Ouvrir le menu principal

Front du Nord-Ouest

Front du Nord-Ouest
Image illustrative de l’article Front du Nord-Ouest

Création
Dissolution
Pays Drapeau de l'URSS Union soviétique
Allégeance Red Army flag.svg Armée rouge
Type front
Ancienne dénomination district militaire spécial de la Baltique
Guerres Grande Guerre patriotique
Batailles bataille de Tallinn,
évacuation de Tallinn,
poche de Demiansk,
poche de Kholm
offensive Siniavino,
bataille de Velikié Louki,
bataille de Krasny Bor
et opération Poliarnaïa Zvezda

Le front du Nord-Ouest (en russe : Северо-Западный фронт, Sewero-Sapadny front) est une unité militaire de l'Armée rouge, un « front » soviétique correspondant à un groupe d'armées dans les autres forces armées.

Il y a eu quatre front du Nord-Ouest successivement : le premier de l'Armée impériale russe pendant la Première Guerre mondiale, du (premier jour de la mobilisation russe de 1914) au (division entre le front du Nord et le front de l'Ouest) ; le deuxième de l'Armée rouge pendant la guerre civile russe de 1918 à 1919, affrontant l'Armée du Nord-Ouest (une des armées blanches) ; le troisième pendant la guerre d'Hiver de janvier à mars 1940 ; le quatrième pendant la Grande Guerre patriotique du jusqu'au .


Troisière formationModifier

Le front du Nord-Ouest fut recréé le à partir de l'état-major du district militaire de Léningrad, dans un contexte de réorganisation des troupes soviétiques engagées dans la guerre d'Hiver contre la Finlande, prenant en charge les armées (7e et 13e) déployées dans l'isthme de Carélie jusqu'à mars 1940.

Quatrième formationModifier

 
L'avance du groupe d'armées Nord allemand repousse le front du Nord-Ouest soviétique vers l'est :
en orange l'avance au  ;
en rose l'avance au  ;
en vert l'avance au .

Un quatrième front est créé sous ce nom le , le jour du déclenchement de l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne nazie et ses alliés (opération Barbarossa), par transformation du district militaire de la Baltique, qui couvrait la Lituanie et la Lettonie. Le front exista durant la moitié de la Grande Guerre patriotique (le nom soviétique pour la Seconde Guerre mondiale), jusqu'au [1].

Composition initialeModifier

Article connexe : Occupation des pays baltes.

Le district militaire de la Baltique, devenu front du Nord-Ouest, avait la responsabilité de la défense des pays baltes, avec pour limites au sud la frontière germano-soviétique (de Memel alors allemande jusqu'à la limite entre la Lituanie et la Biélorussie, cette dernière confiée au district militaire spécial de l'Ouest, transformé en front de l'Ouest), à l'ouest la mer Baltique, au nord le golfe de Finlande, à l'est la limite entre l'Estonie et la Russie (de Narva au lac Peïpous, où commence le district militaire de Léningrad, transformé à partir du en front du Nord).

La défense de la nouvelle frontière s'appuie sur une partie de la ligne Molotov en construction, soit les 46e (Telšiai), 42e (Šiauliai), 44e (Kaunas) et 48e (Alytus) secteurs fortifiés. Le front comprend trois armées :

  • la 8e armée (comprenant les 10e et 11e corps de fusiliers, ainsi que le 12e corps mécanisé) du lieutenant-général P. P. Sobennikov est déployée de la mer au Niémen ;
  • la 11e armée (les 16e et 29e corps de fusiliers, le 3e corps mécanisé, ainsi que les 23e, 126e et 128e divisions de fusiliers) du lieutenant-général V. I. Morozov est positionnée du Niémen à la limite avec la Biélorussie ;
  • la 27e armée (les 22e et 24e corps de fusiliers, ainsi que les 16e et 67e divisions de fusiliers) du lieutenant-général N. E. Berzarin échelonnée au-delà de la Dvina (y compris une brigade sur les îles du golfe de Riga).

S'y rajoutent, en réserves du front, le 65e corps de fusiliers (un état-major sans troupe), le 5e corps parachutiste (autour de Dvinsk) et le 41e secteur fortifié autour de Liepāja[2],[3].

ÉvolutionModifier

Pendant l'été et l'automne 1941, les unités du front du Nord-Ouest furent taillées en pièce par le groupe d'armées Nord allemand et leurs restes repoussés jusqu'à la ligne passant par Petrokrepost (encerclant Léningrad), Novgorod, Staraïa Roussa, Demiansk et Rjev, où la ligne de front se fixa de l'hiver 1941-1942 jusqu'en 1943.

Article connexe : Siège de Léningrad.

En décembre 1941, la partie septentrionale, entre les lacs Ladoga et Ilmen, est confiée au nouveau front de Volkhov ; le front du Nord-Ouest conserve les forces couvrant les collines de Valdaï jusqu'au lac Seliger, au-delà duquel se trouve le front de Kalinine (formé en octobre 1941).

En février 1943, les Soviétiques lancent l'opération Poliarnaïa Zvezda (« Étoile polaire »), qui permet la reconquête des territoires jusqu'à la limite entre d'une part la Russie, d'autre part l'Estonie et la Lettonie (ligne Narva, lac Peïpous, Pskov et rivière Velikaïa). Le , les unités du front du Nord-Ouest et l'état-major du front de Briansk sont incorporées dans le 2e front de la Baltique (le front de Kalinine étant devenu le 1er front balte).

Commandants successifsModifier

RéférencesModifier

  1. (en) David Glantz, Marc J. Rikmenspoel, Scott R. McMichael, Hugh Foster, Steven Myers, Uri Khonko, Natalya Khonko et Keith E. Bonn (dir.), Slaughterhouse : The Handbook of the Eastern Front, Bedford, The Aberjona Press, (ISBN 0-9717650-9-X).
  2. (ru) Боевой состав Советской Армии [« Ordre de bataille de l'Armée soviétique »], t. I : июнь-декабрь 1941 года [« juin-décembre 1941 »], Moscou, Académie Voroshilov de l'État-Major,‎ , 88 p. (lire en ligne [PDF]), p. 7-8.
  3. (en) Maximino Argüelles Martinez, Soviet Army Order of Battle in World War II : from June 22 to December 1, 1941, X Mam Factory, (ISBN 978-1-4461-9180-4), p. 27-30.

Articles connexesModifier