Friedrich Hirzebruch

mathématicien allemand

Friedrich Ernst Peter Hirzebruch ( à Hamm- à Bonn[2],[3]) est un mathématicien allemand, travaillant dans les champs de la topologie, des variétés complexes et de la géométrie algébrique, et il fut une personnalité de premier plan à son époque. Il a été décrit comme « le plus important mathématicien dans l'Allemagne de l'après-guerre »[4].

Friedrich Hirzebruch
Image dans Infobox.
Friedrich Hirzebruch en 1980.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
BonnVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Poppelsdorf (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Friedrich Ernst Peter HirzebruchVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Conflit
Maître
Directeurs de thèse
Distinctions
Archives conservées par
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 647)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

TravauxModifier

En 1954, il généralise le théorème de Riemann-Roch en dimension arbitraire pour des variétés algébriques sur le corps des nombres complexes[5]. Sa démonstration sera améliorée et étendue par Alexandre Grothendieck.

DistinctionsModifier

Il reçoit le prix Wolf en mathématiques en 1988, la médaille Lomonossov en 1996, la médaille Albert-Einstein et la médaille Stefan-Banach en 1999, le prix scientifique Alfried-Krupp de la fondation Alfried Krupp von Bohlen und Halbach en 2000, la médaille Cantor en 2004.

Notes et référencesModifier

  1. « http://archivdatenbank-online.ethz.ch/hsa/#/content/1141dfe84db1439c982a938e73a7c852 » (consulté le )
  2. (en) « Faire-part de décès », Institut Max-Planck de mathématiques
  3. (de) « Universität Bonn trauert um Friedrich Hirzebruch », Université de Bonn
  4. (en) « Friedrich Hirzebruch 1927-2012 », sur math.columbia.edu, (consulté le )
  5. Philippe Pajot, « Les Mathématique d'Aexandre Grothendieck : 3. À la recherche de la généralité maximale », La Recherche,‎ , p. 36 (présentation en ligne).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :