Ouvrir le menu principal

Fressenneville

commune française du département de la Somme

Fressenneville
Fressenneville
Croix de pierre typique du Vimeu.
Blason de Fressenneville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Friville-Escarbotin
Intercommunalité Communauté de communes du Vimeu
Maire
Mandat
Jean-Jacques Leleu
2014-2020
Code postal 80390
Code commune 80360
Démographie
Gentilé Fressennevillois, Fressennevilloises
Population
municipale
2 219 hab. (2016 en diminution de 1,6 % par rapport à 2011)
Densité 256 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 07″ nord, 1° 34′ 40″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 129 m
Superficie 8,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Fressenneville

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Fressenneville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fressenneville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fressenneville

Fressenneville est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Sommaire

GéographieModifier

Immédiatement à l'ouest de Feuquières-en-Vimeu, l'agglomération de Fressenneville bordure le sud de la route départementale 925, axe Abbeville - Le Tréport.

LocalisationModifier

HistoireModifier

Moyen AgeModifier

Le , se déroule la bataille de Saucourt-en-Vimeu. En débouchant sur le plateau qui s'étend entre Fressenneville et Saucourt (hameau de Nibas), on découvre la motte, témoin probable de ce combat entre le roi Louis III et les Vikings. Les hommes du Nord, intrépides pirates, débarquaient, à chaque printemps, sur les côtes européennes. Ils se répandaient ensuite dans les environs et se livraient au pillage des villages, des villes et des abbayes. La terreur qu'ils semaient sur leur passage était si profonde que les populations aménagèrent des souterrains pour abriter leurs biens et leurs vies. Les Vikings laissèrent 8 000 des leurs sur le champ de bataille, dont leur chef Gormont, transpercé par l'épée du roi des Francs, Louis III.

En 1185, Hugues de Fressenneville est bienfaiteur de l'hôpital d'Abbeville. La famille possède un château-fort, bâti sur une plate-forme entourée d'un double fossé circulaire.

En 1469, « Frechenneville » comptait 26 feux (entre 100 et 120 habitants), selon la déclaration des feux de 1469, déposée aux Archives départementales du Nord.

Epoque moderneModifier

En 1698, la population de Fressenneville était de 500 habitants, environs.

Au XVIIIe siècle, comme dans tout le Vimeu la serrurerie s'implante à Fressenneville, le village se spécialisant dans la production des cadenas. La population atteignait 725 âmes, en 1750.

Les cahiers de doléances de la commune, rédigés en 1789, sont consultables sur le site des archives départementales, p. 173 à p. 176[1].

Epoque contemporaineModifier

La grève de 1906Modifier

En 1906, la grève éclate dans la serrurerie Riquier, l'une des plus importantes du Vimeu qui employait plus de 400 ouvriers. Un syndicat de salariés avait été créé, mais la direction en congédia les dirigeants ; ce fut l'émeute[2]. L'usine et le château du patron furent incendiés. La presse nationale se fit l'écho de cet événement et le village fut occupé par la troupe pendant plusieurs semaines, 32 personnes furent arrêtées et plusieurs grévistes incarcérés[a 1].

En mémoire de cet événement, la municipalité racheta le terrain où se trouvait autrefois le château, situé place à la place du village et y aménagea un square : le « square du château brûlé »[3].

Dans la mémoire collective, Fressenneville est devenu « ech poeyi ed ché metteux d'fu » (le pays des metteur de feu, en picard).

Première Guerre mondialeModifier

Pendant la Première Guerre mondiale], en mars 1915, mille soldats cantonnèrent à Fressenneville[a 2].

Seconde Guerre mondialeModifier

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la résistance fut très active[a 3].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
Mairie.
Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1853 1865 Jean-François Cassin    
1865 1880 Charles Zéphir Guerville   Industriel
1880 1892 Nicolas Anthime Wattré    
1892 1897 Ridoux Lecat   décède en cours de mandat
1897 1906 Julien Riquier   Propriétaire de la plus grosse usine de la commune,
démissionnaire
1906 1935 Elisée Cassin    
1935 mars 1950
(décès)
Marcel Poiret SFIO  
mars 1950 mai 1967
(décès)
Maurice Petit SFIO Employé
mai 1967 mars 1977 Guy Pruvot DVD  
mars 1977 mars 2008 Noël Ricouard PCF Chef magasinier
Conseiller régional de Picardie (1995 → 2004)
Président de la CC du Vimeu Industriel (2003 → 2008)
mars 2008 avril 2014 Alex Pauchet COM  
avril 2014[5] 4 avril 2016[6],[7]
(démission)
Annie-Claude Leuliette PS Infirmière
Conseillère régionale de Picardie (2004 → 2015)
8 avril 2016[8] En cours Jean-Jacques Leleu DVG Ouvrier
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Selon la déclaration des feux de 1469, déposée aux archives du Nord, on comptait 26 feux à « Frechenneville ».

En 1698, la population de Fressenneville est de 500 habitants.

En 1700, elle était de 600 âmes.

En 1750, elle passe à 725, grâce à l’extension des ateliers de serrurerie.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 2 219 habitants[Note 1], en diminution de 1,6 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6916189059761 1461 2051 2221 2611 279
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3361 3851 5021 6011 6861 6841 7401 7711 841
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9421 9951 9352 0121 8541 9651 9671 8392 005
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 2582 3422 5942 4872 4222 3342 2672 2572 254
2016 - - - - - - - -
2 219--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

L'école de Fressenneville est située en zone B, dans l'académie d'Amiens.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La butte est actuellement plate à son sommet. Elle est protégée concentriquement par une levée de terre derrière laquelle court un fossé. Ancienne propriété du comte d'Hardivilliers, celui-ci fait exécuter des fouilles qui s'arrêtent face à une maçonnerie.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Carré, imprimeur, sortit des tracts clandestins et Picardie libre avec Rodolphe Mourche, Raoul Mouillard et Henri Holleville pendant la Seconde Guerre mondiale[a 5].
  • Henri Cannevelle (1916-1992), artiste peintre, poète et écrivain né et mort à Fressenneville où il repose. Il est l'auteur du grand tableau « La Cène » conservé dans l'entrée de l'église de Fressenneville. Mystique, il définissait sa peinture d'un néologisme: « transfigurative ». Il a publié des pièces de théâtre en vers (Ariel, Arioso...), en prose (La Sixième Trompette, Les Amants de la nuit...), des essais (Les Pélerins de l'Infini...) et des romans qui, pour certains comme Roses de Picardie ou Les Mirages de l'Amour, parurent en feuilletons dans la presse picarde de la région de Ham où il fut professeur de lettres.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d'argent à la croix ancrée de gueules[15].

AnnexesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0113409565588ytyui/1/1
  2. Florence Merlen, « Les anarchistes du Vimeu à New York », in Le Courrier picard, 26 août 2018
  3. http://chambreducatelet.e-monsite.com/pages/un-peu-d-histoire.html#
  4. Fressenneville, " El poéyi d'chés métteux d'fu ".
  5. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 9 avril 2014, p. 13.
  6. « FRESSENNEVILLE (80) Le maire Annie-Claude Leuliette a démissionné », sur courrier-picard.fr, (consulté le 9 avril 2016).
  7. « Le maire, Annie-Claude Leuliette démissionne », sur linformateur-leclaireur.fr, (consulté le 9 avril 2016).
  8. « FRESSENNEVILLE Jean-Jacques Leleu élu maire », sur courrier-picard.fr, (consulté le 9 avril 2016).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Photo aérienne
  14. Archéologie aérienne et Roger Agache
  15. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=5995
  • Jean-Louis Gaillard, Fressenneville, el poéyi d'chés metteux d'fu, collection Souvenance, édit. Vague verte à Woignarue-80460, mai 1995
  1. p. 69
  2. p. 110
  3. p. 157
  4. p. 101
  5. p. 158

BibliographieModifier

  • Jean-Louis Gaillard, Fressenneville, el poéyi d'chés metteux d'fu, collection Souvenance, Woignarue, La Vague verte, 1995 (ISBN 978 - 2 - 908 227 - 32 - 1)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier