Ouvrir le menu principal

Gérard Latulippe
Fonctions
Haut-commissaire du Canada à Trinité-et-Tobago

(3 ans, 9 mois et 8 jours)
Prédécesseur Karen McDonald
Successeur Carla Hogan Rufelds
Délégué général du Québec à Bruxelles

(2 ans, 5 mois et 29 jours)
Prédécesseur Pierre Lorrain
Successeur Denis de Belleval
Délégué général du Québec à Mexico

(4 ans, 6 mois et 21 jours)
Prédécesseur Pierre Van der Donckt
Successeur Mario Laguë
Solliciteur général du Québec

(1 an, 6 mois et 18 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Marc-André Bédard
Successeur Herbert Marx
Député de Chambly

(3 ans, 6 mois et 12 jours)
Législature Assemblée nationale du Québec
Prédécesseur Luc Tremblay
Successeur Lucienne Robillard
Biographie
Nom de naissance Gérard-P. Latulippe
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Montréal
Parti politique Parti libéral du Québec, Alliance canadienne
Conjoint Odette Dumontier
Diplômé de Université de Montréal, École des hautes études commerciales de Montréal
Profession Avocat, diplomate

Gérard-P. Latulippe (né le 5 novembre 1944 à Montréal) est un avocat, homme politique et diplomate canadien du Québec. Il a été haut-commissaire du Canada à Trinité-et-Tobago de 2012 à 2016.

Sommaire

BiographieModifier

Après avoir obtenu une licence en droit de l'Université de Montréal, Gérard Latulippe pratique le droit au sein de cabinets privés de 1968 à 1985.

PolitiqueModifier

Gérard Latulippe est devenu vice-président de la commission politique du Parti libéral du Québec en 1984[1]. Aux élections de l'année suivante, il devient député de Chambly avec 55 % des voix[2]. Le premier ministre Robert Bourassa l'a nommé Solliciteur général lors de la formation de son cabinet le 12 décembre 1985[3]. Il a démissionné du cabinet le 30 juin 1987 à la suite d'allégations de conflits d'intérêt[4],[5]. Quelques années plus tard, à la suite d'une enquête de La Presse sur le pouvoir de la police et ses rapports avec le gouvernement, le journaliste remet en cause les faits ayant entouré sa démission[6].

Il démissionne également comme député le 14 juin 1989. Les représentants du gouvernement et de l'opposition lui ont alors rendus hommages à l'Assemblée Nationale[7].

Diplomatie et politique fédéraleModifier

Après son départ de la politique provinciale active, Gérard Latulippe est nommé délégué général du Québec à Mexico le 7 août 1989[1]. En 1994, il est affecté dans la même fonction à Bruxelles. Après ces deux mandats, il devient en juillet 1996 sous-ministre adjoint au ministère des Relations internationales du Québec.

Aux élections fédérales de 2000, il se porte candidat de l'Alliance canadienne, un parti conservateur, dans la circonscription de Charlesbourg—Jacques-Cartier; il termine au troisième rang avec 15 % des voix[8]. En 2003 il entre au National Democratic Institute for International Affairs (NDI) où il est d'abord directeur pour le Maroc et représentant principal au Maghreb, puis directeur résident en Haïti jusqu’en 2010[9].

Il se trouvait à Port-au-Prince lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010 et, indemne, il prodigua des soins aux blessés dans des circonstances très difficiles en compagnie de quelques médecins de Médecins sans frontières[10]. Peu après, il émet l'opinion que l'état d’Haïti devrait être mis sous tutelle internationale devant l'effondrement du gouvernement[11],[12].

Peu après, il est nommé par le gouvernement de Stephen Harper président de l'organisme Droits et Démocratie à l'époque où celui-ci traversait une très grave crise[13],[14]. Il est resté à la tête de l'organisme, financé par le gouvernement canadien mais politiquement indépendant, jusqu'à ce que le gouvernement conservateur décide de l'abolir en avril 2012[15].

Le 23 novembre 2012, il est nommé haut-commissaire du Canada à Trinité-et-Tobago[16]. Il occupe ce poste jusqu'à sa retraite en août 2016[17].

ControverseModifier

Le 1 juin 2017, dans une virulente diatribe à la limite de la folie publiée par le quotidien Le Devoir, Gérard Latulippe, se faisant le porte-voix de la propagande de l'opposition d'extrème droite vénézuélienne et des États-Terroristes-Unis d'Amérique, exige une intervention militaire "humanitaire" contre le Venezuela et son président légitime, Nicolás Maduro[18].

RéférencesModifier

  1. a et b Gérard Latulippe — Biographie sur le site de l'Assemblée nationale
  2. Les résultats électoraux depuis 1867, sur le site de l'Assemblée nationale
  3. Cabinet Bourassa (Libéral) - Du 12 décembre 1985 au 11 octobre 1989, sur le site de l'Assemblée nationale
  4. « C'est arrivé un 29 juin », sur LeDroit, La Presse ltée, (consulté le 2 septembre 2013)
  5. Maurice Godin, « Les droits dans l'engrenage », Les carnets, sur RadioCanada.ca, Société Radio-Canada, (consulté le 2 septembre 2013)
  6. Martin Pelchat, « La guerre perdue de Gérard Latulippe », La Presse,‎ , A1,A2 (lire en ligne)
  7. « Démission du député de Chambly », Journal des débats de l'Assemblée Nationale, no 33e législature 2e session, vol 30 no 129,‎ (lire en ligne)
  8. Trente-septième élection générale 2000 : Résultats officiels du scrutin, sur le site d'Élections Canada
  9. Biographie de Gérard Latulippe sur le site de l'ambassade canadienne à Trinité-et-Tobago
  10. (en) Rebuilding Haiti: NDI Country Director describes his earthquake experience and opportunities in its aftermath, sur le site du NDI
  11. Gérard Latulippe, « Libre opinion - Réinventer la gouvernance », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  12. Jean-Frédéric Légaré-Tremblay, « Urgent ! Vide politique à combler », L'Actualité,‎ (lire en ligne)
  13. La Presse canadienne, « Gérard Latulippe, nouveau président de Droits et Démocratie », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  14. Un ancien allianciste nommé président, 23 février 2010, sur Radio-Canada.ca
  15. Guillaume Bourgault-Côté, « Ottawa saborde Droits et Démocratie », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  16. Nominations diplomatiques, 23 novembre 2012, sur le site d'Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada
  17. « Gérard Latulippe », sur Huffington Post Québec (consulté le 22 mai 2018)
  18. Plaidoyer pour une intervention militaire au Venezuela, 1 juin 2017, Le Devoir

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier