Gare de Labastide-de-Lévis

Labastide-de-Lévis
Image illustrative de l’article Gare de Labastide-de-Lévis
Localisation
Pays France
Commune Labastide-de-Lévis
Adresse Rue de la Gare
81150 Labastide-de-Lévis
Coordonnées géographiques 43° 55′ 25″ nord, 1° 59′ 55″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant Fermée
Caractéristiques
Ligne(s) Tessonnières à Albi
Voies 1
Altitude 151 m
Historique
Mise en service Avant 1897
Fermeture 1973
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Labastide-de-Lévis
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
(Voir situation sur carte : Occitanie)
Labastide-de-Lévis
Géolocalisation sur la carte : Tarn
(Voir situation sur carte : Tarn)
Labastide-de-Lévis

La gare de Labastide-de-Lévis est une ancienne gare ferroviaire française de la Tessonnières à Albi située sur le territoire de la commune de Labastide-de-Lévis, dans le département du Tarn, en région Occitanie.

C'est une halte voyageurs lorsqu'elle est mise en service par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO). Elle est fermée en 1973 par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF)

Situation ferroviaireModifier

Établie à 151 mètres d'altitude, la halte de Labastide-de-Lévis est située au point kilométrique (PK) 344,475 de la ligne de Tessonnières à Albi, entre les gares de Tessonnières et de Marssac-sur-Tarn[1].

HistoireModifier

Le , le conseil général émet le vœu qu'il est urgent que « tous les trains de voyageurs de la ligne de Tessonnières à Albi s'arrêtent à la halte de Labastide-de-Lévis »[2].

Le total des recettes effectuées à l'arrêt de Labastide-de-Lévis est de 5 045 francs en 1897[3], 6 126 francs en 1901[4] et de 6 629 francs en 1903[5].

Le 24 avril 1922, le conseil général émet un vœu pour que la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) transforme en trains légers tous les trains de voyageurs qui circulent entre Albi et Tessonnières, afin qu'ils desservent les points d'arrêt de Labastide-de-Lévis et Terssac. L'argumentaire indique notamment que ces arrêts sont ouverts depuis plus de trente ans et que le trafic de Labastide-de-Lévis est de plus de 17 000 voyageurs annuellement[6]. Le Ministre des Travaux Publics répond que la Compagnie PO ne peut, pour ce service, remplacer un train de marchandises-mixte par un train léger mais qu'elle recherche une solution pour satisfaire cette demande lors du prochain service[7].

Service des voyageursModifier

Halte fermée au service des voyageurs.

Patrimoine ferroviaireModifier

L'ancien bâtiment, vendu par la SNCF dans les années 1970-1980, est devenu une propriété privée.

Notes et référencesModifier

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « (741+736) Tessonnières - Albi - Rodez », p. 91.
  2. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Séance du lundi 3 avril 1894 », p. 17.
  3. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemins de fer : Recettes effectuées, en 1897, par les gares du réseau d'Orléans situées dans le département du Tarn », p. 219.
  4. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemins de fer : Recettes au départ effectuées en 1901 par les gares et stations situées dans le département du Tarn », p. 217.
  5. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « VIII - Observations générales : Recettes au départ effectuées en 1903 par les gares et stations situées dans le département du Tarn », p. 217.
  6. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Séance du lundi 24 avril 1922 : Dépôt de vœux ou de propositions », p. 8.
  7. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5814626r/f209.image), « Deuxième partie : vœu tendant à la transformation en train léger, du train de marchandises-mixte 5526, partant d'Albi sur Tessonnières à 13 h 34, de manière à permettre à ce train de, desservir les arrêts de Terssac et de Labastide-de-Lévis », p. 190.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier