Furry Lewis

musicien américain
Furry Lewis
Furry Lewis.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Tessiture
Instrument
Labels
Genre artistique

Walter« Furry » Lewis est un musicien américain de country blues, né le à Greenwood et mort le à Memphis[1]. Il est considéré comme étant le premier guitariste à avoir joué avec un bottleneck[1].

BiographieModifier

JeunesseModifier

Walter Lewis naît à Greenwood, Mississippi, et grandit à Memphis. Ses camarades de classe le surnomment « Furry ». Durant son enfance, il se bricole une guitare en utilisant une boîte de cigares[2]. En 1916, Lewis est victime d'un accident de train et est amputé de la jambe droite. Il gagne sa vie en devenant musicien professionnel[3],[4]. Lewis prend part à des spectacles ambulants et se produit dans les rues. Son répertoire comporte du country blues et de la musique folk[2].

CarrièreModifier

Lewis commence sa carrière discographique à Chicago dans les années 1920. Le guitariste enregistre 23 titres pour Vocalion Records et le label Victor entre 1927 et 1929. Il abandonne la musique durant la Grande Dépression[2],[3]. Lewis ouvre un magasin d'antiquités, est employé par la ville de Memphis en tant que nettoyeur de rue, et se contente de jouer de la guitare pour ses proches[3].

En 1959, l'ethnomusicologue Samuel Charters, à la recherche de musiciens d'avant-guerre, retrouve Furry Lewis et lui permet de retourner en studio. Il enregistre un album édité par Folkways Records[3]. Durant le revival folk-blues des années 1960, le guitariste enregistre deux nouveaux albums pour le label Prestige et remonte sur scène, tout en restant employé par la ville de Memphis[2].

Au cours des années 1970, Furry Lewis joue avec des musiciens comme Don Nix (en) et Leon Russell[3]. Un portrait du guitariste est publié dans le magazine Playboy[5]. Il apparaît dans le film W.W. and the Dixie Dancekings de John G. Avildsen et dans des shows télévisés comme le Tonight Show présenté par Johnny Carson[6],[7]. Les Rolling Stones l'engagent pour assurer leur première partie lors d'un concert donné à Memphis durant leur tournée américaine de 1978[7].

Furry Lewis est élu au Blues Hall of Fame en 2012[8], et au Memphis Music Hall of Fame en 2014[9].

Style musical et influencesModifier

Furry Lewis s'intéresse au blues grâce à des musiciens comme Gus Cannon, qu'il découvre lors de son enfance au Mississippi[2]. Lewis chante les personnages du folklore américain comme John Henry et Casey Jones. Le guitariste joue en slide, avec un bottleneck. Il pratique également le finger-picking[6].

Furry Lewis fait partie des musiciens ayant influencé Bob Dylan. En 1976, Joni Mitchell lui rend hommage sur le titre Furry Sings the Blues[2].

DiscographieModifier

AlbumsModifier

En concertModifier

  • 1971 : Live at the Gaslight (Ampex)

CompilationModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Rolling Stone Encyclopedia, p. 562
  2. a b c d e et f (en) Edward Komara et Peter Lee, The Blues Encyclopedia, Routledge, , 1200 p. (ISBN 978-1-135-95832-9, lire en ligne), p. 598-599
  3. a b c d et e (en) Gérard Herzhaft, Encyclopedia of the Blues, University of Arkansas Press, , 513 p. (ISBN 978-1-61075-139-1, lire en ligne), p. 115
  4. (en) Nick Talevski, Knocking on Heaven's Door : Rock Obituaries, Omnibus Press, , 746 p. (ISBN 978-0-85712-117-2, lire en ligne), p. 370
  5. (en) Bruce Eder, « Biographie de Furry Lewis », AllMusic
  6. a et b (en) Dick Weissman, Blues, Infobase Publishing, coll. « American popular music », , 337 p. (ISBN 978-0-8160-6975-0, lire en ligne), p. 114
  7. a et b (en) « Furry Lewis, A Gentle Giant Of Blues », The New York Times,
  8. (en) « Biographie de Furry Lewis », Mississippi Blues Trail (en)
  9. (en) Bob Mehr, « Memphis Music Hall of Fame fetes latest inductees », The Commercial Appeal,

Liens externesModifier