Ouvrir le menu principal

Fusiliers marins

marin militaire appartenant à une spécialité destinée au combat sur terre, en mer ou en zone littorale

Fusiliers marins
Image illustrative de l’article Fusiliers marins
Insigne de béret des fusiliers marins

Création 1627 par Richelieu
Pays France
Branche Marine Nationale
Type Corps d'armée
Rôle Infanterie
Fait partie de FORFUSCO
Ancienne dénomination Compagnies franches de la marine (1627-1856)
Bataillon de fusiliers marins (1856-1914)
Brigade de fusiliers marins (1914-1915)
Bataillon de fusiliers marins (1915-1939)
1er régiment de fusiliers marins (1939-1945)
Regiment blindé de fusiliers marins (1939-1945)
Bataillon de fusiliers marins de Rochefort (1944-1945)
Devise On ne se rendra jamais
Mascotte Neptune, Dieu de la mer
Guerres Guerres napoléoniennes
Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Batailles Bataille de la Somme
Première bataille d'Ypres
Débarquement de Normandie
Opération Jubilee
Opération Overlord
Sword Beach
Opération Jupiter
Fourragères Fourragères aux couleurs de la Légion d'honneur (1914-1918)
Fourragères aux couleurs de la Légion d'honneur (1939-1945)
Fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire
Fourragère aux couleurs de l'Ordre de la Libération
Décorations Croix de Chevalier de la Légion d'honneur
Croix de Compagnon de la Libération
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1939-1945
Médaille de la Résistance
Médaille coloniale
Médaille militaire
Commandant Depuis 2018, le contre-amiral Christophe Lucas
Commandant historique Capitaine de frégate Philippe Kieffer
Amiral Pierre Alexis Ronarc'h

Un fusilier marin est un marin militaire appartenant à une spécialité destinée au combat sur terre, en mer ou en zone littorale. Les fusiliers marins sont aussi destinés aux opérations d'arraisonnement et de défense de navire.

Leur missionModifier

En France, les fusiliers marins font partie de la Marine nationale. Ils ont pour mission :

  • la participation à des opérations terrestres, maritimes et à partir de la mer ;
  • la participation à des opérations spéciales (Commando marine) ;
  • la protection des sites sensibles de la marine (bases navales et d'aéronautique navale, stations de transmissions...) ;
  • le renforcement de la protection des éléments de forces navales (maintien de l'ordre à bord et protection des navires contre les intrusions).

Les Fusiliers Marins sont l’équivalent français des Marine Corps des États-Unis, de Infanterie de marine (Russie) ou encore des Royal Marines de l’armée britannique. Les SEAL et SBS sont quant à eux, l'équivalent des Commando marine de la Marine nationale.

En tant que fantassins de la Marine Nationale, les fusiliers marins sont à eux seuls un corps d'armée d'infanterie destiné à agir sur plusieurs fronts. Auparavant très axé aux opérations maritimes, un fusilier marin peut de nos jours agir en mer comme sur terre. En calquant peu à peu sur leurs homologues étrangers comme le United States Marine Corps, il est aujourd'hui possible pour les fusiliers marins d'être employés en embarqué sur un navire de guerre ou en débarqué au sein d'une base navale, aéronavale ou sous marine. Après un haut degré de qualification, certains Fusiliers Marins peuvent prétendre à de multiples stages de spécialités comme l'instruction, tireur de précision ou même le parachutisme militaire.

Seule légère différence, contrairement aux fusiliers marins français qui sont regroupés au sein d'une spécialité de la Marine nationale, l'United States Marine Corps est un corps indépendant avec ses propres aéronefs et ses propres bâtiments, dépendant sur le plan administratif du Département de la Marine, mais non de l'US Navy. Il en est de même pour les Royal Marines de la Royal Navy.

HistoriqueModifier

 
Soldat des compagnies franches de la marine au milieu du XVIIIe siècle

Les compagnies franches de la marineModifier

Richelieu, en 1627, crée le régiment de La Marine destiné à donner aux navires des troupes capables de combattre sur mer ou sur terre, encadrées par les officiers des vaisseaux. Ces troupes faisaient partie des équipages des bâtiments et elles participaient aux manœuvres. L'unité de base était la compagnie franche de la marine, d'un effectif de soixante-dix hommes environ, commandée par un lieutenant des vaisseaux du Roi, secondé par deux enseignes ; elles s'illustrèrent dans toutes les colonies françaises et en particulier en Nouvelle-France. Ces formations existèrent sous divers noms jusqu'en 1825 où elles furent dissoutes par ordonnance royale et donnèrent naissance aux troupes de marine et ultérieurement coloniales, de l'armée de terre. Cette ordonnance décréta que les compagnies de débarquement seraient uniquement composées de marins de l'équipage, encadrés par les officiers du navire.

Recréation d'un corps spécialisé en 1856Modifier

 
"Avis de recrutement.

Ces compagnies manquant de personnel spécialisé dans le combat à terre, un décret impérial du 5 juin 1856 créait la spécialité de marin fusilier dont la formation fut assurée par un bataillon installé à Lorient. Ce corps spécialisé, auquel étaient confiées les fonctions de capitaine et sergent d'armes des bâtiments de la Flotte, en même temps que l'instruction et l'encadrement des corps de débarquement, est l'ancêtre direct des fusiliers marins actuels.

Depuis cette date, les fusiliers marins ont participé aux conflits suivants :

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, après le désastre de Sedan, des brigades de marins fusiliers et canonniers ont été engagées à Bapaume et pour défendre Paris au Bourget et à L'Haÿ-les-Roses notamment.

Durant la Commune de Paris en 1871, le régiment participe avec l'armée versaillaise à la semaine sanglante.

En 1900, les fusiliers marins participèrent à la protection des légations en Chine pendant la révolte des Boxers. Parmi leurs officiers se trouvaient l'enseigne de vaisseau Paul Henry tué à Pé-Tang à 23 ans et le lieutenant de vaisseau Pierre Alexis Ronarc'h qui avait 34 ans et qui deviendra quelques années plus tard contre-amiral et commandant de la brigade de fusiliers marins en 1914.

La Première Guerre mondialeModifier

 
Le premier engagement des fusiliers marins dans le Nord, en novembre 1914

C'est en 1914, au début de la Première Guerre mondiale qu'on a vu s'écrire l'une des plus grandes pages de l'histoire des fusiliers marins dans le cadre de la Brigade des fusiliers marins. Leur participation déterminante aux combats de Dixmude, d'Yser, à Longewaede, Hailles et Laffaux ont marqué les esprits[1].

Lorsque la guerre éclate, épuisés et manquant d'hommes, les troupes françaises n'arrivent pas à faire face à l'ennemi allemand. La Marine Française de l'époque disposant alors d'un surplus d'hommes qu'elle ne peut employer à bord, cède ses troupes afin de créer le 7 août 1914 la Brigade de fusiliers marins composée du 1er et 2e régiment de fusiliers marins. Un peu moins de 7 000 hommes se retrouvent sous les ordres du tout jeune contre-amiral Ronarc'h. Arrivant de Lorient, Brest, Cherbourg et Toulon, ces marins ont dans un premier temps pour mission de défendre Paris. C'est en arrivant à la capitale qu'ils gagneront d'ailleurs leur surnom de "Demoiselles au pompon rouge", en effet les Parisiens surpris par la jeunesse extrême de ces soldats (beaucoup ayant à peine 16 ans) leur donna ce surnom qui dépassera plus tard les frontières françaises.

La protection de Paris fut vite abandonnée lorsque le front réclama la venue de soldats. C'est ainsi que le 2 octobre 1914, les fusiliers marins prirent le train de Paris en direction des Flandres. Le 9, 10 et 11 octobre, ces marins se battent, et se battent bien, ils évacuent les troupes bloquées à Anvers et décrochent vers Dixmude. Habitués à vivre nu-pieds sur le pont de leurs bateaux, ils fournissent des marches de trente et quarante kilomètres poursuivis par 30 000 Allemands lorsqu'ils ne sont à peine 7 000. C'est ainsi que commence la bataille pour la possession de Dixmude.

 
Fusiliers marins récompensés suite à la bataille de Dixmude.

« L'amiral Ronarc'h donna l'ordre suivant à ses marins : « Le rôle que vous avez à remplir est de sauver notre aile gauche jusqu'à l'arrivée des renforts. Sacrifiez-vous. Tenez au moins quatre jours. » »

Les États-majors français et belges entretinrent l'espoir d'une évolution de la situation sur la ligne de front grâce aux batailles déterminantes de ces marins. Le 24 octobre une nouvelle attaque est lancée, cette fois-ci dans le but de percer la ligne de front. Ils étaient ainsi 6 500 marins face à une armée grandissante de 50 000 Allemands, on leur demanda de tenir 4 jours afin d'attendre des renforts, ils tiendront 3 semaines. L'exploit des fusiliers marins résonna dans toute la France. Renforcés ensuite par un Régiment de Tirailleurs Sénégalais, les combats s’intensifièrent jusqu'à de sanglants corps-à-corps à la baïonnette.

Les pertes furent effroyables, 3 000 fusiliers marins perdirent la vie et 700 autres furent prisonniers ou portés disparus, mais l'offensive allemande fut définitivement stoppée. Le sacrifice de la Brigade de fusiliers marins eut un grand retentissement en France, acclamés comme des héros, le Président de la République remit lui-même le drapeau des fusiliers marins à l'Amiral Ronarc'h.

Fin 1915, la Brigade de fusiliers marins fut dissoute afin de créer le Bataillon des Fusiliers Marins. Toujours aux côtés des Tirailleurs sénégalais, ce bataillon fut mis à la disposition de la 51e division d'infanterie de l'Armée britannique dans les combats de la bataille des Flandres et la bataille de la Somme jusqu'à la fin de la guerre. S'illustrant encore une fois notamment à Longewaede, Hailles et au Moulin de Laffaux, les fusiliers marins reçurent d'énièmes décorations et citations à l'Ordre de l'Armée pour leurs faits d'armes durant cette Première Guerre mondiale.

La Seconde Guerre mondialeModifier

Le 1er régiment de fusiliers marinsModifier

C'est probablement pendant la Seconde Guerre mondiale que les fusiliers marins se sont le plus illustrés, devenant un des corps d'armée emblématique de la Résistance française et de la Libération. Ils forment d'abord un bataillon puis le 1er régiment de fusiliers marins au sein de la 1re division française libre. Ils embarquent le 17 juillet 1940 à bord du cuirassé Courbet à Portsmouth en direction de l'Afrique. Débarquant au Cameroun, au Gabon et au Congo pour la levée et l'instruction des troupes africaines servant pour la France Libre.

Le 1er RFM partie ensuite aux côtés des forces britanniques pour l'Opération Exporter afin de combattre les forces armées sous commandement de Vichy. La conduite héroïque des fusiliers marins sera d'ailleurs marqué à Bir-Hakeim en 1942. Le 22 avril 1944, après avoir gonflé leur effectif et s'étant ré-équipé de matériel américain, le 1er RFM débarque à Naples et s'insère aux combats qui va permettre le 12 mai 1944 de rompre le front allemand qui barrait toute l'Italie. Se montrant encore une fois décisif à Montefiascone et Radicofani.

Le 16 août 1944, le 1er RFM débarque enfin en France, à Cavalaire en Provence. Ils remontent le Rhône et atteignent Lyon puis Autun et rejoignent les troupes débarquées en Normandie. Après la Campagne des Vosges, les fusiliers marins font face en décembre 1944 à Von Rundstedt et son offensive allemande. En janvier 1945, les fusiliers se distinguent une nouvelle fois lors des batailles d'Herbsheim et Rossfeld avant de poursuivre leur marche victorieuse vers le Rhin.

Les fusiliers marins devenus commandosModifier

C'est en 1940 que fut formés en Angleterre, le commandement des opérations combinés afin de mettre en place un entraînement à la guerre amphibie et la préparation d'un raid sur les côtes ennemies. De tous les alliés, des troupes air/terre/mer sont prévu et c'est en mars 1941 que le Capitaine de corvette Philippe Kieffer persuade le commandement français basé à Londres de confier l’entraînement aux britanniques. Choisis pour leur gloire passée et leurs connaissances de la guerre en mer comme sur terre, les fusiliers marins de Kieffer se soumettent à entraînement éprouvant dans les Highlands écossais, dans le camp d'Achnacarry. C'est ainsi que naît le 22 mai 1942 la toute première compagnie de fusiliers marins commandos et la légende du mythique béret vert français.

Le 12 août 1942, 15 fusiliers marins commandos sont envoyés lors du raid de Dieppe où Hitler ordonne de passer par les armes tous commandos fait prisonnier, quelques semaines plus tard 150 commandos défileront dans Londres. En novembre 1943, les commandos sont envoyés pour un très grand nombre de missions de reconnaissance sur les côtes françaises, belges et hollandaises avant de les suspendre en mars 1944 afin de préparer la célèbre Opération Neptune. Les 177 commandos Kieffer débarquent le 6 juin 1944 en Normandie, au côté du 1st Special Service Brigade sur la plage de Sword Beach à Ouistreham en Normandie. Presque la moitié des fusiliers marins commandos seront tués ou blessés durant la première attaque du débarquement. Toutefois leur mission est accomplie et ils demeurent ce jour, les seuls français à avoir débarqué ce fameux 6 juin 1944. Se suivirent d'autres raids, le 14 août à Pont l’Évêque, Beuzeville, puis en Belgique avec la prise de l’Île de Walcheren et de Flessingue, pour finir par l'Ile de Schouwen, Wessel et Minden avant la signature de l'Armistice.

La demi-brigade de fusiliers marins (DBFM) a combattu pendant la Guerre d'Indochine et pendant la Guerre d'Algérie.

La célèbre histoire des fusiliers marins devenus commandos et de leurs batailles permettra aux fusiliers marins d'être encore une fois décorés et cités à de multiples reprises. Mais nous retiendrons surtout la naissance des premières forces spéciales françaises: les Commandos Marine qui entretiennent encore le mythe aujourd'hui.

De nos joursModifier

 
Insigne d'épaule des fusiliers marins.

Aujourd'hui, les fusiliers marins sont employés sur tous les navires et bases de la Marine Nationale. Contrairement aux Troupes de Marine de l'Armée de Terre menant uniquement des combats amphibies, les fusiliers portent une double casquette d'actions terre et mer ainsi que sur zone littorale. Ils participent à la plupart des opérations conduites par la Marine Nationale, sous mandat national ou international. N'intervenant pas forcément en unité constituée, leurs actions sont souvent méconnues. Cependant, parmi les opérations les plus récentes auxquelles ils ont participé, on peut citer les missions Hérakles, Atalanta, Corymbe, Chammal.

Les compagnies de fusiliers marins contribuent à la protection des sites suivants :

Ces formations et unités envoient des détachements qui se relaient tous les quatre à six mois en mission au Sénégal, Djibouti, Abu Dhabi, dans les Antilles Françaises, Nouvelle Calédonie, Polynésie Française, la Réunion ou encore la Guyane. Elles font aussi partie du déploiement de l'Opération Sentinelle.

Elles contribuent également aux renforcements des équipages des bâtiments de la marine nationale lors des opérations militaires conduites dans le cadre de l'action de l'état en mer (narcops) ou des opérations maritimes sous mandat international (embargo).

Leurs équipementsModifier

 
Patrouille en mer effectuée par les fusiliers marins.

Les fusiliers marins sont équipés du treillis T4S2 Félin ainsi que de casque et gilet pare-balle de nouvelle génération. Comme toutes les autres forces de l'infanterie de l'armée, ils sont à présent en possession du HK416 qui a remplacé le FAMAS. Ils sont également dotés de pistolet automatique, mitrailleuse, arme collective, fusil d’assaut, fusil à pompe, armes de poing. Cependant ils bénéficient également d'équipements spécifiques à leur spécialité de marin fantassin.

Côté véhicule, ils continuent de percevoir jusqu'en 2022 de nouveaux véhicules légers tactiques polyvalents non protégé (VLTP/NP). Les groupes cynotechniques se voient eux, dotés de véhicules d’intervention cynotechnique pour équipes spécialisées, véhicules banalisés et adaptés afin d'apporter de nouveaux équipements de performances aux équipes ARDE (Aide à la recherche et à la détection d’explosifs) et ARDS (Aide à la recherche et à la détection du stupéfiant).

Côté embarcation, les fusiliers marins sont en possession des EDOP HB (embarcation de drome opérationnelle protection version hors-bord) ainsi que des VPDMP (vedette protégée de défense maritime et portuaire).

Travaillant régulièrement de manière conjointe avec les commandos marine, les fusiliers marins ont également accès à d'autres équipements.

Armes utiliséesModifier

Fusils d'assaut

 
Le FAMAS-G2 maintenant remplacé par le HK416.

Fusils de sniper

Fusils de chasse

Pistolets

Armes de poing

Mitrailleuses

Lance-roquettes

  • AT4CS Arme anti-char

Véhicules utilisésModifier

Terrestres

Maritimes

La formationModifier

L’École des fusiliers marins de LorientModifier

Tout fusilier marin, de matelot à officier, doit passer par l’École des fusiliers marins de Lorient. Après avoir perçu un enseignement préparatoire dans les différentes écoles de la Marine Nationale :

Les futurs fusiliers marins commencent donc leur enseignement de spécialité dans l'infanterie de la Marine Nationale au sein de l’École des fusiliers marins.

Basé à Lorient et fondé en 1856, le Bataillon des apprentis fusiliers, qui deviendra l’École des fusiliers marins, s'implanta sur la rive gauche du Scorff dans l'arsenal de Lorient. Elle y fonctionnera jusqu'en 1940.

L’École des fusiliers marins du Cap MatifouModifier

A la fin de la seconde guerre mondiale, toutes les infrastructures du port de Lorient sont détruites. L’école des fusiliers ne peut pas s’installer à Lorient où elle était établie avant la guerre.

L’École des fusiliers marins du Scorff est recréée en 1945 au "Centre Siroco", à 40 km d’Alger, au Cap Matifou, à l'extrémité orientale de la baie d'Alger, sur l'emplacement d'un ancien chantier de jeunesse du régime de Vichy où elle restera jusqu'en 1962. A la suite du débarquement des troupes américaines en Algérie en 1942, des unités des forces françaises libres occupaient les lieux.

On y bâtit un centre de formation maritime pour tous les marins engagés et conscrits, d’Afrique du Nord (Tunisie, Algérie, Maroc et Mauritanie) incorporés dans la Marine nationale[3], qui devient la "Mecque" des fusilliers car réputé pour son parcours très dur. Les terre-pleins, les falaises et les plages situés aux alentours sont aménagés pour l’entraînement[3]. Les embarcations sont amarrées au port La Pérouse, qui dispose aussi d’un quai où les bâtiments de débarquements peuvent accoster[3].

En 1956, c'est la création de la "Demi-brigade de fusiliers marins" (DBFM). Parmi ses membres, Barthélémy Rossello, certifié commando le 1er juin 1954 et nommé au Corps amphibie Marine à Toulon, commando de Penfentenyo. Il rejoint le commando Jaubert le 15 septembre 1956. Un centre d’instruction est destiné à former rapidement en six semaines tous les personnels, qui seront affectés à la sortie du stage, soit à la DBFM de Nemours, soit dans les compagnies de protection des ports, bases et établissements de la Marine en Algérie[3]. Tous les deux mois, plus de 500 stagiaires sont ainsi formés et certifiés fusilier. Vers la fin de chaque session, le "Centre Siroco" participe à une opération dans le djebel[3]. A plusieurs reprises, les apprentis fusilliers subissent de lourdes pertes humaines, en particulier lors de l’opération du 23 juillet 1957 au djebel Taoudet, et lors de l’opération du 3 juin 1960 au djebel Guergour[3].

Certaines opérations mobilisent tout l'effectif de la base, soit 200 à 300 hommes. En mars 1958, au cours d'un des stages au cap Matifou, des officiers musulmans protestèrent contre « les attitudes soit blessantes, soit méfiantes de certains cadres européens à l'égard des militaires musulmans ». Le 25 avril, lors de l'échec du Putsch de généraux, la base du centre Siroco et son commandant Joseph Hinden [4], un ancien du commando Jaubert en Indochine, restent fidèles au Général De Gaulle. L'OAS passe alors à la clandestinité et réalise ses premières émissions pirates: le 5 août 1961, le programme local de la RTF est réduit au silence et remplacé par une émission pirate de l’OAS[5].

Le jeudi 21 septembre 1961 vers 20 heures, un commando d’une quinzaine d’hommes investit le Cap-Matifou. Après avoir neutralisé les marins, il font exploser l’antenne de 40 mètres de haut et partir de 20h02 les auditeurs entendent un discours du général Gardy, ancien commandant de la Légion étrangère et du putsch des généraux en avril 1961[5].

Le retour en Bretagne en 1962Modifier

L’École du Cap Matifou est dissoute le 1er juillet 1962 et réinstallée en Bretagne le 29 juillet[6], sur la rive gauche du Scorff dans des installations sommaires avant de s'installer plus franchement en 1968 sur les lieux de son implantation actuelle.

Les installations de l'école utilisées pour la formation physique et sportive des élèves comprennent un gymnase omnisports, une salle de musculation, un terrain de football en cendrée, un parcours du combattant ; des parcours spécifiques pour la formation commando (parcours d'assaut, jungle et commando).

Missions de l'écoleModifier

L'école met à disposition des formations et cours spécifiques au métier de fusilier marin.

La formation des officiers fusiliers se divise en deux catégories: l'ESFC destinée aux officiers supérieurs d'une durée de 10 mois et l'EOFC destinée aux officiers mariniers d'une durée moyenne de 4 mois.

L'école dispense également les cours de Brevet Supérieur (BS) d'officier marinier supérieur au sein des unités de la marine, de commander une escouade en unité de fusiliers marins et de participer à la protection et à la défense d'une unité à terre ou embarquée. Ainsi que les cours du Brevet d'Aptitude Technique (BAT) qui forment les maistranciers aux missions de chef d'équipe dans une unité de fusiliers marins à terre et au sein d'une brigade de protection à bord des bâtiments, à l'issue de l'École de Maistrance. Il prépare les élèves à l'obtention du certificat d'aide moniteur d'éducation physique militaire et sportive. Il est le passage obligé pour devenir officier marinier. Mais également les cours PRODE (protection défense), SERGE (service générale), OSM, VOA/X, les cours Clairons et le stage de chef d'équipe fusilier (CEF).

L’École des fusiliers marins assure également:

  • l'instruction et la formation des tireurs d'élite de la marine et des "palmeurs" des commandos,
  • dispense une initiation à l'escalade,
  • organise des stages d'aguerrissement au profit des brigades de protection des bâtiments de combat de la marine,
  • organise des stages destinés aux réservistes (préparations militaires marine, préparation militaire supérieure, réserve opérationnelle).

Département commandoModifier

Le département commando dispense aux élèves une formation physique et morale ainsi qu'un complément de connaissances techniques afin de les rendre aptes à servir dans les commandos marine.

Il existe plusieurs brevets:

Brevets officiersModifier

  • 1er niveau : chef d'escouade commando
  • 2e niveau : officier en second de commando.

Brevets officiers mariniers et équipageModifier

  • Chef de mission commando
  • Chef d'escouade commando
  • Chef d'équipe commando
  • Opérateur commando

SymbolesModifier

Le drapeauModifier

Le drapeau des Fusiliers Marins est l'un des plus historiques de la nation, ceci dû à la gloire que les deux dernières guerres mondiales ont apportée aux fusiliers marins et commandos. Confié à l’École des Fusiliers Marins de Lorient, un autre drapeau est exposé au public au musée de l'Ordre de la Libération. Ce drapeau affiche les 11 plus grandes batailles où se sont illustrés les fusiliers: Dixmude (1914), Yser (1914), Longewaede (1917), Hailles (1918), Moulin de Laffaux (1918), Bir-Hakeim (1942), Garigliano (1944), Montefiascone (1944).

Troisième régiment le plus décoré de France, les fusiliers et commandos ont été à de multiples reprises décorés pour leurs faits d'armes. Ils comptent à ce jour:

  • la Croix de chevalier de la Légion d'honneur;
  • la Croix de Compagnon de la Libération;
  • la Croix de guerre 1914-1918, avec 6 citations à l'ordre de l'Armée;
  • la Croix de guerre 1939-1945, avec 5 citations à l'ordre de l'Armée;
  • la Médaille de la Résistance avec rosette, décernée le 31 mars 1947;
  • la Médaille coloniale avec 4 agrafes (Libye, Tripolitaine, Tunisie 42/43, Extrême-Orient);
  • la Médaille militaire (1939-1945);
  • les fourragères aux couleurs de la Légion d'honneur (1914-1918)
  • les fourragères aux couleurs de la Légion d'honneur (1939-1944)

Le béret à l'anglaiseModifier

Très attachés à leurs racines anglaises, celles ci ont une place primordiale au sein de leurs traditions. Par souci de conformité avec les forces spéciales de la Marine, les fusiliers portent leur béret à l'anglaise. Les commandos et fusiliers marins sont ainsi à l'inverse de tous les régiments de l'Armée Française, les seuls à ne pas porter leurs insignes côté droit.

Le béret des fusiliers marins est de couleur bleu foncé, leur insigne prend ses origines au 1er régiment de fusiliers marins dont ils sont les fiers descendants. Il est ainsi composé d'un écu surmonté par un sabre d'abordage croisant un pistolet de mousquetaire, symbolisant leur appartenance aux mousquetaires des vaisseaux du Roy. S'enroule autour, une corde et une chaîne, symbole de protection et d'action.

Autrefois arboré puis supprimé avant d'être réintroduit en 2016, un autre insigne est visible sur une très large minorité de fusiliers marins. Il définit l'appartenance aux fusiliers ayant une expertise dans un autre corps de métier appelé BOA.

UniformeModifier

Les fusiliers marins, contrairement à certains corps de métier de la Marine, ne portent que le treillis militaire camouflage. Lors de cérémonie militaire, les officiers et officiers mariniers portent le caban de la Marine ainsi que la casquette et le sabre. Les membres de l'équipage fusilier marin, portent eux, un bachi et une vareuse.

 
Officiers mariniers et officiers lors d'une parade.
 
Membres d'équipage fusiliers marins lors d'une parade.

ChantsModifier

La marche des fusiliers marinsModifier

« Les fusiliers de la Marine

De l'ennemi furent la terreur,

Opposant leur mâle poitrine

A tout cruel envahisseur.

Devant l'Yser, Ypres, Dixmude,

Parfois sans pain et sans soulier,

Du marin la tâche fut rude

Mais il s'y couvrit de lauriers !


Refrain
Les fusiliers marins

En chantant ce refrain,

Bravent la mitraille

Qui fait rage dans la bataille.

Les fusiliers marins

En chantant ce refrain,

Pour l'honneur du Drapeau

Fièrement se font trouer la peau.


C'était pour défendre la France

Qu'héroïque ils s'étaient offerts,

L'univers vante leur vaillance,

Dieu sait combien ils ont souffert.

Ronarc'h, l'amiral intrépide,

Bravant l'ennemi, le danger,

Conduisit la troupe splendide,

Repoussant partout l'étranger ! »

D'autres chants sont dédiés aux fusiliers marins comme l'Hymne des fusiliers marins, Loin de chez nous ou encore le chant de la Marche de la DBFM.

Autres fusiliers marins à l'étrangerModifier

Personnalités ayant servi chez les fusiliers marinsModifier

 
Philippe de Gaulle en tant qu'officier fusilier marin pendant la seconde guerre mondiale.
  • Jean Gabin, acteur français (1904-1976)
  • Roland Lesaffre, acteur français (1927-2009)
  • Alain Delon, acteur français né le 8 novembre 1935
  • Marcel Cerdan, boxeur français (1916-1949)
  • Philippe de Gaulle, amiral, fils du général Charles de Gaulle, né le 28 décembre 1921
  • Philippe Kieffer, fondateur des commandos marine (1899-1962)
  • Augustin Hubert, fusilier marin commando du D-Day (1914-1944), Mort pour la France le 6 juin 1944 à Ouistreham
  • Charles Trépel, fusilier marin commando (1908 - 1944), Mort pour la France dans la nuit du 27 au 28 février 1944 à Wassenaar en Hollande
  • Alain de Penfentenyo de Kervéréguin, instructeur des fusiliers marins (1921-1946), Mort pour la France le 20 février 1946 en Indochine
  • Pierre Alexis Ronarc'h, premier commandant des fusiliers marins (1865-1940)
  • Marius, fusilier marin commando né le 23 juillet 1965
  • Léon Gautier, fusilier marin commando du D-Day né le 27 octobre 1922 (un des seuls commandos du D-Day encore en vie mi 2019)
  • Hubert Faure, fusilier marin commando du D-Day né le 28 mai 1914 (un des seuls commandos du D-Day encore en vie mi 2019)
  • Jean Morel, fusilier marin commando du D-Day né le 27 septembre 1922 (un des seuls commandos du D-Day encore en vie)
  • Yves Meudal, fusilier marin commando du D-Day (1923-2016)
  • Maurice Chauvet, fusilier marin commando du D-Day (1918-2010)
  • René Rossey, fusilier marin commando du D-Day (1926-2016)
  • Henri de Pimodan, célèbre résistant décédé lors d'une déportation
  • Theo "Dudu" Dumas, personnage populaire qui apparaît dans le film un taxi pour Tobrouk interprété par Lino Ventura
  • Constant Duclos, premier soldat français à exécuter un saut en parachute le 12 novembre 1915
  • Georges Hébert, pionnier de l'éducation physique française, théoricien et instructeur
  • Paul Henry, officier fusilier marin, décède en défendant le quartier de la légation de Pékin (1900).
  • Pierre Guillaume, célèbre officier fusilier de la guerre d'Indochine française, a inspiré le personnage du "Crab Drummer", le héros du film français Le Crabe-tambour
  • Hubert Amyot d'Inville (1909-1944), Mort pour la France le 10 juin 1944 à Montefiascone (Italie)
  • Lucien Bernier (1914-1944), Mort pour la France le 2 octobre 1944 à Champagney
  • Robert Détroyat (1911-1941), Mort pour la France le 21 juin 1941 en Syrie
  • Joseph Domenget (1908-1944), Mort pour la France le 24 novembre 1944 au Ballon d'Alsace
  • Pierre le Goffic (1912-1944), Mort pour la France le 22 août 1944 à Hyères
  • Yves Nonen (1916-1944), Mort pour la France le 24 novembre 1944 au Ballon d'Alsace
  • Julien Roger (1919-1945), Mort pour la France le 10 avril 1945 à Breil-sur-Roya
  • Henri Silvy (1920-1944), Mort pour la France le 6 juin 1944 sur l'aéroport de Guidonia (Italie)
  • Roger Barberot (1915-2002), Ambassadeur de France
  • Jacques Bauche (1914-1982),
  • Jean Brasseur-Kermadec (1914-1992), Amiral, Préfet maritime de Toulon
  • Jean Cadéac d'Arbaud (1917-2003), Directeur de compagnies aériennes (Air Afrique, UTA)
  • Constant Colmay (1903-1965), conservateur du Musée du Mont-Faron
  • Bernard Demolins (1918-2012), fonctionnaire de l'ONU
  • Joseph Duhautoy-Schuffenecker (1909-1995), Lieutenant Aumônier, Missionnaire en Afrique
  • Marcel Guaffi (1918-1997)
  • Pierre Iehlé (1914-1984), Amiral, Inspecteur général de la Marine
  • Jules de Koenigswarter (1904-1995), Ambassadeur de France
  • Georges Le Sant (1914-2000)
  • Alexandre Lofi (1917-1992)
  • Stanislas Mangin (1917-1986), conseiller d'état
  • Michel Maurice-Bokanowski (1912-2005), député, maire d'Asnières-sur-Seine
  • René Millet (1910-1978), Ambassadeur de France
  • André Morel (1916-1979)
  • Pierre de Morsier (1908-1991)
  • Jean des Moutis (1911-1965), Attaché à l'État-Major de l'Otan
  • Edouard Przybylski (1920-1993)
  • Louis Rubaud (1917-1990)
  • Alain Savary (1918-1988), député, ancien ministre
  • Roland Terrier (1917-1976), inspecteur de la Navigation au Havre
  • François Tilly (1910-1983), maire de Jumilhac-le-Grand
  • Elie-France Touchaleaume (1914-2010)

Sources et bibliographieModifier

  • J. Pinquet, Trois Étapes de la Brigade des Fusiliers marins - La Marne, Gand, Dixmude, 1918
  • Georges Le Bail, Le Brigade des Jean le Gouin - Histoire documentaire et anecdotique des fusiliers marins, Paris, 1917.
  • Raymond Maggiar, Les fusiliers marins dans la division Leclerc, du débarquement en Normandie, en passant par Paris et Strasbourg jusqu'à Berchtesgaden, Paris, Albin Michel, 1947.
  • Marcel Vigneras, Rearming the French, Office of the Chief of Military History, Dept. of the Army, US, 1957.
  • Adolphe-Auguste Lepotier, Les Fusiliers marins, Éditions France, 1962.
  • Raymond Maggiar, Les Fusiliers marins de Leclerc : une route difficile vers de Gaulle, éditions France-Empire, 1984 (ISBN 2704803412) ou (ISBN 9782704803415).
  • Charles W. Koburger, The French Navy in Indochina: Riverine and Coastal Forces, 1945-54, Praeger, 1991 (ISBN 0275938336) ou (ISBN 9780275938338).
  • L’évolution des opérations amphibies, La Revue maritime, no 198, avril 1963, p. 424.
  • René Bail., DBFM, demi-brigade des fusiliers marins, Rennes, Marines, 2007 (ISBN 2915379572) ou (ISBN 9782915379570).
  • M. Alexander, France and the Algerian War, 1954-1962: Strategy, Operations and Diplomacy, Routledge, 2002 (ISBN 0714682640) ou (ISBN 978-0714682648).
  • R. Kilian, Les fusiliers marins en Indochine, Berger-Levrault, 1948.
  • Musée de l'Ordre de la Libération (site internet) article par Fabrice Bourrée
  • CRC1 (R) S. LE COUSTOUR pour NETMARINE.NET (mai 2005)
  • « La France héroïque et ses alliés » aux Éditions Larousse (1919).
  • « La Grande Guerre » de Pierre Miquel.
  • « Deuil » de Georges Le Priellec, article paru dans le numéro 70 de La Chaloupe, revue du Cercle généalogique de Sud Bretagne.
  • « Mémoires pour servir à l’histoire de la guerre de 1914-1918 » de Ferdinand Foch.
  • « Jours de gloire » de Georges Beaume (document communiqué par « Didier le Chtimiste » http://www.chtimiste.com).
  • « Histoire de l'île de Groix et de la famille Gouronc », site internet de Enguerrand Gourong
  • Article 10253 des colsbleus

Notes et référencesModifier

  1. Le Miroir numéro 50 du 1er novembre 1914.
  2. Ministère de la Défense, Marine nationale, « Prise de commandement de la compagnie des fusiliers marins de Lanvéoc-Poulmic » (consulté le 19 juillet 2012)
  3. a b c d e et f Mémorial national des marins morts pour la France [1]
  4. Biographie [2]
  5. a et b « La voix de l’Algérie française », l’insaisissable radio pirate de l’OAS, 13 mars 2017 [3]
  6. "Militaires et guérilla dans la guerre d'Algérie" par Jean-Charles Jauffret et Maurice Vaïsse, Centre d'études d'histoire de la défense (France) Editions Complexe, 2001, page 107

Vidéo de l'entraînementModifier

  • Entrainement au camp Siroco des jeunes des FNFL (Forces Navales Françaises Libres) en Algérie pendant la guerre [4].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier