Ouvrir le menu principal

Gabriel Macé (journaliste)

journaliste français
Ne doit pas être confondu avec Gabriel Macé (homme politique).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Macé (homonymie).
Gabriel Macé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Gabriel Macé (1918-1990) est un journaliste français. Il fut un personnage essentiel de l'histoire du Canard enchaîné de la fin des années 1940 jusqu'en 1990.

Sommaire

BiographieModifier

Né à Auros en Gironde, Gabriel Macé est élève au lycée de Périgueux, puis étudiant à Bordeaux. Licencié en lettres, il devient professeur d'anglais à Sarlat.

Il prend une part active à la Résistance dans la région bordelaise.

Il participe en septembre 1944 à Périgueux au lancement de L'Essor, un hebdomadaire satirique conçu durant l'Occupation, né de sa rencontre avec Pierre Fanlac et Jean-Paul Lacroix.

Il rejoint Le Canard enchaîné en 1947 avec Ernest Reynaud (R. Tréno). Il se spécialise dans la politique intérieure, tout en collaborant aux journaux Action, Franc-Tireur, Paris-Journal, Libération. En 1969, nommé rédacteur en chef, poste qu'il a constamment occupé jusqu'à sa mort, il a plus particulièrement la responsabilité de la partie « culturelle » du journal, pendant que Jean Clémentin dirige la partie « politique », en tant que co-rédacteur en chef du journal.

Il meurt en juin 1990 à 72 ans[1].

CommentairesModifier

Se présentant comme anarchiste, il était avant tout un humaniste et un libéral : dans son bureau à Colombes, il écrivait sous la surveillance de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

« Merveilleux journaliste, il excellait dans tous les genres : billettiste, éditorialiste, conteur, poète, fabuliste, critique de théâtre et de télévision, reporter avec un art inimitable pour transformer ses voyages autour du monde en voyages autour de sa chambre. »

— Roger Fressoz

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

NotesModifier

BibliographieModifier

  • Laurent Martin, “Le Canard enchaîné” ou les Fortunes de la vertu : histoire d'un journal satirique : 1915-2000, Paris, Flammarion, , 724 p. (ISBN 978-2-080-68041-9)
  • Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, O. Jacob, coll. « Histoire, hommes, entreprises », , 494 p. (ISBN 978-2-738-10490-8)