Fontes Tamarici

(Redirigé depuis Fuentes Tamáricas)

Les Fontes Tamarici (en latin; en espagnol Fuentes Tamáricas et en français Fontaines Tamariques) sont trois fontaines côte à côte situées par l'historien et géographe romain Pline l'Ancien en Cantabrie classique, et depuis le XVIIIe siècle sont identifiés avec la source de La Reana à Velilla del Río Carrión (Palencia), Espagne. Les premières nouvelles du printemps, par Pline, datant de l'époque de la conquête romaine de la Cantabrie, où sa particularité bien et quitter sans explication cité, et son Intermittence considéré comme augure en ce moment[1].

Fontes Tamarici (la)
Fuentes Tamáricas (es)
La Reana2.jpg
Présentation
Type
Style
style romain
Construction
Ier siècle
Patrimonialité
Localisation
Pays
Communauté autonome
Province
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Castille-et-León
(Voir situation sur carte : Castille-et-León)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Espagne
(Voir situation sur carte : Espagne)
Point carte.svg

HistoireModifier

Il est connu que les tamariques Cantabres qui habitaient la région à partir du IIIe siècle av. J.-C.. adorait les eaux et les sources sacrées. On ne sait pas l'année exacte de sa construction, mais il est clair que lorsque les Romains ont conquis Cantabrie (an 19 av. J.-C.), a trouvé ces sources qui ont attiré une grande attention. L'épidémie irrégulière vider ses eaux et inattendue, accompagné par le bruit qui précède le remplissage souterrain, devait être à l'époque question de respect et d'adoration[pas clair]. Peut-être qu'ils ont été utilisés comme salles de bains, buanderie et augurio[2]. Il a également été suggéré que le groupe pourrait être dédié à un dieu des eaux, où les prévisions ont été faites en fonction de leur remplissage irrégulier et cycle de vidange. Au XIIIe siècle, il a été construit à côté d'une section consacrée à Jean le Baptiste, de christianiser le lieu et supprimer toutes les relations avec les rites païens chapelle[3].

La malédiction de PlineModifier

Les études du naturaliste et géographe Pline l'Ancien sur les terres occupées par l'Empire romain sont cruciales pour la connaissance et l'emplacement des Fontes Tamarici. Dans son Naturalis Historiae, XXXI, 3, est l'endroit où il fait allusion sa particularité:

« Les Fontes Tamarici en Cantabrie servent présage. Sont-trois à huit pieds. Ils se réunissent dans un lit, portant chacun un grand débit. Habituellement sèche pendant douze jours et parfois jusqu'à vingt ans, ne laissant aucun signe de l'eau, alors une autre source adjacente coule encore sans interruption et en abondance. Mauvais augure essayer de les voir quand ils courent, comme cela est arrivé récemment que l'héritage Lartius Licinius, qui, après sa préture, il est allé les voir quand ils ont couru, et il est mort sept jours. »

— Pline l'Ancien. Naturalis historia, XXXI, 23

Il dit Lartius Licinius était un grand partisan de l'œuvre de Pline, avec son intense désir de connaissance de nouvelles découvertes, a visité les fontaines quand ils étaient dans leur phase sèche et sont morts au bout d'environ une semaine dans l'année 70 du calendrier julien[4].

ProtectionModifier

Les fontaines font l’objet d’un classement en Espagne au titre de bien d'intérêt culturel depuis le [5].

Notes et référencesModifier

  1. Santa María la Real Todo el románico de Palencia (2015). (ISBN 8415072406), p. 132. (es)
  2. Torres Martínez, Juan. El Cantábrico en la Edad del Hierro: medioambiente, economía, territorio y sociedad. Real Academia de la Historia (2011). (ISBN 8415069286), p. 463 (es)
  3. Palencia Turismo Velilla del Río Carrión. Retrieved 23-04-2016 (es)
  4. Pliny XXXI 24: «sicut proxime Lartio Licinio legato post praeturam; post septem enim dies occidit».
  5. Base BIC du ministère espagnol de la Culture sous le nom Fuente de la Reana, Ermita de San Juan con su huerta y la Senara et le n° de référence RI-51-0001284.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier