Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Gérard Lucotte

généticien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucotte.
Gérard Lucotte
Gérard Lucotte.jpg

Gérard Lucotte en 2015.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Site web

Gérard Lucotte, né le [1], est un généticien français.

Sommaire

BiographieModifier

Docteur (1972)[2], puis docteur d'État en génétique (1978)[3] et directeur de l'Institut d'anthropologie génétique moléculaire, association qu'il a créée en 2004 dans l'unique but d'étudier les traces d'ADN sur les reliques du Christ. Spécialiste des marqueurs génétiques, il revendique être à l’origine de la découverte des variants ADN du chromosome Y et de leur utilisation en anthropologie moléculaire[4],[5]. Il est également auteur de plusieurs essais.

Travaux médiatiquesModifier

Le fond de cette section est à vérifier (avril 2014).

ADN du ChristModifier

En 2005, alors que Gérard Lucotte étudie la tunique d'Argenteuil depuis une vingtaine d'années, il affirme avoir « retrouvé l'ADN du Christ ». Il prétend avoir pu analyser d'après la tunique le sang, l'ADN et les cheveux du Christ, et reconstituer le portrait d'un homme d'origine moyen-orientale, à la peau blanche, opiomane et porteur de morpions[6].

Lignée paternelle de la famille BonaparteModifier

Selon une analyse génétique de Gérard Lucotte en 2011, l'haplogroupe du chromosome Y (ADN-Y) de Napoléon Bonaparte est E1b1b1c (E-M34). Cet haplogroupe, rare en Europe, est surtout présent en Éthiopie et au Moyen-Orient où il est apparu il y a près de 7 000 ans[7],[8],[9].

Parenté entre Louis XVI et NaundorffModifier

En 2012, il fait des prélèvements sur Hugues de Bourbon, fils de Charles de Bourbon-Naundorff et lointain descendant de Karl-Wilhelm Naundorff. L'analyse - faite conjointement avec l'historien Bruno Roy-Henry - du chromosome Y du descendant Naundorff est alors comparée avec l'haplotype des Bourbons grâce à « un profil du chromosome Y » de la maison royale établi en octobre 2014 par le Pr Cassiman.

Selon Gérard Lucotte : « On retrouve chez Karl-Wilhelm Naundorff l'essentiel des marqueurs du chromosome Y des Bourbons, il fait partie de la famille ». Plusieurs scientifiques remettent en cause la qualité et l'authenticité des prélèvements d'os sur Naundorff, lors de ces tests anciens, car le cercueil avait été ouvert en 1950 lors de la restauration du tombeau[10].

ControverseModifier

Gérard Lucotte est tenu à l'écart par la communauté scientifique, notamment parce qu'il croit à l'origine génétique des races humaines. En décembre 1996, il fut notamment l'orateur du Club de l'horloge lors d'un colloque intitulé « De l'existence des races humaines et de leur base héréditaire »[11],[12].

En 1997, lors d'un entretien accordé à National-Hebdo, il considère que la négation de la race ressortit certainement à un « motif louable, mais quelque peu naïf. On pense que si l’on dit que les races n’existent pas, le racisme va disparaître », notamment le racisme dit «zoologique», « c’est-à-dire celui basé sur la réalité biologique de la race. Il est évident que si les races n’existent pas, il ne peut y avoir de fondement biologique au racisme » Or, « La biologie tout entière est contre cette notion que les races n’existent pas. Au contraire, et de nombreux travaux vont dans ce sens, on étudie les particularismes ethniques (on a le droit de parler d’ethnie, pas de race). Dans tous les travaux, repris par tous les grands périodiques de médecine, on démontre par exemple une susceptibilité différente à la plupart des maladies, y compris les maladies infectieuses, selon les races. » « Par exemple, chez les Européens, la mucoviscidose est une maladie très commune que les Noirs n’ont pas, ou très peu. À l’inverse, les Noirs souffrent de l’anémie falciforme qui est due à une mutation de l’hémoglobine, les Juifs Ashkénazes ont la maladie de Tay-Sachs, une terrible atteinte neurologique des enfants. Pour des populations méditerranéennes, c’est la thalassémie, une autre mutation de l’hémoglobine. On peut donc dire que les races sont inégales dans le sens où chacune d’elles a un fardeau génétique particulier qui n’existe pas chez les autres. » Gérard Lucotte notait également que « Chaque race est l’aboutissement d’une longue histoire biologique d’où résulte l’adaptation génétique au climat et aux conditions de vie. Chaque race est bien entendu adaptée au biotope dans lequel elle vit. Il y a bien une seule espèce humaine, et non plusieurs comme certains le croyaient à une époque. À l’intérieur de cette seule espèce, il y a diversification, c’est-à-dire différentes adaptations que sont les grandes races. Et à mon avis, il est très important que cette diversité – véritable trésor délicat de l’adaptation différentielle – soit maintenue »[13].

Au-delà de ces prises de position, c'est la valeur scientifique des travaux de recherche de Gérard Lucotte qui est mise en cause. Les résultats qu'il avance à propos du saint Suaire, par exemple, souffrent de nombreuses carences méthodologiques qui les rendent invérifiables, à commencer par l'incapacité de l'auteur de prouver qu'il a eu accès à de véritables échantillons de la relique[14],[15].

OuvragesModifier

  • Techniques de clonage moléculaire
  • Eve était noire
  • Pratique de l'utilisation des sondes nucléiques et de l'hybridation moléculaire
  • Sangui Christi « J'ai vu le sang du Christ » , éditions Trédaniel, 2007 (ISBN 9782844457301)
  • Le linceul de Turin et la tunique d'Argenteuil : Le point sur l'enquête avec André Marion, 336 pages, Presses de la Renaissance, mars 2006 - (ISBN 2750902045)
  • ↑ Haplogroup of the Y Chromosome of Napoléon the First, Gerard Lucotte, Thierry Thomasset, Peter Hrechdakian, 2011

Notes et référencesModifier

  1. Notice BnF.
  2. http://www.sudoc.fr/042049555.
  3. http://www.sudoc.fr/075180448.
  4. http://www.editions-tredaniel.com/gerard-lucotte-auteur-1437.html
  5. http://www.franceculture.fr/personne-gerard-lucotte
  6. Christophe Labbé, Olivia Recasens, « Jésus : la bataille de L'ADN » », Le Point, no 1730,‎ , p. 37
  7. Haplogroup of the Y Chromosome of Napoléon the First, Gerard Lucotte, Thierry Thomasset, Peter Hrechdakian, décembre 2011
  8. L’analyse d’origine génétique du profil ADN de Napoléon, iGenea, janvier 2012
  9. L'ADN de Napoléon par Albert Benhamou, janvier 2012
  10. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/03/28/01016-20140328ARTFIG00370-l-enigme-de-louis-xvii-relancee-par-l-adn.php
  11. Jésus : la bataille de l'ADN, Le Point, publié le 10/11/2005
  12. « De l'existence des races humaines et de leur base héréditaire » par Gérard Lucotte, Site du Club de l'horloge, décembre 1996
  13. Entretien professeur Lucotte, National Hebdo du 30 janvier au 5 février 1997, propos recueillis par Marie-Claire Roy
  14. Gérard Lucotte, Vérités sur le Saint Suaire - Etudes scientifiques récentes sur le Linceul de Turin, Atelier Fol'fer, 2010
  15. « • Lecture critique de “Vérités sur le Saint-Suaire” », sur leblogdejeannesmits.blogspot.fr (consulté le 15 décembre 2017)

Liens externesModifier