Ouvrir le menu principal

Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien

Coalition politique éthiopienne
Crystal128-fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien
(am)የኢትዮጵያ ሕዝቦች አብዮታዊ ዲሞክራሲያዊ ግንባር
Présentation
Chef Abiy Ahmed
Fondation
Siège Addis-Abeba, Éthiopie
Chef adjoint Demeke Mekonnen
Idéologie Actuelle:
Social-démocratie[1]
Jusqu'en 1991:
Marxisme-léninisme
Adhérents 6 000 000 (2011)
Couleurs Rouge et jaune
Site web http://www.eprdf.org.et
Représentation
Conseillers
502 / 547

Le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (FDRPE) (amharique : የኢትዮጵያ ሕዝቦች አብዮታዊ ዲሞክራሲያዊ ግንባር), également appelé « Ihadeg » (acronyme de la version amharique: ye Ityopia hizboch abyotawi dimokrasyawi genbar) est une coalition politique actuellement au pouvoir en Éthiopie, dirigée depuis 2018 par Abiy Ahmed.

HistoireModifier

Le FDRPE est né de l’alliance de quatre partis politiques, le Front de libération du peuple du Tigray (FLPT), l’Organisation démocratique des peuples Oromo (ODPO), le Mouvement national démocratique Amhara (MNDA) et le Mouvement démocratique des peuples du sud de l'Éthiopie (MDPSE). Avant d’accéder au gouvernement en 1991, il s’agissait d’un groupe rebelle combattant la junte militaire du Derg. Le FLPT renonça à ses revendications d’indépendance lorsqu’il rallia la coalition dans le but de renverser le Derg, qu’il combattait depuis 1974. Au fil des années, le FDRPE est passé d’une idéologie marxiste-léniniste à une approche sociale-démocrate.

Une coalition de gouvernement dominanteModifier

La coalition totalise 472 des 527 sièges de la Chambre des représentants du parlement éthiopien lors des élections du . Les résultats de ces élections ont été contestés par l’opposition, ce qui occasionna des troubles et causa la mort d’une centaine de civils, dont deux parlementaires. Le FDRPE revendiquait 327 sièges tandis que l’opposition affirmait que les deux grandes coalitions d’opposition formaient une majorité.

RéférencesModifier