Ouvrir le menu principal

Galaxy Evolution Explorer


Galaxy Evolution Explorer
Télescope spatial
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue d'artiste du satellite GALEX.
Données générales
Organisation Drapeau des États-Unis NASA
Constructeur Orbital Sciences Corporation
Programme Small Explorer (SMEX)
Domaine Observation dans le rayonnement ultraviolet
Statut Mission terminée
Autres noms GALEX ou Explorer 83
Lancement 28 avril 2003 à 12 h 00 TU
Lanceur Pegasus XL
Fin de mission 30 juin 2013
Durée 29 mois (mission primaire)
Identifiant COSPAR 2003-017A
Site http://www.galex.caltech.edu
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 280 kg
Contrôle d'attitude Stabilisé sur 3 axes
Source d'énergie Panneaux solaires
Puissance électrique 290 watts
Orbite
Orbite Basse quasi-circulaire
Périapside 691 km
Apoapside 697 km
Période 98,6 minutes
Inclinaison 28,99°
Excentricité 0,00042
Télescope
Type Ritchey-Chrétien
Diamètre 50 cm
Focale f/6.0
Longueur d'onde 135 à 280 nm

Galaxy Evolution Explorer (GALEX ou Explorer 83) est un petit télescope spatial destiné à l'observation de galaxies dans le rayonnement ultraviolet. Il est lancé le par un lanceur Pegasus depuis la base de lancement de Cap Canaveral sur une orbite quasi-circulaire à une altitude d'environ 697 kilomètres. Sa mission s'achève le . GALEX fait partie du programme Small Explorer (SMEX) de la NASA qui regroupe des missions de satellites scientifiques dont le budget n'excède pas 120 millions de dollars américains.

ObjectifsModifier

GALEX étudie la formation des étoiles et des galaxies sur les 10 derniers milliards d'années. GALEX doit mesurer la distance qui nous sépare de ces galaxies et à quelle vitesse de nouvelles étoiles se forment dans celles-ci. Cette dernière caractéristique peut être évaluée en mesurant son éclat dans l'ultraviolet[1].

Caractéristiques techniquesModifier

GALEX est un petit satellite de 280 kg, long de 2 mètres et avec une envergure de 2,8 mètres une fois ses panneaux solaires déployés. GALEX utilise un télescope Ritchey-Chrétien de 50 cm de diamètre avec 1,2° de champ. Le satellite est équipé de deux détecteurs ultraviolets : l'un fonctionne dans le domaine de l'ultraviolet proche (175 à 280 nm) et l'autre dans l'ultraviolet lointain (135 à 174 nm). Durant sa mission nominale de 29 mois, GALEX réalise des observations dans le domaine de l'ultraviolet pour étudier la formation des étoiles.

Déroulement de la missionModifier

La mission est prolongée une première fois en 2005. Elle doit s'achever en 2012 mais l'utilisation du télescope ciblée sur la Voie lactée et non plus sur les galaxies lointaines semblant prometteuse, celui-ci est alors loué par la NASA à différentes universités pour prolonger sa mission, ce qui en constitue une première du point de vue économique[2].

Le , la NASA met fin à la mission qui dure près de 10 ans au lieu des 29 mois prévu à l'origine. Le satellite doit rester en orbite environ 65 ans avant d'être détruit au moment de sa rentrée atmosphérique due à la dégradation progressive de son altitude[3].

RésultatsModifier

GALEX est connu pour avoir découvert la longue queue de l'étoile Mira.

Notes et référencesModifier

  1. (en) NASA, « GALEX : launch overview », NASA,
  2. Barthélemy P, La NASA accepte de prêter… ses satellites d’astronomie, Blog Le Monde, 6 juin 2012
  3. (en) NASA, « NASA Decommissions Its Galaxy Hunter Spacecraft », Caltech/Galex,

BibliographieModifier

Voir aussiModifier