Ouvrir le menu principal

Gare de Bénestroff

gare française

Bénestroff
Image illustrative de l’article Gare de Bénestroff
Le bâtiment voyageurs, vers 1900.
Localisation
Pays France
Commune Bénestroff
Adresse Rue de la Gare
Coordonnées géographiques 48° 54′ 24″ nord, 6° 45′ 10″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER
Caractéristiques
Ligne(s) Réding à Metz-Ville
Nouvel-Avricourt à Bénestroff (HS)
Champigneulles à Sarralbe (HS)
Voies 2 (+ voies de service)
Quais 2
Transit annuel 6 540 voyageurs (2014)
Altitude 248 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Autocar voir à Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bénestroff

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Bénestroff

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Bénestroff

La gare de Bénestroff est une gare ferroviaire française de la ligne de Réding à Metz-Ville située sur le territoire de la commune de Bénestroff, dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Mise en service en 1881 par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine, c'était une importante gare de bifurcation également située sur les lignes aujourd'hui déclassées de Champigneulles à Sarralbe et de Nouvel-Avricourt à Bénestroff. Devenue une simple halte, son ancien bâtiment voyageurs est détruit en 2007.

C'est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains express régionaux.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 248 mètres d'altitude, la gare de Bénestroff est située au point kilométrique (PK) 101,416 de la ligne de Réding à Metz-Ville, entre les gares ouvertes de Berthelming (s'intercalent les gares fermées de Nébing, Loudrefing et Mittersheim) et de Morhange (s'intercale la gare fermée de Rodalbe - Bermering)[1].

Gare de bifurcation, elle est également l'aboutissement, au PK 34,534, de la ligne de Nouvel-Avricourt à Bénestroff[1] (déclassée et en partie déposée), et elle était aussi située au PK 56,092 de la ligne de Champigneulles à Sarralbe (déclassée et déposée).

HistoireModifier

Gare de bifurcationModifier

La gare de Bénestroff, à l'époque « Bensdorf », est mise en service le par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la ligne de Château-Salins à Sarralbe. Elle est édifiée sur le nœud ferroviaire créé par le croisement avec la ligne de Rémilly à Sarrebourg. La gare prend encore de l'importance avec l'ouverture, en 1882, de la ligne de Dieuze à Bénestroff[2].

Le , la gare entre dans le réseau de l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine (AL), à la suite de la victoire française lors de la Première Guerre mondiale. Puis, le , cette administration d'État forme avec les autres grandes compagnies la SNCF, qui devient concessionnaire des installations ferroviaires de Bénestroff. Cependant, après l'annexion allemande de l'Alsace-Lorraine, c'est la Deutsche Reichsbahn qui gère la gare pendant la Seconde Guerre mondiale, du jusqu'à la Libération (en 1944 – 1945).

Le service voyageurs vers Moussey est fermé le 8 décembre 1958. Le 28 septembre 1969 puis le 31 mai 1970, ce sont les lignes vers Château-Salins et Sarralbe qui sont fermées aux voyageurs. Une liaison vers Nancy est néanmoins maintenue jusqu'au 1er mai 1979.

Dépôt de BénestroffModifier

 
La rotonde, dans son état de 2015.

Bénestroff disposait également d'un important dépôt de locomotives construit vers 1930[3] dans le cadre de la ligne Maginot[4]. Celui-ci remplace alors l'ancien établissement, qui constituait une annexe de Metz-Sablon.

Malgré sa taille imposante, le dépôt ne comptait dans les années 1930 que six à sept locomotives pour la desserte des lignes locales. En juin 1939, l'effectif du dépôt passe à une quarantaine de locomotives. Une trentaine de machines en provenance de Hargarten - Falck et Forbach sont transférées à Bénestroff en octobre de la même année. Lors de la seconde annexion de l'Alsace-Moselle, Bénestroff devient un point stratégique pour l'acheminement des troupes allemandes vers la France occupée.

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, le dépôt de Bénestroff perd de son importance et l'effectif retombe à sept locomotives. Le site sert ensuite de relais pour les engins de passage, avant d'être définitivement fermé en 1956[5].

En 2015, l'ancienne rotonde, en ruines, existe toujours.

Halte voyageurs SNCFModifier

Le poste d'aiguillage de Bénestroff est fermé le à la suite de la mise en service du nouveau poste d'aiguillage informatisé de Rémilly[6].

L'imposant bâtiment voyageurs de la gare, à l'architecture caractéristique Alsace-Lorraine, désaffecté, est démantelé dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2007. Il est ensuite détruit le . La gare devient une simple halte.

En 2014, la fréquentation de la gare est estimée à 6 540 voyageurs[7].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Halte SNCF, c'est un point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre[8].

DesserteModifier

Bénestroff est desservie par des trains régionaux du réseau TER Grand Est, sur la relation Metz-Ville – Sarrebourg[8].

IntermodalitéModifier

Le stationnement des véhicules est possible à proximité de l'entrée de la halte.

En remplacement d'une desserte ferroviaire, des cars TER assurent la relation Morhange - Sarrebourg (ligne 22). Ils ne desservent pas la gare mais l'arrêt « Bénestroff-Centre » situé au village[8].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [140] Reding - Metz », p. 70.
  2. Site gallica.bnf.fr : « Chemins de fer : nouvelles voies ferrées de l'Alsace-Lorraine », dans Annales industrielles, treizième année, 11 décembre 1881 (consulté le 11 février 2014).
  3. Le dépôt ferroviaire de Bénestroff (Moselle) site Avvincent photos.
  4. Les dépôts de l'ex AL, page 1, sur le forum LR Presse (consulté le 11 juillet 2017).
  5. Les dépôts de l'ex AL, page 18, sur le forum LR Presse (consulté le 4 octobre 2017).
  6. « L'AMENAGEMENT DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES : L’aménagement des lignes 3 et 1 Baudrecourt – Réding - Strasbourg », sur trains-en-voyage.com (consulté le ).
  7. Fréquentation de la gare de Bénestroff, SNCF Open Data (consulté le ).
  8. a b et c « Services & Gares / Halte ferroviaire Bénestroff », sur TER Lorraine (consulté le 7 septembre 2016).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Metz-Ville Morhange TER Grand Est Berthelming Sarrebourg