Gab Smulders

artiste peintre néerlandais

Gabriël (Gab) Romualdus Maria Smulders[1] (Utrecht, le - Nimègue, le ) était un artiste peintre néerlandais[2]. Ses œuvres se trouvent au Musée impérial de la Guerre au Royaume-Uni et dans le Musée biblique à Amsterdam. Une partie substantielle de ses travaux ont été créés en France et surtout en Normandie.

Gab Smulders
MGabSmulders 2014 10 23 0032.jpg
Autoportrait de G.Smulders
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
NimègueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Katholieke Leergangen (d)
ArtEZ (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail

Vie et formationModifier

 
Etretat par G.Smulders

En 1931, Gab Smulders naquit à Utrecht, aux Pays-Bas dans une famille aisée. Son père et son grand-père dirigeaient une usine de machinerie, du côté de sa mère, on exploitait des plantations de quinine dans les indes néerlandaises. Pendant la deuxième guerre mondiale, Smulders déménagea d'Utrecht à Nimègue. La guerre perturba ses années de scolarité et il s'inscrivit pour une formation d'orfèvre. Puis, il obtint une agrégation d'arts plastiques[3]. Peu après, il fut admis à l'académie des beaux-arts d'Arnhem, où il se spécialisa sur l'art monumental et sur la verrerie[4]. Gab Smulders habitait à Nimègue aux Pays-Bas, où il travaillait comme artiste dessinateur à l'Université Radboud de Nimègue.

ŒuvreModifier

 
Mont Saint Michel par Gab Smulders

Au début de sa carrière, Gab Smulders produit surtout de la verrerie, mais son œuvre comporte également des travaux en céramique, des aquarelles, des dioramas et des maquettes ainsi que des peintures à l'huile. Smulders maîtrisait un grand nombre de formes et techniques. Il est difficile de caractériser un seul genre comme typique de son œuvre. Comme les constata le directeur du château Hoensbroek, où une de ses plus grandes expositions eut lieu en 1982: "...Confronté pour la première fois à l'œuvre de Gab Smulders, on ne peut s'imaginer que tout ce travail, toute cette diversité, puisse être fait par une seule personne..."[5] Pourtant, ses œuvres sont bien reconnaissables comme de sa main. Pendant toute sa carrière, quelques sujets, quelques genres réapparaissent fréquemment. Les sujets historiques, surtout des scènes de la seconde guerre mondiale et les nues, vues de dos sont des thèmes qui resurgissent assez souvent. Les peintures à l'huile montrent des paysages en Normandie, comme le Mont St.-Michel et des falaises. Dans la plupart de ses portraits, une femme figure aux yeux vifs et profonds. Éduqué dans la tradition hollandaise de paysage, Smulders montre souvent des horizons bas dans la composition, donnant une place proéminente aux nuages. En fait, un critique d'art postule que ses cieux nuageux forment le sommet de son œuvre[6]. Ainsi, la côte Normande figure d'une façon proéminente dans ses paysages. Donnant preuve de la diversité mentionnée ci-haut, Smulders a conçu des habits sacerdotaux pour la maison Stadelmaier. Le Ballet National des Pays-Bas et le fonds national pour l'éducation supérieur ont commandé des tapisseries de sa main. La signature de toutes ses œuvres varie entre "G. Smulders", "Gab Smulders" et "Smulders" tout court. Smulders entretint des relations amicales avec d'autres artistes. Selon le service national des arts aux PaysBas [7] il participa dans le Gemeenschap Beeldende Kunstenaars, un cercle d'artistes plasticiens, où il fit la connaissance de Klaas Gubbels. Ce dernier fit aussi son portrait.

IllustrateurModifier

Au moins jusqu'en 1965, Gab Smulders fut illustrateur auprès du journal universitaire de l'université de Nimègue. En plus, il a fourni des illustrations pour le magazine estudiantin Propria Cures à Amsterdam, un magazine qui connaît une certaine notoriété aux Pays-Bas. Ensuite, il était l'illustrateur principal du périodique de Koepel pendant de longues années.

MuséesModifier

Les œuvres de Gab Smulders sont représentés dans de divers collections d'art et dans des musées internationaux. Le Musée impérial de la Guerre montre un tableau à l'huile d'un bombardier Avro Lancaster[8] à Duxford, Royaume-Uni. Dans la collection d'art des chemins de fer néerlandaises, les Nederlandse Spoorwegen, il y a trois bronzes de sa main. Le Musée biblique[9] d'Amsterdam montre deux maquettes de l'Église Moïse-et-Aaron[10] dans cette ville et de la Synagogue portugaise d'Amsterdam[11]. Pour le Musée National de la Libération aux Pays-Bas, il a fait de nombreux dioramas et une bronze d'un parachutiste[12] commémorant l'opération Market Garden. D'autres œuvres de Smulders se retrouvent dans le Musée Airborne Hartenstein[13]. Le musée De Casteelse Poort à Wageningue montre un diorama d'un camp de concentration Japonaise aux Indes Néerlandaises.

ExpositionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Institut national de documentation d'art des Pays-Bas
  2. Gab Smulders est enregistré dans l'ouvrage de référence de Pieter Scheen, le Lexicon Nederlandse Beeldende Kunstenaars 1750-1950, p365 et 563.
  3. date du diplôme: le 25 juillet 1951
  4. date de diplôme:le 14 juillet 1959
  5. Discours à l'occasion de l'ouverture de l'exposition
  6. M. Poels sur l'exposition dans le théâtre de Venray, décembre 1983
  7. Gab SMulders in the RKD
  8. numéro dans le catalogue de l'Imperial War Museum: IWM ART 16653 CATALOGUE NUMBER
  9. journal Trouw, le 23 décembre 1995
  10. Commande de 1992
  11. faite en 1989.
  12. retrouvé dans le "Roll of Fame".
  13. deux aquarelles et un dessin au charbon de bois, le 3 mars 1984
  14. du premier décembre jusqu'au 31 décembre 1962. Tableaux, dessins, gobelins.
  15. 56 œuvres, dont dessins, aquarelles, gouaches, tableaux à l'huile et gobelins
  16. du 8/9 au 15/16 janvier 1972
  17. maquettes. Exposition du 28 au29 avril 1984.
  18. septembre 1984. Dessins et aquarelles
  19. Kerstdiorama's. De Kampioen, décembre 1986
  20. Trouw, 23 décembre 1995
  21. novembre 2010. Tableaux historiques en technique mixte.
  22. Galérie "Ieder z'n vak", Nimègue, Pays Bas, du 7 mai au 4 juin 2015

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :