Gare d'Uccle-Calevoet

gare ferroviaire belge

Uccle-Calevoet
Image illustrative de l’article Gare d'Uccle-Calevoet
La gare d’Uccle-Calevoet en 2018
Localisation
Pays Belgique
Commune Uccle
Adresse Chaussée d'Alsemberg
Uccle
Coordonnées géographiques 50° 47′ 31″ nord, 4° 19′ 55″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
Exploitant SNCB
Code UIC 88141341
Service Suburbain (S1)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 124, Bruxelles-Midi à Charleroi-Sud
Voies 2
Quais 2
Altitude 52 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Tramway Tram(51)
Bus Bus(43)(60)(N11)
Bus De Lijn 153 154 155
Bus TEC 40
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Uccle-Calevoet
Géolocalisation sur la carte : Bruxelles
(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Uccle-Calevoet

La gare d’Uccle-Calevoet (en néerlandais : station Ukkel-Kalevoet) est une gare ferroviaire belge de la ligne 124, de Bruxelles-Midi à Charleroi-Sud, située sur le territoire de la commune d'Uccle dans la région de Bruxelles-Capitale, non loin de l'ancien hameau de Calevoet.

Elle est mise en service en 1873 par l'administration des chemins de fer de l'État belge.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains Suburbains (S1) et d'Heure de pointe (P).

Situation ferroviaireModifier

Établie à 52 mètres d'altitude, la gare d'Uccle-Calevoet est située au point kilométrique (PK) 5,361 de la ligne 124, de Bruxelles-Midi à Charleroi-Sud, entre les gares ouvertes d'Uccle-Stalle et de Linkebeek[1],[2].

HistoireModifier

La « station de Calevoet » est mise en service le 20 septembre 1873 par l'administration des chemins de fer de l'État belge, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Bruxelles à Calevoet[3].

Elle prend le nom d'« Uccle-Calevoet » en août 1882, sur décision du ministre des travaux publics[4].

Elle possédait également une grande halle à marchandises qui existe encore à l'heure actuelle mais est désormais à l'abandon. Durant de nombreuses années, il existait un embranchement de la STIB avec une rampe dans la cour à marchandises qui permettait de réceptionner de nouveaux tramways acheminés par wagons spéciaux.

Autour de 1950, lorsque la Ligne 124 fut électrifiée, le plan des voies qui comprenait plusieurs voies de garages fut simplifié avec deux voies de passage et une troisième voie à quai (depuis supprimée). Le passage à niveau de la Chaussée d'Alsemberg fut alors supprimé au profit d'une déviation routière passant sous le viaduc construit en contrebas et d’un passage souterrain pour les piétons.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Gare SNCB[5], elle dispose d'un bâtiment voyageurs. Depuis le 9 juillet 2013, la gare est devenue un point d'arrêt et le guichet est définitivement fermé. Pour l'achat d'un titre de transport, adressez-vous, de préférence, à l'automate de vente ou via un autre canal de vente.

Un passage souterrain muni d'escaliers permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre et un second passage souterrain à escaliers, plus large, relie les deux quartiers séparés par les voies.

DesserteModifier

Uccle-Calevoet est desservie par des trains Suburbains (S1) et d'Heure de pointe (P) de la SNCB, qui effectuent des missions sur la ligne commerciale 124 Bruxelles - Charleroi[6]

Forest-Est se trouve sur la Ligne S1 du RER bruxellois[7] et est desservie en semaine par deux trains S1 par heure (dans chaque sens) qui relient Nivelles à Anvers-Central.

  • En semaine, le premier train S1 de la journée part de Charleroi-Sud au lieu de Nivelles ;
  • Les samedis, la desserte est également de deux trains S1 par heure ;
  • Les dimanches, il n'y a qu'un train S1 par heure et il a son terminus à Bruxelles-Nord.

En plus de ces dessertes, un unique train P partant de Jemeppe-sur-Sambre et Charleroi-Sud avec pour terminus Schaerbeek marque l’arrêt à la gare de Calevoet le matin en semaine.

IntermodalitéModifier

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés. La gare est desservie par des bus par le tramway de bruxelles : arrêt Uccle Calevoet de la ligne 51 et des bus[5] : de la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB), lignes 43, 60 et (N11 du réseau Noctis). Un second arrêt situé de l'autre côté des quais donne accès aux bus du réseau De Lijn, lignes 153, 154 et 155 ; de la Société régionale wallonne du transport (TEC), ligne 40.

Patrimoine ferroviaireModifier

Le bâtiment de la gare date de 1873 et existe encore à l'heure actuelle.

Comme de nombreuses gares de l'époque construites dans toute la Belgique, elle est érigée dans un style néo-renaissance flamande avec des pignons à redents qui ont depuis été démontés sur la plupart des gares[8].

Son plan est commun à toutes les gares de cette portion plus tardive de la ligne 124 : Forest-Est, Uccle-Stalle, Uccle-Calevoet, Rhode-Saint-Genèse, Waterloo, Braine-l’Alleud, Lillois (démolie), Baulers et Obaix-Buzet (démolie) ; seules les gares de Nivelles (plus grande) et Linkebeek (une simple halte) sont différentes. Il fut aussi utilisé pour les gares de Hoboken-Polder et de Wilrijk (démolie).

Ce type de gare se distingue des premières gares à pignons à redents en une seule partie car il comporte cinq parties avec un corps central de deux niveaux à cinq travées sous bâtière, flanqué de deux ailes d'un niveau avec seule travée sous bâtière, lesquelles sont elles-mêmes encadrées par des ailes basses à toit plat d'au-moins deux travées[8].

La gare de Calevoet a été altérée au vingtième siècle avec la prolongation de la toiture sous bâtière d'un des côtés et la suppression des pignons.

Depuis la fermeture aux voyageurs du bâtiment, celui-ci est désaffecté. Il existe un projet d'y installer des logements à l'étage ; un espace associatif au rez-de-chaussée ; et de rouvrir la salle d'attente aux voyageurs[9]. Un frigo solidaire a été installé dans une des salles du bâtiment[10].

La maison du garde-barrière attenante à l'ancien passage à niveau a été conservée comme dépendance de la gare après la fermeture du passage à niveau en 1950 avant d'être utilisée comme restaurant. Depuis 2018, elle accueille une brasserie-bar à bières « l'Amère à boire » qui sert aussi d'espace d'exposition.

Notes et référencesModifier

  1. Infrabel, Document de référence du réseau : Annexe E.1 - Distances entre gares et nœuds, Bruxelles, , 43 p. (lire en ligne [PDF]), p. 30.
  2. Infrabel, Carte technique du réseau (n°9700.cdr), Bruxelles, , 1 p. (lire en ligne).
  3. Région de Bruxelles-Capitale, « La ligne vers Gand », dans Art et architecture publics, éditions Mardaga, 1999 (ISBN 9782870097090), p. 126 extrait (consulté le 9 août 2012).
  4. Université libre de Bruxelles. Institut de sociologie, Une commune de l'agglomération bruxelloise, Volume 2, 1962 p. 272 extrait (consulté le 9 août 2012).
  5. a et b Site SNCB Mobility : Uccle-Calevoet lire (consulté le 8 août 2012).
  6. « Brochures de ligne », sur http://www.belgiantrain.be/, (consulté le 6 février 2020)
  7. « Brochure Trains S », sur www.belgiantrain.be, (consulté le 6 février 2020)
  8. a et b Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 26-36
  9. « La Région accorde un subside pour la rénovation de la gare d'Uccle-Calevoet », sur BX1, (consulté le 20 janvier 2019)
  10. « Frigos solidaires: déjà 166 tonnes redistribuées à Bruxelles », La Meuse. Édition digitale de Liège,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Nivelles
ou Charleroi-Sud
Linkebeek S Uccle-Stalle
ou Forest-Est
Anvers-Central
ou Bruxelles-Nord
Jemeppe-sur-Sambre Rhode-Saint-Genèse P
(en semaine)
Bruxelles-Midi Schaerbeek