Ouvrir le menu principal

Gare de La Plaine

une gare ferroviaire située dans le canton de Genève, Suisse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Plaine.

La Plaine
Image illustrative de l’article Gare de La Plaine
Gare CFF et SNCF de La Plaine
Localisation
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Commune Dardagny
Coordonnées géographiques 46° 10′ 43″ nord, 5° 59′ 59″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire CFF
Exploitant CFF
Services Léman Express : L5
Caractéristiques
Ligne(s) 151
Voies 3
Quais 1
Zone 10 (Unireso)
Altitude 356 m
Historique
Mise en service
Architecte Raymond Grillot
Correspondances
Autobus PTX

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
La Plaine

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

(Voir situation sur carte : canton de Genève)
La Plaine

La gare de La Plaine est une gare ferroviaire située dans le village homonyme de la commune de Dardagny, dans le canton de Genève. Elle a été ouverte lors de la mise en service de la ligne de chemin de fer Lyon-Perrache à Genève.

Sommaire

Situation ferroviaireModifier

Établie à 356 mètres d'altitude, la gare de La Plaine est située au point kilométrique (PK) 153,100 de la ligne de Châtelaine (bif) à la frontière vers Bellegarde. Dernière gare suisse avant la frontière entre la France et la Suisse, elle est située entre les gares de Pougny - Chancy (en France) et Russin (en Suisse).

HistoriqueModifier

Comme pour la gare de Genève, de Vernier-Meyrin Cargo et de Satigny, la gare de La Plaine est construite en 1857 par la compagnie de chemin de fer de Lyon à Genève qui fusionnera avec la Compagnie PLM (Paris-Lyon-Marseille), selon les plans de l'architecte Raymond Grillot et correspond au modèle-type des gares de troisième ordre de cette ligne, c'est-à-dire une construction en maçonnerie, deux niveaux avec au rez, le service et à l'étage, l'appartement. Les combles sont également aménagés[1].

La ligne de chemin de fer de Lyon à Genève est inaugurée le et deux jours plus tard suit l'ouverture à l'exploitation commerciale[2]. Cette ligne de chemin de fer est la première à desservir la gare de Genève, et dès le début, elle est construite à double voie. Elle est électrifiée en 1956 selon les normes françaises, soit sous une tension de 1 500 V à courant continu. Bien que desservie par la SNCF, la ligne Genève − La Plaine est nationalisée en 1913, après la création des CFF. En 2012-2013, d'importants investissements sont réalisés pour réélectrifier la ligne en 25 kV 50 Hz.

D'autres arrêts sont également construits : celui de Meyrin Vieux-Bureaux ainsi que l'arrêt Cointrin. Depuis août 2018 et d'ici fin 2019, la gare sera rénovée dans le cadre du Léman Express, avec un quai rallongé et rehaussé pour faciliter l'accès aux personnes à mobilité réduite[3].

La gare de la Plaine a servi de décor pour quelques scènes du film Les Arpenteurs, de Michel Soutter, au début des années septante[4].

Le bâtiment voyageurs est démoli au début de l'année 2019.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

La gare est composée d'un unique quai latéral. Le bâtiment voyageurs été détruit en janvier 2019.

DesserteModifier

La gare est desservie par le train Léman Express L5, qui y effectue son terminus, la reliant à la gare de Genève-Cornavin[5].

Depuis le 9 décembre 2018, aucun train en provenance ou à destination de Bellegarde ne s'arrête à La Plaine.

Les anciennes appellations commerciales françaises et suisses sont abandonnées au profit de Léman Express et des indices de lignes définitifs dès le [6] : L5 (Genève-La Plaine) et L6 (Genève-Bellegarde)[5].

IntermodalitéModifier

La gare est desservie, par les lignes de bus P, T et X des Transports publics genevois.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Les chemins de fer du Canton de Genève, DAEL, Service des monuments et des sites, septembre 2007
  2. Journal de Genève, le 16 mars 1858
  3. « Léman Express: six gares genevoises modernisées », sur https://www.20min.ch, (consulté le 6 septembre 2018)
  4. Tours et détours de la conversation dans le cinéma de Michel Soutter : "Les arpenteurs" (3.2. L’écrit dans l’écran : pour un spectateur lecteur), Érudit (édition)
  5. a et b « Brochure Léman Express 11 juin 2018 », sur http://lemanexpress.ch, (consulté le 9 juin 2018)
  6. Recherche horaire sur le site officiel des CFF à une date postérieure au 9 décembre 2018

Voir aussiModifier