Ouvrir le menu principal

Gare de Flamboin-Gouaix

gare française

Flamboin-Gouaix
Image illustrative de l’article Gare de Flamboin-Gouaix
La gare vers 1900.
Localisation
Pays France
Commune Gouaix
Village Flamboin
Adresse avenue de la Gare
77114 Gouaix
Coordonnées géographiques 48° 28′ 21″ nord, 3° 17′ 42″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Services Fret
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Est à Mulhouse-Ville
Flamboin-Gouaix à Montereau
Voies 2 + voies de service
Altitude 59 m
Historique
Fermeture 1949 (service voyageurs)

La gare de Flamboin-Gouaix est une gare ferroviaire française, fermée au trafic voyageurs, de la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville, située sur le territoire de la commune de Gouaix, dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Vers la fin des années 1840, la Compagnie du chemin de fer de Montereau à Troyes ouvre le dépôt de Flamboin, qui va prendre de l'ampleur avec la Compagnie des chemins de fer de l'Est avant d'être fermé au profit de celui de Longueville ouvert en 1911.

Situation ferroviaireModifier

La gare de Flamboin-Gouaix, établie à 59 m d'altitude, est située au point kilométrique (PK) 95,081 de la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville, entre les gares ouvertes de Longueville et Nogent-sur-Seine. Nœud ferroviaire, elle est également la gare d'origine de la ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau.

 
Bifurcation entre la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville, à gauche, et la ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau, à droite.

HistoireModifier

 
Bâtiment voyageurs fermé, vu de la place de la gare.

La Compagnie du chemin de fer de Montereau à Troyes met en service le 10 avril 1848[1] sa ligne de chemin de fer de Montereau à Troyes. Il n'y a pas de station à Flamboin mais un dépôt[2] pour l'entretien des locomotives est édifié près du village.

La station de Flamboin est ouverte par la compagnie des chemins de fer de l'Est, qui a pris la suite de la compagnie d'origine, à la fin des années 1850, sans doute après 1858[3]. En 1866, l'annuaire de Seine-et-Marne cite Flamboin comme l'une des stations de la ligne.

Le dépôt de Flamboin est fermé en 1911[4] au profit de celui de Longueville. Ce n'est qu'en 1930 qu'intervient la destruction de la remise à locomotives.

La SNCF ferme la gare au trafic voyageurs en 1949[5]. Il n'existe plus de quai accessible, celui longeant le bâtiment voyageurs, encore en place mais raccourci en largeur, ne permettant pas une desserte éventuelle dans des conditions normales d'exploitation[6].

Service des voyageursModifier

La gare est fermée aux voyageurs depuis 1949.

Service des marchandisesModifier

La gare est ouverte au transport de fret par train massif et uniquement sur installation terminale embranchée (ITE)[7].

Réouverture de la ligne vers MontereauModifier

La réouverture de la ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau, pour un trafic fret, est effective depuis mi-2011[8].

L'ouverture totale de la ligne a eu lieu le 8 mai 2011. La vitesse limite a été fixée à 40 km/h sur l'ensemble de la ligne.

Galerie de photographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. René-Charles Plancke, 1991, p. 79.
  2. Site Ajecta, Parisien ou Champenois : Une naissance tardive lire en ligne (consulté le 11 mars 2011).
  3. René-Charles Plancke, 1991, p. 82.
  4. René-Charles Plancke, 1991, p. 83.
  5. René-Charles Plancke, 1991, p. 192.
  6. Photo du quai, rétréci en largeur, longeant le bâtiment voyageurs.
  7. Site Fret SNCF, consulté le 3 juillet 2011.
  8. « Flamboin-Gouaix — Montereau », sur metro-pole.net via web.archive.org, article de mars 2009 (consulté le 24 septembre 2015).

BibliographieModifier

  • René-Charles Plancke, « Petite histoire de la ligne Montereau - Flamboin - Gouaix », dans Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne : tome I de la vapeur au TGV, édition Amatteis, Le Mée-sur-Seine, 1991 (ISBN 2-86849-105-7) pp. 79-88
  • René-Charles Plancke, « La ligne de Gretz à Sézanne », dans Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne : tome I de la vapeur au TGV, édition Amatteis, Le Mée-sur-Seine, 1991 (ISBN 2-86849-105-7) pp. 277-297

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier