Gare de Charleroi-Ouest

gare ferroviaire belge

Charleroi-Ouest
Image illustrative de l’article Gare de Charleroi-Ouest
Quais de la halte en 2022.
Localisation
Pays Belgique
Commune Charleroi
section Charleroi
Coordonnées géographiques 50° 24′ 38″ nord, 4° 26′ 11″ est
Gestion et exploitation
Exploitant SNCB
Code UIC 88720664
Services (M)S61
Touristique (ICT)
Caractéristiques
Ligne(s) 140 Ottignies à Marcinelle
Voies 3
Quais 2
Historique
Mise en service
Correspondances
Métro léger M1 M2 M3 M4

Carte

La gare de Charleroi-Ouest est une gare ferroviaire belge de la ligne 140 d’Ottignies à Charleroi, située à la limite entre Charleroi et Dampremy en province de Hainaut et Région wallonne. Jadis terminus de la ligne, pour les voyageurs, et se prolongeant en direction de Marcinelle, elle fut reliée à la Gare de Charleroi-Central par une nouvelle courbe (ligne 140/1) dans le cadre du plan IC-IR de 1984. Faute à sa faible desserte, cet arrêt n'est que peu fréquenté, la gare de Charleroi-Sud (Charleroi-Central depuis 2022), bien plus importante, se situant à moins d'un kilomètre de celle-ci.

Jadis, la gare disposait d'un grand bâtiment avec guichets accolé à la voie 1. Il n'existe plus aujourd'hui. Une station du métro léger de Charleroi, Ouest, jouxte la gare.

Depuis le mois de , les trains Omnibus (L) et d'heure de pointe (P), ont été renommés dans le cadre de la création du réseau suburbain de Charleroi ; Charleroi-Ouest se trouve sur la ligne S61 du RER de Charleroi.

Situation ferroviaireModifier

HistoireModifier

La station de Charleroi (ville-basse)[1] est mise en service le [2] lorsque la Compagnie du chemin de fer de Charleroi à Louvain ouvre à l'exploitation la section d'Ottignies à Charleroi[3], qui rejoint le réseau des Chemins de fer de l'État belge au niveau de Marchienne-Est d'où partent déjà les lignes, privées, vers Couvin (Chemin de fer de l'Entre-Sambre-et-Meuse) et Erquelinnes (Compagnie du Charleroi-Erquelinnes, future composante du Nord-Belge).

 
Bâtiment de la gare au début du XXe siècle.

Terminus de la ligne, pour les voyageurs, situé à moins d'un kilomètre de la gare de Charleroi-Sud, la gare de la ville basse n'est toutefois pas le siège administratif de la compagnie qui a choisi d'implanter ses bureaux et son dépôt de locomotives en gare de Lodelinsart.

Dès 1859, la compagnie fusionne avec plusieurs autres exploitants belges pour donner naissance aux Chemins de fer de l'Est belge puis, à la suite d'un nouveau regroupement, au Grand Central Belge. De nombreux trains transitent désormais par la gare de l'Ouest pour gagner la France ou les Pays-Bas.

Carte topographique de 1873 avec la station d'origine à la hauteur de la future place de la Digue.

La gare d'origine se trouvait à l'origine plus au sud à hauteur de l'actuelle place de la Digue[4]. En 1886[5], le Grand Central fait reconstruire la gare plus près du viaduc[6] et érige un bâtiment de gare extrapolé de son plan standard mais plus haut d'un étage côté voies en raison de l'implantation des voies dans une tranchée[7]. Surnommée « la gare des flamands » en raison du transit de nombreux mineurs de fond venant du nord du pays[8], son bâtiment est doté d'un niveau supplémentaire en 1909[5].

La nationalisation du Grand Central est décidée en 1897. Les Chemins de fer de l'État belge reprennent la ligne et changent le nom de la gare de Charleroi (ville basse) pour Charleroi (Ouest) à partir du [2].

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la gare de l'Ouest perd de son importance. Plusieurs lignes ferment au trafic des voyageurs et marchandises et la ligne 140 (Charleroi - Ottignies) décline également. La SNCB décide cependant de l'électrifier et de créer une courbe de raccordement directe vers la gare de Charleroi-Sud dans les années 1980[3]. Le bâtiment de la gare est rasé et remplacé par un préfabriqué qui ferme à la fin des années 1990[7], faisant de Charleroi-Ouest un simple point d'arrêt.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Halte SNCB, c'est un point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre. L'accès au quai s'effectue au moyen d'un escalier depuis le pont routier où est disposé un distributeur automatique de titres de transport.

DesserteModifier

Charleroi-Ouest est desservie par des trains Suburbains (S61) et Touristiques (ICT) de la SNCB qui effectuent des missions sur la ligne 140 (Charleroi-Central - Ottignies)[9].

En semaine, la desserte est constituée de trains S61 entre Namur ou Jambes et Wavre ou Ottignies via Charleroi-Central (toutes les heures), complétés aux heures de pointe par trois trains S61 supplémentaires entre Charleroi-Central et Ottignies (le matin) et trois dans le sens opposé (en fin d’après-midi).

Les week-ends et jours fériés, la desserte est beaucoup plus restreinte avec des trains S61 entre Namur et Ottignies, toutes les deux heures, et un train ICT (uniquement en saison touristique) en direction de Bierges-Walibi et de Wavre (aller le matin, retour le soir).

IntermodalitéModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Chemin de fer de l'Est belge (faisant partie du Grand Central Belge) », dans Annuaire spécial des chemins de fer belges, vol. 2 (lire en ligne), p. 145.
  2. a et b (nl) Jean-Pierre Schenkel et al., « ST/H/PA - Charleroi-Ouest », sur spoorweggeschiedenis, (consulté le )
  3. a et b « Belgische spoorlijnen : L 140 », sur Spoorwegpagina's van Paul Kevers (consulté le ).
  4. Everard 1959, p. 107.
  5. a et b « Gare de Charleroi-Ouest », sur www.charleroi-decouverte.be (consulté le )
  6. Le viaduc, qui a depuis donné son nom au quartier environnant, a été construit en 1884 pour enjamber le chemin de fer Charleroi - Louvain. « Le Viaduc », sur www.charleroi-decouverte.be (consulté le ).
  7. a et b « Les gares belges d'autrefois. La gare de Charleroi Ouest. Guy Demeulder. », sur www.garesbelges.be (consulté le )
  8. « Gare de Charleroi-Ouest [avant 1909] », sur www.charleroi-decouverte.be (consulté le )
  9. « Brochures de ligne », sur belgiantrain.be, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jacques Morue, « Le Grand Central belge », dans 150 ans de rail à Charleroi, Bruxelles, Édition PFT asbl, , 268 p., p. 62-75.
  • Jean Everard, Monographie des rues de Charleroi, Charleroi, Collins, , 223 p.
  • Philippe Nonclercq, Charleroy autrefois : ses rues, ses quartiers, son histoire, Liège, Noir Dessin Production, , 276 p. (ISBN 978-2-87351-329-0).

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Wavre Lodelinsart ICT
(week-ends ou vacances)
Charleroi-Central Charleroi-Central
Ottignies
ou Wavre
Sint-Joris-Weert
Lodelinsart   S61
(en semaine)
Charleroi-Central Jambes
Ottignies Lodelinsart   S61
(week-ends et fériés)
Charleroi-Central Namur
ou Charleroi-Central