Ouvrir le menu principal

Gare d'Arlon

gare ferroviaire Belge, Province de Luxembourg

Arlon
Image illustrative de l’article Gare d'Arlon
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays Belgique
Commune Arlon
Adresse 32, avenue de la gare
6700 Arlon
Coordonnées géographiques 49° 40′ 49″ nord, 5° 48′ 34″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCB
Exploitant SNCB
Services InterCity (IC)
Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 162, Namur à Sterpenich
167, Autelbas à Athus
Voies 5 (+ voies de service)
Quais 3 (dont 2 centraux)
Altitude 389 m
Historique
Mise en service 27 octobre 1858
Architecte Jean-Louis Van de Wyngaert (BV actuel)
Correspondances
Bus voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg

(Voir situation sur carte : Province de Luxembourg)
Arlon

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Arlon

La gare d'Arlon (station Aarlen en néerlandais) est une gare ferroviaire belge de la ligne 162 (de Namur à la frontière luxembourgeoise), située sur le territoire de la ville d'Arlon, province de Luxembourg en Région wallonne.

Elle est mise en service en 1858 par la Grande compagnie du Luxembourg. Arlon étant chef lieu de province, tous les trains du trafic voyageur (de l'international à l'omnibus) y marquent l'arrêt.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 389 mètres d'altitude, la gare d'Arlon est située au point kilométrique (PK) 135,80 de la ligne 162, de Namur à la frontière luxembourgeoise, entre la gare de Viville et de Kleinbettingen première gare de la ligne 5, de Luxembourg à Kleinbettingen du Luxembourg.

Elle est également devenue la gare de bifurcation avec la ligne 167 d'Autelbas à Athus, bien que cette ligne se détache, plus au sud, après l'ancienne halte d'Autelbas (fermée) au PK 140,40.

 
L'intérieur de la gare avec les voies, les quais et le bâtiment voyageurs.

HistoireModifier

La Grande compagnie du Luxembourg concessionnaire d'un chemin de fer de Bruxelles à Arlon et à la frontière avec le Luxembourg met en service sa ligne jusqu'à la gare de Grupont le 17 juillet 1858[1]. Elle fait rouler, jusqu'à la gare provisoire d'Arlon, un premier convoi officiel avec la locomotive « Bruxelles » qui tracte trois voitures de voyageurs le 7 octobre[2]. L'inauguration se déroule en présence du roi Léopold II[2] et la mise en exploitation de la ligne a lieu le 27 octobre 1858[3].

La ligne est prolongée jusqu'à la frontière le 14 septembre 1859[3] et la mise en service de la ligne luxembourgeoise jusqu'à la gare de Luxembourg a lieu le 15 septembre 1859[4].

Les Chemins de fer de l’État belge, qui a racheté la ligne en 1873, décide l'agrandissement de la gare et la construction d'un nouveau bâtiment voyageurs, il en confie la réalisation à l'architecte Jean-Louis Van de Wyngaert. Les travaux débutent en 1884 et la nouvelle gare est livrée en 1885. Le bâtiment présente la structure classique des gares de l'époque : un pavillon central encadré de deux pavillons d'extrémité, reliés par des ailes plus basses. Généreusement dimensionnée, la gare est le symbole du progrès technique mis à la portée des provinces de la jeune Belgique. Il est construit en « pierre de France », calcaire, de teinte sable sur soubassement de pierre bleue. Une marquise protège les voyageurs en attente sur le quai.

En 1951, la SNCB entreprend de rehausser les quais en prélude à l'électrification de la ligne. Vu l'espace relativement limité côté quai, l'ensemble du bâtiment verra son sol rehaussé.

En 1988, la salle des pas perdus est rénovée, un peu à l'économie, alors que la couverture de toit est intégralement remplacée. la desserte de la ligne 167 est suspendue. Elle avait été réduite à quelques trains en heures de pointe, limités à Athus, à l'occasion du Plan IC-IR de 1984.

En 2002 débute une opération de rénovation plus profonde, avec un ravalement de la façade et un réaménagement du quai de la première voie.

Le 23 novembre 2007[5], la SNCB-Holding inaugure la marquise de la gare, qui a été démontée et entièrement restaurée avant de retrouver sa place au début de l'année. Cette rénovation d'un coût de 830 000  était nécessaire à la survie de ce « chef d'œuvre de la ferronnerie d'art », réalisé en 1884, et au confort des « 5 000 voyageurs » quotidiens qui fréquentent en moyenne les quais[5]. La toiture de l'ancien hôtel des chemins de fer, située en face de la gare, a également été totalement refaite[6].

La gare a vu passer un trafic international étoffé mais la ligne 162 (relation Bruxelles - Luxembourg) n'ayant pas été incluse dans le réseau à grande vitesse européen, ce trafic (qui ne peut par ailleurs plus être financé par dotation publique que par ses dessertes nationales) se réduit inexorablement. Arlon vit notamment passer...

Service des voyageursModifier

 
Le quai latéral et le bâtiment voyageurs.

AccueilModifier

Gare[8] SNCB, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle propose différents aménagements, équipements et services pour les personnes à mobilité réduite. Elle est notamment équipée d'automates pour l'achat de titres de transport et d'une consigne à bagages automatique. Un buffet et un restaurant sont présents dans la gare[9].

DesserteModifier

Arlon est desservie[10] par des trains grandes lignes, l'InterCity (IC), et des trains locaux (L) en Belgique et (RB) au Grand-Duché du Luxembourg.

Les trains InterCity (IC) de la relation Bruxelles - Luxembourg sont assurés par des automotrice AM96 en heure creuse et des rames tractées de voitures M6 à double étages en heure de pointe (à Bruxelles ou à Luxembourg).

En semaineModifier

La desserte comprend

  • des trains Intercity (IC) entre Luxembourg et Bruxelles-Midi (cadencés toutes les heures). Certains de ces trains sont limités à Arlon
  • des trains omnibus (L) :
  • des trains d'heure de pointe (P)
    • un unique train de Namur à Luxembourg, le matin, et un unique train entre Luxembourg et Namur l’après-midi
    • un unique train entre Luxembourg et Bruxelles-Midi, le matin, et un unique train de Bruxelles-Midi à Luxembourg l'après-midi
    • trois trains entre Arlon et Luxembourg, le matin, et trois trains entre Luxembourg et Arlon en fin de journée
    • un unique train qui relie Arlon à Libramont via Marbehan tôt le matin et un train dans chaque sens sur le même itinéraire l’après-midi
    • un train dans chaque sens entre Arlon et Libramont via Messancy, Athus, Virton et Bertrix l’après-midi

Week-ends et jours fériésModifier

La desserte est plus réduite, il n’y a notamment pas de trains omnibus vers Athus ou Luxembourg, elle comprend

  • des trains Intercity (IC) entre Luxembourg et Bruxelles-Midi (cadencés toutes les heures). Certains sont limités à Arlon ou Namur
  • un unique train L entre Arlon et Luxembourg, tard le soir
  • des trains L entre Arlon et Libramont via Marbehan, cadencés toutes les deux heures
  • un unique train P entre Arlon et Bruxelles-Midi le dimanche soir qui ne circule pas pendant les congés
  • un unique train P entre Arlon et Liège-Saint-Lambert le dimanche soir qui ne circule pas pendant les congés

IntermodalitéModifier

Près du bâtiment voyageurs, un emplacement couvert avec un râtelier permet gratuitement le garage des deux roues. Un parking gratuit pour les véhicules est aménagé[9] dans son environnement immédiat et des places de parking payant sont disponibles à proximité. Le site est desservi[9] par les lignes de bus 16, 19, 20, 21, 25, 26, 28, 29, 56, 80, 80/1, 84 et 1011 du réseau TEC Namur-Luxembourg.

Notes et référencesModifier

  1. Site blrai.be Ligne 162 : Namur - Frontière luxembourgeoise lire (consulté le 24 mars 2012).
  2. a et b Site lesoir.be Claire Coljon, La gare d'Arlon poursuit sa mue, article du 13 août 2009 lire (consulté le 24 mars 2012).
  3. a et b Lucien André, « Chemin de fer du Luxembourg », dans Extrait du rapport décennal sur la situation administrative de la Belgique (1851-1860), Lesigne, 1863 p. 93 intégral (consulté le 24 mars 2012).
  4. Site rail.lu Ligne Luxembourg - Kleinbettingen - frontière belge lire (consulté le 24 mars 2012).
  5. a et b Site b-rail.be Gare d'Arlon : la marquise retrouve sa splendeur d'origine lire (consulté le 24 mars 2012).
  6. Site lalibre.be La gare d'Arlon rénovée, article du 24/11/2007 lire (consulté le 24 mars 2012).
  7. Site belrail.be Les relations internationales supprimées en 2002/2003[1] (consulté le 01 janvier 2015).
  8. Site SNCB, Gare d'Arlon lire (consulté le 23 mars 2012).
  9. a b et c « Ligne 162 Namur-Arlon, enquête avril à novembre 2008 », sur Association des clients des transports publics (ACTP) (consulté le 10 mai 2011), p. 110-111.
  10. « Brochures de ligne - SNCB », sur www.belgiantrain.be (consulté le 16 juillet 2018)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Luxembourg
ou Terminus
Luxembourg
ou Terminus
IC Marbehan
ou Terminus
Bruxelles-Midi
ou Namur
ou Terminus
Terminus Terminus L Viville Libramont
Terminus Terminus L
(en semaine)
Messancy Libramont
Luxembourg Kleinbettingen RE
(en semaine)
Terminus Terminus
Luxembourg Kleinbettingen RB Terminus Terminus
Luxembourg Luxembourg
ou Kleinbettingen
P
(en semaine)
Viville
ou Libramont
ou Terminus
Bruxelles-Midi
ou Namur
Terminus Terminus P
(en semaine)
Messancy
ou Viville
Libramont
Terminus Terminus P
(week-ends et fériés)
Viville
ou Marbehan
Liège-Saint-Lambert
ou Bruxelles-Midi