Ouvrir le menu principal

Château de Frohsdorf
Image illustrative de l’article Frohsdorf
Nom local Schloss Frohsdorf
Période ou style Baroque
Début construction 1547
Fin construction 1550
Propriétaire initial Christoph Teufel
Coordonnées 47° 44′ 43″ nord, 16° 15′ 16″ est
Pays Drapeau de l'Autriche Autriche
Région historique Basse-Autriche
Subdivision administrative District de Wiener Neustadt-Land
Localité Lanzenkirchen

Géolocalisation sur la carte : Autriche

(Voir situation sur carte : Autriche)
Château de Frohsdorf

Le château de Frohsdorf est situé sur la commune de Lanzenkirchen, au sud de Wiener Neustadt en Autriche. Le bâtiment représentatif, de style baroque, est principalement connu pour avoir été durant environ un siècle la résidence des descendants du roi de France Charles X en exil.

HistoriqueModifier

Le lieu de Chrotendorf est cité pour la première fois vers l'an 1158, en tant que part de l'héritage du comte Ekbert III de Formbach-Pitten, petit-fils du margrave Ottokar II de Styrie. Le manoir était d'alors un fief de l'abbaye de Göttweig et a été acheté par le chevalier Matthäus Teufel en 1514. Il fut dévasté par les troupes ottomanes pendant le siège de Vienne en 1529 et reconstruit en style Renaissance sous l'égide de Christoph Teufel à partir de 1547 ; en 1659, il devient propriété de la maison de Hoyos. Le complexe a été ravagé encore une fois pendant le second siège de Vienne par l'Empire ottoman en 1683. La famille Hoyos fit alors construire le palais baroque qui fut terminé vers l'année 1715.

Ayant appartenu, à partir de 1817, à Caroline Bonaparte, princesse Murat, puis au général russe Aleksandr Yermolov et à son fils Mikhaïl, le château est acquis en 1839 par Pierre-Louis, duc de Blacas, mort cette même année, qui le lègue à la dauphine, « comtesse de Marnes », veuve du dauphin de France, « comte de Marnes » en le désignant comme résidence du prétendant légitimiste au trône de France, le « comte de Chambord » (« Henri V »), petit-fils du Roi Charles X [1].

La famille royale s'y installe. En 1851 le « comte de Chambord » en hérite de la « comtesse de Marnes », sa tante, qui l'a élevé. La vie s'y déroule à l'époque du prince suivant une étiquette royale. Le duc de Lévis assume le rôle d'un ministre de la Maison du roi. À ses côtés, le « gentilhomme de service » tient lieu de chambellan. Il introduit les visiteurs admis en audience, répond à une partie du courrier et accompagne le prince en voyage.

Les gentilshommes de service sont des membres de la noblesse française, qui viennent de France à tour de rôle auprès du Prince, afin d'exécuter leur service [2].

La « comtesse de Chambord » est entourée de deux dames d'honneur. Il faut compter aussi deux chapelains, un médecin et le fidèle secrétaire Moricet, ancien combattant de la dernière guerre de Vendée, qui mourra nonagénaire en 1881. A cette époque, le château de Frohsdorf est le pôle d'attraction en Autriche d'une colonie française fidèle aux descendants de Charles X.

Au premier étage du château on peut voir la plaque que fit sceller le « comte de Chambord » dans la chambre où mourut la « comtesse de Marnes » : Ici élevant son âme à Dieu, Marie-Thérèse de France a exhalé son dernier soupir avec sa dernière prière. Le 19 octobre 1851, à 11 heures 1/4 du matin. Le « comte de Chambord », décédera également à Frohsdorf, le 24 août 1883. Une statue, toujours visible, de Jeanne d'Arc, commandée par la duchesse des Cars au sculpteur Rinaldi, en 1833 et offerte au prince, figure dans le hall d'entrée. Sur le fronton, on peut toujours voir les armes de France surmontées d'une couronne royale (la girouette est également aux armes de France). Tous ces souvenirs ont été respectés depuis la mort du « comte de Chambord », y compris lors de l'occupation soviétique.

Près du château se trouve l'école de filles, destinée aux enfants de la colonie française et du village de Lanzenkirchen, fondée par la « comtesse de Chambord ». Celle-ci fit venir des religieuses de Metz qui occupèrent ces lieux jusqu'à ses dernières années.

PropriétairesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Frohsdorf sur le site burgen-austria.com
  2. René de Belleval, Souvenirs de ma jeunesse, Paris, Librairie Emile Lechevalier, , 432 p., p. 129-308

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Joseph Luger, Johannes Bierbaumer, Rudolf Neumayer, Heimatbuch Der Marktgemeinde Lanzenkirchen, Druck und Herstellung : Missionsdruckerei St Gabriel, 2340 Mödling, 1985, 504 P.
  • Le drapeau blanc en exil, préface par Hervé de Charette, (Paris, Édition Guénégaud, 1998), (ISBN 2-86496-081-8) (nommé au prix Hugues-Capet)

Liens externesModifier