Ouvrir le menu principal

Fritz Rausenberger

spécialiste allemand de l'artillerie
Fritz Rausenberger
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Usine Krupp fabricant des pièces d'artillerie durant la Première Guerre mondiale.

Friedrich Rausenberger (alias Fritz Rausenberger, né le à Francfort-sur-le-Main; † le à Munich) est un spécialiste allemand de l'artillerie[1], père de la « Grosse Bertha ».

BiographieModifier

Rausenberger étudia les mathématiques et la physique en 1886-87 à l'université de Munich avant d'être admis comme enseigne (élève sous-officier) au 12e régiment royal d'artillerie de campagne de Saxe basé à Metz, et de pouvoir suivre les cours de l'École de guerre à Hanovre. De 1890 à 92, il suivit les cours de mathématiques, de balistique et de construction des armements à l’École de l'artillerie et du génie de Charlottenburg puis de 1893 à 96, de génie mécanique à l’Institut technique de Charlottenburg.

Recruté chez Krupp AG, il fut affecté comme chef-constructeur au département « matériels d'artillerie » à Essen, dirigé alors par Max Dreger[2] (1852-1929), il fut admis au directoire de l'entreprise en 1901 et en devint même sociétaire en 1904. À la demande du général von Schlieffen, il travailla à partir de 1904 sur un projet d'obusier lourd, achevé en 1914 et qui devait devenir célèbre sous l'appellation familière de Grosse Bertha.

Vers 1905, les autorités militaires prussiennes le recrutèrent comme professeur de conception des armements pour la toute nouvelle Académie des techniques militaires de Berlin-Charlottenburg (Militärtechnische Akademie), poste dont il démissionna dès 1906, pour se consacrer à la rédaction de son traité « Théorie du recul des canons » (Theorie der Rohrrücklaufgeschütze), puis à sa tâche de directeur suppléant de l'usine d'Essen. Avec la démission de Dreger en juillet 1910, et la séparation des deux branches de l'usine, Krupp choisit Rosenberg et Rudolf Hartwig (1867–1924) comme nouveaux directeurs.

Rausenberger construisit des canons et des obus pour la Marine de guerre et développa les premiers canons lourds à « affût escamotable » (une conception que l'Amirauté britannique devait juger « dépassée » en 1912).

Lorsqu’à l'automne 1914, le Haut-Commandement examina comment bombarder le port de Douvres depuis la côte française, et sollicita Krupp à ce sujet, Rausenberger proposa le tir indirect d’une ogive aérodynamique. Lors des premiers essais sur le champ de tir de Meppen, ce projectile alla plus loin que prévu, car on n'avait pas pris en compte la diminution de la résistance de l'air en haute altitude. Il devait tirer les conséquences de cette expérience lorsqu'avec son assistant Otto von Eberhard[3] il mit au point les Pariser Kanonen[4].

Avec le retour à la vie civile, il fut appelé en 1921 au conseil de surveillance du groupe Krupp AG.

SourceModifier

Notes et référencesModifier

  1. (de) deutsche-biographie
  2. (de) Biographies des anciens étudiants de l'université de Magdebourg
  3. D'après H. Schardin, « Otto von Eberhart zum Gedächtnis », Die Naturwissenschaften, no 2,‎ (lire en ligne)
  4. D'après le site web du fanzine allemand Frontline 18

Voir aussiModifier