Ouvrir le menu principal

Gare de Bougival

gare française

Bougival
Image illustrative de l’article Gare de Bougival
Le bâtiment voyageurs de la gare.
Localisation
Pays France
Commune La Celle-Saint-Cloud
Adresse Place du Maréchal Leclerc
78170 La Celle-Saint-Cloud
Coordonnées géographiques 48° 51′ 15″ nord, 2° 07′ 56″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TransilienLigne L du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Saint-Cloud à Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt-de-Marly
Voies 2
Quais 2
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Altitude 116 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Bus en Seine (BUS) Bus en Seine D
TMLB (BUS) TMLB? 54 55

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bougival

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Bougival

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
Bougival

La gare de Bougival est une gare ferroviaire française de la ligne de Saint-Cloud à Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt-de-Marly, située sur le territoire de la commune de La Celle-Saint-Cloud, à proximité de Bougival dans le département des Yvelines en région Île-de-France. Elle est au sud-ouest du centre-ville à flanc de coteau.

Elle est ouverte en 1884 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains de la ligne L du Transilien (réseau Paris-Saint-Lazare). Elle se situe à une distance de 22,2 km de la gare de Paris-Saint-Lazare.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 116 mètres d'altitude, la gare de Bougival est située au point kilométrique (PK) 22,174[1] de la ligne de Saint-Cloud à Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt-de-Marly, entre les gares de La Celle-Saint-Cloud et de Louveciennes.

HistoireModifier

Lors de la réalisation de la ligne de Saint-Cloud à Saint-Nom-la-Bretêche, la station de Bougival est construite sur le territoire de la commune voisine de La Celle-Saint-Cloud, à la limite occidentale de la commune de Bougival. Elle prend pour cette raison le nom de Bougival - La Celle-Saint-Cloud. À l'origine du projet, un passage à niveau est projeté sur le chemin des Robichons, mais il est finalement transformé par un passage inférieur afin de faciliter les manœuvres en gare[2]. Comme toutes les gares du parcours (à l'exception de L'Étang-la-Ville), Bougival répond aux dispositions des gares de troisième classe du chemin de fer de Grande Ceinture : une cour destinée aux marchandises est créée, dotée d'une largeur de vingt-cinq mètres, ainsi que trois voies de débord reliées aux voies principales dans les deux sens. En outre, la gare est la seule de la ligne à disposer d'un château d'eau, destiné à alimenter les locomotives à vapeur en eau grâce à deux grues hydrauliques placées en tête de quai dans chaque sens[3].

 
La gare vue depuis le quai pour Saint-Nom-la-Bretèche.
 
Vue des quais avec un train venant de Paris-Saint-Lazare.

Bien qu'ouverte dès l'ouverture de la ligne en 1884, l'éloignement de la gare par rapport au bourg pousse les habitants à continuer à emprunter le tramway de Paris à Saint-Germain-en-Laye, qui longe le Seine. Il faut attendre la construction de lotissements après la Première Guerre mondiale, puis l'électrification de la ligne par troisième rail en 1931, pour voir le trafic de la gare nettement progresser[2].

En 1896, arguant de la situation géographique de l'établissement sur son territoire, le conseil municipal de La Celle-Saint-Cloud demande que le nom de la commune soit placé avant celui de Bougival, et non l'inverse. Après instruction de la demande, l'administration refuse la modification, justifiant que le trafic de voyageurs provient majoritairement de Bougival. Toutefois, la création d'une nouvelle station sur le territoire de cette commune est déjà envisagé à long terme sous le nom de La Celle-des-Bois ; elle ouvre en effet en 1959, mais sous le nom de La Chataîgneraie-Beauregard[3]. Le 29 mai 1983, cette dernière est renommée en gare de La Celle-Saint-Cloud, et à la même date, la gare de Bougival - La Celle-Saint-Cloud devient plus simplement la gare de Bougival[4]. En 1965, le passage inférieur biais dit de La Celle situé au PK 21,116 laisse la place à un ouvrage droit de vingt mètres d'ouverture. Les passages supérieurs dits du Ariel (PK 22,986) et Saint-Michel (PK 22,639) sont respectivement reconstruits en 1968 et 1976. Plusieurs années de suite, cette gare participe au concours des gares fleuries. Un bassin, sur le quai direction Paris, est le vestige des efforts du chef de gare d'alors[3].

Le trafic montant quotidien ne dépasse pas 50 voyageurs à l'ouverture de la ligne en 1884, puis 102 par jour en 1893. Il atteint 477 voyageurs en 1938, 1 092 en 1973 et enfin 1 220 voyageurs par jour en 2003, ce qui en fait la gare au plus faible trafic de la ligne après celle de L'Étang-la-Ville[5].

En 2012, 1 460 voyageurs ont pris le train dans cette gare chaque jour ouvré de la semaine[6].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Gare SNCF de la « région » du Transilien Paris Saint-Lazare, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates Transilien pour l'achat de titres de transport[7].

DesserteModifier

Bougival est desservie par les trains de la ligne L du Transilien (réseau Paris-Saint-Lazare), à raison (par sens) d'un train toutes les 30 minutes en heures creuses, de deux à huit trains par heure aux heures de pointe (au départ le matin et à l'arrivée le soir) et d'un train toutes les 30 minutes en soirée.

Les trajets sont assurés par des automotrices de type Z 6400. Le temps de trajet est, selon les trains, de 26 à 32 minutes depuis la gare de Paris-Saint-Lazare[8].

IntermodalitéModifier

La gare est desservie par la ligne D du réseau de bus Bus en Seine et par les lignes 54 et 55 de l'établissement Transdev de Montesson La Boucle.

Par ailleurs, deux parcs relais gratuits de 42 places (place Leclerc) et 165 places (place du Cormier) sont aménagés pour les véhicules[9].

Patrimoine ferroviaireModifier

Le bâtiment voyageurs correspond au modèle standard des gares de troisième classe de cette ligne ainsi que de la ligne de la grande ceinture de Paris ; ce modèle, dont le plan fut conçu par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Luneau[10], a été utilisé notamment pour la gare de Marly-le-Roi.

Toutes ces gares possèdent à l’origine, une marquise s’appuyant sur la façade côté quai. Un abri voyageurs, lui aussi doté d'une marquise symétrique, étant implanté sur le quai opposé. Les gares de Louveciennes, Bougival et Vaucresson sont les seules à avoir conservé ces structures.

Notes et référencesModifier

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 209.
  2. a et b Pierre Bouchez, De Paris St-Lazare à Versailles et St-Nom-la-Bretèche (1839-2007), p. 143
  3. a b et c Pierre Bouchez, De Paris St-Lazare à Versailles et St-Nom-la-Bretèche (1839-2007), p. 144
  4. Pierre Bouchez, De Paris St-Lazare à Versailles et St-Nom-la-Bretèche (1839-2007), p. 142
  5. Pierre Bouchez, De Paris St-Lazare à Versailles et St-Nom-la-Bretèche (1839-2007), p. 128
  6. [PDF]« Délibération n° 2012/301, séance du 10 octobre 2012 », sur le site du STIF (consulté le 25 août 2013) : « Déploiement de nouveaux afficheurs Infogare TFT/TLED lignes L&J, Volet information voyageurs : Identifiant PQI 181 », p. 15. Le STIF définit le nombre de montants pour une gare comme le nombre de voyageurs y prenant le train les jours ouvrés et hors période de vacances scolaires.
  7. Transilien - Gare de Bougival : services Transilien
  8. Transilien - Fiches horaires
  9. Stif - Atlas des transports publics en Île-de-France
  10. « Luneau », sur Patrimoine de France, (consulté le 18 juin 2016)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Bruno Carrière, Les trains de banlieue, tome I, édition La Vie du Rail, 1997, 303 p. (ISBN 2902808666)
  • Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, Éd. La Vie du Rail, 1999, 335 p. (ISBN 2902808763)
  • Pierre Bouchez, De Paris St-Lazare à Versailles et St-Nom-la-Bretèche (1839-2007), Éd. La Vie du Rail, 2007, 170 p. (ISBN 9782915034677)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt de Marly Louveciennes     La Celle-Saint-Cloud Paris Saint-Lazare