Grande Galerie du Louvre

(Redirigé depuis Galerie du bord de l'eau)
Grande Galerie du Louvre
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Partie de
Palais du Louvre (), aile Denon (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Destination actuelle
Style
Architectes
Construction
1594-1610
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Coordonnées

La Grande Galerie du Louvre, anciennement Galerie du bord de l'eau, est un édifice du palais du Louvre. Construite sous Henri IV entre 1595 et 1610, cette galerie de 460 mètres de longueur permettait à l'origine de relier le Louvre au palais des Tuileries.

Le bâtiment accueille la plus vaste salle du musée du Louvre, dans laquelle se trouve une grande partie de sa collection de peintures italiennes de la Renaissance.

Vue d'ensemble de la Galerie du bord de l'eau (1595-1610), le long du quai François Mitterrand.

HistoireModifier

Construction sous Henri IVModifier

 
Les palais du Louvre et des Tuileries sur le plan de Mérian (1615).

Henri IV, en arrivant au pouvoir, donne un nouvel élan au chantier du Louvre, dans sa volonté de relance économique par de grands travaux édilitaires. Cette volonté d'agrandir le Palais du Louvre et de le relier aux Palais des Tuileries prend le nom de Grand Dessein. Un ambitieux chantier se met alors en place entre 1594 et 1610 : la Galerie du bord de l'eau ou Grande Galerie, qui réalise la jonction entre Louvre et Tuileries[1].

Longue de 450 mètres et large de 13, cette réalisation s'élève sur deux niveaux, et est l'œuvre de deux architectes : Louis Métezeau pour la partie comprise entre la Petite galerie et l'enceinte de Charles V, Jacques II Androuet du Cerceau pour la suite, de 1607 à 1610, jusqu'au palais des Tuileries. Si le gros œuvre est achevé dès 1600, ce n'est pas le cas du décor, interrompu à la mort d'Henri IV. La galerie reste nue de tout ornement jusqu'au règne personnel de Louis XIII.

Aménagements intérieursModifier

Le rez-de-chaussée héberge des écuries pour loger les très nombreux chevaux nécessaires au service du palais [2]. Des boutiques ouvrent aussi au nord, tandis que des logements pour les artistes sont situés à l'entresol, sous le passage du premier étage. Par la volonté du roi, les galeries du Louvre se transforment en véritable cité d'artistes[3].

Les premières années, la galerie haute sert de lieu de promenade et de discussions. Le futur roi Louis XIII s'y promène à pied ou dans un petit carosse tiré par des dogues. On y lâche des renards pour que le futur roi puisse s'exercer à la chasse. On lui présente aussi un dromadaire offert par un ambasadeur oriental [4]. La grande galerie est aussi le lieu de la cérémonie des écrouelles [2].

Espace de réception (dont le décor inachevé avait été commandé à Nicolas Poussin), la galerie haute a abrité, tout au long du XVIIIe siècle, la collection royale de plans-reliefs des villes fortifiées. L’idée d’installer les collections royales dans la Grande Galerie du Louvre, siège de l’Académie royale de peinture et de sculpture, prit corps dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’action du directeur général des Bâtiments du Roi, le comte d’Angiviller, et la création en 1784 d’un comité chargé d’organiser les collections permirent de faire avancer le projet. Les premiers tableaux y sont déposés depuis Versailles en 1785[5]. Mis en sommeil pendant la tourmente révolutionnaire, la confusion des biens de la Couronne avec ceux de la nation et la nécessité d’instruire le peuple rendirent cependant urgente sa création, qui eut lieu en pleine Révolution, la Grande Galerie ouvrant au public le 10 août 1793.

Pour son mariage avec Marie-Louise d'Autriche, Napoléon Ier ne pouvait pas envisager la cathédrale Notre-Dame vu qu'il était divorcé. Il décida d'aménager une chapelle dans le Salon Carré. Et le cortège nuptial défila du palais des Tuileries au salon carré en admirant au passage toutes les toiles saisies en Italie et exposées sur les murs [2].

Sous l'Empire, Percier et Fontaine rythment la galerie par des groupes de colonnes. Réduite du tiers de sa longueur lors des réaménagements effectués sous le Second Empire, elle est alors pourvue de d'un toit en verrière et de deux rotondes décorées de stucs par Albert-Ernest Carrier-Belleuse.

ArtsModifier

Le peintre Hubert Robert, nommé garde des tableaux du roi en 1784, est chargé d'étudier l'aménagement de la future Grande Galerie entre 1784 et 1792, puis entre 1795 et 1802. Pour le Salon de 1796, il imagine une vue de la Galerie présentant les aménagements qu'il estime nécessaire, en particulier le percement de verrières permettant un éclairage zénithal des œuvres : à cette fin il crée son tableau Projet d'aménagement de la Grande Galerie du Louvre. Hubert Robert réalise plusieurs autres tableaux prenant la Grande Galerie comme sujet : projets d'aménagement, tableaux descriptifs et même une vue imaginaire où il imagine la salle en ruines.

AutresModifier

  • Le journal trimestriel d'informations publié par le Louvre a pour titre Grande Galerie.
  • Dans une scène du film Bande à part de Jean-Luc Godard, les acteurs font la course dans les salles du musée du Louvre et notamment la Grande Galerie sous le prétexte de battre le record de vitesse de visite du Louvre en 9mn 43s par un américain. Ils slaloment parmi les malheureux gardiens qui essayent mais en vain de les arrêter [6].

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. Germain Brice, Description de Paris, p. 68-83, Paris, 1698
  2. a b et c DVD Les batailles du Louvre épisode 1 de Arte VOD
  3. Lettres patentes de Henri IV du relatives à la destination de la Grande Galerie, enregistrées le  ; transcrites d'après les registres du Parlement, In : Adolphe Berty, « Topographie historique du vieux Paris : Région du Louvre et des Tuileries », deuxième édition, Paris, Imprimerie impériale, 1885, p. 100 (en ligne).
  4. https://www.histoiresgalantes.fr/blog/2020/08/25/nest-pas-prince-qui-veut/
  5. Catalogue des tableaux du Roi déposés au Louvre en 1785, suivi de la Suite de catalogue des tableaux du Roi contenant les nouvelles acquisitions faites sur les ordres de M. le comte d'Angiviller… déposés au Cabinet du Pavillon Neuf du Louvre
  6. https://louvreaucinema.wordpress.com/2011/03/18/bande-a-part-2/