Ouvrir le menu principal
Gaetano De Sanctis
Gaetano De Sanctis 1.jpg
Fonction
Sénateur à vie
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Historien de l'Antiquité classique, homme politique, professeur d'université, archéologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de

Gaetano De Sanctis (Rome, -Rome, ) est un historien, archéologue et homme politique italien.

Sommaire

BiographieModifier

Gaetano De Sanctis étudie à la Scuola di Archeologia de Rome où il est élève de Karl Julius Beloch. Parti en Grèce en 1895, il suit les cours de Wilhelm Dörpfeld à Athènes et fait une reconnaissance épigraphique en Thessalie.

En Crète (1899), il explore le sud de l'île et dirige les fouilles d'un temple archaïque à Axos. Il se fait surtout connaître en 1902 en remettant en cause les fouilles d'Arthur Evans à Cnossos et les recherches italiennes à Phaestos dans son article La civiltà micenea e le ultime scoperte in Creta.

En 1910, il fait partie de l'expédition de Federico Halbherr en Cyrénaïque.

Président de la chaire d'histoire ancienne à l'Université de Rome (1929), professeur très influent de Arnaldo Momigliano, en 1931, il est l'un des douze professeurs qui ont refusé de prêter serment d'allégeance alors décrété par le régime fasciste de Benito Mussolini.

Président de l'Encyclopédie Treccani (1947-1954), il devient en 1950 sénateur à vie.

TravauxModifier

  • La civiltà micenea e le ultime scoperte in Creta, in Rivista di Filologia XXX, 1902, p. 91-118
  • Storia dei Greci, 1961
  • Storia dei Romani, 1964

BibliographieModifier

  • A. Momigliano, In memoria di G. De Sanctis, in Rivista di Studi Italiani LXIX, 1957, p. 177-195
  • S. Accame, F. Halbherr e G. De Sanctis, pioneri delle Missioni archeologiche italiane a Creta e in Cirenaica, 1984
  • Ève Gran-Aymerich, Les chercheurs de passé, Éditions du CNRS, 2007, p. 747  

Liens externesModifier