Ouvrir le menu principal

Gabriel Montpied

personnalité politique française

Gabriel Montpied
Illustration.
Fonctions
Sénateur
1959 - 1965
1965 - 1974
Gouvernement Ve République
Groupe politique SOC
Maire de Clermont-Ferrand
Groupe politique SOC
Prédécesseur Paul Pochet-Lagaye
Successeur Roger Quillot
Biographie
Date de naissance [1]
Lieu de naissance Clermont-Ferrand
Date de décès (à 87 ans)
Sépulture Pontgibaud
Nationalité Française
Père Antoine Montpied
Mère Julie Pironin
Conjoint Marie Antoinette Sorêt
Résidence Puy-de-Dôme

Gabriel Montpied est un homme politique français né le , décédé en 1991 et inhumé à Pontgibaud (63). Il a été le maire de Clermont-Ferrand entre 1944 et 1973.

Sommaire

Début de carrièreModifier

Gabriel Montpied commence à travailler comme ouvrier, puis agent de maîtrise dans la métallurgie, il devient un syndicaliste militant et participe activement aux grèves de 1936.

RésistantModifier

Résistant dès 1941, il rejoint le mouvement Libération. Au printemps 1943, Émile Coulaudon le charge de l'organisation des premiers maquis. Il crée le maquis Stéphane dans la région de Pulvérières. À la mort de Nestor Perret, en octobre 1943, il devient chef action des Mouvements unis de la Résistance (MUR) de Clermont-Ferrand, sous le nom de Monique. Le 18 juillet 1944, le Comité départemental de Libération le désigne président de la délégation spéciale pour la ville de Clermont-Ferrand. En fin août 1944, cette délégation, qui regroupe tous les courants de la Résistance, se met en place dans Clermont libérée. Avec Gabriel Montpied à sa tête, elle est reconduite lors des élections municipales de 1945.

Homme politiqueModifier

Il est élu maire à cinq reprises, jusqu'en 1971. En 1959, il est confronté à Valéry Giscard d'Estaing, qu'il bat aisément. Il est aussi élu sénateur socialiste du Puy-de-Dôme de 1952 à 1974, conseiller général de 1955 à 1970, président de l’assemblée départementale de 1964 à 1970. En avril 1973, à l'âge de 70 ans, il cède sa place à Roger Quilliot mais reste membre du conseil municipal jusqu'en 1977.

Durant sa mandature, Gabriel Montpied axe sa politique dans le développement des quartiers populaires de la ville, particulièrement dans le nord de la commune, avec les quartiers de Croix de Neyrat ou Flamina. Il aménage aussi, au sud de la ville, le plateau Saint-Jacques avec d'autres quartiers populaires mais aussi le Centre Hospitalier Régional Universitaire, qui porte maintenant son nom.

Il possède le record actuel de longévité des maires de Clermont-Ferrand (29 ans).

Fin de vieModifier

Gabriel Montpied se retire à Pontgibaud. Il décède en 1991.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier