé). À raison de deux aller-retour quotidiens hors week-ends et jours fériés, ils permettent d'accéder aux villages de Saint-Louis, Arzviller, Guntzviller et Hommarting, ainsi qu'à la gare de Sarrebourg[9]. Ledit arrêt est également desservi par la ligne 143 du réseau « Tim », qui relie Phalsbourg à Dabo[10].

Notes et référencesModifier

  1. Pioupiou67, « Re: Stambach Ex BV », sur lrpresse.com, (consulté le 11 décembre 2015).
  2. a et b « Document(s) de Référence du Réseau », sur sncf-reseau.com (consulté le 30 mars 2019) ; cf. les annexes du DRR de l'année en cours ou de la suivante.
  3. a et b « Lutzelbourg Histoire d'un Village : DE LA RESTAURATION AU IIème REICH », sur lutzelbourg.fr (consulté le 10 juillet 2016) ; cette page est une archive.
  4. S.N.C.F. RÉGION DE L’EST, « CARNET DE PROFILS ET SCHÉMAS : PL. 14 » [PDF], sur Index of /~bersano, (consulté le 11 décembre 2015), p. 15.
  5. Document vidéo : « A travers les Vosges de Réding à Strasbourg », parcours en cabine de conduite de la BB 15039 assurant l'EC 67, le  ; publié par La Vie du Rail.
  6. Document vidéo : (en) / (fr) « Strasbourg to Paris Driver's eye view », parcours en cabine de conduite de la rame TGV Réseau 511, assurant le train 2424 ; publié par Video 125 en 2011.
  7. « Fréquentation en gares », sur data.sncf.com, (consulté le 11 mars 2019).
  8. a et b « Lutzelbourg, Grand Est », sur Google Street View, (consulté le ).
  9. a et b « Gare Lutzelbourg », sur ter.sncf.com/grand-est (consulté le ).
  10. « DABO PHALSBOURG » [PDF], sur simplicim-lorraine.eu (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • André Linard, Sarrebourg parle de sa gare : Sarrebourg, Moselle, Sarrebourg : Société d'histoire et d'archéologie de Lorraine, impr. 2008, coll. « Documents / Société d'histoire et d'archéologie de Lorraine », 1998 [mis à jour en 2007], 191 p. (ISBN 9782909433424).  

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Metz-Ville
ou Sarrebourg
Réding TER Grand Est Saverne Strasbourg-Ville
Nancy-Ville Sarrebourg
ou Réding
TER Grand Est Saverne Strasbourg-Ville