Ouvrir le menu principal

Gare de Chêne-Bourg

gare ferroviaire suisse

Chêne-Bourg
Image illustrative de l’article Gare de Chêne-Bourg
La gare en 2018, vue depuis l'ouest.
Localisation
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Commune Chêne-Bourg
Coordonnées géographiques 46° 11′ 48″ nord, 6° 11′ 47″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire CFEG
Exploitant CFF (à partir de 2019)
Services Léman Express (à partir de 2019)
Caractéristiques
Ligne(s) Ligne Annemasse - Genève-Eaux-Vives (1888-2013)
CEVA (en 2019)
Voies 2
Quais 1 (central)
(anciennement 2 puis 1 latéral)
Zone 10 (Unireso)
Historique
Mise en service (ligne des Eaux-Vives)
(réouverture temporaire)
(CEVA)
Fermeture (désaffectée)
(pour reconstruction)
Architecte Hermann Hug (bâtiment de 1888)
Ateliers Jean Nouvel (gare du CEVA)
Correspondances
Tramway 12
à Place Favre ou Peillonnex (par la voie publique)
Autobus 3161C+
à Place Favre ou Peillonnex (par la voie publique)

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Chêne-Bourg

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

(Voir situation sur carte : canton de Genève)
Chêne-Bourg

La gare de Chêne-Bourg est une gare ferroviaire située dans la commune de Chêne-Bourg du canton de Genève (Suisse). En cours de reconstruction, elle est fermée depuis le et rouvrira lors de l'inauguration de la future ligne CEVA (« Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse »), fin 2019.

Sommaire

Situation ferroviaireModifier

Établie en souterrain à 421 mètres d'altitude, la gare de Chêne-Bourg sera située sur le CEVA entre les gares des Eaux-Vives et d'Annemasse.

Du temps de la ligne d'Annemasse à Genève-Eaux-Vives (frontière), elle était située en surface au point kilométrique (PK) 3,405 entre les gares des Eaux-Vives et d'Ambilly.

HistoireModifier

La gare d'origineModifier

 
La gare en 2011.

La gare est construite en 1887 et ouvre en même temps que la ligne d'Annemasse à Genève-Eaux-Vives le [1],[2]. Les plans de la gare sont dessinés par l'architecte cantonal Hermann Hug[1].

La gare ferme en 1987, remplacée par la halte d'Ambilly créée en 1985. Cette fermeture a été exigée par les douanes, qui réclamaient un seul point de contrôle du trafic sur le territoire helvétique, soit la gare des Eaux-Vives[3]. L'ancien bâtiment, ravalé en 1984 a été conservé et abrite un commerce « La Gare - Antiquités, brocante »[1].

Réouverture provisoireModifier

Fin novembre 2011, la gare a fait l'objet de légers travaux qui ont permis sa réouverture temporaire le [4],[3] : un quai d'environ 75 m a été aménagé entre la voie en service et l'ancien bâtiment voyageur, et des locaux provisoires pour la douane ont été installés.

Avec le démarrage des travaux du projet CEVA, et la fermeture de la gare des Eaux-Vives le , cette réouverture permet le maintien de la circulation des TER entre le Canton de Genève et la Haute-Savoie pendant environ 17 mois. Ensuite, la ligne du ligne d'Annemasse à Genève-Eaux-Vives (frontière) sera définitivement fermée pour permettre la réalisation et la mise en service du CEVA.

Durant cette réouverture temporaire, l'offre TER est identique à celle desservant la gare des Eaux-Vives. En pointe le matin, quatre liaisons de renfort en tramway sont mises en place par les TPG et circulent au départ de la gare, et à destination des Augustins (voire du Bachet). Le reste de la journée, les correspondances se feront avec le tramway aux stations Place Favre ou Peillonex de la ligne 12 des TPG à faible distance.

Depuis le 1er avril 2013, ce service provisoire est interrompu pour faire place aux travaux.

La nouvelle gare souterraineModifier

 
Ancien bâtiment de la gare lors de son déplacement

La gare est en cours de reconstruction dans le cadre du projet CEVA : la gare en surface laisse place à une gare souterraine réalisée par les Ateliers Jean Nouvel ; elle deviendra alors une des gares du futur Léman Express, qui sera mis en service en .

Le bâtiment voyageurs existant est par contre conservé et a été déplacé le 17 juillet 2013, d'environ 40 mètres au nord de la voie ferrée actuelle[5].

Avec la mise en service du CEVA, une interface des transports publics sera créée. Un nouveau plan localisé de quartier prévoit des constructions destinées au logement, au commerce, à des équipements communaux, sur une surface de 24 700 à 30 800 m2[6],[7],[8].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

DesserteModifier

La gare sera desservie par des trains de quatre des six lignes du Léman Express[9].

IntermodalitéModifier

La desserte en direction de la Haute-Savoie est assurée par un service de bus à partir de 2013, la ligne 61 des Transports publics genevois (TPG), et ce jusqu'à la mise en service du CEVA en 2019 ; toutefois cette ligne de bus ne dessert pas la gare de façon directe, le bus devant se prendre aux arrêts Place Favre ou Peillonnex, qui sont des stations de la ligne 12 du tramway de Genève et de la ligne de bus 31 des TPG, et qui sont placés à près de 350 m de la gare. Aux heures de pointe, la ligne de bus C+ dessert la station Peillonnex.

Originellement dotée d'une boucle de retournement des tramways, ayant servi de terminus à la ligne 17 du tramway de Genève, cette dernière a été transformée en un simple tiroir de service fin 2016[10],[11].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Bénédict Frommel et Enis Arikok, Les chemins de fer du canton de Genève, Étude historique 1840-1960 : Ligne Eaux-Vives - Moillesulaz, Genève, DAEL - Service des monuments et des sites, , 257 p. (lire en ligne), p. 200-231
  2. Revue : La Vie du Rail, no 1809
  3. a et b Chloé DEthurens, « CEVA : La gare de Chêne-Bourg va rouvrir »,
  4. « La gare de Chêne-Bourg pourrait rouvrir en 2011 », Marc Moulin dans la Tribune de Genève du 18 janvier 2011.
  5. [1]
  6. « Gare Chêne-Bourg », aménagement du territoire, État de Genève.
  7. « Genève Chêne-Bourg », CFF immobilier.
  8. « Valorisation de la gare de Chêne-Bourg », site du mandataire Mayor + Beusch.
  9. « Carte du réseau Léman Express », sur http://lemanexpress.ch (consulté le 18 octobre 2017)
  10. « CEVA et Léman Express », sur http://www.citrap-ge.ch, (consulté le 21 décembre 2017)
  11. « Boucle modifiée », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 18 février 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier