Fronton (Haute-Garonne)

commune française du département de la Haute-Garonne

Fronton
Fronton (Haute-Garonne)
Le marché couvert.
Blason de Fronton
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Communauté de communes du Frontonnais
Maire
Mandat
Hugo Cavagnac
2020-2026
Code postal 31620
Code commune 31202
Démographie
Gentilé Frontonnais, Frontonnaises
Population
municipale
6 271 hab. (2019 en augmentation de 9,33 % par rapport à 2013)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 28″ nord, 1° 23′ 25″ est
Altitude Min. 101 m
Max. 198 m
Superficie 45,79 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Fronton
(ville isolée)
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villemur-sur-Tarn
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Fronton
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Fronton
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fronton
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fronton
Liens
Site web Site officiel

Fronton (occitan : Frontonh) est une commune française située dans le sud-ouest de la France, dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés Frontonnais.

La commune est située à la limite avec le département de Tarn-et-Garonne. Fronton est réputé pour son vin. D'ailleurs, les paysages de la commune sont principalement constitués de champs ou de vignes.

À partir de la fin du XXe siècle, la commune a connu une très forte hausse de son nombre d'habitants, doublant en 30 ans. Située à environ 28 km au nord de Toulouse et à 20 km au sud de Montauban à vol d'oiseau, Fronton fait partie de l'aire urbaine de Toulouse depuis la fin du XXe siècle.

Le patrimoine architectural de la commune comprend un immeuble protégé au titre des monuments historiques : l'église Notre-Dame-de-l'Assomption, inscrite en 1981.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Fronton se trouve dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[I 1].

Elle se situe à 27 km à vol d'oiseau de Toulouse[1], préfecture du département, et à 10 km de Villemur-sur-Tarn[2], bureau centralisateur du canton de Villemur-sur-Tarn dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[I 1]. La commune est par ailleurs ville-centre du bassin de vie de Fronton[I 1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[3] : Villaudric (3,6 km), Fabas (3,9 km), Saint-Rustice (6,3 km), Pompignan (6,7 km), Bouloc (6,8 km), Nohic (6,8 km), Castelnau-d'Estrétefonds (6,9 km), Orgueil (7,3 km).

Sur le plan historique et culturel, Fronton fait partie du Frontonnais, un pays entre Garonne et Tarn constitué d'une succession de terrasses caillouteuses qui ont donné naissance à de riches terroirs, réputés pour leus vins et leurs fruits[4].

Fronton est limitrophe de onze autres communes dont sept dans le département de Tarn-et-Garonne.

 
Carte de la commune de Fronton et de ses proches communes.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 4 579 hectares ce qui en fait la neuvième plus grande superficie de la Haute-Garonne ; son altitude varie de 101 à 198 mètres[6].

HydrographieModifier

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[7]. Elle est drainée par le Rieu Tort, le ruisseau de Rival, le ruisseau de Sayrac, le ruisseau la Margasse, le ruisseau de la vergnède, le ruisseau de Clédade, le ruisseau de Combalou, le ruisseau de la Garenne, le ruisseau de Saint-Jean, le ruisseau des Coustancies le ruisseau des Jacous et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 47 km de longueur totale[8],[Carte 1].

Le Rieu Tort, d'une longueur totale de 14,8 km, prend sa source dans la commune et s'écoule vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le Tarn à Labastide-Saint-Pierre (82), après avoir traversé 5 communes[9].

Le ruisseau de Rival, d'une longueur totale de 16,5 km, prend sa source dans la commune de Castelnau-d'Estrétefonds et s'écoule vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le ruisseau de Pengaline à Orgueil (82), après avoir traversé 6 communes[10].

Le ruisseau de Sayrac, d'une longueur totale de 13,5 km, prend sa source dans la commune de Bouloc et s'écoule vers l'ouest puis se réoriente au nord-est. Il traverse la commune et se jette dans le ruisseau de Magnanac à Villemur-sur-Tarn, après avoir traversé 4 communes[11].

Le ruisseau la Margasse, d'une longueur totale de 13,6 km, prend sa source dans la commune de Pompignan (82) et s'écoule vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le Rieu Tort à Labastide-Saint-Pierre (82), après avoir traversé 6 communes[12].

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[13]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[14].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[13]

  • Moyenne annuelle de température : 13,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 708 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[16] complétée par des études régionales[17] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Villematier », sur la commune de Villematier, mise en service en 1994[18] et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[19],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 13,5 °C et la hauteur de précipitations de 722,1 mm pour la période 1981-2010[20]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Montauban », sur la commune de Montauban, dans le département de Tarn-et-Garonne, mise en service en 1885 et à 20 km[21], la température moyenne annuelle évolue de 13,6 °C pour 1981-2010[22] à 14 °C pour 1991-2020[23].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

 
Carte de la ZNIEFF de type 1 localisée sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 5] est recensée sur la commune[24] : les « friches et landes du Frontonnais » (183 ha), couvrant 3 communes du département[25].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Fronton est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[26],[I 2],[27]. Elle appartient à l'unité urbaine de Fronton, une unité urbaine monocommunale[I 3] de 6 079 habitants en 2017, constituant une ville isolée[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[I 6],[I 7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (38,7 %), terres arables (28,6 %), zones agricoles hétérogènes (16,9 %), zones urbanisées (8,9 %), forêts (6 %), prairies (0,9 %)[28].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Morphologie urbaineModifier

Le territoire communal est divisé en plusieurs parties. La majorité des habitations et des activités humaines sont centralisées sur le centre-ville de Fronton, très vaste et relativement dense, malgré la présence sur ce dernier de forêts et d'espaces agricoles, ces derniers venant à disparaître au vu de la rapidité de l'urbanisation frontonnaise. En dehors de ce centre-ville, il n'existe que peu de bâtiments isolés. Quelques hameaux sont situés sur les routes menant aux communes voisines, comme Rastel ou encore Saumaté. Le reste des hameaux fait aujourd'hui partie du centre-ville, absorbés par l'étalement de ce dernier. Il existe une zone commerciale route de Toulouse, avec un centre commercial, ainsi que des restaurants, coiffeurs... Enfin, la zone industrielle Croix Dourdenne, située au nord de la ville, abrite la cave de Fronton et de nombreuses entreprises.

LogementModifier

En 2015, le nombre total de logements dans la commune était de 2 619, alors qu'il était de 2 352 en 2010[I 8].

Parmi ces logements, 90,9 % étaient des résidences principales, 2 % des résidences secondaires et 7,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 77 % d'entre eux des maisons et 22,4 % des appartements.

La proportion des résidences principales propriétés de leurs occupants était de 68,6 %, en légère hausse par rapport à 2010 (67,6 %). La commune comptait aussi 4,4 % de logements HLM.

Projets d'aménagementModifier

La commune comprend quelques projets, notamment d'extension de lotissements, comme celui de l'Origan et de Cransac. De nouveaux lotissements sont également en cours de construction.

Risques naturels et technologiquesModifier

La commune est concernée par un risque mesuré d'inondation, le Tarn traversant les communes limitrophes de Villemur-sur-Tarn, Nohic et Orgueil, et certains de ses affluents traversant la commune. Trois installations industrielles non Seveso sont également situées sur la commune. Fronton est également concernée par un risque moyen de mouvements de terrain. Enfin, le risque de séisme est de 1/5 sur Fronton.

Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

La commune de Fronton est traversée, à l'ouest, par l'autoroute A62, qui relie Toulouse à Bordeaux. Cette autoroute est accessible par la sortie n°10.1, située sur la commune de Villeneuve-lès-Bouloc, au sud de la ville, à une dizaine de kilomètres de Fronton.

Fronton est également le point de départ de la route départementale 4, reliant Fronton aux communes de Bouloc, Saint-Sauveur, Bruguières, Saint-Alban et Aucamville. La route termine son parcours à Toulouse, au niveau de la station de métro Barrière de Paris. A Fronton commence également la route départementale 47, permettant de relier Nohic à Grisolles, et la route départementale 29, reliant Villemur-sur-Tarn à Laréole par Grenade.

Transports en communModifier

Fronton est proche de deux gares, situées sur la ligne de Bordeaux à Sète : la Gare de Castelnau-d'Estrétefonds, située à 8 km et la Gare de Grisolles, située à 9 km.

La ligne Hop!301 du réseau liO Arc-en-Ciel, une ligne express, relie le centre de la commune à la station Borderouge du métro de Toulouse depuis Villemur-sur-Tarn, la ligne 351 relie le centre-ville à la gare routière de Toulouse depuis Villemur-sur-Tarn, la ligne 375 relie le lycée de la commune à Buzet-sur-Tarn ou Villemur-sur-Tarn.

Pour rejoindre Montauban, les lignes 717 et 848 du réseau liO desservent des communes limitrophes (respectivement Villemur-sur-Tarn et Castelnau-d'Estrétefonds).

Enfin, l'aéroport le plus proche de Fronton est l'aéroport de Toulouse-Blagnac, situé à 32 km de Fronton.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Fronton compte parmi les plus anciens vignobles. Ce sont les Romains qui plantèrent les premiers ceps sur les terrains dominant la vallée du Tarn.

La vie de Fronton est marquée par les guerres de religion, les passages et séjours de troupes, la météorologie, la peste et, exceptionnellement, la visite de tel ou tel personnage important : Philippe le Bel, Charles IX, son cousin le futur Henri IV, Louis XIII qui touche les malades des écrouelles en 1632.

Au XVIe siècle, l’importance de Fronton décroît car les attaques des protestants lui sont fatales. Les guerres de religion y sont latentes jusqu'en 1628.

La renommée des vins n’atteint son apogée qu’au XVIIIe siècle : le protectionnisme dont bénéficient les vins girondins prend fin et les vins peuvent être exportés via Bordeaux vers l’Europe entière. Cette belle prospérité ne résiste pas à la fin du XIXe siècle au phylloxéra. Grâce aux efforts tenaces de générations de vignerons, les vins de Fronton retrouvent leurs lettres de noblesse en obtenant en 1975 l’appellation d'origine contrôlée. La renommée du vin de Fronton s'est également distinguée lorsque la cuvée INES a remporté en 2008 le prix du meilleur vin rosé du monde.

Les HospitaliersModifier

Au XIIe siècle, avec la protection du pape Calixte II venu en 1119 consacrer l’église, le vignoble est la propriété des Hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. L’Ordre a construit le village autour de l’église Saint-Jean-Baptiste, bâtie sur l’emplacement de l’église actuelle. Les donations pieuses affluent et l’Ordre crée à Fronton une commanderie dirigée par un commandeur. Ce précepteur réside à Fronton et en est le seigneur. Le village se construit à l’abri des fossés et des remparts, et la vie s’organise sous la protection du château seigneurial. En 1400, la commanderie relève directement du grand prieuré de Toulouse.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Politiquement, Fronton est une commune avec une sensibilité de gauche, malgré une montée récente de l'extrême droite.

Résultats pour la commune des scrutins français depuis 2000.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu Battu Participation
2002 78,27 % Jacques Chirac RPR 21,73 % Jean-Marie Le Pen FN 82,59 % [29]
2007 52,06 % Nicolas Sarkozy UMP 47,94 % Ségolène Royal PS 86,94 % [30]
2012 52,40 % François Hollande PS 47,60 % Nicolas Sarkozy UMP 85,85 % [31]
2017 59,25 % Emmanuel Macron EM 40,75 % Marine Le Pen FN 81,16 % [32]
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
Fronton (Haute-Garonne) est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
Avant 2010, Fronton (Haute-Garonne) est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
2002 50,03 % Françoise Imbert PS 49,97 % Geneviève de Cazaux UMP 61,89 % [33]
2007 51,97 % Françoise Imbert PS 48,03 % Grégoire Carneiro UMP 61,50 % [34]
Après 2010, Fronton (Haute-Garonne) est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats de .
2012 60,04 % Françoise Imbert PS 39,96 % Grégoire Carneiro UMP 55,07 % [35]
2017 64,70 % Jean-François Portarrieu LREM 35,30 % Julien Leonardelli FN 47,65 % [36]
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 31,76 % Abdelkader Arif PS 14,11 % Jean-Marie Cavada UDF 40,40 % [37]
2009 28,22 % Dominique Baudis UMP 17,25 % Kader Arif PS 42,78 % [38]
2014 29,26 % Louis Aliot FN 16,65 % Michèle Alliot-Marie UMP 47,78 % [39]
2019 27,49 % Jordan Bardella RN 20,53 % Nathalie Loiseau LREM 56,89 % [40]
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 56,74 % Martin Malvy PS 28,05 % Jacques Godfrain UMP 65,15 % [41]
2010 67,83 % Martin Malvy PS 32,17 % Brigitte Barèges UMP 51,74 % [42]
2015 39,87 % Carole Delga PS 33,78 % Louis Aliot FN 65,36 % [43]
2021 % % % [44]
Élections cantonales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
Fronton (Haute-Garonne) est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2001 % % indisponible %
2004 44,64 % Louis Bonhomme
élu au premier tour
PS 38,67 % Marie-Hélène Champagnac DVD 70,72 % [45]
2008 % % indisponible %
2011 63,44 % Ghislaine Cabessut PS 36,56 % Michèle Pellizzon FN 49,54 % [46]
Élections départementales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élus Battus Participation
Fronton (Haute-Garonne) est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2015 33,94 % Ghislaine Cabessut, Jean-Luc Raysseguier PS 39,21 % Marie-Hélène Champagnac, Jean-Marc Dumoulin DVD 58,73 % [47]
2021 % % % [48]
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992 42,77 % (51,04 %) 57,23 % (48,96 %) 74,77 % [49]
2000 70,89 % (73,21 %) 29,11 % (26,79 %) 29,09 % [50]
2005 39,71 % (45,33 %) 60,29 % (54,67 %) 71,80 % [51]


Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1943   François Séguier   Conseiller d'arrondissement du canton de Fronton
Nommé membre de la Commission administrative départementale de Haute-Garonne en 1941
Nommé membre du Conseil départemental en 1943
1971 André Rey SFIO Professeur
Député (1951-1955, 1962-1968)
2001 Jean Tissonières RPR  
2014 Marie-Hélène Champagnac UMP  
En cours Hugo Cavagnac Agir[52]
Horizons
Cadre
Président de la Communauté de communes du Frontonnais (depuis 2020)

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Fronton est située dans la région Occitanie, dans le département de la Haute-Garonne et l'arrondissement de Toulouse.

La commune fait partie du canton de Villemur-sur-Tarn depuis le redécoupage départemental de 2014. Auparavant, la commune était le chef-lieu du canton de Fronton. Désormais, le nouveau canton englobe 19 communes du nord de la Haute-Garonne, et va jusqu'au nord de l'agglomération toulousaine ou encore jusqu'à Buzet-sur-Tarn. Il compte plus de 40 000 habitants en 2014.

Fronton est également membre de la communauté de communes du Frontonnais, dont le siège est situé sur la commune limitrophe de Bouloc. Elle regroupe plus de 25 000 habitants de 10 communes du nord toulousain, situées sur le territoire du vignoble de Fronton. L'intercommunalité compte de nombreuses compétences, en matière d'action sociale, d'environnement ou encore d'aménagement du territoire.

Enfin, la commune fait partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne, qui regroupe des communes du nord du département de la Haute-Garonne, jusqu'à la banlieue toulousaine. La circonscription semble avoir une sensibilité de gauche, et compte actuellement pour député Jean-François Portarrieu, membre du parti La République en marche.

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 5 000 habitants et 9 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de vingt-neuf[53],[54].

Politique environnementaleModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du Frontonnais[55].

Finances localesModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Fronton est une commune qui a toujours eu une taille moyenne : elle a toujours été une petite ville. Cependant, depuis les années 1980 et en raison de l'étalement urbain lié à la proximité de la métropole toulousaine, la commune ne cesse d'accueillir de nouveaux habitants. La population a presque doublée en 25 ans : alors qu'il y avait près de 3 000 habitants au début des années 80, Fronton compte en 2016 plus de 6 000 habitants. Le nombre d'habitants a donc doublé en un quart de siècle. Et cette croissance démographique ne tend pas à la baisse dans les prochaines années, malgré un léger ralentissement de cette croissance depuis le milieu des années 2010. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[56]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[57].

En 2019, la commune comptait 6 271 habitants[Note 8], en augmentation de 9,33 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +7,81 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6332 0532 1391 9872 2252 1512 1412 1902 143
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1902 1962 2732 2902 4452 4162 4472 4812 328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1552 0341 8961 9012 0052 0182 0162 0492 107
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 1692 2722 5252 8143 3553 8915 0305 7006 009
2019 - - - - - - - -
6 271--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[58] puis Insee à partir de 2006[59].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[60] 1975[60] 1982[60] 1990[60] 1999[60] 2006[61] 2009[62] 2013[63]
Rang de la commune dans le département 25 31 35 39 40 35 34 38
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

EnseignementModifier

Fronton fait partie de l'académie de Toulouse. L'éducation est assurée sur la commune par les écoles maternelles Joséphine Garrigues et Balochan, l'école élémentaire Jean de La Fontaine et l'école élémentaire Marianne, le collège Alain Savary et le lycée général Pierre Bourdieu, premier lycée en France à porter le nom du sociologue. Cependant, certains élèves frontonnais se rendent plutôt sur les lycées de Toulouse ou de Montauban pour y suivre des formations professionnelles ou technologiques.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

La commune comprend une médiathèque, une ludothèque et une salle de cinéma. En juillet, les festivals « Musique en vignes dans le Frontonnais » et « festival Vill'O Rock » ont lieu sur la commune. Enfin, le premier week-end de septembre se déroule la fête locale de Fronton, où se trouvent de nombreuses attractions foraines.

SantéModifier

Fronton compte une clinique, la clinique Saint-Roch, située en centre-ville, dans le quartier Saint-Roch. Plusieurs médecins et pharmacies se trouvent également sur la commune. Pour ce qui est des hôpitaux et des urgences, les services les plus proches se situent à Saint-Alban, Montauban ou Toulouse.

SportsModifier

La commune compte un gymnase, dénommé la halle des sports Jean Tissonières, du nom de l'ancien maire frontonnais. On compte également une piste d'athlétisme, des terrains de football et de rugby, mais aussi des terrains de tennis, un boulodrome en face de la mairie, et une piste de skate à proximité du collège Alain Savary[64]. Enfin, un autre gymnase est situé au niveau du parking du lycée Pierre Bourdieu, et accueille de nombreux clubs sportifs et les classes du lycée.

MédiasModifier

La commune édite un bulletin triannuel d'informations. Elle est couverte par France 3 Midi-Pyrénées et son édition locale Toulouse-Métropole, et par l'édition locale nord-est de la Haute-Garonne de La Dépêche Du Midi.

CultesModifier

La commune compte une église catholique, l'église Notre-Dame-de-l'Assomption.

EconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2014, le revenu fiscal médian par ménage était de 21 372 [I 9]. La part des ménages fiscaux imposés était de 58,5 % des ménages.

EmploiModifier

En 2015, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 3 664 personnes, parmi lesquelles on comptait 78,6 % d'actifs dont 70,4 % ayant un emploi et 8,2 % de chômeurs. On comptait 1 755 emplois dans la zone d'emploi, contre 1 731 en 2010. La nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 2 610, l'indicateur de concentration d'emploi est de 67,2 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus de deux emplois pour trois habitants actifs.

Entreprises et commercesModifier

Au 31 décembre 2015, Fronton comptait 654 établissements : 51 dans l'agriculture, sylviculture et pêche, 45 dans l'industrie, 97 dans la construction, 363 dans le commerce, le transport et les services divers et enfin 98 dans l'administration publique, l'enseignement, la santé et l'action sociale. Par ailleurs, 55 entreprises ont été créées sur la commune en 2017, dont 50,9 % par des autoentrepreneurs.

Comparé au nombre d'habitants de la commune, le nombre d'entreprises est plutôt faible à Fronton. En effet, la commune étant membre de l'aire urbaine de Toulouse, au moins 40 % des frontonnais vont travailler sur la banlieue toulousaine, d'où ce nombre limité d'entreprises.

Secteur primaireModifier

Comme dans la majorité des zones rurales, l'agriculture était auparavant le secteur dominant à Fronton. Il est aujourd'hui toujours important, notamment grâce à la présence du vignoble de Fronton, qui compte une appellation d'origine protégée, et qui fait la renommée de la ville. Cependant, la tertiarisation de l'emploi n'épargne pas la commune, et aujourd'hui la part de l'agriculture dans l'économie frontonnaise est plus limitée qu'auparavant.

Secteur secondaireModifier

Fronton n'a jamais été une ville industrielle. Cependant, on compte quelques usines réparties sur le territoire.

Secteur tertiaireModifier

C'est le secteur largement dominant à Fronton. La commune compte de nombreux commerces sur son territoire, et notamment plusieurs zones commerciales, situées route de Toulouse. La présence de grands établissements scolaires sur la commune, et notamment le lycée général Pierre Bourdieu dont dépendent une vingtaine de communes du nord toulousain, mais aussi de nombreuses entreprises de services, renforce cette domination du tertiaire à Fronton.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption est inscrite au titre des monuments historiques en 1981[65],[66].
  • Château de Capdeville actuelle maison des vins et du tourisme[67].

Personnalités liées à la communeModifier

 
François Gauzi par Henri de Toulouse-Lautrec

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : De sinople au jars d'argent, becqué et membré d'or, au chef cousu de gueules chargé d'une croix aussi d'argent.
ou
De sinople au jars d'argent, becqué et membré d'or, au chef cousu de la Religion[Note 9]


Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Adrien Escudier, Histoire de Fronton et du Frontonnais

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[15].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  9. de la Réligion fait référence aux Hospitaliers ; ce blasonnement rappelle celui des commandeurs qui ont longtemps eu la responsabilité de la paroisse.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Fronton » sur Géoportail (consulté le 5 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Fronton » (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Fronton » (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. « Dossier complet - Commune de Fronton (31202) | Insee » (consulté le ).
  9. « Revenus et pauvreté des ménages en 2014 − Commune de Fronton (31202) | Insee » (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. Stephan Georg, « Distance entre Fronton et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Fronton et Villemur-sur-Tarn », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Communes les plus proches de Fronton », sur www.villorama.com (consulté le ).
  4. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 309-310.
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  7. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  8. « Fiche communale de Fronton », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  9. Sandre, « le Rieu Tort »
  10. Sandre, « le ruisseau de Rival »
  11. Sandre, « le ruisseau de Sayrac »
  12. Sandre, « le ruisseau la Margasse »
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  14. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  15. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  16. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  17. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  18. « Station Météo-France Villematier - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  19. « Orthodromie entre Fronton et Villematier », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station Météo-France Villematier - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  21. « Orthodromie entre Fronton et Montauban », sur fr.distance.to (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Montauban - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. « Station météorologique de Montauban - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  24. « Liste des ZNIEFF de la commune de Fronton », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF les « friches et landes du Frontonnais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  28. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  29. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  30. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  31. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  32. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  33. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  34. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  35. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  36. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  37. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  38. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  39. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  40. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  41. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  42. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  43. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  44. Résultats des élections régionales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  45. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  46. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  47. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  48. Résultats des élections départementales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  49. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  50. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  51. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  52. Emmanuel Haillot, « Fronton. «Le positionnement d'Agir est conforme à mon engagement» », La Dépêche,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  53. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  54. https://elections.interieur.gouv.fr/municipales-2020/031/031202.html
  55. http://www.mairie-fronton.fr/ordures-menageres-dechetterie-476.html
  56. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  57. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  58. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  59. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  60. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  61. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  62. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  63. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  64. « Équipements sportifs - Ville de Fronton », sur Ville de Fronton (consulté le ).
  65. « Eglise », sur POP : la plateforme ouverte du patrimoine, .
  66. Adrien Escudier, Histoire de Fronton et du Frontonnais, 2004 (ISBN 2877602761).
  67. « La Maison des Vins et du Tourisme - Ville de Fronton », sur Ville de Fronton (consulté le ).