Fu Manchu

Fu Manchu
The Mystery of Dr. Fu-Manchu, couverture du premier roman de la saga, édition originale britannique, 1913.
The Mystery of Dr. Fu-Manchu, couverture du premier roman de la saga, édition originale britannique, 1913.

Alias Chang Hu, Wang Yu-Seng, Mr. Han, The Father
Origine Chine
Sexe Masculin
Caractéristique génie du mal
Entourage Fah Lo Suee (fille)
Si-Fan (ami)
Kâramanèh (compagne)
Ennemi de Sir Denis Nayland Smith & Dr. Petrie

Créé par Sax Rohmer

Le docteur Fu Manchu est un personnage de fiction inventé en 1912 par Sax Rohmer dans une série de romans. Ce génie du mal d'origine asiatique a beaucoup contribué à la diffusion de ce stéréotype littéraire, lié à la crainte en Occident du « péril jaune ». On retrouve le personnage de Fu Manchu dans de nombreux films (incarné notamment par Boris Karloff ou Christopher Lee) et bandes dessinées[1].

RomansModifier

 
Fu Manchu, illustration de Joseph Clement Coll.

Le personnage de Fu Manchu a été inventé en 1912 par le romancier britannique Arthur Henry Sarsfield Ward, connu sous son nom de plume Sax Rohmer. Jusqu'à sa mort en 1959, Sax Rohmer écrivit treize romans et quatre nouvelles de la saga Fu Manchu[1].

Dans le premier roman, Fu Manchu assassine des Britanniques ayant vécu en Birmanie, dépendant de l'empire des Indes. Les romans de Sax Rohmer ne précisaient pas explicitement les origines ethniques de Fu Manchu. Si la plupart de ses victimes étaient chinoises et si ses origines orientales étaient clairement établies, des détails dans la description du personnage — tels que ses yeux censés être verts — laissent supposer que le personnage n'était pas d'origine chinoise (bien qu'il existe des groupes ethniques en Chine pouvant avoir des yeux verts). Ce n'est que lors de ses premières adaptations cinématographiques que le personnage est devenu clairement chinois.

Fu Manchu incarne dans les romans la « cruauté asiatique » fantasmée par les Européens. Il sera notamment aidé par les Thugs indiens.

L'auteur Sax Rohmer prétendra que son personnage est réaliste car il y avait beaucoup de Chinois dans la criminalité dans le quartier de Limehouse, à Londres (Angleterre)[2].

Sax Rohmer lui inventera un alter ego féminin, la japonaise Sumuru[1].

BibliographieModifier

 
La Fille de Fu-Manchu, publié en feuilleton dans le magazine Collier's. Couverture illustrée par Władysław T. Benda, mars 1930.
 
Le Prophète au masque d'or, publié en feuilleton dans le magazine Collier's. Couverture illustrée par Władysław T. Benda, mai 1932.
  • 1913 : The Mystery of Dr. Fu-Manchu (Le Docteur Fu-Manchu, Le Mystérieux Docteur Fu-Manchu)
  • 1916 : The Return of Dr. Fu-Manchu (Le Diabolique Docteur Fu-Manchu, La Résurrection de Fu-Manchu, Les Créatures du docteur Fu-Manchu)
  • 1917 : The Hand of Fu-Manchu (Le Masque de Fu-Manchu, Les Mystères du Si-Fan)
  • 1931 : Daughter of Fu-Manchu (La Fille de Fu-Manchu)
  • 1932 : The Mask of Fu-Manchu (Le Prophète au masque d'or)
  • 1933 : The Bride of Fu-Manchu (L'Ombre pourpre, La Fiancée de Fu-Manchu)
  • 1934 : The Trail of Fu-Manchu (Sur la piste de Fu-Manchu, La Piste de Fu-Manchu)
  • 1936 : President Fu-Manchu (Le Président Fu-Manchu)
  • 1939 : The Drums of Fu-Manchu (Les Tambours de Fu-Manchu)
  • 1941 : The Island of Fu-Manchu (L'Île de Fu-Manchu)
  • 1948 : The Shadow of Fu-Manchu (L'Ombre de Fu-Manchu)
  • 1957 : Re-Enter: Fu Manchu (Fu-Manchu rentre en scène)
  • 1959 : Emperor Fu-Manchu (Fu-Manchu empereur)

CinémaModifier

Fu Manchu a été mis en scène dans de nombreux films et séries (serials) à partir des années 1920. Parmi ceux-ci, on peut citer The Mysterious Dr. Fu Manchu (1929) et The Return of Dr. Fu Manchu (1930). Le Masque d'or (The Mask of Fu Manchu) (1932) avec Boris Karloff est considéré comme le meilleur film de l'entre-deux-guerres basé sur le maître du crime. Dans les années 1960, une nouvelle série de films avec Christopher Lee lui fut consacrée : Le Masque de Fu Manchu (1965), Les 13 fiancées de Fu Manchu (1966), The Vengeance of Fu Manchu (1967) et The Blood of Fu Manchu (1968). La dernière apparition majeure du personnage eut lieu dans Le Complot diabolique du docteur Fu Manchu (1980).

FilmographieModifier

Bandes dessinéesModifier

 
Couverture de Dr. Fu Manchu, 1958, I. W. Publications para Carl Burgos, le magazine présentait la republication de The Mask de Dr. Fu Manchu de Avon Comics, 1951.
  • Publié en Comic strip de 1931 à 1933, dessiné par Leo O'Mealia[3] dans un journal distribué par Bell Syndicate aux États-Unis.
  • Fu Manchu serait apparu pour la première fois en comics dans Detective Comics numéro 17 en 1937.
  • En 1943, le serial Drums of Fu Manchu a été adapté en bande dessinée par l'espagnol José Grau Hernández en 1943[4].
  • Un épisode isolé est sorti en 1951 chez Avon Publications par Wally Wood: The Mask of Dr. Fu Manchu.
  • Publié en Comic strip dans le journal Le Parisien libéré de 1962 à 1973, par Juliette Benzoni (scénario) et Robert Bressy (dessins)[5].
  • Dans les années 1970, Fu Manchu est également apparu dans la série de bande dessinée de Marvel Comics The Hands of Shang-Chi, Master of Kung-Fu. Dans cette bande dessinée, Shang-Chi est son fils[3],[6]. Cependant, Marvel a annulé le livre en 1983 et des problèmes de licence du personnage et des concepts des romans (tels que sa fille Fah Lo Suee et ses adversaires Sir Denis Nayland Smith et le Dr Petrie) ont entravé la capacité de Marvel à collecter à la fois la série dans le commerce de poche. formater et faire référence au Dr. Fu Manchu en tant que père de Shang-Chi. En tant que tel, le personnage n'est jamais mentionné par son nom ou par un pseudonyme (tel que "M. Han")[7]. Dans Secret Avengers nº 6–10, l'écrivain Ed Brubaker a officiellement contourné la question entière via un scénario où le Conseil des ombres ressuscite une version zombifiée du Dr Fu Manchu, pour découvrir que "Dr Fu Manchu" n'était qu'un alias; que le père de Shang-Chi était vraiment Zheng Zu, un ancien sorcier chinois qui a découvert le secret de l'immortalité[8].
  • Il fait également une apparition dans la Ligue des gentlemen extraordinaires d'Alan Moore, où il n'est pas nommé explicitement (pour des raisons de droits d'auteur) mais on y fait référence par l'expression « Le Docteur »[9].

Autres référencesModifier

Cinéma et dessin animéModifier

Littérature et bande dessinéeModifier

MusiqueModifier

Influence : le thème du « péril jaune »Modifier

La communauté asiatique (comme les Mandchous, « Manchu » en anglais) avait dénoncé le caractère stéréotypé du Docteur Fu Manchu. L'histoire de Fu Manchu contribue aussi à renforcer l'idée du « péril jaune »[12]. Le thème du savant génial et maléfique, d'origine asiatique, a été abondamment repris dans la littérature populaire. On le retrouve à travers le personnage de Ming dans la bande dessinée Flash Gordon. L'Ombre Jaune, qui apparaît souvent dans la série des aventures du héros Bob Morane, semble directement inspiré de Fu Manchu, dont l'influence transparaît aussi dans la personnalité du Docteur No, l'un des adversaires de James Bond. Le Mandarin ennemi de Iron Man est également fortement inspiré du docteur Fu Manchu.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c L'abominable Fu Manchu est de retour !, in Le Figaro, 28 février 2008.
  2. Howard, Douglas; Anolik, Ruth Bienstock (eds.), The Gothic other : racial and social constructions in the literary imagination, Jefferson, N.C, McFarland & Co, 2004 pages 105–7.
  3. a et b Fu Manchu in Comics
  4. Porcel Torrens, Pedro (2002). La historia del tebeo valenciano. Edicions de Ponent. pp. 47–55, 69. (ISBN 84-89929-38-6).
  5. Le retour de Fu-Manchu, et de Pressibus… !
  6. Blogging Marvel’s Master of Kung Fu, Part One
  7. Fu Manchu
  8. Benson Unleashes Shang-Chi's "Deadly Hands of Kung Fu"
  9. Nevins 2003, p. 237.
  10. (en-US) « The Marvel Studios Comic-Con 2019 Hall H Panel Liveblog! », sur io9 (consulté le 26 avril 2021)
  11. (en) « Shang-Chi Casting May Confirm Major Mandarin Origin Retcon in MCU », sur Marvel (consulté le 26 avril 2021)
  12. Christopher Frayling, The Yellow Peril Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (Londres, 2014).

Voir aussiModifier

Bibliographie critiqueModifier

Liens externesModifier