Génétique de la population marocaine

Les marocains
المغاربة - Al Maghariba

Sebastiano del Piombo Portrait of a Humanist.jpgMoorishAmbassador to Elizabeth I.jpgStatue of Averroes (Córdoba) - BAE09705.jpgTarik ibn Ziyad -.jpgAhmed al Mansur.jpgShiri MaimonIbrahim Afellay Oranje.jpgGad Elmaleh

Populations significatives par région
Drapeau du Maroc Maroc 35 403 000 (2012)[1]
Drapeau de la France France ~1,314,000 (2008)[2],[3],[4]
Drapeau de l'Espagne Espagne 754 080[5]
Drapeau d’Israël Israël 486 600[6]
Drapeau de l'Italie Italie 452 000[7]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 355 883 (2011)[8]
Drapeau de la Belgique Belgique 333 244[9]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 102 000[10]
Drapeau du Canada Canada 120 000[11]
Drapeau des États-Unis États-Unis 77 468[12]
Population totale + de 39 millions
Autres
Langues Arabe, Berbère, Français
Religions Principalement Islam (Sunni, Sufi) et quelques minorités pratiquant le judaïsme et le christianisme

La génétique de la population marocaine compte l'histoire de la génétique du peuple du Maroc, et l'influence de ses ancêtres sur les populations mondiales.

GénétiqueModifier

Les études anthropologiques et génétiques ont révélé la complexité du peuplement de l'Afrique du Nord. Selon Coudray, la proximité génétique entre le nord de l’Afrique et les populations sud-ouest européennes conduisent à l’hypothèse d’une origine commune entre ces populations. Trois hypothèses sont actuellement discutées. La première affirme que les Maghrébins seraient indigènes[13], la seconde qu'ils seraient arrivés durant le Paléolithique supérieur et aurait introduit la technique du microburin depuis l'Égypte ou le Proche-Orient il y a 24000 ans av. J.-C[13], la troisième qu'ils seraient liés à la diffusion Néolithique depuis le Proche-Orient, il y a environ 10 000 ans[14].

Lignée paternelleModifier

Le chromosome Y est transmis de père en fils, l'étude des polymorphismes présents permet en théorie de suivre la lignée mâle – directe – d'une famille, d'une ethnie ou d'une espèce. Les principaux haplogroupes du chromosome Y des Marocains berbérophones et arabophones sont les haplogroupes E1b1b, caractéristique des populations aurochtones d'Afrique du Nord (55% à 100 %), dont l'origine date de 22 000 ans[15], qui dénote une forte origine commune nord africaine[16] et J (0% à 25 %) d'origine majoritairement néolithique[17].

Un sous-groupe particulier de l'haplogroupe E1b1b, l'haplogroupe E1b1b1b caractérisé par le marqueur M81, est très fréquent chez les Marocains et voit sa fréquence décroître d'Ouest en Est[18].

Les différents auteurs attribuent à l'haplogroupe J1, sous-groupe de J, que l'on trouve surtout dans l'Afrique de l'est et en plus grand nombre dans la péninsule Arabique, et dont la fréquence dépasse parfois les 20 % dans certaines régions du Maghreb, en Libye surtout, une origine soit néolithique soit plus récente et due aux conquêtes arabes[19]. L'haplogroupe R1b (M269), présent surtout en Europe de l'Ouest arrive ensuite avec des fréquences entre 0 et 15 % selon les régions. Les principaux haplogroupes du chromosome Y des populations de l'Afrique du Nord berbérophones et arabophones sont : E1b1b1b (M81) et J1 (M267).

Haplogroupes de l'ADN-Y (lignée paternelle)Modifier

 
Distribution de l'Y-ADN au Maroc

L'analyse des haplogroupes de l'ADN-Y transmis de père en fils au Maroc montre une prédominance des gènes historiquement nord-africain au Maroc, suivie de gènes dont la fréquence maximal se trouve plutôt au Caucase puis de gènes plutôt fréquents en Europe et en Afrique de l'est. Cela confirme assez bien, les mouvements connus de population au Maroc sur les 2000 dernières années

  • E-M81 et E-M78: un haplotype nord-africain
  • J-P209 un Haplotype Néolithique capésien venu du Sahara africain
  • E-V38: un haplogroupe sub saharien africain
  • R: un haplogroupe Néolithique
Population n A/B E-M33 E-V38 E-M35* E-M78 E-M81 E-M123 G I J-P209 K R1 Reference
Maroc 760 0,9 2,7 3,2 4,2 6,8 67,3 3,6 0,6 7,6 0,5 4,47 Bekada et al. 2013[20]
Maroc 87 9,2 5,7 52,8 26,4 Fadhlaoui-Zid et al. 2013[21]
Maroc 159 7 49 10 Aboukhalid et al. 2010[22]
Maroc 221 1,8 4,5 4 6,8 65 9 4 Fregel et al. 2009[23]
Maroc 38 3,9 6 55 20 3,9 Onofri et al. 2008[24]
Maroc 19 21,1 26,3 31,5 10,5 Francalacci et al. 2008[25]
Maroc 176 6,3 5,1 6,3 63,6 13,6 2,8 Bosch et al. 2001[26]
Maroc 28 7,1 3,6 3,6 3,6 60,7 3,6 17,8 Underhill et al. 2000[27]
Arabs (Maroc) 49 42,9 32,6 20,4 Semino et al. 2004[28]
Arabs (Maroc) 44 6,8 2,2 11,3 52,2 15,9 6,8 Bosch et al. 2001[26]
Arabs (Maroc) 54 38,9 31,5 Cruciani et al. 2004[29]
Arabs (Maroc) 55 40 Cruciani et al. 2007[30]
Berbères (Maroc) 64 10,9 68,7 6,3 Semino et al. 2004[28]
Berbères (Marrakech) 29 3,4 6,9 72,4 Cruciani et al. 2004[31]
Berbères (Moyen Atlas) 69 10,1 71 4,3 5,8 Cruciani et al. 2004[31]
Berbères (Sud) 40 2,5 7,5 12,5 65 10 2,5 Bosch et al. 2001[26]
Berbères (Nord) 63 3,1 9,5 7,9 1,5 65 11,1 Bosch et al. 2001[26]
Berbères (Amizmiz) 33 3 3 3 84,8 3 Alvarez et al. 2009[32]
Berbères (Asni) 54 1,9 3,7 79,6 1,9 1,9 Dugoujon et al. (2005)[33]
Berbères (Bouhria) 67 1,5 77,6 6 1,5 6 Dugoujon et al. (2005)[33]
Berbères (Nord) 43 79,1 Ahmed Reguig et al. 2014[34]
Berbères (Sud) 187 89,8 Ahmed Reguig et al. 2014[34]
Berbères (Centre) 65 98,5 Ahmed Reguig et al. 2014[34]
Sahrawi (Maroc) 89 8,9 11,2 59,5 20,2 Fregel et al. 2009[35]
Sahrawi (Maroc) 29 3,4 3,4 75,8 17,2 Bosch et al. 2001[26]

Lignée maternelleModifier

L'ADN mitochondrial étant exclusivement transmis par les femmes à leurs enfants, son étude génétique permet de suivre la lignée maternelle – directe – d'une famille, d'une ethnie ou d'une espèce. La majorité des Berbères ont un ADN mitochondrial d'origine ouest-eurasienne[36]. La lignée maternelle directe des Berbères la plus ancienne date du paléolithique (30 000 ans avant notre ère) représentée par l'haplogroupe U6 (d'origine ouest-eurasienne)[37]. Cet haplogroupe est spécifique aux Berbères et sa fréquence s'accroît quand on va à l'Ouest. Selon une étude génétique réalisée en 2010, les populations d'Afrique du Nord descendent en partie, du côté maternel, de migrants de la péninsule ibérique arrivés il y a environ 8 000-9 000 ans[38].

De nombreuses études ont été menées au nord de l’Afrique pour des populations du Maroc[39],[40], d’Algérie[41], de Tunisie[42], ou plus globalement du Nord de l'Afrique[43]. Les auteurs montrent que la structure génétique mitochondriale générale des populations du Maghreb est composée majoritairement d’haplogroupes (H, J, T, V...) fréquents dans les populations européennes (de 45 à 85 %), d’haplogroupes L (de 3 à 50 %) très fréquents dans les populations sub-sahariennes, de l’haplogroupe M1 (de 0 à 15 %) détectés principalement dans les populations est-africaines, de l’haplogroupe U6 (0 à 28 %), surtout présent en Afrique du Nord et également a des fréquences < 5 % dans la péninsule ibérique, et d’haplogroupes M, N ou X (de 0 à 8 %) détectés principalement en Eurasie.

Origine géographiqueModifier

En moyenne, environ 65 % des lignées paternelles des maghrébins sont issues d'Afrique du Nord, 20 % du Moyen-Orient, 10 % d'Afrique de l'Ouest ou de l'Est et 5 % d'Europe, avec des variations parfois significatives selon les régions. Du côté maternel, en moyenne, environ 35 % des lignées des Maghrébins sont issues du Moyen-Orient, 30 % d'Europe, 20 % d'Afrique de l'Ouest ou de l'Est, et 15 % d'Afrique du Nord, également avec des variations parfois significatives selon les régions[44]:

Région d'origine Maroc
ADNmt Europe 34.9 %
Moyen-Orient 31.7 %
Afrique du Nord 14.7 %
Afrique de l'Est 3.2 %
Afrique de l'Ouest 15.5 %
Y-ADN Europe 3.9 %
Moyen-Orient 9.4 %
Afrique du Nord 73.9 %
Afrique de l'Est 5.8 %
Afrique de l'Ouest 7 %

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Haut Commissariat au Plan », Haut commisariat au plan (consulté le 12 décembre 2011).
  2. (en) « Répartition des étrangers par nationalité », INSEE (consulté le 12 décembre 2011).
  3. « Être né en France d’un parent immigré », INSEE (consulté le 12 décembre 2011).
  4. Fiches thématiques - Population immigrée - Immigrés - Insee Références - Édition 2012, Insee 2012.
  5. (en) « INE-2010 National Statistics Institute », Spanish government (consulté le 12 décembre 2011).
  6. (en) « Statistical Abstract of Israel 2009 - No. 60 Subject 2 - Table NO.24 », Israeli government (consulté le 12 décembre 2011).
  7. (en) « Statistiche de demografiche ISTAT », ISTAT Italian government (consulté le 12 décembre 2011).
  8. (en) « CBS StatLine - Population », Dutch government - 2009 (consulté le 12 décembre 2011).
  9. (en) Bijlage bij BuG 22
  10. (en) Marokkanische Diaspora, Ministerie voor ontwikkelingssamenwerking Duitsland, 2007, page 3
  11. (en) « Canada-Morocco relations », Canadian government (consulté le 12 décembre 2011).
  12. (en) « Detailed tables - American Fact Finder », census.gov (consulté le 12 décembre 2011).
  13. a et b (en) J. Desmond Clark, The Cambridge History of Africa, Cambridge University Press, (ISBN 9780521222150, lire en ligne), p. 402
  14. Clotilde Coudray et al 2006, Diversité génétique des populations Berbères et peuplement du nord de l'Afrique, Revue Anthropo, Vol. 11 - 2006, Volume spécial, XXVIIe colloque GALF
  15. (en) Arredi et al., Neolithic Y Diversity in North Africa
  16. (en) Semino et al., Origin, Diffusion, and Differentiation of Y-Chromosome Haplogroups E and J
  17. (en) Arredi et al., Neolithic Y Diversity in North Africa
  18. (en) Cruciani et al., Phylogeography of the Y-Chromosome Haplogroup E3b : « The distribution of E-M81 chromosomes in Africa closely matches the present area of distribution of Berber-speaking populations on the continent, suggesting a close haplogroup–ethnic group parallelism: in northwestern Africa »
  19. (en) Ennafaa H, Fregel R, Khodjet-El-Khil H, Gonzalez AM, Mahmoudi HA, et al. (2011) Mitochondrial DNA and Y-chromosome microstructure in Tunisia. J Hum Genet 56: 734–741. doi: 10.1038/jhg.2011.92
  20. (en) Asmahan Bekada, Rosa Fregel, Vicente M. Cabrera et José M. Larruga, « Introducing the Algerian Mitochondrial DNA and Y-Chromosome Profiles into the North African Landscape », PLOS ONE, vol. 8, no 2,‎ , e56775 (ISSN 1932-6203, PMID 23431392, PMCID PMC3576335, DOI 10.1371/journal.pone.0056775, lire en ligne, consulté le 29 juillet 2018)
  21. Fadhlaoui-Zid et al. 2013, Genome-Wide and Paternal Diversity Reveal a Recent Origin of Human Populations in North Africa
  22. Aboukhalid et al. 2010, Y Chromosomal SNP Analysis Using the Minisequencing Strategy in a Moroccan Population Samples
  23. Fregel et al. 2009, Demographic history of Canary Islands male gene-pool: replacement of native lineages by European.
  24. Onofri et al. 2008, Y-chromosome markers distribution in Northern Africa: High-resolution SNP and STR analysis in Tunisia and Morocco populations
  25. Francalacci et al. 2008, History and geography of human Y-chromosome in Europe: a SNP perspective
  26. a b c d et e Bosch et al. 2001, High-resolution analysis of humanY-chromosome variation shows a sharp discontinuity and limited gene flow between Northwestern Africa and the IberianPeninsula.
  27. « Y chromosome sequence variation and the history of human populations », http://genetics.nature.com,‎ , p. 360 (lire en ligne)
  28. a et b O. Semino, C. Magri, G. Benuzzi, A. A. Lin, N. Al-Zahery, V. Battaglia, L. MacCioni, C. Triantaphyllidis et P. Shen, « Origin, Diffusion, and Differentiation of Y-Chromosome Haplogroups E and J: Inferences on the Neolithization of Europe and Later Migratory Events in the Mediterranean Area », The American Journal of Human Genetics, vol. 74, no 5,‎ , p. 1023–34 (PMID 15069642, PMCID 1181965, DOI 10.1086/386295) modifier
  29. Cruciani et al. 2004, Phylogeographic Analysis of Haplogroup E3b (E-M215) Y Chromosomes Reveals Multiple Migratory Events Within and Out Of Africa.
  30. Cruciani et al. 2007, Tracing Past Human Male Movements in Northern/Eastern Africa and Western Eurasia: New Clues from Y-Chromosomal Haplogroups E-M78 and J-M12.
  31. a et b F. Cruciani, R. La Fratta, P. Santolamazza, D. Sellitto, R. Pascone, P. Moral, E. Watson, V. Guida et E. B. Colomb, « Phylogeographic Analysis of Haplogroup E3b (E-M215) Y Chromosomes Reveals Multiple Migratory Events Within and Out of Africa », The American Journal of Human Genetics, vol. 74, no 5,‎ , p. 1014–1022 (PMID 15042509, PMCID 1181964, DOI 10.1086/386294) modifier
  32. DOI:10.1002/ajhb.20888
  33. a et b The Berbers: Linguistic and genetic diversity
  34. a b et c Ahmed Reguig et al. 2014, Phylogeography of E1b1b1b-M81 Haplogroup and Analysis of its Subclades in Morocco.
  35. Fregel et al. 2009, Demographic history of Canary Islands male gene-pool: replacement of native lineages by European.
  36. (en) [PDF] The Emerging Tree of West Eurasian mtDNAs : A Synthesis of Control-Region Sequences and RFLPs
  37. (en) Mitochondrial DNA transit between West Asia and North Africa inferred from U6 phylogeography
  38. (en) Ottoni C, Primativo G, Hooshiar Kashani B, Achilli A, Martínez-Labarga C, et al. 2010, Mitochondrial Haplogroup H1 in North Africa: An Early Holocene Arrival from Iberia. PLoS ONE 5(10): e13378. doi:10.1371/journal.pone.0013378
  39. (en) Rando et al., 1998 ; Brakez et al., 2001 ; Kéfi et al., 2005
  40. (en) Turchi et al. 2009, Polymorphisms of mtDNA control region in Tunisian and Moroccan populations: An enrichment of forensic mtDNA databases with Northern Africa data
  41. Côrte-Real et al., 1996 ; Macaulay et al., 1999
  42. (en) Fadhlaoui-Zid et al., 2004 ; Cherni et al., 2005 ; Loueslati et al., 2006
  43. (en) Coudray et al. 2009, Les lignées mitochondriales et l’histoire génétique des populations berbérophones du nord de l’Afrique, Antropo, 18, 63-72. www.didac.ehu.es/antropo
  44. (en) Bekada A, Fregel R, Cabrera VM, Larruga JM, Pestano J, et al. (2013) Introducing the Algerian Mitochondrial DNA and Y-Chromosome Profiles into the North African Landscape" PLoS ONE 8(2) e56775. DOI:10.1371/journal.pone.0056775, Table 2. Geographic components (%) considered in Y-chromosome and mtDNA lineages.