Franz von Bandiera

Le baron[Notes 1] Franz von BandieraFrancesco Bandiera (Venise, Carpenedo di Mestre (it), ), est un amiral autrichien.

Franz von Bandiera
Francesco Bandiera
Naissance
Venise
Décès (à 62 ans)
Carpenedo di Mestre (it)
Allégeance Royaume d'Italie (1805-1814)
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Arme Marine
Grade contre-amiral
Conflits Guerres napoléoniennes
Risorgimento
Deuxième guerre égypto-ottomane

BiographieModifier

Francesco Bandiera est le fils de Domenico Bandiera et de son épouse, née Giovanna Donati d'Ancône[1].

Il entre dans la marine et participe comme cadet à une expédition autrichienne contre le Maroc entre 1803 et 1805[2]. Comme la grande majorité de ses collègues vénitiens, il rejoint en 1805 la marine royale italienne (napoléonienne)[3] et commande ainsi à vingt-trois ans la canonnière Incorruttibile avec le grade de lieutenant de frégate[4]. Le , il est capturé par les Britanniques puis libéré[5].

La marine royale italienne ayant été absorbée en 1814 par l'Autriche[6], il poursuit sa carrière au sein de la flotte austro-hongroise ; considéré comme l'un des meilleurs officiers, il reçoit le commandement d'une nouvelle expédition contre le Maroc qui se déroule de à l'automne 1830 et s'avère un succès qui donne de l'élan à sa carrière[7]. En , il commande une flottille à bord de la corvette Abondanza au cours des opérations de répression des insurrections italiennes dans le nord de la péninsule, et capture Carlo Zucchi, le chef révolutionnaire le plus recherché, qui avait échappé aux troupes autrichiennes terrestres ; cette action lui vaut d'être élevé à la dignité de baron de l'empire[8].

Au cours de l'été 1832 il commande la frégate Medea entre Venise et Marseille afin de convoyer vers la France des révolutionnaires italiens capturés en Romagne, dans le but de gêner Louis-Philippe[3]. Il est ensuite chargé d'organiser la déportation vers les États-Unis de réfugiés polonais ayant fui vers la Galicie à la suite de l'écrasement de la révolution polonaise par la Russie ; ce voyage marque la première apparition du pavillon autrichien en Amérique du Nord[3].


FamilleModifier

Il a avec Anna Marsich deux fils qui prendront part au Risorgimento italien :

DistinctionsModifier

NotesModifier

  1. Freiherr est un titre de noblesse, pouvant se traduire comme « baron », et non une partie d'un nom de famille.

RéférencesModifier

  1. Cfr. Mauro Stramacci; La vera storia dei fratelli Bandiera. Roma, Mediterranee, 1993.
  2. (en) Lawrence Sondhaus, The Habsburg Empire and the Sea : Austrian Naval Policy, 1797–1866, West Lafayette, Ind., Purdue University Press, , 326 p. (ISBN 0-911198-97-0), p. 75
  3. a b et c Sondhaus 1989, p. 88.
  4. Cfr. nota 14. in Enrico de Leone; L'Impero ottomano nel primo periodo delle riforme. p. 131.
  5. Riccardo Pierantoni, Storia dei fratelli Bandiera e loro compagni in Calabria, 1909, p. 10
  6. Sondhaus 1989, p. 36-38.
  7. Sondhaus 1989, p. 74-75.
  8. Sondhaus 1989, p. 78.