Génicourt-sur-Meuse

commune française du département de la Meuse

Génicourt-sur-Meuse
Génicourt-sur-Meuse
Église Sainte-Marie-Madeleine.
Blason de Génicourt-sur-Meuse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Intercommunalité Communauté de communes Val de Meuse - Voie Sacrée
Maire
Mandat
Jean-François Pérotin
2020-2026
Code postal 55320
Code commune 55204
Démographie
Gentilé Génicourtois [1]
Population
municipale
289 hab. (2018 en augmentation de 10,31 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 12″ nord, 5° 26′ 17″ est
Altitude Min. 203 m
Max. 360 m
Superficie 7,99 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Verdun
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dieue-sur-Meuse
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Génicourt-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Génicourt-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Génicourt-sur-Meuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Génicourt-sur-Meuse

Génicourt-sur-Meuse est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

GéographieModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Génicourt-sur-Meuse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Verdun, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 103 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-François Pérotin    
mars 2008 ? Benoît Durand    
? mars 2014 Roger Guérin    
mars 2014 En cours Jean-François Pérotin [7]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ancien agriculteur

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2018, la commune comptait 289 habitants[Note 3], en augmentation de 10,31 % par rapport à 2013 (Meuse : −3,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
330362374361378396401403361
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
367367355334337312311309281
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
240232227232305258213172194
1962 1968 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018
195170216234272277266290289
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le fort du XIXe siècle appartenant au système Séré de Rivières.
  • L'église Sainte-Marie-Madeleine[12] de 1524. Elle a été construite par Nicole d'Apremont et son mari, Philippe de Norroy, représentés sur le vitrail du fond de l'abside. Équipée d'un clocher-donjon à meurtrières surveillant la Meuse. Autel du XVIe siècle. Retables en pierre et ensemble de douze fresques Renaissance.
  • Les vestiges du château de Génicourt, datant du XIIe siècle.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
De gueules à la Marie Madeleine d'argent aux cheveux d'or portant un pot d'onguent du même issant de la pointe et accostée de deux billettes d'argent ; au chef dentelé d'or chargé d'un écusson de sable à la tiercefeuille d'or accosté de deux corbeaux de gueules.
Détails
Armoiries composées par R. A. Louis et D. Lacorde proposées à la commune en 2014 et en attente d'adoption.
La représentation de Marie Madeleine est celle du volet droit du Triptyque Braque de Rogier van der Weyden (Musée du Louvre), et non celle de la statue attribuée à Ligier Richier à droite de l'autel de l'église du lieu, statue de gauche.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. https://www.habitants.fr/meuse-55
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 30 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  7. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. Marie-Claire Burnand - La Lorraine gothique - p. 377-381 - Picard - Paris - 1989 - (ISBN 2-7084-0385-0).