Front démocratique national anti-impérialiste

organisation socialiste sud-coréenne

Front démocratique national anti-impérialiste
(ko) 반제민족민주전선
(ko) Panjeminjong Minju Chŏnsŏn
Image illustrative de l’article Front démocratique national anti-impérialiste
Logotype officiel.
Présentation
Fondateurs Kim Jong-tae
Choi Yong-do
Fondation
Siège Séoul (de jure)
Pyongyang (de facto)
Positionnement Extrême gauche
Idéologie Juche
Songun
Affiliation régionale Parti du travail de Corée
Site web www.aindft.com

Le Front démocratique national anti-impérialiste (acronyme anglais : AINDF) (hangeul:반제민족민주전선 (반제민전)) est une organisation politique sud-coréenne clandestine, considérée comme un parti politique socialiste par la Corée du Nord et un groupe d'espionnage pro-communiste par le gouvernement sud-coréen.

HistoriqueModifier

Il a été fondé sous le nom de « Parti révolutionnaire pour la réunification » le . Il a été rebaptisé « Front démocratique national de Corée du Sud » (hangeul:한국민족민주전선 (한민전)) le , avant d'adopter son nom actuel le .

Le Front démocratique national anti-impérialiste est guidé par les idées du Juche établies par le président Kim Il-sung. Il vise à déclencher une révolution populaire dans le Sud de la Corée, à achever l'indépendance de la Corée par le retrait des troupes et des bases américaines, et à parvenir à une réunification de la Corée.

L'histoire du Front remonte à 1964 avec la formation d'un comité préparatoire pour créer le Parti révolutionnaire pour la réunification. Celui-ci a été officiellement fondé en 1969 par Kim Jong-tae et Choi Yong-do, tous deux exécutés par le régime militaire du général Park Chung-hee ainsi que d'autres dirigeants du parti ; la plupart des militants ont été condamnés à des peines de prison. L'épouse et les deux enfants de Kim Jong-tae ont disparu, tandis que la principale entreprise nord-coréenne de productions de locomotives électriques a été baptisée du nom du dirigeant révolutionnaire exécuté.

En 1985, il a fusionné avec le Parti stratégique de libération de Corée du Sud, et a été rebaptisé Front démocratique national de Corée du Sud.

Il est interdit en Corée du Sud, en application de la loi de sécurité nationale, mais agit clandestinement. Il a des représentations à Pyongyang, en Corée du Nord, et au Japon.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier