Gabrièle Buffet-Picabia

Gabrièle Buffet-Picabia
Naissance
Fontainebleau
Décès (à 104 ans)
France
Nationalité France
Profession
Conjoint

Gabriële Buffet-Picabia (souvent orthographié Gabrielle Buffet-Picabia), née Gabrièle Buffet, est une personnalité liée au mouvement Dada née le à Fontainebleau et décédée le .

BiographieModifier

Issue d’une famille ancrée dans le monde de l’art, Gabriële Buffet grandit auprès d’un frère artiste peignant avec classicisme, bien loin des travaux dits visionnaires de son futur époux. En 1909, elle épouse le peintre et écrivain français Francis Picabia[1].

En octobre 1912, alors qu'elle se trouve avec sa mère dans la maison familiale d'Étival, Picabia l'y rejoint en compagnie de Guillaume Apollinaire et de Marcel Duchamp[2]. Le premier y écrit Zone, le poème liminaire d' Alcools ; ce voyage inspira au second quatre « notes marginales » « Route Jura-Paris» de La Boîte de 1914 [3], prélude à son œuvre La Mariée mise à nu par ses célibataires, même.

Elle a quatre enfants avec Francis Picabia : Laure, Pancho, Gabrielle Cécile dite « Jeannine » et Vincente, et divorce en 1930.

Elle apparaît à la télévision dans un documentaire de Jean-Marie Drot et Charles Chaboud intitulé "Les heures chaudes de Montparnasse", diffusé sur l'unique chaîne de télévision le lundi 18 mars 1963[4] et en 1967 dans Dada, un documentaire de Marcel Janco et Greta Deses.

Elle est décédée à plus de 104 ans.

En août 2017, les auteures Anne et Claire Berest, arrière-petites-filles de ce personnage décisif du monde de l’art, continuent de raconter l'histoire de leur ancêtre dans l'ouvrage Gabriële[5], publié aux éditions Stock. Elles écrivent que c'est son frère qui lui présente Picabia, elle ne rencontrera Marcel Duchamp que plus tard en apportant des tableaux chez le galeriste de son mari. Et c'est Picabia qui lui présentera Apollinaire en juin 1912 en Angleterre.

PublicationsModifier

  • « Impressionnisme musical », in La Section d’Or, n° 1, 9 octobre 1912
  • « Modern Art and the public », in Camera Work, juin 1913
  • « Musique d'aujourd'hui », in Les Soirées de Paris, n° 22, mars 1914, pp. 181-183
  • Jean Arp, essai, coll. « L'Art abstrait », Presses littéraires de France, 1952
  • Aires abstraites, Genève, Pierre Cailler Éditeur, 1957 - préfacé par Jean Arp
  • « Picabia, l'inventeur », in L'Œil, n° 18, juin 1956
  • Rencontres avec Picabia, Apollinaire, Cravan, Duchamp, Arp, Calder, P. Belfond, 1977

TraductionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Luc Le Vaillant, « 2 sœurs. 3 femmes », Libération,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  2. Gabrièle Buffet-Picabia, Aires abstraites, Pierre Cailler Éditeur, Genève, 1957
  3. Duchamp du signe, Flammarion, collection « Champs», 1994, p. 41-42.
  4. Télé 7 Jours n°156, semaine du 16 au 22 mars 1963, pages 29 et 31.
  5. Claire Berest et Anne Berest, Gabriële, Paris, Stock, Collection : La Bleue, , 450 p. (ISBN 978-2-234-08032-4)

Liens externesModifier