Ouvrir le menu principal

Gare de Cordes - Vindrac

gare française

Cordes - Vindrac
Image illustrative de l’article Gare de Cordes - Vindrac
Localisation
Pays France
Commune Vindrac-Alayrac
Quartier Alayrac
Adresse D25A
81170 Alayrac
Coordonnées géographiques 44° 04′ 01″ nord, 1° 53′ 59″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Occitanie
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac
Carmaux à Vindrac
Voies 2
Quais 2 (dont un central)
Transit annuel 7341 (2014)
Altitude 172 m
Historique
Mise en service 24 octobre 1864
Architecte Compagnie PO

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cordes - Vindrac

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Cordes - Vindrac

Géolocalisation sur la carte : Tarn

(Voir situation sur carte : Tarn)
Cordes - Vindrac

La gare de Cordes - Vindrac est une gare ferroviaire française de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, située sur le territoire de la commune de Vindrac-Alayrac, à proximité de Cordes-sur-Ciel, dans le département du Tarn en région Occitanie.

Elle est mise en service en 1864 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Occitanie.

Sommaire

Situation ferroviaireModifier

Établie à 172 mètres d'altitude, la gare de Cordes - Vindrac est située au point kilométrique (PK) 319,389 de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, entre les gares de Lexos et de Donnazac (fermée)[1].

Ancienne gare de bifurcation elle était également l'aboutissement au PK 457,973 de la ligne de Carmaux à Vindrac (déclassée en 1953)[2].

Située sur une section à voie unique, c'est une gare d'évitement qui dispose d'une deuxième voie pour le croisement des trains[1].

HistoireModifier

La station de « Vindrac » est mise en service le 24 octobre 1864 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la ligne de Toulouse à Lexos[3].

Le 31 mai 1937 la gare de Vindrac devient une gare de bifurcation avec l'ouverture de la ligne de Carmaux à Vindrac par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne (Midi). Le service voyageurs, réalisé par des autorails, est fermé moins de trois ans plus tard, le 1er juillet 1939. Il subsiste un petit service de marchandises jusqu'à la fermeture complète qui intervient au début de la Deuxième Guerre mondiale. La ligne est déclassée le 3 septembre 1953[2].

Après la fermeture de cette ligne, qui desservait la gare de Cordes chef-lieu de canton, Vindrac est renommée en gare de « Cordes - Vindrac »[4].

En 2013, la gare comporte des quais réhaussés et accessibles avec une voie neuve[5].

En 2014, c'est une gare voyageurs d'intérêt local (catégorie C : moins de 100 000 voyageurs par an de 2010 à 2011), qui dispose de deux quais, deux abris et une traversée de voie à niveau par le public (TVP)[6].

En 2014, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare était de 7 341 voyageurs[7].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours[8].

DesserteModifier

Cordes - Vindrac est une gare voyageurs du réseau TER Occitanie, desservie par des trains express régionaux des relations : Aurillac - Figeac - Toulouse (ligne 3)[9] et Gaillac - Figeac] (ligne 3)[10].

IntermodalitéModifier

La gare est desservie par la ligne 707 du réseau Tarn'Bus.

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[8].

Service des marchandisesModifier

Cette gare est ouverte au service du fret[11] (service limité à la desserte d'installations terminales embranchées).

Patrimoine ferroviaireModifier

Le bâtiment voyageurs à l'architecture typique PO, à trois ouvertures et un étage sous une toiture à deux pans couverte en tuiles et des combles avec un œil-de-bœuf en pignon[5] et une halle à marchandises[12].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « (718/3) Villefranche-de-Rouergue - Tessonières », p. 77.
  2. a et b Jean-Paul Marion (Synthèse de sources), « La voie ferrée Carmaux-Vindrac : 25 km 990 m » [PDF], sur http://www.milhars.com/, (consulté le 14 septembre 2014).
  3. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 3 (1864-1870), Palau, , 239 p. (ISBN 2-950-9421-3-X), « 7.17 Toulouse-Lexos : 24 octobre 1864 », p. 29.
  4. « Gare intégrée dans un nœud ferroviaire : Cordes - Vindrac », sur http://www.massifcentralferroviaire.com/, (consulté le 14 septembre 2014).
  5. a et b « Sortie Chemins de fer sur les traces de l'ancienne ligne de Vindrac à Carmaux » [PDF], sur http://www.chemins-a-fer.org/, (consulté le 14 septembre 2014).
  6. SNCF, « Document de référence des gares de voyageurs révisé pour l'horaire de service 2014 : Version 6 au 9 mars 2014 » [PDF], sur Gares & Connexions, (consulté le 14 septembre 2014).
  7. « Fréquentation en gares en 2014 – Cordes », sur SNCF Open Data, traitement du 26 avril 2016 (onglet informations) (consulté le 3 novembre 2016).
  8. a et b SNCF, « Services & Gares / Gare Cordes-Vindrac », sur http://www.ter.sncf.com/, (consulté le 14 septembre 2014).
  9. SNCF, « 3- Toulouse-Figeac-Aurillac (hors travaux) » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 14 septembre 2014).
  10. SNCF, « 4- Albi-Gaillac-Figeac » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 14 septembre 2014).
  11. Site Fret SNCF : la gare de Cordes - Vindrac.
  12. « Halle à marchandises de Cordes - Vindrac », sur http://www.massifcentralferroviaire.com/, (consulté le 14 septembre 2014).

Voir aussiModifier