Gérard Bordu

personnalité politique française

Gérard Bordu
Fonctions
Député de Seine-et-Marne
(scrutin proportionnel par département)
Député de la 2e circonscription de Seine-et-Marne
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Melun (Seine-et-Marne)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Marseille (Bouches-du-Rhône)
Nationalité Française
Parti politique PCF
Enfants Deux enfants : Marianne et Didier

Gérard Bordu, né le à Melun (Seine-et-Marne) et mort le à Marseille (Bouches-du-Rhône), est un homme politique français.

BiographieModifier

Gérard BORDU est né le 21 Avril 1928, de parents exerçant le métier de boulangers à Melun (il aura quatre frères et une sœur, tous d'opinion communiste). Titulaire d'un CEP puis d'un CAP d'électricien, Gérard fait son service militaire dans la marine, comme quartier-maître électricien. Il adhère au syndicat CGT et au Parti Communiste au début de l'année 1948. Assez rapidement, il devient secrétaire de la cellule Jules Jauffret dans la section de Melun-Nord. En 1956, Gérard suit pendant un mois "l'école centrale" de formation des cadres du PCF (...il suivra également, plus tard, "l'école d'un an" à Moscou).

Membre du secrétariat fédéral de 1956 à 1972, il est de tous les combats politiques, y compris ceux qui déchirent la formation communiste en interne (...comme cette fameuse affaire "Laurent Casanova", ancien responsable du secteur des intellectuels, exclu du PCF en Mai 1961 lors du XVIème Congrès - mais réhabilité a-posteriori, bien plus tardivement, en Janvier 1998). A l'issue de ce Congrès, Gérard BORDU est élu au Comité Central du PCF, poste qu'il occupera jusqu'au XXVIème Congrès.

Gérard BORDU assume successivement de nombreux mandats électifs : D'abord simple Conseiller Municipal à Melun dans les années 1960, il est candidat à deux reprises, en 1967 et 1968, dans la 2ème Circonscription de Chelles-Lagny - avant de se voir finalement élu en Mars 1973 (où il bat le maire de Chelles en place à l'époque, Guy Rabourdin), puis réélu en Mars 1978. Durant son mandat de député, Gérard BORDU est envoyé comme représentant du parlement français au Parlement Européen (...à l'époque, les députés européens ne sont pas élus au suffrage universel, mais désignés par les deux assemblées), où il occupe le poste de vice-président (...jusqu'en 1979) et où il déploie une intense activité parlementaire, notamment au sein de la commission des affaires économiques et monétaires, mais aussi dans le cadre des actions de solidarité avec les pays en voie de développement.


Entretemps, Gérard a été élu Conseiller Général du canton de Chelles-Vaires en Avril 1976. Mais la plus belle victoire de Gérard BORDU reste sans conteste la prise de la ville de Chelles aux élections municipales de Mars 1977, à la tête d'une liste d'union de la gauche qui comprend communistes, socialistes et radicaux de gauche (...face au RPR Guy Rabourdin qui détenait le poste de maire depuis trois mandats). Avec son équipe, Gérard mènera durant ce mandat 1977-1983 une politique sociale et culturelle innovante, qui marquera la ville pour des décennies.

Malheureusement, aux élections de Mars 1983, la gauche se présente divisée, avec une liste socialiste conduite par Jean-Pierre Fourré, nouvellement élu député de la circonscription en 1981 (dans la foulée de l'élection de Mitterrand à la présidence de la république) qui fait bande à part... Bien que le total des voix de gauche soit majoritaire au premier tour, le second tour voit l'élection du RPR Charles Cova. Gérard BORDU ne retrouvera son siège de député qu'en Mars 1986, au bénéfice d'une législative au scrutin proportionnel (mandat de deux ans - du 16 Mars 1986 au 14 Mai 1988)

Aux élections municipales de Mars 1989, Gérard BORDU conduit une liste d'union PCF-MRG-MNLE malheureusement devancée au premier tour par la liste de droite de Charles Cova, mais également la liste PS conduite par Jean-Paul Planchou. La fusion entre les deux listes au second tour ne permettra pas de l'emporter (Pour mémoire, Gérard BORDU se retire entre les deux tours, et laisse la place à son successeur Serge Goutmann).

A partir de là, Gérard BORDU prend quelque distance avec la vie politique. Il se retire en 1990 dans le Midi de la France avec sa nouvelle compagne Gisèle, fleuriste de profession. Gérard apporte néanmoins son soutien à la liste "Chelles Citoyenne" présentée aux Municipales de 2014 par le Front-de-Gauche et conduite par Frank Mouly (...mais ce sera Brice Rabaste, ancien membre du cabinet de Jean-François Coppée, maire RPR de Meaux, qui l'emportera en 2014, et pour se voir réélu en Juin 2020).

Gérard BORDU a eu deux enfants avec sa première épouse Yvette (décédée entretemps) : Didier et Marianne.

Détail des fonctions et des mandatsModifier

Mandats locaux
Mandats parlementaires

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier