Ouvrir le menu principal

Une ganivelle, également appelée « barrière girondine », est une clôture formée par l'assemblage de lattes de bois (habituellement du châtaignier calibré en 45 mm de large et 13 d'épaisseur) : les lattes sont verticales, séparées les unes des autres par un espace dont la largeur détermine la "perméabilité" de la barrière, et assemblées par des tours de fils de fer galvanisé. Traditionnellement, il s'agit de châtaignier refendu manuellement, ce qui assure une meilleure durabilité que des lattes sciées.

Ganivelles sur la côte bretonne en France

UtilisationModifier

La mise en place d'une ganivelle suffit à provoquer une forte diminution de la vitesse du vent qui la traverse, et par la suite la chute de matières transportées tel que le sable. Ce qui lui confère une remarquable utilité dans les actions de reconstitution ou de protection des dunes littorales ; leur fonction de barrière permettant en même temps une gestion des déplacements humains sur les sites. La ganivelle est généralement utilisée en groupe, formant des casiers de ganivelles.

Afin de favoriser l'accrétion sédimentaire et de consolider la charge de sable ainsi créée, il est possible d'ajouter au sein des casiers de ganivelles des branchages, des filets ou bien des grilles.

Signification régionaleModifier

Au XVIIIe siècle en Île-de-France, une ganivelle désignait aussi, par analogie, une maison champêtre au toit recouvert d'une ganivelle, détournée de sa fonction initiale, au lieu du chaume habituel.

Dans l'ouest de la France, le mot ganivelle est aussi utilisé pour décrire les barrières Vauban.

En Auvergne, il désigne le porche d'une église, comme à Auzon ou Nonette. [réf. nécessaire]

Voir aussiModifier