United States National Guard

Principale force militaire de réserve aux États-Unis

Garde nationale des États-Unis

Garde nationale des États-Unis
United States National Guard
Sceau de la Garde nationale.
Sceau de la Garde nationale.
Forme actuelle 1903 (Dick Act)
Branches Air National Guard (1947)
Army National Guard
Quartier-général District of Columbia National Guard (1792- present)
Commandement
Chief of the National Guard Bureau General Joseph L. Lengyel (depuis le 3 août 2016)
Main-d'œuvre
Réservistes Army National Guard : 358 200[1] (2014)
Air National Guard : 105 700[1] (2014)
Total : 463 900 (2014)
Articles annexes
Grades Air National Guard
Army National Guard

La Garde nationale des États-Unis (en anglais, United States National Guard) est une force militaire de réserve américaine constituée de l'Army National Guard, une composante de l’United States Army (armée de terre) et de la Garde nationale aérienne, une composante de l’United States Air Force (force aérienne). L'Army National Guard représente approximativement la moitié des forces de combat et le tiers de l'organisation logistique de la United States Army. Ces deux branches de la Garde nationale sont gérées par le National Guard Bureau, qui est commandé par un officier qui est d'office élevé au rang de General.

Il existe diverses milices d'État qui représentent des forces réservistes de la Garde nationale et qui sont désignées comme des forces de défense d'État (State Defense Forces). Si jusqu'en 1903, certaines forces portaient le terme de "milices d'État", ce n'est plus le cas, aujourd'hui. On distingue, toujours, les structures organisées qui sont liées au fonctionnement de la Garde Nationale sous statut militaire, des structures dites "non-organisées" et qui sont liées à la possibilité de recruter tout homme adulte à la défense d'un État en cas de catastrophe majeure ou d'invasion. Les "non-organisées" qui conservent le titre de "milice" n'ont plus été mobilisées depuis la Guerre de Sécession.

Chaque État peut mobiliser la Garde nationale lors de certaines circonstances (émeute, catastrophe naturelle). Elle constitue également une réserve de l’armée : lors de la Première Guerre mondiale, la Garde nationale représente 40 % des divisions de combat américaines en France. En 1933, la Garde prend son statut actuel de réserve officielle de l'armée, alors qu'en 1947 est mise sur pied la Garde nationale de la United States Air Force, la Air National Guard. Actuellement, les réserves militaires américaines comprennent sept catégories.

Création de la Garde Nationale aux États-UnisModifier

La Garde Nationale des États-Unis est reconnue depuis le 13 décembre 1636 où les premiers régiments se sont organisés dans le Massachusetts[2]. Ces régiments ont été créés pour défendre les premières colonies britanniques sur la côte Est de l'Amérique du Nord. Les descendants de ces premiers régiments (181e régiment d'infanterie, le 182e régiment d'infanterie, 101e régiment d'artillerie et le 101e bataillon de combat du génie) se partagent le fait d'être les plus vieilles unités militaires américaines[3].

Principes de mobilisation de la Garde Nationale aux États-UnisModifier

La Garde Nationale des États-Unis ne fonctionne pas sur le même principe qu'en France. Les premières lois qui régulent ces milices sont le Militia Act de 1792 adopté par le Congrès mais la plus importante est le National Defense Act de 1947 (en) qui crée le bureau national de la Garde Nationale. Aujourd'hui, deux principes d'activation législatifs fonctionnent et permet de savoir à qui incombe la charge financière :

  • Titre 10 du Code des États-Unis lorsque la mobilisation se fait sous contrôle fédéral;
  • Titre 32 du même code et les lois de l'État fédéré lorsque la mobilisation se fait au profit d'un État fédéré[4].

La Garde Nationale peut être mobilisée pour répondre aux urgences de type catastrophes naturelles (ouragans, inondations, séismes) mais, également, pour faire du maintien de l'ordre lorsque des troubles civils se produisent (ex : Émeutes de 1992 à Los Angeles ou les manifestations et émeutes de mai-juin 2020 aux États-Unis). On distingue dans la Garde Nationale, deux organisations distinctes :

  • Garde Nationale des différents états, territoires et du district de Columbia
  • Garde Nationale militaire des États-Unis qui fait partie de la Garde Nationale des États-Unis.

La répartition des unités se fait dans chaque État et territoire des États-Unis (ex : district de Columbia) et sont gérés par les gouverneurs respectifs. Au niveau Fédéral, c'est le district de Columbia qui gère la Garde Nationale sous l'égide du Président des États-Unis dont l'autorité est déléguée au Secrétaire à la Défense des États-Unis.

Fonctionnement de la Garde NationaleModifier

La Garde Nationale est une force de réserve des forces armées des États-Unis. Les membres des unités composant la Garde Nationale peuvent être mobilisés, temporairement ou sans limite de durée, au service des États-Unis. Ils servent sous statut militaire. Lorsqu'ils sont mobilisés au profit du niveau fédéral, les membres (ou unités) deviennent, à part entière, des membres de la Garde Nationale des États-Unis qui est la branche de réserve de l'armée d'active américaine. Les volontaires individuels doivent être mobilisés avec le consentement du gouvernement de leur État d'origine mais peu de veto sont apportés.

Le Président peut, également, mobiliser des membres pour repousser une invasion, contrer une rébellion ou faire appliquer les lois fédérales.

Les membres de la Garde Nationale sont enrôlés sur la base unique du volontariat. Divers tests d'aptitude sont nécessaires et la formation dure 10 semaines[5]. Ils s'entraînent un week-end par mois et deux semaines par an. Il faut, toutefois, distinguer que la Garde Nationale est à part des réserves des armées américaines qui représentent 198 000 hommes tandis que la Garde Nationale représente 342 000 hommes[4].

Unités et formations de la Garde NationaleModifier

Les unités et formations de la Garde Nationale se distinguent, en fonction, de la Garde Nationale dépendant de l'armée de terre (Army National Guard) et celles dépendant de l'armée de l'air (Air National Guard). La Marine possède un corps de réservistes mais ne font pas partie de la Garde Nationale.

Les unités et formations de l'Air National GuardModifier

Au niveau nationalModifier

  • Centre de préparation de la Garde Nationale aérienne, Joint Base Andrews, Maryland
  • Centre de commande de la Garde Nationale aérienne, Tucson ANGB, Arizona
  • Centre d'entraînement, Camp Blanding, Floride
  • Centre d'entraînement et de formation, McGhee Tyson ANGB, Knoxville, Tennessee

Par État ou districtsModifier

Les unités sont détaillés sur la page de l'Air National Guard.

Les unités et formations de l'Army National GuardModifier

Les unités peuvent être déployées (TOE ou MTOE) ou non déployables comme les quartiers généraux ou les centres d'entraînement. (TDA)[6].

Centres de commandementsModifier

  • 46e centre de commandement de la police militaire (46th MPC) (MI ARNG)
  • 66e centre de commandement des théâtres aériens (66th TAC) (WA ARNG)
  • 135e commandement d'entraînement (expéditionnaire) (135th ESC) (AL ARNG)
  • 167e commandement d'entraînement (théâtres d'opérations) (167th TSC) (AL ARNG)
  • 184e commandement d'entraînement (expéditionnaire) (184th ESC) (MS ARNG)
  • 263e commandement de l'armée de l'air et de la défense anti-missile (263rd AAMDC) (SC ARNG)

DivisionsModifier

8 divisions d'infanteries existent au sein de l'Army National Guard. Quelques divisions (et leurs brigades) sont, aujourd'hui, rattachées à des unités d'actives pour leur entraînement.

Brigades polyvalentes (supports logistiques)Modifier

La Garde Nationale possède 37 brigades de ce types dont :

  • 16 brigades de soutien (Maneuver Enhancement Brigades)
  • 8 brigades de soutien à l'artillerie (Field Artillery Brigades)
  • 10 brigades de logistiques (Sustainment Brigade)
  • 3 brigades spécialisées (Military Intelligence Brigade dont une 1 brigade qui regroupe des linguistes)

Brigades de support spécialisées et groupesModifier

On distingue les brigades spécialisées dans un champ précis :

  • 9 brigades d'ingénierie/génie (Engineer Brigades)
  • 3 brigades de défense antiaérienne (Air Defense Artillery Brigades)
  • 2 brigades de transmissions
  • 6 brigades de prévôté (Military Police Brigade)
  • 4 brigades d'aviation légère (Theater Aviation Brigade)

Il existe une brigade NRBC (31e brigade NRBC ou 31st Chemical Brigade) et une brigade de défense antimissile (100e brigade de défense ou 100th Missile Defense Brigade)

Il existe plusieurs groupes spécialisés (2 groupes de forces spéciales (19e et 20e)), un groupe de démineurs (111e), des groupes spécialisés en état-major ainsi que des groupes spécialisés en maintenance. À noter l'existence de groupes de soutiens régionaux.

Relations entre la Garde Nationale et l'armée d'activeModifier

Depuis 2016, les relations se sont renforcées entre l'armée d'active et la Garde Nationale. On notera que cela se fait, surtout, dans la Garde Nationale rattachée aux missions de l'armée de terre[7].

Mutation de la garde nationaleModifier

 
Garde national en 1917.
 
Garde nationale en 2005 après l'ouragan Katrina.

Depuis la fin de la guerre froide, les effectifs des gardes nationaux connaissent de sensibles diminutions.

En 1989, l’Army National Guard, destiné à renforcer les unités régulières de la United States Army, compte 457 000 gardes répartis en 53 brigades. En 2000, elle dispose de 350 000 personnes réparties en 8 divisions d’infanterie complètes, chacune intégrant 3 brigades de combat, 16 brigades autonomes, un régiment de cavalerie et un groupe d’infanterie : soit un total de 42 brigades de manœuvre terrestre.

En 2008, la garde nationale achève sa réorganisation, qui repose notamment sur l’établissement de 34 brigades modulables. Cela implique la disparition de 8 brigades. Ce sont principalement les brigades d’artillerie qui ont subi de plein fouet la réduction du volume global. Ainsi, de 17 brigades, l’artillerie de campagne de la garde nationale a été réduite à seulement 6 brigades.

Actuellement, la réforme organisationnelle devrait trouver avantage dans des déploiements divers et simultanés, tant au profit des interventions extérieures de l’armée américaine que des opérations d’ordre humanitaire, y compris sur le sol américain suite à des catastrophes naturelles.

Lors de celle causée par l’ouragan Katrina, près de 42 000 gardes nationaux sont déployés dans le golfe du Mexique. Au même moment, 80 000 sont en opérations extérieures, notamment en Irak. Pour la seule année 2005, la garde nationale représente par ailleurs la moitié des effectifs des troupes terrestres engagées dans la guerre d'Irak.

Au même titre que son homologue d’active, une brigade de combat (Brigade Combat Team ou BTC) de la garde nationale est interarmes : infanterie, cavalerie (unité de reconnaissance et de combat) et aviation (United States Army Aviation). D’autres modules doivent être mis sur pied : 6 Fires Brigades, 10 Combat Support Brigade, 11 brigades de soutien et 12 brigades d’aviation.

L’organisation du commandement de chacune des huit divisions de la garde nationale doit, elle aussi, faire l’objet d’une réforme où la priorité est donnée à la modularité, sachant qu’une division dispose de quatre ou cinq BCT en temps de paix. En temps de guerre, le nombre de brigades placées sous commandement divisionnaire varie singulièrement.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « 2014 National Guard Bureau Posture Statement » [PDF], sur nationalguard.mil (consulté le 20 novembre 2015).
  2. « How We Began - About the Guard - The National Guard », sur www.nationalguard.mil (consulté le 1er juin 2020)
  3. (en) « History of the United States Army National Guard », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  4. a et b « RDN 2016 »
  5. « Army National Guard », sur www.nationalguard.com (consulté le 1er juin 2020)
  6. Army National Guard
  7. (en) « Army National Guard », dans Wikipedia, (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier