Ouvrir le menu principal

Gare de Bitche

gare ferroviaire française

Bitche
Image illustrative de l’article Gare de Bitche
Ancien bâtiment voyageurs de la gare, en 2010.
Localisation
Pays France
Commune Bitche
Adresse Rue de la Gare
57230 Bitche
Coordonnées géographiques 49° 02′ 56″ nord, 7° 25′ 56″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant (Fermée)
Caractéristiques
Ligne(s) Haguenau à Hargarten - Falck (en partie HS)
Transit annuel 27 488 voyageurs (2014)
Altitude 307 m
Historique
Mise en service
Fermeture
Correspondances
Cars TER voir Service routier de substitution

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bitche

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Bitche

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Bitche

La gare de Bitche, anciennement « gare de Bitche-Ville », est une gare ferroviaire française de la ligne de Haguenau à Hargarten - Falck, située sur le territoire de la commune de Bitche, dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Mise en service en 1869 par la Compagnie des chemins de fer de l'Est, elle est fermée par la Société nationale des chemins de fer français en 2014 après l'arrêt complet des circulations sur la ligne.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 307 mètres d'altitude, la gare de Bitche est située au point kilométrique (PK) 44,957 de la ligne de Haguenau à Hargarten - Falck entre les gares fermées de Bitche-Camp et de Lemberg[1]. Elle se trouve sur la section inexploitée de la ligne, entre Niederbronn-les-Bains et Sarreguemines.

HistoireModifier

La gare de Bitche est mise en service le 15 décembre 1869, par la Compagnie des chemins de fer de l'Est, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Sarreguemines à Niederbronn-les-Bains[2]. Elle est située à proximité des fortifications sur décision de Napoléon III, contre l'avis des militaires qui désiraient l'en éloigner pour des raisons stratégiques. Pour ces mêmes raisons elle est construite en matériaux légers pour être facilement déconstruite en cas de conflit[3].

 
La gare, au début du XXe siècle.

Après l'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand, le bâtiment voyageurs devient trop petit pour absorber le trafic qui a augmenté du fait de l'installation d'un nouveau camp militaire. Les autorités décident de détruire le bâtiment d'origine et de le remplacer par un nouveau, de style donjon en pierres de tailles, à l'occasion d'une visite de l'empereur Guillaume II. La Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (EL) réussit à tenir les délais et le 14 mai 1903 l'empereur est accueilli dans le nouvel édifice[3].

Le , la gare entre dans le réseau de l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine (AL), à la suite de la victoire française lors de la Première Guerre mondiale. Puis, le , cette administration d'État forme avec les autres grandes compagnies la SNCF, qui devient concessionnaire des installations ferroviaires de Bitche. Cependant, après l'annexion allemande de l'Alsace-Lorraine, c'est la Deutsche Reichsbahn qui gère la gare pendant la Seconde Guerre mondiale, du jusqu'à la Libération (en 1944 – 1945).

Bitche comportait également un dépôt-relais secondaire[4].

La section de Niederbronn-les-Bains à Bitche est fermée au service des marchandises le 29 septembre 1996, puis au service voyageurs le 4 novembre 1996. La desserte de la gare se poursuit par la relation Sarreguemines - Bitche.

La gare a remporté le 3e Prix spécial des Gares du Conseil national de villes et villages fleuris (CNVVF) en 2006, derrière celles de Cahors et d'Abbeville[5].

En décembre 2011, la ligne est endommagée par un glissement de terrain. Dégagée et consolidée, la voie ne permet plus qu'une vitesse limitée à 10 km/h sur ce tronçon. Les autorités des transports : ministère, SNCF et région reculent devant le coût présenté par Réseau ferré de France (RFF) pour la remise en état de la voie, environ 40 millions d'euros[6], et décident de fermer la ligne au service voyageurs en reportant la desserte sur route[7]. Le bâtiment voyageurs de la gare reste cependant ouvert et comporte un guichet tandis que la ligne est empruntée par quelques trains de marchandises pour le camp militaire de Bitche.

La gare est finalement fermée le 5 octobre 2014[8]. La section de ligne de Bitche à Sarreguemines est également fermée à toutes circulations[9].

En 2014, la SNCF estime la fréquentation annuelle de la gare, alors desservie uniquement par autocars, à 27 488 voyageurs[10].

Les horloges de la gare ont été dérobées fin juillet 2018. Des objets ont également été volés à l'intérieur du bâtiment[11].

Une association espère faire circuler un train touristique entre Sarreguemines et Bitche[12]. Une opération de débroussaillage des abords de la gare a été organisée le 25 août 2018[13].

Service routier de substitutionModifier

Le site de la gare est desservie uniquement par des autocars TER en direction de Haguenau, Niederbronn-les-Bains et Sarreguemines[8].

Notes et référencesModifier

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [159/1] Haguenau - Sarreguemines », p. 73
  2. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 3 (1864-1870), Palau, , 239 p. (ISBN 2-950-9421-3-X), « 12.23 Sarreguemines-Niederbronn : 8 décembre 1869 », p. 188.
  3. a et b « Gare de Biche », sur http://www.bitscherland.fr/ (consulté le 2 janvier 2015)
  4. « Liste (exhaustive) des dépôts Est et AL » sur le forum LR Presse.
  5. « LES PRIX SPECIAUX – Lauréats 2006 », sur villes-et-villages-fleuris.com (archive consultée le 24 novembre 2015).
  6. Jonathan Breuer, « Ligne SNCF : la messe est dite », Le Républicain lorrain,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2015).
  7. AGIRR FNAUT Lorraine, « Voie ferrée Sarreguemines - Bitche : le coup de grâce ? », sur FNAUT Lorraine, (consulté le 3 janvier 2015).
  8. a et b « Bitche : la gare définitivement fermée », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2015).
  9. « La ligne SNCF entre Bitche et Sarreguemines définitivement fermée », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2015).
  10. Fréquentation des gares sur SNCF Open Data (consulté le ).
  11. « La gare de Bitche, en Moselle, a été vandalisée », France 3 Grand Est le 23 août 2018.
  12. « Vers un projet de train touristique sur la ligne Sarreguemines-Bitche ? », Radio Mélodie, le 12 juillet 2018.
  13. « Bitche : ils veulent redonner vie au rail », article Le Républicain lorrain du 26 août 2018.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier