Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Gustav Schwab.
Günther Schwab
Description de cette image, également commentée ci-après
Günther Schwab à la Tanzstattkapelle, Styrie
Nom de naissance Günther Schwab
Naissance
Prague, Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Décès (à 101 ans)
Salzbourg, Drapeau de l'Autriche Autriche
Activité principale
Distinctions
docteur honoris causa de l'Université de Vienne et d'Amsterdam
Salzburg Cup of Honour (1980)
Austrian Cross of Honour First Class for Science and Art (2004)
Auteur
Langue d’écriture allemand
Mouvement Écologisme
Écologie profonde
Environnement
Malthusianisme
Spencérisme
Genres

Œuvres principales

Compléments

Günther Schwab (né le à Prague, mort le à Salzbourg) est un écrivain, essayiste, scénariste, environnementaliste et conservateur[1] autrichien.

Günther Schwab est surtout connu pour être le fondateur de l'ONG de l'Union mondiale pour la protection de la vie, et l'auteur de Der Tanz mit dem Teufel (La Danse avec le diable), roman visionnaire et engagé empreint des idées écologistes, vitalistes, hygiénistes, malthusiennes et spencéristes de son auteur, publié en 1958.

Sommaire

BiographieModifier

Günther Schwab grandit à Prague, dans une famille de marchands. Après la Première Guerre mondiale, en 1918, sa famille déménage à Vienne. Il obtient son diplôme d'une école de commerce, comme le voulait sa famille, puis travaille brièvement en tant que fonctionnaire bancaire. Grâce au Dr Günther Schlesinger, référent autrichien sur la protection de la nature, Günther Schwab participe plus activement à cette cause. En raison de son amour pour la nature, il étudie ensuite la sylviculture et entre rapidement, en 1923, à l'Inspectorat des Eaux et Forêts. Il voyage ensuite à l'étranger pendant 7 ans (Italie, Espagne, France, Corse, Algérie, Maroc, Allemagne et Pologne).

En 1930, il revient en Autriche et travaille en tant que garde forestier en Basse-Autriche et en Styrie. Le 1er octobre 1930, il devient membre du Parti nazi puis devient membre de la SA en 1931, dans laquelle il est lieutenant (SA-Sturmführer)[2]. En 1935, il publie son premier roman Aventures près du fleuve (Mensch ohne Volk) dans la série de livres de culture allemande puis est publié en 1939 par la maison centrale d'édition du NSDAP (Franz-Eher-Verlag (en)).

Le 3 novembre 1941, Schwab est appelé dans la Wehrmacht et combat jusqu'en 1945 comme lieutenant de réserve sur le front de l'Est. Il retournera en Autriche fin mai 1945.

 
résidence de Günther Schwab, à Pusterwald (Styrie, Autriche)

À partir de 1951, il est invité à écrire un article pour l'office allemand de Protection de la Nature. Ce qu'il découvre en préparant cet article l'impressionne tellement qu'il décide d'y consacrer un livre. Il s'installe alors à Salzbourg et, pendant quatre ans[3], consulte plusieurs centaines d'ouvrages scientifiques et techniques et décide de rassembler les conclusions alarmantes des experts[4],[5]. Il prend conscience que la nouvelle société consumériste des années 1950 menace de détruire tout ce qu'il aime : la campagne avec tous ses habitants, la solitude des régions naturelles et la faune sauvage telle qu'il la connaissait jusqu'alors. Sa prise de conscience est telle qu'il craint une menace pour l'humanité elle-même[4]. Il abandonne par la suite sa profession et dédie sa vie à l'écriture.

En 1958, Günther Schwab fonde l'Union Mondiale pour la Sauvegarde de la Vie (World Union for Saving of Life ou Weltbund zur Rettung des Lebens (WRL)) avec Linus Pauling (prix Nobel de chimie et prix Nobel de la paix) comme président d'honneur du conseil. En 1963, l'ONG sera renommée en Union Mondiale pour la Protection de la Vie (World Union for Protection of Life ou Weltbund zum Schutze des Lebens (WSL)) et dotée d'un conseil scientifique regroupant 400 savants de 53 pays[6], dont 40 prix Nobel. L'institution remettra notamment, le 17 juin 1979, la médaille « Hans Adalbert Schweigart » au zoologiste Konrad Lorenz (prix Nobel de physiologie ou médecine) pour ses travaux sur la biologie du comportement, ainsi qu'au docteur français André Gernez pour ses travaux sur la « théorie unifiée du cancer ». Günther Schwab écrira alors à André Gernez : « Cette médaille est destinée à reconnaître des travaux d’une importance particulière pour la protection de la vie. Il nous est apparu que c’est justement le cas pour vos travaux sur la prévention systématique et le traitement curatif séquentiel du cancer que vous avez proposés dans une série de communications en 1968 et 1970 ». Le docteur Gernez recevra de nombreuses félicitations et notamment celles du professeur Jean-Louis Lortat-Jacob, alors président du Conseil de l'Ordre des médecins[6],[7]. L'information ne sera que peu relayée par la presse française[8].

En 1968, Schwab publie, en Allemagne, Le Diable t'emportera demain (Morgen holt dich der Teufel) qui sera publié en France, en 1975, sous le nom Les Centrales Atomiques du Diable[9].

Günther Schwab a également écrit le scénario de Der Förster Vom Silberwald (de) (Le garde forestier de Silberwald ou L’Écho des montagnes) centré sur les paysages autrichiens et le besoin de protection des biotopes contre l'industrialisation moderne. Réalisé en 1954 en collaboration avec Friedrich Schreyvogl et Fred Solm (de), le film réunie un casting constitué de Erik Frey, Anita Gutwell (de), Rudolf Lenz (de), Karl Ehmann (en) et Hermann Erhardt (de). Avec 22 millions de spectateurs, le film est devenu l'un des plus gros succès du box office de l'Allemagne de l'Est[10].

Il écrit également le scénario du film Wer die Heimat liebt (de) (ou Das Heilige Erbe), également co-réalisé avec Fred Solm. Sorti en 1957, avec des rôles principaux occupés par Hermann Erhardt, Olga von Togni (de), Willy Rösner (de) et Eduard Köck (de), ce film est également engagé pour la protection de la nature et des animaux et met en garde contre la destruction irréfléchie de la flore et de la faune.

En 2004, à l'occasion de son 100e anniversaire, Schwab se voit remettre la Croix d'honneur autrichienne des Sciences et Art (en) par la dirigeante du Länder de Salzbourg, Gabi Burgstaller (SPÖ), pour célébrer son dévouement et son amour pour la Nature.

Günther Schwab décède le 12 avril 2006, à Salzbourg (Autriche), à l'âge de 101 ans.

Travail littéraireModifier

La Danse avec le DiableModifier

De manière à publier et vulgariser ses craintes, Günther Schwab écrit La Danse avec le Diable qu'il terminera en 1958. Le livre se présente comme un roman policier, étayé de documentations et de faits richement documentés[11],[12], percutants[9] et exhaustifs[13], principalement situés entre 1954 et 1958. L'ouvrage, visionnaire et précurseur dans le courant de l'écologie politique[14],[note 1], aborde les facteurs de décadence et les dommages environnementaux causés par l'homme et l'industrie moderne aux dépens de la Nature et des valeurs morales. Il évoque également l'explosion démographique et prédit que cette dernière explosion mènera, à terme, l'homme à sa perte. Cette théorie illustre les idéologies de l'auteur issues du malthusianisme, du néomalthusianisme voire du darwinisme social.

Le récit est basé sur le mythe de Faust (popularisé par Goethe) où un journaliste américain (Bob Harding), un technicien allemand (Alfred Groot), une jeune docteur française (Françoise Duclarc) et un poète suédois (Sten Stolpe) rencontrent Belzébuth, le diable en personne, homme d'affaires devenu le « Prince du monde ». Ce dernier présentera ses différents collaborateurs responsables de leur domaine respectif, tel que :

« Le manuscrit original [de La Danse avec le Diable] comportait plus de 1000 pages. Devant cet énorme ouvrage, l'éditeur allemand demanda à l'auteur de condenser et de couper, pour réduire son livre de moitié. C'est ce livre, déjà réduit à 500 pages, à la demande de l'éditeur allemand, qui parvint un jour sur le bureau d'un éditeur parisien. Devant les frais à engager, l'éditeur français demanda à son tour au traducteur de le réduire à 300 pages seulement. L'ouvrage ainsi réduit parut en France, en juillet 1963, également sous le titre de La Danse avec le Diable. Cependant, l'accueil fait à cet ouvrage, tant à l'étranger qu'en France (il est [...] traduit en sept langues) et la gravité sans cesse croissante de la situation dénoncée par l'auteur, ont incité les éditeurs à publier ce qui ne l'avait pas encore été jusqu'alors. En 1959, l'éditeur allemand fit donc paraitre en un deuxième volume une importante partie des 500 pages du manuscrit original qui n'avait pu être publiée. Cet ouvrage fut intitulé : La Cuisine du Diable [...].

Devant l'accueil du public français, les Éditions de la Colombe ont décidé de publier ultérieurement en un troisième volume les 200 pages de l'édition allemande de la Danse avec le Diable qui furent exclues de l'édition française - augmentées d'un texte dénonçant certains trafics, texte que l'éditeur allemand craignit de publier, à cause des révélations qu'il contient. Ce troisième ouvrage sera intitulé : Les Dernières Cartes du Diable. »[15],[16].

Il dénonce, dans cet ouvrage, de manière documentée et factuelle les lobbies entre politique et industrie, les entreprises DuPont, Vickers, Krupp, Hotchkiss, Dynamit-Nobel, Schneider-Creusot, Armstrong, Škoda ainsi que les personnalités publiques de Basil Zaharoff, J. P. Morgan, Cassel, Rothschild, etc.

Curieusement, bien que La Danse avec le Diable soit sur le marché, certaines librairies en ont nié l'existence. Le livre a été traduit en sept langues ; la version allemande a été publiée en 1958, la version anglaise en 1963, la première version française en 1963 également, puis a été rééditée en 1969, 1975 et 2010.

« Sollicité d'écrire une préface pour La Cuisine du Diable, le Dr Albert Schweitzer qui avait déjà lu La Danse avec le Diable avec un grand intérêt répondit : « Ces deux livres n'ont pas besoin de préface. Ils nous disent une vérité avec laquelle nous devons faire connaissance. » »[17].

Désambigüisation homonymiqueModifier

À noter que l'ouvrage La Danse avec le Diable ne doit pas être confondu avec les ouvrages homonymes de Kirk Douglas[18] et de Pierre Salva[19].

Aussi, La Danse avec le Diable - Der Tanz mit dem Teufel en allemand - ne doit pas être confondu avec le téléfilm Der Tanz mit dem Teufel (de) sorti en 2001 et réalisé par Peter Keglevic (en) (voir enlèvement de Richard Oetker).

Par ailleurs, La Cuisine du Diable ne doit pas être confondu avec la bande dessinée La Cuisine du Diable, de la série Mélusine, réalisée par Clarke et François Gilson[20], ni avec la série de bande dessinée du même nom, réalisée par Karl T. et Damien Marie[21].

Aussi, l'ouvrage Grimoire seitanique de Brian Manowitz (Vegan black metal chef)[22], parfois surnommé La Cuisine du Diable[23],[24], n'a aucun lien avec l'ouvrage de Günther Schwab.

Enfin, l'ouvrage La Cuisine du Diable n'a aucun rapport avec le quartier New-Yorkais Hell's Kitchen, ni avec des grottes françaises ou américaines dont le nom fait référence au diable.

Travail avec Jean ChoiselModifier

La Danse avec le Diable sera traduit en 1963 par Jean Choisel. Ce dernier signera ensuite, en 1968, l'introduction et la postface de l'ouvrage Les Dernières Cartes du Diable[16].

Choisel débutera, en 1971, le premier chapitre de son livre Le grand virage : Crise, mutation et renouveau de notre évolution en évoquant sa traduction de La Danse avec le Diable[25].

En 1972, Choisel réalisera l'adaptation française et signera l'introduction de Mallona Der Untergang des Asteroiden-Planeten (Mallona, La planète explosée) de Leopold Engel[26]. Il y conseillera, dans les notes de traduction, les ouvrages de Günther Schwab.

Enfin, en 1973, il dédiera son ouvrage Les Racines du mal : causes profondes de la folie suicidaire de l'humanité ainsi : « À mon Ami Günther Schwab dont les livres m'ont ouvert les yeux sur la voie qu'il me fallait prendre pour amener le lecteur Dans la Lumière de la Vérité »[27].

À son tour, Günther Schwab signera la préface de l'ouvrage Les Racines du mal : causes profondes de la folie suicidaire de l'humanité de Jean Choisel avec ces mots : « C'est à la suite de la publication en France de La Danse avec le Diable, en 1963, que je fis à Paris la connaissance de son traducteur Jean Choisel, et qu'aussitôt nous devînmes amis. »[27].

CritiquesModifier

Dans son ouvrage Histoire de l'écologie politique : Comment la gauche a redécouvert la nature, Jean Jacob présente Günther Schwab comme développant des thèses proches de Edward Goldsmith et de Gordon Rattray Taylor (de). Il précise également que : « La Danse avec le Diable constitue un épais ouvrage de vulgarisation écologique (la bibliographie comporte une cinquantaine d'auteurs parmi lesquels on remarque Roger Heim, Fairfield Osborn mais aussi Albert Schweitzer ou Alexis Carrel...). »

Et d'ajouter : « Dans le fond, La Danse avec le Diable est remarquablement informé et témoigne d'une incontestable maîtrise des questions écologiques. Toutes les pollutions ou menaces qui affectent aujourd'hui le monde y figurent déjà (empoisonnement de l'air, du sol, gaspillage et pollution de l'eau, érosions, sécheresses, dangers nucléaire, risque d'une explosion démographique...). »[12].

Par rapport à ses thèses malthusiennes, Schwab est également rapproché de Paul Ehrlich (La Bombe P), de Herbert Gruhl (de) (The plundering of a planet (de)) puis, plus tard, en 1972, du rapport Halte à la croissance ? du Club de Rome (rapport Meadows)[1],[28],[note 2].

Concernant les alertes par rapport à la déforestation, à l’usage des insecticides et à l'évolution de la population, les messages de Günther Schwab sont également assimilés à ceux des conservateurs Erich Hornsmann (de), Anton Metternich (de) et Reinhard Demoll (de). Ses convictions sont également liées à celles de Bodo Manstein (de) concernant les dangers du nucléaire et des désastres environnementaux[29] ainsi qu'à celles du naturaliste Jean Dorst[30].

De manière générale, Günther Schwab est fréquemment rapproché de la biologiste américaine Rachel Carson[31],[32],[33],[34],[35].

Schwab est parfois considéré comme l'auteur ayant poussé « au plus loin la critique naturiste du progrès [et ce] dans une perspective clairement réactionnaire »[36].

Engagements et militantismeModifier

Engagement environnemental et sanitaireModifier

Günther Schwab s'est avéré être relativement clairvoyant quand, à l'âge de 50 ans, il a tenu une conférence avec le titre La catastrophe a déjà commencé, à l'Audimax de Vienne, en 1954. Il s'est également montré visionnaire dans l'évocation de la pollution des eaux et des sols (engrais, herbicides, pesticides, fongicides et insecticides chimiques), de la qualité de la nourriture (colorants, conservateurs, additifs alimentaires, exhausteurs de goût et édulcorants), du nucléaire (essais, usages militaires ou civils, traitement des déchets...) qui sont, 50 ans plus tard, toujours de réels sujets d'actualité et font l'objet de restriction, voire d'interdiction.

Il dénoncera, par exemple, dans La Danse avec le Diable (Der Tanz mit dem Teufel, 1958), la « Montrose Chemical Company (en) » et le DDT (4 ans avant la publication du livre Printemps silencieux de Rachel Carson[note 3]), interdit aux États-Unis en 1972[note 4]. Il dénoncera également le HCH, interdit en France en 1998, l'E605, interdit en Europe depuis 2001 et le bromure de méthyle, interdit en Europe depuis 2011.

Il dénoncera également la saccharine, controversée mais actuellement commercialisée avec une mise en garde pour la santé, depuis 2000 aux États-Unis, ainsi que le salpêtre (E252), classé « certainement cancérigène » par l'ARTAC (Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse) en 2010-2011[37] et « probablement cancérigènes » par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer).

Il accusera de même le P-4000, interdit aux États-Unis par la FDA ; le borax, dont les sels de bore sont classés toxiques pour la reproduction (catégorie 2) depuis 2008 et l'hexamine (E239), autorisé dans l'Union européenne, mais interdit aux États-Unis, Russie, Australie et Nouvelle-Zélande.

Engagement moral et politiqueModifier

Dans Les Dernières Cartes du Diable, Günther Schwab se livre à une critique de l'entreprise DuPont, via Stiff, le Démon spécialiste de la mort atomique, Démon de l'atome et chef de service de la fission atomique : « C'est la plus puissante entreprise chimique du monde. Cette firme a fourni presque la moitié de la poudre à canon pendant la Première Guerre mondiale. [...] Au début de la Seconde Guerre mondiale, Du Pont était le plus gros fournisseur de munitions du monde. [...] La puissance du trust est gigantesque et pratiquement incontrôlable. Malgré les accusations que le Président Truman a fait porter à six reprises par la procureur général contre Du Pont et 128 membre de sa famille, 11 tribunaux, 7 cours d'appel, et la Cour suprême n'ont pas réussi à briser la puissance du trust Du Pont ». Tout en ajoutant : « La première fabrique de bombes atomiques du monde a été construite par le grand trust d'armement américain Du Pont. »[38].

De plus, Schwab personnifie Basil Zaharoff dans le personnage de Basile, Démon de la guerre, inspirateur des trafiquants d'armes, des fauteurs de guerre et des Maitres de forge. Ce dernier se targue de sa réussite dans l'industrie de l'armement : « Lorsque la mort des peuples est en jeu, aucun prix n'est trop élevé! Afin de mieux comprendre, voici quelques chiffres relatifs à la Première Guerre mondiale. Cette guerre a rapporté à mon ami John Pierpont Morgan [J. P. Morgan], le grand banquier de l'Entente, 800 millions de marks-or. [...] Le trust d'armement britannique Vickers a élevé le capital de ses actions de 270 millions de DM [...] De même chez Dynamit-Nobel, les bénéfices ont pris des proportions fabuleuses. Hotchkiss, la fabrique française de mitrailleuses, a tiré 1 354% d’intérêt de son capital. »[39].

Engagement dans le domaine médicalModifier

Schwab dénonce également la médecine moderne ayant recours à des moyens artificiels, et bien souvent chimiques, aboutissant, selon lui, à de fausses guérisons, autant provisoires qu'illusoires. Il dénonce, en ce sens, la suppression du diplôme d'herboristerie en par le maréchal Pétain entraînant le risque d'une accusation d'exercice illégal de la médecine à celui qui enseigne ses connaissances en herboristerie[40],[note 5].

Pour exemple, un de ses propos illustrant son engagement dans le domaine médical et sa dénonciation de la médecine moderne pourrait être le suivant :

« Une société qui tire le quart de ses revenus économiques de la maladie, poursuivra, diffamera et essayera fatalement de « mettre hors d’état de nuire » quiconque chercherait à faire connaitre les moyens de vivre en bonne santé. »

— Günther Schwab, La Danse avec le Diable[41],[note 6]

Cette citation est parfois reprise dans des ouvrages de santé, bienêtre et développement personnel[42],[43],[44],[45],[note 7].

Cette citation est également mentionnée dans l'ouvrage Les radis de la colère : le complot démasqué : pourquoi la France a-t-elle peur d'Horus ? de maître Jean-Pierre Joseph, avocat d'Horus (voir affaire Horus)[46].

Par rapport à son engagement anti-vaccination (et notamment antivariolique[47]), Schwab est notamment mentionné aux côtés des médecins français Paul Chavanon, Louis de Brouwer, Françoise Berthoud, du biologiste Mirko Beljanski et des journalistes Roger Lenglet et Sylvie Simon dans le chapitre 40 ouvrages sérieux remettant en cause les dogmes vaccinaux de l'ouvrage Prenez en main votre santé. Tome 3, Innovations majeures - Les maladies les plus dévastatrices, les remèdes actuels les plus puissants de Michel Dogna[48],[note 8].

Engagement contre l'industrie agroalimentaireModifier

Dans son ouvrage La Danse avec le Diable, et à plus forte raison dans son ouvrage La Cuisine du Diable, Schwab dénonce la nourriture industrielle appauvrie, peu nutritive, raffinée (sucre, farine[49], sel, céréales, huiles, etc.), riche en conservateurs et additifs alimentaires et dangereuses pour la santé. Il se place en tant que fervent défenseur de la paysannerie traditionnelle[50] et fustige l'usage de la chimie (produit phytosanitaire) dans l'agriculture[36].

Par le biais de Murduscatu, contrôleur principal et premier conseiller du Diable, et de ses différents Démons, fiers de la dégradation et de l'empoissonnement alimentaire, Schwab dénonce l'alimentation moderne dénaturée, transformée artificiellement et chimiquement et non-adaptée à l'homme. Schwab préconise une alimentation saine, naturelle, brut, sans aucune altération, de préférence crue[36] et une consommation plus basée sur l'instinct naturel.

Dans l'édition de 1968 de La Cuisine du Diable, aux Éditions Le Courrier du Livre, la première de couverture contient un bandeau, en bas de couverture, présentant une liste de différents produits chimiques (additifs alimentaires, pesticides, etc.) dont l'usage est controversé, limité voire interdit de nos jours, 50 ans après la publication de l'ouvrage.

Cette liste est la suivante[51] :

Engagement antinucléaireModifier

Très engagé dans le mouvement antinucléaire, Günther Schwab écrit en 1968, Morgen holt dich der Teufel (littéralement « Le Diable t'emportera demain »).

Dans son ouvrage L'Homme en péril : une société de destruction ou une société de protection ?[62], publié en 1971, Michel Remy, cultivateur agrobiologiste et journaliste à La Vie claire[note 9], fait de nombreuses références à l'ensemble des ouvrages de Günther Schwab (La danse avec le Diable : une interview fantastique, La Cuisine du Diable, Les Dernières Cartes du Diable ainsi que Révolte pour la vie). Il cite également un extrait de Morgen holt dich der Teufel (« Le Diable t'emportera demain ») qu'il traduira en français et publiera quatre ans plus tard, en 1975, sous le nom Les Centrales atomiques du Diable. Du nouveau, de l'inédit, de l'interdit sur la fission atomique "pacifique" par les Éditions de La Vie Claire (C.E.V.I.C.)[note 10], dans le cadre de leur « Campagne 75 ».

Dans ce contexte, l'ouvrage Les Centrales atomiques du Diable se fait alors l'écho de l'ouvrage Campagne 75 de "La Vie Claire" : Péril mortel : Les Centrales nucléaires : le vrai problème de l'énergie : comment faire échec au programme nucléaire, publié par le collectif des Éditions de La Vie claire[63]. Aussi, en page 15 de cette brochure distribuée gratuitement[note 11], une référence est faite à l'ouvrage Les centrales atomiques du Diable avec la note de bas de page suivante : « Nous ne saurions trop recommander la lecture de ce livre qui contient des révélations inédites et bouleversantes sur le danger des Centrales atomiques ». Le périodique La Gueule ouverte indiquera que ce livre, « pour la première fois en France, expose clairement les données du programme [nucléaire] »[64].

Publiée en 1975, cette brochure évoque, notamment, l'accident de Windscale, survenu en 1957 et deuxième accident nucléaire en terme de gravité de l'époque, après la catastrophe nucléaire de Kychtym, survenue en 1957 également[note 12]. En 2019, l'accident de Windscale reste le quatrième accident nucléaire le plus grave après Fukushima, Tchernobyl et Kychtym.

En 1968, lors de la première publication de son ouvrage Morgen holt dich der Teufel, Günther Schwab, et sa fondation Union mondiale pour la protection de la vie, font alors partie des précurseurs de campagnes contre les centrales d'énergie nucléaire.

Lors d'un entretien avec Georges Demaître, en 1974, Günther Schwab estime qu'« à la suite des recherches et des expériences dans le secteur nucléaire aux États-Unis, nous savons aujourd'hui que la construction et l'exploitation des usines nucléaires peuvent être considérées comme un crime contre l'humanité. »[65].

En 2018, dans un rapport de la série History of Nuclear Energy and Society (HoNESt) dirigée par le Dr Christian Forstner (de) de l'université d'Iéna, en Allemagne, Schwab est présenté comme l'une des premières personnes à alerter sur les dangers de l'énergie nucléaire en Allemagne et en Autriche[66]. Aussi, son livre Les Centrales atomiques du Diable aura joué un rôle très important dans l'activisme de Peter Weish (en), ancien employé au sein de l'Austrian Institute of Technology (en) et leader du mouvement antinucléaire de Vienne[66].

Autre engagement sanitaire (pollution sonore)Modifier

Schwab dénonce également le bruit omniprésent dans notre société moderne, notamment dans l'ouvrage Les Dernières Cartes du Diable. Ainsi, après avoir présenté la pollution sonore et les effets du bruit sur la santé, le personnage de Zolp, Démon de la fébrilité et du bruit, s'exprime de cette manière : « J'ai tendu aux hommes la drogue du bruit. Ils l'ont avalée et se sont intoxiqués. Le bruit tue l'esprit. Le bruit chasse le recueillement. Le bruit empêche le savoir. Le bruit dessèche le cœur et épuise le cerveau. Le bruit crée le vide dans l'homme. [...] Avec le bruit, j'ai profané tous les petits coins tranquilles de la campagne, j'ai même liquidé la légendaire paix du soir de la terre qui se prépare au sommeil. [...] La terre ne dort plus. Le bruit piétine l'âme de la campagne. »[67]. Il est intéressant de rapprocher ces propos des nombreuses études récentes démontrant les méfaits du bruit sur la santé mais également de l'étude du bioacousticien américain Gordon Hempton (en) qui déclare que le silence à l'état pur (non affecté par l’anthropophonie (en)) aura disparu de la surface de la Terre en 2026[68],[69]. En 2016, Gordon Hempton ne recensait qu'une cinquantaine de zones sur Terre à l'abri du bruit des hommes[70],[71].

ConférencesModifier

Révolte pour la vieModifier

L'ouvrage Révolte pour la vie retranscrit la conférence tenue par Günther Schwab, le [72], à la Maison de la Mutualité, à Paris. Parmi les nombreuses personnalités du monde biopolitique, le professeur Jean Keilling, Membre de l’Académie d’Agriculture et président de l’Union française pour la protection de la vie, était présent. Cette conférence fut organisée par les Éditions de La Vie Claire qui en publiera également la retransciption. Schwab adresse d'ailleurs son admiration pour le combat d'Henri-Charles Geffroy[73], créateur de la revue et des Éditions de La Vie Claire (les Éditions de La Vie Claire évolueront par la suite vers l'entreprise de distribution d'écoproduits et de produits biologiques La Vie claire). Schwab évoque notamment les procès essuyés par La Vie claire concernant sa campagne pour la restauration des qualités traditionnelles du pain et contre le pain blanc ; les adversaires industriels de La Vie claire réclamaient alors 30 millions de francs de dommages-intérêts[note 13].

Dans cette conférence, Günther Schwab évoque également la géo-ingénierie, thème peu présent dans ses œuvres et peu courant dans le début des années 1970. Il fait référence et cite notamment le Dr Alexis Carrel et le Dr François Bourlière ainsi que Charles Péguy, Mary Hays Weik (en), Alwin Seifert (de) et Are Waerland (sv). Il évoque notamment la catastrophe du Torrey Canyon, de 1967 (l'une des premières et des plus catastrophiques fortunes de mer), et les problèmes sanitaires dus aux mines d'uranium de la ville d'Elliot Lake (commission Ham (en)).

Les centrales atomiques du DiableModifier

Michel Remy tiendra une conférence à charge contre l'énergie nucléaire, le , à Paris, organisée par les éditions de La Vie Claire[74],[64]. Cette conférence portera le même nom que le livre de Günther Schwab, traduit en français par Michel Remy, à savoir : Les centrales atomiques du Diable, paru quelques jours avant cette conférence. Cette dernière sera axée sur ce livre de Günther Schwab ainsi que sur la « Campagne 75 » de La Vie claire nommée : « Péril mortel : Les Centrales nucléaires : le vrai problème de l'énergie : comment faire échec au programme nucléaire »[63].

Dans la première partie de cette conférence, Michel Remy évoque le fait que la campagne de La Vie claire à charge contre le programme nucléaire devait être le sujet de la « Campagne 74 » (« Campagne 74 : Biologique... Naturel... Mythe ou réalité ? Les principaux mensonges téléguidés et leur réfutation »[75]) plutôt que celui de la « Campagne 75 ». Finalement, face à l'actualité du nucléaire en France (contrat-programme CP1 engagé en 1974, essais nucléaires aériens à Moruroa et Fangataufa, etc.), les éditions de La Vie claire ont fait le choix de faire du nucléaire le sujet de la « Campagne 75 », pour prendre du recul sur le sujet et être plus pertinent[64].

Dans la deuxième partie de la conférence, Michel Remy fait référence au film Le Choc des mondes et à Hubert Reeves (notamment concernant un numéro de l'émission de télévision Les Dossiers de l'écran du où Hubert Reeves mentionne ses inquiétudes quant aux dangers, selon lui, de la maitrise technique). Michel Remy évoque également, durant cette conférence, la radioactivité artificielle, le ministre de l'industrie Michel d'Ornano[76],[note 14] et le Dr Sicco Mansholt (préfacier du livre Les Centrales atomiques du Diable[77],[note 15]).

Dans cette conférence, Michel Remy affirmera que le livre de Günther Schwab Les Centrales atomiques du Diable « constitue, à [s]on avis, l'arme la plus efficace que l'on puisse actuellement utiliser pour combattre la folie nucléaire », tout en soulignant le sérieux du travail de l'auteur, en mentionnant une bibliographie de fin d'ouvrage de plus de 10 pages et de plus de 175 références scientifiques[74].

L'énergie nucléaire, fin de l'humanitéModifier

En 1976, Günther Schwab réalise plusieurs conférences en France (Nancy, Rouen, Paris, Lyon, Nice, Marseille) sur le thème du nucléaire ; sa conférence s'intitule L'énergie nucléaire, fin de l'humanité. Cette conférence aura été présentée par Schwab dans plusieurs pays européens : Autriche, Suisse, Allemagne, Belgique et Luxembourg. À la fin de chaque conférence, il dédicace son livre Les Centrales Atomiques du Diable[3]. Les conférences françaises sont organisées par La Vie claire et la conférence du , à Paris, sera enregistrée sur cassette audio[78]. Cette conférence débutera par une présentation de Günther Schwab par Michel Remy, traducteur français du livre Les Centrales Atomiques du Diable. Durant cette présentation, Michel Remy reprendra, de mémoire, une citation de Louis Armand, qui affirmait que La Danse avec le Diable était « un contrepoison pour les excès de la technique actuelle. »[65],[note 16].

Dans cette conférence à charge contre l'énergie nucléaire, Günther Schwab fait notamment référence à Edward Teller (nommé « le père de la bombe H »), Hannes Alfvén (prix Nobel de physique en 1970), John Gofman et Arthur Tamplin (tous deux docteurs engagés dans l’alerte des dangers de l'énergie nucléaire ; le Dr Gofman sera, à partir de 1971, président du Committee for Nuclear Responsibility et recevra le « prix Nobel alternatif » pour ses travaux). Schwab évoque également l'ouvrage L'Escroquerie nucléaire[79], édité par l'ONG Les Amis de la Terre.

Il dénonce, entre autres, que, depuis 1945, l'industrie nucléaire a créé 234 éléments (radioisotopes) qui n'existaient pas auparavant dans la nature. Il cite, notamment, le strontium 90 (« qui se fixe dans les os »), le plutonium (« qui se fixe dans les tissus pulmonaires »), l'iode 131 (« que la glande thyroïde prend pour de l'iode ordinaire »), le phosphore 32, etc. Il affirmera, après environ 38 minutes de conférence : « Mesdames et Messieurs, depuis que j'ai pris la parole, 20 personnes - rien qu'en France - sont mortes du cancer. » Plus globalement, il dénonce la spéculation, l'hypocrisie, les impostures et la misanthropie (dans le sens littéral, contraire à la philanthropie) des industriels de l'énergie nucléaire.

Pour contrer la solution de l'énergie nucléaire, il propose les solutions de l'énergie solaire, géothermique, éolienne et magnétohydrodynamique.

Sur le sujet du nucléaire, Schwab tiendra d'autres conférences, comme au Palais des Congrès de Strasbourg, dans le cadre du Congrès européen « Vie naturelle », le 9 novembre 1975, en compagnie de Konradin Kreuzer, ingénieur chimiste et antinucléaire suisse[80].

DistinctionsModifier

ControversesModifier

Schwab est controversé en raison de son affiliation au Parti nazi (NSDAP) et de ses opinions jugées racistes qui ont influencé ses publications. L'Union mondiale pour la protection de la vie qu'il a fondé en 1958, ainsi que sa revue périodique Lebensschutz (Protection de la vie), ont été accusées de proximité avec différents partis nationalistes et tendances d'extrême droite[81].

En 1960, la branche allemande (Sektion Deutschland) (WSL-D) de l'Union mondiale pour la protection de la vie (WSL) est fondée, avec comme premier président, le Dr Walter Gmelin (de), ancien avocat, défenseur des nazis et de l’euthanasie. Le nombre de membres augmente rapidement et, en 1970, le WSL a une réelle influence dans le mouvement écologique, avec une présence dans 32 pays. De 1974 à 1982, cette branche allemande est dirigée par Werner Georg Haverbeck (de) et devient l'une des organisations les plus visibles dans le mouvement antinucléaire allemand[1]. Malgré tout, en 1985, la branche allemande (WSL-D) est bannie de l’association en raison de sa proximité et de ses activités nationalistes et de ses tendances d'extrême-droite. En 2001, la WSL-D annonce sa dissolution[10].

Aussi, Günther Schwab a travaillé notamment comme conseiller à la Société d'anthropologie biologique, d'eugénisme et de recherche comportementale (Gesellschaft für biologische Anthropologie, Eugenik und Verhaltensforschung (de), ou GfbAEV), groupe privé de recherche fondé en 1962 à Hambourg autour d'un projet scientifique de défense du racialisme et de l'eugénisme.

Günther Schwab est parfois considéré comme partisan de l'idéologie nazie Blut und Boden (« le sang et le sol »)[82].

Par ailleurs, Gaston-Armand Amaudruz, militant néonazi et révisionniste suisse, fait référence aux travaux de Günther Schwab dans certains de ses ouvrages, notamment au sujet des « aberrations de la ploutocratie industrielle avancée »[83] ou encore de l'explosion démographique et de la « destruction des forêts dans les zones tropicales et subtropicales et leur remplacement par le désert »[84] (voir déforestation).

Pour autant, la question se pose de séparer l’œuvre de son auteur comme Marcel Proust le proposera avec son recueil de critique Contre Sainte-Beuve. Par exemple, la question peut également se poser avec le concitoyen de Schwab, Herbert von Karajan, célèbre chef d'orchestre autrichien (résidant à Salzbourg) également adhérant au Parti Nazi, à partir de 1935.

Par ailleurs, Schwab semble dénoncer l'eugénisme - bien que cette idéologie lui soit attribuée - ainsi que le contrôle des naissances et encourage plutôt le darwinisme social[85]. Il dénonce également l'idéologie de race supérieure et le principe d'une supériorité des « nations civilisées »[86].

Le docteur Frank Uekötter (de) démontre que les environnementalistes allemands n'invoquent pas leurs compatriotes Günther Schwab ou Ernst Rudorff avec le même enthousiasme dont font preuve les environnementalistes américains pour parler de Rachel Carson ou John Muir. Les environnementalistes allemands cherchent à s'éloigner de leurs prédécesseurs jugeant leurs idées sur la préservation de l'environnement autoritaires et conservatrices. Ceci a pour but de mieux mettre en avant l'environnementalisme démocratique et gauchiste de la fin du XXe siècle. Ainsi, les allemands, choisissant une approche militante en fonction des préférences politiques du moment, face aux américains prêts à poursuivre une fière tradition, ont vu un écart important se creuser entre les anciennes générations et les nouvelles[trad 1]. C'est aussi ce qui peut, en partie, expliquer la perte de notoriété de Schwab.

NotoriétéModifier

Bien que jouissant d'une grande popularité à son époque[9], Günther Schwab est rapidement tombé dans l'oubli et notamment en France. Best-seller dans plusieurs pays[3],[65],[87],[88],[note 17], il ne connaitra pas la même popularité en France, Pierre Fournier ira jusqu'à évoquer un « best-seller partout sauf en France »[89].

Pierre Duverger l'explique ainsi dans sa signature de la quatrième de couverture de la réédition de 2009 de l'ouvrage Psychologie politique et la défense sociale de Gustave Le Bon (première édition de 1911) : « Ce livre a tout dit : C'est pourquoi sa lecture peut amener à désespérer. Publié il y a 3/4 de siècle, fruit de 50 années de méditations du docteur Gustave Le Bon (Il avait 70 ans en 1911), il symbolise l'inutilité des bons écrits et le sens morbide que nous avons à suivre surtout les mauvais bergers. Des hommes comme Le Bon, Alexis Carrel ou Günther Schwab, n'étant pas des discoureurs politiciens à l'affût de suffrages, ne sont jamais écoutés. »[90].

Dans son ouvrage concernant l'effet Petkau (en), Ralph Graeub[note 18] apporte les éléments suivants : « Il faut mentionner le professeur G. Schwab, qui, il y a trente ans déjà, a essayé de secouer l'opinion publique par son livre La Danse avec le Diable [...] il a démontré, en grand penseur, les dommages faits à la nature, les a analysés et prouvés. Les défenseurs des intérêts nucléaires se sont jetés sur lui et on essayé de forcer le gêneur à retirer son livre de la vente. »[91].

Cependant, il est encore cité et conseillé par de grandes figures actuelles, telles que Pierre Rabhi, célèbre essayiste et agro-écologiste français, fondateur du mouvement Colibris. En effet, ce dernier considère Schwab comme un auteur « éveilleur de conscience », le considérant également comme faisant partie « des êtres sensibles, des écologistes réels [ayant] essayé d'attirer l'attention »[92], il cite ce dernier au même titre que Fairfield Osborn (La Planète au pillage), Rachel Carson (Printemps silencieux) et Robert Hainard (Expansion et nature, une morale à la mesure de notre puissance)[33].

Camille Arambourg, professeur au Muséum national d'histoire naturelle de Paris et membre de l'Académie des sciences signe, dans le n°72 de la revue Lumières dans la nuit, en 1964, un article qualifiant de « magistral » l'ouvrage de Schwab[93].

Günther Schwab sera cité par Raoul Lemaire et Jean Boucher (tous deux considérés comme les fondateurs de l'agriculture biologique en France) dans le Précis scientifique et pratique de culture biologique (méthode Lemaire-Boucher)[94] et sera également rapproché et comparé à André Birre[36], fondateur de l'association Nature et progrès[note 19]. Günther Schwab et André Birre seront évoqués, ensemble, par le Mouvement d'action écopolitique (MAE) dans l'ouvrage De l'angoisse à l'espoir... par la Route Verte en tant que précurseurs du terme biopolitique[95] (voir « Cahiers de la biopolitique » d'André Birre[96]).

Il sera également cité par Laurent Samuel (fils de Pierre Samuel), dans la revue écologique Survivre... et vivre[97] et sera rapproché, sur le sujet de l'alimentation (« La cuisine du diable »), de l'ouvrage La terre chauve : Aliments pollués de Maurice Pasquelot[98] et de l'ouvrage « The poisons in your food » de William F. Longgood[99].

Le Dr Salim Laïbi, pamphlétaire français, conclut son livre La Faillite du monde moderne : Aux premières loges d'un chaos planifié (préfacé par Pierre Dortiguier) de cette façon : « Pour finir, il me semble intéressant de relier ce modeste travail, qui touche ici à sa fin, à celui de l'Autrichien Günther Schwab, notamment dans son livre, Danse avec Le diable [...]. Très documenté et précis, G. Schwab dresse un portrait millimétré de la décadence moderne » tout en concluant son ouvrage par une citation de Mondo, démon du Progès dans La Danse avec le Diable : « Aujourd'hui, avec fierté et satisfaction, je peux affirmer que nous touchons au chaos final. »[100],[101].

Aussi, Pierre Fournier, l'un des premiers antinucléaires français, rédacteur, dessinateur à Hara-Kiri puis à Charlie Hebdo et créateur du journal La Gueule ouverte, qualifiera La Danse avec le Diable, de « bible de l'anti-pollution », de « profondément révolutionnaire » et de « marrant dans le genre vengeur » car décrivant une « réalité apocalyptique réelle et effroyable »[102],[103].

Dans l'ouvrage Critiques-Théoriques d'Alain de Benoist, Günther Schwab est cité aux côtés de Barbara Ward, George Evelyn Hutchinson et Rachel Carson, comme auteur ayant participé au premier essor de l'écologisme, dans les années soixante[34]. Alain de Benoist rapproche également Schwab de Jean Dorst (La nature dé-naturée), de Barry Commoner (Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ?) de Gordon Rattray Taylor (Le Jugement dernier) ainsi que d'Édouard Bonnefous (L'Homme ou la nature ?)[104].

Il est également rapproché de Barry Commoner, Rachel Carson, Robert Hainard, Fairfield Osborn ainsi que de Pierre Teilhard de Chardin par Lionel Astruc[35] et de Henri-Charles Geffroy par le journaliste Henri Servien[9],[note 20] et le naturopathe Daniel Kieffer[105],[note 21].

Sur la question du dérèglement climatique, Schwab est également rapproché de Charles Fourier, dans la revue Autogestion et socialisme (voir Marxisme autogestionnaire)[106].

Enfin, Günther Schwab est cité dans la bibliographie de la revue mensuelle Techniques de Vie no 29[107] de Célestin Freinet et Élise Freinet, créateurs de la pédagogie Freinet.

Schwab est également mentionné dans la revue Femmes suisses et le Mouvement féministe, fondé par Émilie Gourd, sur le sujet de la conservation des fruits et en particulier du gazage des agrumes (usage du biphényle)[108].

De manière plus anecdotique, Günther Schwab est évoqué dans l'épilogue de l'ouvrage La Prophétie musicale dans l'histoire de l'humanité : précédée d'une étude sur les nombres et les planètes dans leurs rapports avec la musique d'Albert Roustit, de cette manière : « Qu'on l'admette ou non, le monde va à son suicide, entraîné follement et aveuglement par la « danse avec le diable », selon l'expression de Günther Schwab »[109].

OuvragesModifier

FrançaisModifier

  • Günther Schwab (trad. de l'allemand par Jean Choisel), La danse avec le Diable : une interview fantastique [« Der Tanz mit dem Teufel »], Paris, Éditions de La Colombe, Éditions du Vieux Colombier, , 286 p. (notice BnF no FRBNF33169814)
  • Günther Schwab (trad. de l'allemand par Jean Choisel), La danse avec le Diable : une interview fantastique [« Der Tanz mit dem Teufel »], Paris, Le Courrier du Livre, , 288 p. (ISBN 978-2-7029-0797-9, notice BnF no FRBNF33169815)
  • Günther Schwab (trad. de l'allemand par Jean Choisel), La danse avec le Diable : une interview fantastique [« Der Tanz mit dem Teufel »], Paris, Le Courrier du Livre, , 285 p. (ISBN 2-7029-0011-9, notice BnF no FRBNF34549762)
  • Günther Schwab (trad. de l'allemand par Jean Choisel), La danse avec le Diable : une interview fantastique [« Der Tanz mit dem Teufel »], Paris, Le Courrier du Livre, , 289 p. (ISBN 978-2-7029-0797-9, notice BnF no FRBNF42242573)
  • Günther Schwab (trad. de l'allemand par Germaine Claretie), La Cuisine du Diable [« Des Teufels Küche »], Paris, Éditions de La Colombe, Éditions du Vieux Colombier, , 189 p. (notice BnF no FRBNF33169812)
  • Günther Schwab (trad. de l'allemand par Germaine Claretie), La Cuisine du Diable [« Des Teufels Küche »], Paris, Le Courrier du Livre, , 192 p. (notice BnF no FRBNF33169813)
  • Günther Schwab (trad. de l'allemand par M. et Mme F. Armand, préf. Jean Choisel, postface Jean Choisel), Les Dernières Cartes du Diable, Paris, Le Courrier du Livre, , 224 p. (notice BnF no FRBNF33169816)
  • Günther Schwab, Révolte pour la vie, Mandres-les-Roses, Éditions de La Vie claire (C.E.V.I.C.), , 32 p. (présentation en ligne)
  • Günther Schwab (trad. de l'allemand par Michel Remy, préf. Dr Sicco Mansholt), Les Centrales atomiques du Diable. Du nouveau, de l'inédit, de l'interdit sur la fission atomique "pacifique" [« Morgen holt dich der Teufel »], Mandres-les-Roses, Éditions de La Vie claire (C.E.V.I.C.), , 272 p. (notice BnF no FRBNF34571961)

AllemandModifier

  • (de) Mensch ohne Volk, (publié dans la série « Culture allemande » par la maison d'édition centrale du Parti nazi)[81], Franz Eher Nachfolger,
  • (de) Mensch ohne Volk, Vienne, Verlag W. Scheuermann,
  • (de) Der Wind über den Feldern, Vienne, Leipzig, Tieck Verlag,
  • (de) Kamerad mit dem haarigen Gesicht, Vienne, Wilhelm Frick Verlag,
  • (de) Das Glück am Rande, Vienne, Walther Scheuermann Verlag,
  • (de) Abenteuer am Strom (version légèrement modifée du roman Mensch ohne Volk),
  • (de) Land voller Gnade, Vienne, Kremayr und Scheriau, (notice BnF no FRBNF32621130)
  • (de) Der Förster Vom Silberwald, Bonn, Munich, Vienne, Bayerischer Landwirtschaftsverlag,
  • (de) Das heilige Erbe (scipt basée sur une idée de Franz Mayr-Melnhof, Regie: Alfred Solm),
  • (de) Der Tanz mit dem Teufel, Hannover, Adolf Sponholtz Verlag,
  • (de) Des Teufels Küche, Hannover, Adolf Sponholtz Verlag,
  • (de) Trost bei Tieren - Vom schenkenden Herzen unserer Mitgeschöpfe, Rüschlikon, Albert Müller,
  • (de) Klufttektonische Untersuchungen der Nordlausitzer Grauwackenformation unter Berücksichtigung der Gesteinsklüftung des Lausitzer Zweiglimmergranits. Abhandlungen zur Geotektonik Nr. 21, Berlin, Akademie-Verlag,
  • (de) 7 Dackel und Marisa, Salzbourg, Das Bergland-Buch,
  • (de) Im Banne der Berge. Die Geschichte eines Bergführers, Vienne, Verlag für Jugend und Volk,
  • (de) Kamerad Hund, Klagenfurt, Kaizer,
  • (de) Morgen holt dich der Teufel, Salzbourg, Verlag Das Bergland-Buch,
  • (de) Schicksal in deiner Hand: der Mensch zwischen heute und morgen, Salzbourg, Das Bergland-Buch, (ISBN 3-7023-0032-5)
  • (de) Die Leute von Arauli, Vienne, Kremayr u. Scheriau,
  • (de) Heute kann man darüber lachen...: Panoptikum eines jungen Lebens, Vienne, Sensen-Verlag, , 345 p. (SUDOC 062527460)
  • (de) Schwer, ein Mensch zu sein, Vienne, Sensen-Verlag,
  • (de) Verspielt die Zukunft nicht, Salzbourg, Das Bergland-Buch, (ISBN 3-7023-0168-2)
  • (de) Geld oder Leben - Aufruf zur Umkehr, Steyr, Ennsthaler, (ISBN 978-3-85068-305-0)
  • (de) Geliebtes Leben, Steyr, Ennsthaler, (ISBN 3-85068-341-9)
  • (de) Pierre und Eveline, Steyr, Ennsthaler, (ISBN 3-85068-367-2)
  • (de) Der Förster Vom Silberwald, Hameln, Niemeyer, (ISBN 3-87585-896-4)
  • (de) Geliebter Berg, Steyr, Ennsthaler, (ISBN 3-85068-472-5)
  • (de) Des Teufels sanfte Bombe, Sponholtz-Verlag, (ISBN 3-87766-046-0)

PréfaceModifier

  • Jean Choisel (préf. Günther Schwab), Les Racines du mal : causes profondes de la folie suicidaire de l'humanité, Le Bousquet-d'Orb, Jean Choisel, , 200 p. (SUDOC 009545093)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Dans leur ouvrage L'écologie inachevée, Michel et Bertrand Remy évoquent La Danse avec le Diable comme « le premier livre de vulgarisation écologique publié en Europe ».
  2. À ce sujet, Aurelio Peccei, fondateur et premier président du Club de Rome, sera décoré pour ses travaux, en 1983, par l'Union Mondiale pour la Protection de la Vie.
  3. Le livre Printemps silencieux de Rachel Carson, publié en 1962, conduira - entre autres - à une interdiction nationale du DDT aux États-Unis.
  4. Bien que le DDT fut interdit aux États-Unis, la Montrose Chemical Company en continua la production (et la vente) jusqu'en 1982.
  5. Depuis, en France, le diplôme d'herboriste n'a pas été rétabli. Malgré tout, depuis un décret de 2008, 148 plantes médicinales sont dans le domaine public, en vente libre.
  6. Selon les ouvrages faisant référence à cette citation, il est possible de trouver des versions légèrement différentes. Il est possible, par exemple, de trouver la version suivante : « Une société qui tire le quart de ses revenus économiques de la maladie poursuivra, diffamera et, finalement, mettra hors d’état de nuire quiconque voudrait apprendre à ses concitoyens à vivre en bonne santé ».
  7. En ce sens, en mars 2016, Jean-Paul Vernant, cosignataire avec 110 cancérologue d'un appel dénonçant les prix des traitement et médicaments anticancéreux, a affirmé que l'industrie pharmaceutique était « l’industrie au monde qui fait le plus de bénéfices » (avant même l'industrie pétrolière et l'industrie du luxe).
  8. Michel Dogna prend le soin d'apporter l'information suivante : « Aucun de ces [40] ouvrages, largement diffusés tant en France qu’à l’étranger n’a fait l’objet du moindre procès, ni même du moindre démenti. »
  9. Michel Remy (1926-2003) est également l'auteur des ouvrages : Nous avons brûlé la terre (édité en 1954 à compte d'auteur et réédité en 1967 par La Vie claire) ; La Bataille du cancer, méthode systématique préventive et curative pour vaincre le cancer (édité en 1957 à compte d'auteur et réédité en 1970 par La Vie claire) ; La Santé commence au jardin, guide pratique de jardinage conforme aux lois de la nature (1962) et co-auteur de : L'Énergie cosmique au service de la santé ou le Secret des patriarches (1979) ; Le Secret des patriarches (1971 et réédité en 2010) ainsi que L'Écologie inachevée" (2002).
  10. Le nom complet des Éditions de La Vie Claire est : « Compagnie d'Édition et de Propagande du journal La Vie Claire » (C.E.V.I.C.). Jusqu'à la fin des années 1970, l'usage du terme « propagande » continue à être utilisé dans son sens littéral : « ce qui doit être propagé ». Par la suite, le terme, devenu extrêmement négatif car lié à la notion de totalitarisme, sera remplacé, notamment, par l'expression communication politique.
  11. Au dos de la brochure, nous pouvons lire : « Pour que nul ne soit empêché, pour des raisons matérielles, de prendre part à cette œuvre de salut public qu'est la diffusion de cette brochure, nous la remettons gratuitement, par paquet de 25, sur demande. »
  12. L'incendie de Windscale a été jugé de niveau 5 sur l'échelle internationale de classement des événements nucléaires (INES), tandis que la catastrophe nucléaire de Kychtym a été jugée de niveau 6. L'échelle INES a été élaborée en 1990 (à la suite de la catastrophe de Tchernobyl) et mise en application au niveau international en 1991.
  13. Cette campagne pour la restauration des qualités traditionnelles du pain et contre le pain blanc menée par La Vie Claire évoluera vers la campagne d'information « Campagne 71 » (« Campagne 71 : pain complet, huile non raffinée = bonne santé »).
  14. Michel Remy citera et denoncera les propos suivants de Michel d'Ornano, issus d'un article du Républicain Lorrain, du 14 mai 1975, concernant un moratoire à terme : « La meilleure façon de mesurer les risques réels du programme nucléaire n'est-[elle] pas de l'essayer ? Quitte ensuite à modifier la trajectoire. »
  15. Lors de sa conférence, Michel Remy citera, de la préface du Dr Sicco Mansholt, l'extrait suivant : « L'homme est-il devenu l'esclave de la société industrielle, ou bien sait-il se dominer pour trouver d'autres formes de vie en commun qui garantissent la survie ? »
  16. Dans l'article du Soir illustré, du 14 mars 1974, Georges Demaître rapporte la citation de Louis Armand, au sujet de La Danse avec le Diable, de cette manière : « un utile contrepoids à l'usage de ceux qui se laisseraient trop facilement emporter par le vertige technique. »
  17. La revue La Vie claire no 322 apporte l'information suivante : « [...] C'est le succès littéraire, et certains romans poétiques de Günther Schwab tireront à plus de 100.000 exemplaires, ce qui est rare en Europe, et l'un d'eux, même à plus de 200.000. ». Le périodique Le Soir Illustré no 2177 complète : « [...] « Abenteuer am Strom », fut tiré à plus de deux cent mille exemplaires, ce qui a fait de son auteur l'un des écrivains naturalistes les plus populaires de langue allemande. »
  18. À l'instar d'André Gernez, Ralph Graeub recevra également la médaille « Hans Adalbert Schweigart » par l'Union mondiale pour la protection de la vie.
  19. Nature et Progrès et la méthode Lemaire-Boucher ont un historique en commun : l’association « l’Homme et le sol », l’« Organisation scientifique pour l’entretien de la vie » (OSV) et le « Groupement d’agriculture biologique de l’ouest » (GABO), renommé par la suite en « Association française d’agriculture biologique » (AFAB).
  20. Henri Servien affirmera, en évoquant La Cuisine du Diable : « Il s'agit, avec plus de précision que dans le premier volume [La Danse avec le Diable], de la description des innombrables produits chimiques que l'homme utilise dans l'alimentation. Avec Geffroy, Schwab est un des censeurs les plus sévères pour l'ignorance totale et générale en cette matière. C'est une lecture éprouvante car lucide. »
  21. Daniel Kieffer citera dans son ouvrage : « Le signal d'alarme est déjà tiré depuis que H.C. Ge[o]ffroy publia Défends ta peau en 1965, dans l'élan de G. Schwab et sa Cuisine du Diable, dix ans plus tôt ». En 1969, Schwab sera publié en France par La Vie claire, éditions dirigées par H.C. Geffroy).

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) William T. Markham, Environmental Organizations in Modern Germany: Hardy Survivors in the Twentieth Century and Beyond, New-York, Berghahn Books, (ISBN 978-1-845-45447-0, notice BnF no FRBNF41348609), p. 83, 95
  2. (en) Olsen Jonathan, Nature and nationalism: right-wing ecology and the politics of identity in contemporary Germany, St. Martin's Press, 1999. (ISBN 0-312-22071-5), (ISBN 978-0-312-22071-6). p. 82
  3. a b et c « La Vie et l'Œuvre de Günther Schwab », La Vie Claire, no 322,‎ , p. 2-3
  4. a et b « La Danse avec le Diable », Réalités, Paris, Société d’études et de publications économiques, no 221 « L'avenir est déjà parmi nous »,‎ , p. 64
  5. Rémy Pawin, Histoire du bonheur en France depuis 1945, Paris, Robert Laffont, , 379 p. (ISBN 978-2-221-13477-1, notice BnF no FRBNF43730409), p. 156
  6. a et b « Un médecin roubaisien reçoit une distinction internationale pour ses travaux sur le cancer », La Voix Du Nord, no 10863,‎ , p. 4
  7. Soline Abbeville, Les Maladies dégénératives : Les Propositions du docteur André Gernez, Saint-Denis, Éditions Kontre Kulture, , 153 p. (ISBN 978-2-3672-5041-0, notice BnF no FRBNF44238280), (quatrième de couverture de l'ouvrage)
  8. Jean-Yves Bilien, « André Gernez : Un révolutionnaire de la biologie », Nexus, Fleurac, Éditions Chantegrel, no 49 « La terreur fabriquée »,‎ , p. 38
  9. a b c et d Henri Servien, « La défense des lois naturelles dans les livres de G. Schwab », Lecture et tradition, Chiré-en-Montreuil, Diffusion de la Pensée Française, no 59 « Spécial : Interview du Colonel Château-Jobert »,‎ , p. 34-35
  10. a et b (en) Astrid Mignon Kirchhof, Contemporary Ideas in a Traditional Mind-Set: The Nature Conservation Movement in Post War West-Germany (1945-1960), (Ecozon@ Vol.2, No.1), Institute of Modern and Contemporary History, Humboldt University Berlin, 2011. ISSN 2171-9594. p. 41
  11. Evelyn de Smedt, « Science sans conscience », Planète, Paris, Nouvelle Société Planète, no 2,‎ , p. 64
  12. a et b Jean Jacob, Histoire de l'écologie politique : Comment la gauche a redécouvert la nature, Paris, Albin Michel, , 361 p. (ISBN 978-2-2261-0837-1, notice BnF no FRBNF36975897), p. 58
  13. Henry Coston, Non ! L'écologie n'est pas de gauche, elle n'est d'aucun parti : Petite histoire de l'écologie de Geffroy à Lalonde et Waechter, Paris, Publications Henry Coston, , 30 p. (notice BnF no FRBNF35824202), chap. 4 (« Quelques biographies »), p. 29
  14. Michel Remy et Bertrand Remy, L'écologie inachevée, Paris, L'Harmattan, , 302 p. (ISBN 2-7475-2425-6, notice BnF no FRBNF38849851), p. 96
  15. a et b La Cuisine du Diable, 1964, p. 185 (note de l'éditeur, dans l'Appendice de l'ouvrage)
  16. a et b Les Dernières Cartes du Diable, 1968, p. 9 (Introduction de l'ouvrage)
  17. La Cuisine du Diable, 1964, quatrième de couverture de l'ouvrage
  18. Kirk Douglas (trad. de l'anglais par Jean-Michel Dulac), La Danse avec le diable [« Dance with the devil »], Paris, Presses pocket, , 335 p. (ISBN 2-266-04348-X, notice BnF no FRBNF35461081)
  19. Pierre Salva, La Danse avec le diable, Paris, Librairie des Champs-Élysées, , 183 p. (ISBN 2-7024-1114-2, notice BnF no FRBNF34655893)
  20. François Gilson (scénario) et Clarke (dessin), Mélusine, t. 14 : La Cuisine du Diable, Paris, Dupuis, , 46 p. (ISBN 2-8001-3804-1, notice BnF no FRBNF40180977)
  21. Damien Marie (scénario), Karl T. (dessin) et Jocelyne Charrance et Dameex (couleur), La cuisine du diable, Issy-les-Moulineaux, Vents d'Ouest, , 191 p. (ISBN 978-2-7493-0491-5, notice BnF no FRBNF41424348)
  22. Vegan black metal chef (trad. de l'anglais par Tamara Bozovic et David Moi), Grimoire seitanique : 120 recettes apocalyptiques du Vegan black metal chef [« The seitanic spellbook: recipes and rantings of the Vegan black metal chef »], Lausanne, L'Âge d'homme, , 217 p. (ISBN 978-2-8251-4571-5, notice BnF no FRBNF44475145)
  23. « Le grimoire seitanique, la cuisine du Diable », sur http://www.vegactu.com/, (consulté le 23 mars 2017)
  24. « Le grimoire seitanique - La cuisine du Diable », sur http://bambichoses.com, (consulté le 23 mars 2017)
  25. Jean Choisel, Le grand virage : Crise, mutation et renouveau de notre évolution, Le Bousquet-d'Orb, Jean Choisel, (SUDOC 160763770), « Première conférence : Notre civilisation est un suicide », p. 13
  26. Leopold Engel (trad. de l'allemand par Jean Choisel), Mallona, La planète explosée [« Mallona Der Untergang des Asteroiden-Planeten »], Lodève, Imprimerie des beaux arts, , 222 p.
  27. a et b Jean Choisel, Les Racines du mal : causes profondes de la folie suicidaire de l'humanité, Le Bousquet-d'Orb, Jean Choisel, , 200 p. (SUDOC 009545093), p. 10-11
  28. Michel Tarrier, Nous, peuple dernier. Survivre sera bientôt un luxe, Paris, L'Harmattan, , 448 p. (ISBN 978-2-2961-0562-1, notice BnF no FRBNF42109805), p. 151
  29. (en) Axel Goodbody, The Culture of German Environmentalism: Anxieties, Visions, Realities, New-York, Berghahn Books, , 227 p. (ISBN 1-57181-670-4, notice BnF no FRBNF38904796), p. 58
  30. Jean Phaure (préf. Jacques d'Arès), Le cycle de l'humanité adamique : Introduction à l'étude de la cyclologie traditionnelle et de la fin des temps, Paris, Dervy, , 618 p. (ISBN 978-2-8445-4396-7, notice BnF no FRBNF42800016), p. 310
  31. Matteo Tavera, La Mission sacrée : une hypothèse sur le droit à la vie et à la santé, Paris, O.C.I.A., , 80 p. (notice BnF no FRBNF35150801, lire en ligne), « Message avant les lettres que je vais t'écrire », p. 3
  32. a et b (en) Frank Uekötter, Consigning Environmentalism to History? Remarks on the Place of the Environmental Movement in Modern History, RCC Perspectives n°7, 2011, p. 9
  33. a et b « Pour Pierre Rabhi « il faut passer d'une logique de la mort à une logique de la vie », bioaddict.fr » (consulté le 17 mai 2016)
  34. a et b Alain de Benoist, Critiques-Théoriques, Lausanne, L'Âge d'homme, , 565 p. (ISBN 978-2-8251-1759-0, notice BnF no FRBNF38956062), p. 351
  35. a et b Lionel Astruc (préf. Patrick Viveret, postface Pierre Rabhi), (R)évolutions : Pour une politique en actes, Arles, Actes Sud, , 290 p. (ISBN 978-2-3300-0205-3, notice BnF no FRBNF42624095), p. 263
  36. a b c et d Alexis Vrignon, Les mouvements écologistes en France (de la fin des années soixante au milieu des années quatre-vingt) (thèse de doctorat en Histoire contemporaine), Nantes, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique, , 294 p., p. 104 à 106
  37. « Classification de l’ARTAC des additifs alimentaires selon leur risque potentiellement ou certainement cancérigène, Artac.info » (consulté le 12 mai 2015)
  38. Les Dernières Cartes du Diable, 1968, p. 138-139
  39. Les Dernières Cartes du Diable, 1968, p. 148-149
  40. La Danse avec le Diable, 1975, p. 240
  41. La Danse avec le Diable, 1975, p. 236
  42. Didier Van Bruyssel, Rester jeune jusqu'à 100 ans et plus - Mieux vivre pour bien vieillir, Paris, Robert Laffont, , 460 p. (ISBN 978-2-221-14006-2, notice BnF no FRBNF44208199), chap. 1 (« La médecine longévitale »), p. 67
  43. France Guillain, La méthode : Bain dérivatif, alimentation, soleil, argile, Monaco, Éditions du Rocher, , 243 p. (ISBN 978-2-268-07634-8, notice BnF no FRBNF44476862), p. 143
  44. France Guillain, La méthode France Guillain : Vivez équilibré !, Monaco, Éditions du Rocher, , 315 p. (ISBN 978-2-268-06811-4, notice BnF no FRBNF42014634), chap. 5 (« Le Bain dérivatif »), p. 184
  45. Myriam Marino, « Les analyses biologiques. Généralement fiables... mais pas toujours », Enquêtes de santé, Pont-Saint-Vincent, no 25,‎ , p. 23 (ISSN 2272-9917, lire en ligne, consulté le 14 juin 2019)
  46. Jean-Pierre Joseph, Les radis de la colère : le complot démasqué : pourquoi la France a-t-elle peur d'Horus ?, Labège, Éditions Louise Courteau, , 382 p. (ISBN 2-89239-208-X, notice BnF no FRBNF37659493), chap. 2 (« Le véritable objectif de la « chasse aux sectes » : le maintien à tout prix de ces « horreurs économiques » »), p. 71
  47. La Danse avec le Diable, 1975, p. 246
  48. Michel Dogna, Prenez en main votre santé. Tome 3, Innovations majeures - Les maladies les plus dévastatrices, les remèdes actuels les plus puissants, Paris, Éditions Guy Trédaniel, , 479 p. (ISBN 978-2-8132-0164-5, notice BnF no FRBNF42277353), « Vaccinations massives »
  49. « Meunier tu dors », La Gueule Ouverte, no 11,‎ , p. 42 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)
  50. Birgit Müller, La bataille des OGM : combat vital ou d'arrière-garde ?, Paris, Ellipses, , 173 p. (ISBN 978-2-7298-3627-6, notice BnF no FRBNF41191596), p. 3
  51. « Farine en vrac », La Gueule Ouverte, no 4,‎ , p. 30 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)
  52. (en) « Agents classés par les Monographies du CIRC », sur https://www.iarc.fr/ (consulté le 3 avril 2018)
  53. Corinne Gouget, Additifs alimentaires, danger : le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner, Escalquens, Éditions Chariot d'Or, , 15e éd., 164 p. (ISBN 978-2-9118-0669-8, notice BnF no FRBNF43850223), « Message pour les enfants et les adolescents », p. 13
  54. Corinne Gouget, Additifs alimentaires, danger : le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner, Escalquens, Éditions Chariot d'Or, , 15e éd., 164 p. (ISBN 978-2-9118-0669-8, notice BnF no FRBNF43850223), « E621 ou Glutamate monosodique (« GMS » en français ou « MSG » en anglais) », p. 125
  55. « Interdiction des antibiotiques comme facteurs de croissance dans les aliments pour animaux », sur http://europa.eu/, (consulté le 8 avril 2018)
  56. « E519 : Sulfate de cuivre II, Sulfate cuprique », sur http://www.additifs-alimentaires.net (consulté le 14 avril 2018)
  57. « Règlement (CE) N°1170/2009 de la commission du 30 novembre 2009 », sur http://eur-lex.europa.eu, (consulté le 14 avril 2018)
  58. David Forman et Douglas Altman, « Vitamins to prevent cancer: supplementary problems », The Lancet, Londres, Elsevier, vol. 364, no 9441,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2017)
  59. Yves Cassard (préf. Dr Luc Bodin), Le corps humain et son pouvoir d'autoguérison, Nouméa, Éditions Humanis, , 200 p. (ISBN 979-10-219-0074-5), « Vitamines de synthèse », p. 16-17
  60. José Bové et Gilles Luneau, L'alimentation en otage, Paris, Éditions Autrement, , 154 p. (ISBN 978-2-7467-4116-4, notice BnF no FRBNF44295900), « L'exploitation agricole... au sens propre ! »
  61. « Nos aliments sont-ils sûrs ? », sur https://natuvie.wordpress.com, (consulté le 8 avril 2018)
  62. Michel Remy, L'Homme en péril : une société de destruction ou une société de protection ?, Paris, Stock, , 285 p. (notice BnF no FRBNF35376185)
  63. a et b Collectif des Éditions de La Vie claire, Campagne 75 de "La Vie claire" : Péril mortel : Les Centrales nucléaires : le vrai problème de l'énergie : comment faire échec au programme nucléaire, Mandres-les-Roses, Éditions de La Vie claire (C.E.V.I.C.), , 31 p. (notice BnF no FRBNF34675319)
  64. a b et c « La « Vie claire » et le nucléaire », La Gueule Ouverte, no 54,‎ , p. 15 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)
  65. a b et c Georges Demaître, « Il est urgent de se révolter pour protéger la vie », Le Soir illustré, Bruxelles, Rossel & Cie (Groupe Rossel), no 2177 « Thierry Le Luron, Prince du rire »,‎ , p. 34-35
  66. a et b Dr. Christian Forstner, « Austria - Short Country Report », History of Nuclear Energy and Society (HoNESt), Iéna, Friedrich-Schiller-University,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juin 2018)
  67. Les Dernières Cartes du Diable, 1968, p. 32, 39 et 40
  68. « Dans dix ans, le silence aura disparu de la surface de la Terre », sur www.francetvinfo.fr, (consulté le 13 avril 2018)
  69. « Le silence en voie de disparition dans le monde », sur http://www.rfi.fr, (consulté le 13 avril 2018)
  70. « L'homme qui répertorie les (rares) endroits du monde vierges de tout bruit humain », sur http://www.telerama.fr, (consulté le 13 avril 2018)
  71. « L’homme qui cherchait le silence », sur https://www.lemonde.fr, (consulté le 13 avril 2018)
  72. Michel Remy et Bertrand Remy, L'écologie inachevée, Paris, L'Harmattan, , 302 p. (ISBN 2-7475-2425-6, notice BnF no FRBNF38849851), p. 69
  73. Günther Schwab, Révolte pour la vie, Mandres-les-Roses, Éditions de La Vie Claire (C.E.V.I.C.), , 32 p. (présentation en ligne), p. 24
  74. a et b Michel Remy, Les centrales atomiques du diable, Paris, Éditions de La Vie claire (C.E.V.I.C.), (notice BnF no FRBNF37812556)
  75. Collectif des Éditions de La Vie claire, Campagne 74 de "La Vie claire" : Biologique... Naturel... Mythe ou réalité ? Les principaux mensonges téléguidés et leur réfutation, Mandres-les-Roses, Éditions de La Vie claire (C.E.V.I.C.), , 29 p. (présentation en ligne)
  76. Philippe Simonnot, « Plan énergétique devant l'Assemblée : Le nucléaire en première ligne », Le Républicain lorrain, Metz, Société messine d’éditions et d’impression, no 113,‎ , p. 16
  77. Les Centrales Atomiques du Diable, 1975, Préface de l'ouvrage
  78. Günther Schwab, L'énergie nucléaire, fin de l'humanité, Paris, Éditions de La Vie claire (C.E.V.I.C.), (notice BnF no FRBNF37812560)
  79. Les Amis de la Terre, L'Escroquerie nucléaire, Paris, Stock, , 471 p. (ISBN 2-234-00811-5, notice BnF no FRBNF34592617)
  80. « Sur le terrain », La Gueule Ouverte, no 78,‎ , p. 15 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)
  81. a b et c (de) Fiche d'autorité, Bibliothèque nationale d'Autriche, consultée le 4 mai 2015
  82. (de) Kai F. Hünemörder, Die Frühgeschichte der globalen Umweltkrise und die Formierung der deutschen Umweltpolitik (1950-1973), Franz Steiner Verlag, (ISBN 9783515081887, lire en ligne), p. 283
  83. Gaston-Armand Amaudruz, Nous autres racistes : le manifeste social-raciste, Montréal, Editions Celtiques, , 290 p. (SUDOC 082942617), « Conclusion générale », p. 74
  84. Gaston-Armand Amaudruz, Les peuples Blancs, survivront-ils ? : les travaux du Nouvel ordre européen de 1967 à 1985, Montréal, Editions Celtiques, , 133 p. (SUDOC 193762730), « Section 1 : Questions générales », p. 56
  85. . Via le personnage de Turduk, Démon de l'explosion démographique dans La Danse avec le Diable, Schwab dénonce :

    « Vous voyez bien que le contrôle des naissances est une voie nouvelle qui conduit à l’affaiblissement de la race et à la prolétarisation des qualités eugéniques. Dès que la sélection naturelle est écartée, la Vie tombe malade. »

    — Günther Schwab, La Danse avec le Diable, p. 263

  86. . Via le personnage de Karine dans La Danse avec le Diable, Schwab dénonce :

    « La civilisation est une épidémie qui transmet ses germes à chaque contact. Avec une inébranlable confiance en soi, l’homme de race blanche distribue aux autres races prétendument arriérées, les bienfaits de « sa » civilisation, c’est-à-dire [...] tous les produits dénaturés que fabriquent à la chaîne et en grande quantité ses industries alimentaires. »

    — Günther Schwab, La Danse avec le Diable, p. 95

  87. Michel Remy et Bertrand Remy, L'écologie inachevée, Paris, L'Harmattan, , 302 p. (ISBN 2-7475-2425-6, notice BnF no FRBNF38849851), p. 22
  88. Marie-Lise Geffroy, Henri-Charles Geffroy et La Vie Claire : Son action pour la vie, par sa petite-fille, Paris, Publications Marie-Lise Geffroy, , 48 p. (ISBN 2-9509662-0-9, notice BnF no FRBNF35846402), p. 35
  89. Pierre Fournier, Où on va ? J'en sais rien mais on y va, Paris, Éditions du Square, , 96 p. (notice BnF no FRBNF34324621), « C'est la lutte finale », p. 93
  90. Gustave Le Bon, Psychologie politique et la défense sociale, Paris, Les amis de Gustave Le Bon, , 334 p. (notice BnF no FRBNF34765847, lire en ligne), (quatrième de couverture de l'ouvrage)
  91. Ralph Graeub, L'Effet Petkau : Les faibles doses de radioactivité et notre avenir irradié, Lausanne, Éditions d'en bas, , 224 p. (ISBN 978-2-8290-0104-8), p. 53
  92. Yvan Saint-Jours, « Les premiers livres inspirants », Kaizen, Paris, Eko Libris, no Hors-série 1 « Il était une fois Pierre Rabhi »,‎ , p. 23
  93. « L'avenir de notre évolution », Lumières dans la nuit, Le Chambon-sur-Lignon, no 72,‎ , p. 8 (lire en ligne, consulté le 28 juin 2019)
  94. Jean Boucher (préf. Raoul Lemaire), Précis scientifique et pratique de culture biologique, méthode Lemaire-Boucher - 4e édition, Angers, Édition Agriculture et vie, , 287 p. (notice BnF no FRBNF32929809), p. 78
  95. Marcel Massiou et al., Mouvement d'action écopolitique, De l'angoisse à l'espoir... par la route verte : programme global d'écologie politique, Montivilliers, MAE CEDS Editions, , 247 p. (ISBN 2-85256-026-7, notice BnF no FRBNF34593533), p. 29
  96. André Birre (dir.), Cahiers de la biopolitique, Paris, Organisation du service de la vie, 1968-1969 (notice BnF no FRBNF34482007)
  97. Laurent Samuel, « Révolution alimentaire », Survivre... et vivre, Massy, Édition française, no 11,‎ , p. 40 (notice BnF no FRBNF34511773, lire en ligne, consulté le 13 mars 2017)
  98. Maurice Pasquelot, La terre chauve : Aliments pollués, Paris, La Table ronde, , 253 p. (notice BnF no FRBNF35376637)
  99. (en) William F. Longgood, The poisons in your food, New-York, Pyramid Books, , 227 p. (lire en ligne)
  100. Salim Laïbi (préf. Pierre Dortiguier), La faillite du monde moderne : Aux premières loges d'un chaos planifié, Marseille, Fiat Lux, , 348 p. (ISBN 979-1-0911-5700-1, notice BnF no FRBNF43504905), « Épilogue », p. 330
  101. La Danse avec le Diable, 1975, p. 33
  102. Pierre Fournier, Y'en a plus pour longtemps. Textes choisis par Rolland de Miller, Paris, Éditions du Square, , 203 p. (notice BnF no FRBNF34557573), « Industries, pollutions et lutte écologique », p. 25
  103. Jean Jacob, Le Retour de "L'Ordre Nouveau" : les métamorphoses d'un fédéralisme européen, Paris, Droz, , 315 p. (ISBN 978-2-6000-0441-1, notice BnF no FRBNF40057012), p. 69
  104. Alain de Benoist, Vu de droite : Anthologie critique des idées contemporaines, Paris, Éditions du Labyrinthe, , 645 p. (ISBN 978-2-8698-0051-9), p. 323
  105. Daniel Kieffer, L'homme empoisonné : Cures végétales pour libérer le corps et l'esprit, Paris, Éditions Grancher, , 302 p. (ISBN 978-2-7339-1198-3), p. 33
  106. « Oublier l'état », Autogestion et socialisme : Études, débats, documents, nos 20-21,‎ , p. 61 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)
  107. Célestin Freinet et Élise Freinet, « La santé de l'enfant », Techniques de Vie - Les fondements philosophiques des techniques Freinet, Cannes, I.C.E.M., no 29,‎ , p. 28 (lire en ligne, consulté le 3 mars 2017)
  108. « Un exemple de la cuisine du diable : ...les oranges traitées », Femmes suisses et le Mouvement féministe : organe officiel des informations de l'Alliance de Sociétés féminines suisses, Genève, no 99 (Tome 57),‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 14 juin 2019)
  109. Albert Roustit (préf. Olivier Messiaen), La Prophétie musicale dans l'histoire de l'humanité : précédée d'une étude sur les nombres et les planètes dans leurs rapports avec la musique, Roanne, Horvath, , 259 p. (notice BnF no FRBNF35395605, SUDOC 009696636), « Épilogue », p. 255

BibliographieModifier

  • [Schwab 1964] Günther Schwab, La Cuisine du Diable, Paris, La Colombe, , 189 p. (notice BnF no FRBNF33169812)
  • [Schwab 1968] Günther Schwab, Les Dernières Cartes du Diable, Paris, Le Courrier du Livre, , 224 p. (notice BnF no FRBNF33169816)
  • [Schwab 1975] Günther Schwab, La Danse avec le Diable, Paris, Le Courrier du Livre, , 285 p. (ISBN 2-7029-0011-9, notice BnF no FRBNF34549762)
  • [Schwab 1975] Günther Schwab (préf. Dr Sicco Mansholt), Les Centrales atomiques du Diable. Du nouveau, de l'inédit, de l'interdit sur la fission atomique "pacifique", Mandres-les-Roses, Éditions de La Vie claire (C.E.V.I.C.), , 272 p. (notice BnF no FRBNF34571961)

TraductionsModifier

  1. (en) « No German environmentalist would invoke Günther Schwab or Ernst Rudorff with the same enthusiasm with which American environmentalists speak of Rachel Carson or John Muir. In fact, German environmentalists made a dedicated effort to distance themselves from their precursors, arguing that they represented a conservative, authoritarian version of conservation that has little if anything to do with the democratic, left-leaning environmentalism of the late twentieth century. Where American environmentalists were ready to embrace a proud tradition, German environmentalists sought a line of fire positioned somewhere between earlier generations and themselves. In short, an activist approach, which chooses traditions according to present preferences, will not get the chronicler of German environmentalism any closer to a useful definition and we can thus dispense with any further delibertions as to whether such an approach is theoretically and methodologically proper[32]. »

Voir aussiModifier