Galerie de Montpensier

galerie de Paris, France

1er arrt
Galerie de Montpensier
Image illustrative de l’article Galerie de Montpensier
L'axe de la galerie de Montpensier en 2012.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Palais-Royal
Début Péristyle de Montpensier
Fin Péristyle de Joinville
Morphologie
Longueur 227 m
Largeur 4,4 m
Géocodification
Ville de Paris 6459
DGI 6525
Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Galerie de Montpensier
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Galerie de Montpensier
Paris Palais Royal Horloger 786.jpg

La galerie de Montpensier est une voie du 1er arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

Elle est l'une des galeries sous arcades située à l'intérieur du Palais-Royal et qui longe le côté ouest de son jardin. Elle débute au péristyle de Montpensier et se termine au péristyle de Joinville.

Un passage permet de rejoindre la rue de Montpensier qui lui est parallèle, entre les nos 24 et 25 de ladite rue.

Origine du nomModifier

Elle tient son nom du voisinage de la rue de Montpensier qui doit son nom à Louis Antoine Philippe d'Orléans duc de Montpensier (1775-1807), frère de Louis-Philippe Ier, roi des Français.

HistoriqueModifier

Cette voie comprise dans le Palais-Royal porta à l'origine le nom « galerie Montpensier » avant de prendre celui de « galerie des Combats » en 1840 pour reprendre sa dénomination initiale.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Sous la Révolution, le Café Corazza a abrité la Société des amis des la Constitution, avant qu'elle ne rejoigne le couvent des Jacobins. Au sous-sol se trouvait une salle de bal, qui portait le nom de « Pince-Cul »[1].
  • Le Café de Foy ouvre aux nos 57 à 60 de la galerie, en 1784, et restera à cette adresse jusqu'à sa fermeture en 1863[2].
  • En 1845, Charles Oudin aux nos 51 et 52.
  • Alfred Hamel fonde sa maison Alfred Hamel, joaillerie, bijouterie, orfèvrerie et horlogerie en 1879, aux nos 48 à 50[3].

RéférencesModifier

  1. Isabelle Calabre, « Palais-Royal : on joue, boit et lutine… », p. 21, in « Votre quartier sous la Révolution », Le Nouvel Obs - Paris - Île-de-France, n°2213, semaine du 5 au 11 avril 2007, p. 12-21.
  2. « Le Café de Foy, les cafés historiques autour du Palais Royal », 2/3[Quoi ?], www.paris-bistro.com.
  3. « Alfred Hamel. Galerie Montpensier 48.49.50. Palais Royal. Paris », (impression à l'écrin), hôtel Drouot (enchère 21 septembre 2018, Kiki et Montparnasse Arts Premiers, lot 77), Paris, 2018.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier