Ouvrir le menu principal

Gabriel Puaux

diplomate et homme politique français

BiographieModifier

Fils de l'historien et pasteur Frank Puaux, il est licencié en lettres et en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques. il devient attaché d'ambassade à Berne en 1908 puis chef de cabinet du résident général de France en Tunisie de 1907 à 1912. Après un passage sous les drapeaux durant la Première Guerre mondiale, qui lui vaut d'être cité à l'ordre de l'armée, il revient en Tunisie comme secrétaire général du gouvernement (1919-1922).

Il occupe ensuite les postes de conseiller d'ambassade, ministre de France, en Lituanie, Roumanie et Autriche. Puaux est également nommé haut-commissaire de la République en Syrie et au Liban, le , pour administrer ces deux pays au nom du mandat français et y demeure jusqu'en 1940. En juin 1943[2], il devient résident général au Maroc, prenant la relève de Charles Noguès après sa démission[3], et le reste jusqu'en mars 1946[2].

En France, il occupe un siège de sénateur représentant les Français résidant en Tunisie (-) inscrit dans le groupe du Rassemblement du peuple français[4].

Il est président de la Société de l'histoire du protestantisme français de 1949 à 1963[5].

DistinctionsModifier

ŒuvresModifier

  • Les Promenoirs de Mayence. Entre France et Allemagne. Wotan et Jean Jacques : l'Europe chrétienne, 1925
  • Deux années au Levant. Souvenirs de Syrie et du Liban (1939-1940), 1952
  • Essai de psychanalyse des protectorats nord-africains, 1954
  • Mort et transfiguration de l'Autriche. 1933-1955, 1966

Notes et référencesModifier

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 6/1454/1883 ; mention marginale : décédé à Kitzbuhel (Autriche) le premier janvier 1970 (consulté le 29 septembre 2012)
  2. a et b Abdellah Ben Mlih, Structures politiques du Maroc colonial, L'Harmattan, coll. « Histoire et perspectives méditerranéennes », , 396 p. (ISBN 2738408338 et 9782738408334, lire en ligne), p. 345
  3. Michel Abitbol, Histoire du Maroc, Paris, Perrin, [détail de l’édition], p. 498
  4. a b et c Fiche de Gabriel Puaux (Sénat français)
  5. Gabriel Puaux, Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, vol. 97 (juillet-septembre 1950), p. 158-164 [1].

Voir aussiModifier